UN RECIT INCROYABLE... CORROBORE PAR CINQ TEMOINS ?

Gerard Deforge

Lumières dans la Nuit - N° 349 - Janvier/février 1998


Jamais, depuis qu'existe cette rubrique « observations récentes en France », nous n'avions eu l'occasion d'y exposer un témoignage aussi ahurissant que celui qui va suivre. Nous avons là un cas qui sort de l'ordinaire, et qui illustre bien la catégorie des rencontres « du quatrième type ». Survenant presqu'en même temps que l'expérience, non moins « incroyable », de Nathalie, cette affaire arrive à point nommé pour nous rappeler que, contrairement à ce qu'on voudrait nous faire croire, les abductions ne constituent pas une spécialité américaine, et qu'il existe, en France, de nombreux exemples d'« expériences personnelles inhabituelles », pour reprendre les termes du Rapport Roper. Nous en avons déjà exposé, ces dernières années, une bonne trentaine. S'il existe, en ce domaine, une différence quantitative entre la situation qui règne aux Etats-Unis et celle que nous connaissons (moins bien !) chez nous, il serait insensé d'en tirer argument pour ignorer le phénomène, ou pour laisser entendre qu'il n'affecterait la France que de manière négligeable.

Et s'il y a un aspect de la question que les facteurs socioculturels sont susceptibles d'expliquer, c'est bien cette disparité quantitative : les mentalités, chez nous, ne favorisent en rien la divulgation de ce genre d'expérience. Imprégnées de conformisme et de frilosité, elles ne facilitent pas davantage l'émergence d'idées neuves, ni l'acceptation de réalités nouvelles. Ici, les preuves sont toujours insuffisantes, et l'individu est, par essence, suspect dés lors qu'il ne se conforme pas au modèle en vigueur (à moins qu'il n'y ait manifestement beaucoup à lui reprocher, auquel cas il aura droit à quantité d'égards !).

L'enquêteur, dans cette affaire, n'est pas un inconnu pour les lecteurs de LDLN : en effet, Gérard Deforge nous a confié son aventure personnelle (qui fut aussi celle de ses proches) il y a deux ans, dans notre numéro 337. Il a beaucoup de bon sens, et une connaissance appréciable de l'ufologie. Or le témoin principal, dans l'affaire de Haravilliers, lui inspire d'autant plus confiance que cinq autres personnes seraient en mesure de confirmer la réalité de l'incident.

Peut-on en déduire que les événements, ce matin du 10 janvier 1998, se soient déroulés comme il nous les décrit ? Cela reviendrait à ignorer un caractère, maintes fois constaté, des rencontres rapprochées : elles semblent essentiellement trompeuses, au point de suggérer que cette tromperie ne soit rien d'autre que leur raison d'être. Restons donc prudents, d'autant plus que début juin, Gérard Deforge n'avait pu s'entretenir qu'avec un seul des autres témoins. Il paraît sage, en attendant la suite de l'enquête, de considérer que l'expérience est vraisemblablement réelle, mais que sa nature reste indéterminée. On peut d'ailleurs en dire autant de la plupart des incidents de ce genre.

Les autres événements récents semblent, par comparaison, relativement anodins. Ils sont en outre peu nombreux, du moins à notre connaissance.


10 janvier 1998, Haravilliers (Val d'Oise)

Voici l'exposé, par Gérard Deforge, de ce cas extraordinaire, qui possède toutes les qualités pour devenir rapidement un classique du genre. L'enquête, début juin, n'était pas achevée, et des précisions ultérieures suivront vraisemblablement.

La relation qui suit, et qui est d'une importance exceptionnelle, doit être précédée d'un certain nombre d'explications, pour une meilleure lisibilité de ce rapport.

Ce témoignage a été collecté par Gérard Deforge, pour le compte de la Banque Internationale de données ufologiques (BP 41 - 92224 Bagneux cedex). La Banque de données a été contactée par le témoin lui-même, après avoir pris connaissance de ses coordonnées dans une revue spécialisée. Monsieur D. s'est procuré cette revue après les événements dont il a été le témoin privilégié et la victime, (parmi 4 autres un peu moins concernés semble-t-il, mais dont le témoignage est d'une importance majeure aussi).

Nous verrons qu'il y a d'autres personnes impliquées.

Auparavant, le témoin n'était pas un lecteur de ce genre de revue, et il considérait le phénomène, qu'il connaissait par « on-dit », avec une certaine distance. Et sans jamais s'impliquer dans une recherche ou activité quelconque concernant ces manifestations, dont pourtant deux personnes de sa famille avaient été déjà les témoins, elles aussi.

- Il nous faut être précis et commencer par présenter M.D :

- M.D est un retraité de belle stature et d'une élégance raffinée. En activité, il était technicien supérieur de l'aéronautique, utilisé dans des postes sensibles et dans diverses compétences exigeantes. C'est aujourd'hui un grand-père qui vit simplement et confortablement, très aux petits soins de ses petits enfants et de sa famille : son plus cher désir est qu'on le laisse tranquille. Il redoute que la divulgation de ce qui lui est arrivé attire sur lui des investigateurs qu'il ne veut absolument pas rencontrer : il a assez donné.

Pourtant M.D. a bien voulu accepter de nous confier son témoignage : ce qui lui est arrivé est tellement fort que garder en soi éternellement de telles choses est très éprouvant. En parler à n'importe qui l'est tout autant, même quand il tenta d'en faire la triste expérience avec des gens apparemment sérieux et formés pour une écoute attentive de l'autre : des médecins par exemple... Un accord a été conclu : le nom des témoins ne sera pas divulgué, ce sont tous d'ailleurs des personnes à haute responsabilité dans leur activité professionnelle. L'enquêteur a formellement promis qu'il publierait cette relation sous son nom. Enfin, le témoin principal a conscience que son témoignage peut servir la cause de la science, et à des avancées de l'Humanité dans la compréhension de ces phénomènes encore inexpliqués.

Enfin, sur le plan rédactionnel, le témoin a consigné ce qui lui est arrivé et qui se prolonge aujourd'hui par diverses manifestations, sur des feuillets au nombre d'une quarantaine actuellement : il garde ses feuillets pour lui, c'est une sorte de journal intime. Nous nous sommes mis d'accord : je l'écouterai raconter ce qui lui est arrivé, de la manière dont il désire me le communiquer, ensuite je lui poserai les questions que je penserai appropriées, enfin je rédigerai le rapport final, qu'il aura préalablement relu et reconnu comme une relation honnête de son aventure, avant toute communication à l'extérieur.

Pour ce faire, le témoin m'a accordé environ huit heures d'entretien, et je l'en remercie vivement. Ces entretiens se sont en grande partie déroulés à son domicile, le dimanche 5 mars 1998 après-midi ainsi que le 13 mai après-midi. Ce dernier jour, le rédacteur en chef-adjoint de la « Gazette du Val d'Oise » a participé à une partie de l'entretien.

Le témoignage de « Monsieur D. »

Nous sommes donc le 10 janvier 1998. Monsieur D. est convié à un rendez-vous de chasse au lieudit « Le Ruel » (se reporter à la carte du secteur de la commune de Haravilliers).

Le Ruel est un hameau de Haravilliers. Le lieu exact du rendez-vous est un parking situé au lieudit « la guibarderie ».

C'est le petit matin, il fait encore nuit. La voiture de M.D avec ses 4 occupants, circule doucement, arrivant par la rue des terres St. Denis. La voiture est une Peugeot 306 gris métallisé, à essence. Elle est suivie par une Xantia pilotée par une personne seule, qui se rend aussi au rendez-vous de chasse. L'ami qu'ils doivent rejoindre sur le parking de la guibarderie circule à bord d'une Mercedes turbo-diesel blanche. Quelque chose frappe l'esprit des 4 occupants de la Peugeot : c'est la qualité de la météorologie locale. L'air est lumineux, le ciel apparaît très pur et étoilé. Pas un soupçon de brume nulle part.

Les voitures arrivent au niveau du carrefour avec le cd 188 et continuent leur route vers le NO.

 

Après quelques tours de roue dans cette direction, face aux voitures, au loin, une zone illuminée apparaît au-dessus de l'horizon. C'est un spectacle tellement insolite et merveilleux que tous ne disent rien, regardent cette débauche de lumière, droit devant eux. M.D éprouve une curieuse impression : il se sent concerné par cette chose, il ressent ce phénomène comme lui étant, d'une manière inexplicable, destiné. Il se dirige vers cette chose invraisemblable, devant eux, cette chose immobile qu'il commence à pouvoir détailler avec une extraordinaire précision : une chose énorme, incroyable. Sa formation de technicien lui permet d'enregistrer très rapidement une foule de paramètres, sur les couleurs émises, la forme des projecteurs, qu'il assimile à de puissantes rampes d'éclairage, « environ 5 m sur 3 », telles qu'on les voit dans les stades, mais de puissant éclairages colorés... qui n'éclairent rien, ainsi que bien d'autres détails sur les formes et dimensions. Seulement trois couleurs : vert, rouge, jaune. Et la chose, mais oui, il va passer bientôt au-dessous, c'est une certitude. M.D., même longtemps après cette rencontre, se demandera vraiment pourquoi il n'a pas stoppé son véhicule à ce moment, mais pourquoi donc ? Non, il roule toujours, à la rencontre de ce gigantesque « objet », qui demeure immobile. Maintenant, il le détaille avec de plus en plus de précisions, tout est tellement net. Le moment arrive où la voiture va s'engager sous la chose, en fait sa voiture arrive en bordure du disque, ce disque qu'il peut détailler donc très bien par le côté gauche de sa voiture. M.D. a le sentiment très net que l'énorme engin a une masse de plusieurs milliers de tonnes. Cette « chose » est littéralement « au parking », toute son énergie est au minimum, juste de quoi se maintenir en état stationnaire. Le moteur de la voiture ne s'arrête pas. Un bref instant, un flot de sensations aiguës traverse l'esprit du témoin : il ressent comme un sentiment de tristesse dans l'environnement de cet étrange objet tout grisâtre. La chose ne se trouve qu'à une petite dizaine de mètres du sol - « 3 étages d'immeuble », dit le témoin. Il a l'étrange sensation que son cerveau « se vide » ; plus de pensée, plus de réflexe, il se décrit comme une coquille vide. Une sorte de curiosité irrésistible et incontrôlée le pousse à baisser la vitre de son véhicule, côté conducteur, pour mieux voir le dessous de la chose qui, bien que totalement dépourvu d'éclairement à ce moment, en dehors peut-être du reflet de lampadaires espacés encore allumés le long de la route, lui apparaît alors avec une foule de détails d'une netteté parfaite, comme si le phénomène était légèrement éclairé de l'extérieur, et suffisamment pour que l'on puisse tout voir.

Comme 2 autres témoins du véhicule, il voit une forme ronde que, par recoupement de repères, il estimera plus tard à 45 m de diamètre. Vraiment, un objet de plusieurs milliers de tonnes, suivant son estimation. Se penchant par la vitre ouverte, le témoin voit par le dessous une forme plate et grise, régulièrement parsemée d'espèces d'ouvertures sombres de un mètre de diamètre.

Après recoupement avec les observations des autres témoins, il ressent que ces « trous » sont le siège de puissants projecteurs que le témoin isolé dans sa Mercedes déjà garée en amont verra converger jusque sur sa voiture (voir le dessin), mais, à propos de ce témoignage que nous ne connaissons pour l'instant que par la voix du témoin principal, la Mercedes garée était bien plus que située à la convergence de faisceaux lumineux : elle était littéralement baignée par une multitude de faisceaux des trois couleurs déjà mentionnées, au moment du survol de son propre véhicule. Et pour le témoin, il ressent que ces sources lumineuses font partie du système de propulsion du phénomène... Vers le centre, une espèce de tourelle octogonale renversée semble ressortir d'environ un mètre du « vaisseau ». Toute la structure de la chose apparaît avec une grande netteté, malgré la nuit encore présente. Au centre de cet octogone d'un gris un peu plus clair, une grosse zone creuse, de forme circulaire, et d'un diamètre d'environ 6 m. Sûr que ce n'est pas une tuyère, se dit le témoin, malgré l'emplacement qui pourrait y faire penser, non, cette excavation parfaitement circulaire dans laquelle il ne voit rien, il en est certain, c'est une sorte de porte.

Aucun bruit n'est perceptible, aucune vibration de l'air. Un calme extraordinaire : le témoin n'entend même plus tourner le moteur de sa voiture ; et plus que jamais ce sentiment de tristesse qui semble habiter cette chose et son environnement immédiat. La voiture roule toujours, lentement, tous phares allumés, il ne se passe rien.

C'est à ce moment précis que les 4 occupants de la voiture, alors que le bord du disque volant est à l'aplomb de leur véhicule, c'est à ce moment précis que les 4 voient leur conscience anesthésiée. Personne, mais vraiment personne ne se souvient plus de rien.

A un moment, le témoin reprend conscience. Que s'est-il passé ? Où est-il ? 3 minutes se sont écoulées environ. Il ne se souvient de rien. Il a le sentiment que trois minutes ont passé, mais pas de preuve. Le témoin sait maintenant où il se trouve, il connaît parfaitement cet itinéraire, il connaît parfaitement les distances, et cela le conduit à cette évaluation de cette période de « missing time » : il se trouve au débouché du fameux parking où il a rendez-vous avec son ami. La voiture est bien en ligne sur le chemin, le moteur tourne, la chose a complètement disparu. Les 4 occupants ont repris leur conscience : une distance de 1,200 Km a été parcourue par leur voiture. Comment ? Mystère. Incompréhension totale, encore à ce jour. Une seule certitude alors s'impose pour le témoin : il n'était plus en état de conduire sa voiture, il avait perdu sa conscience, il avait été vidé de tout... mais que s'est-il donc passé ?

La voiture finit donc par s'engager sur le fameux parking du rendez-vous, cette fois le pilote de la voiture conduit en toute conscience. Sur le parking, la Mercedes de leur ami attend sagement. Rapidement, leur ami leur décrira qu'une chose incroyable l'a survolé. Lui a eu droit à tout l'attirail lumineux du phénomène : description identique, altitude estimée par recoupement avec la hauteur des arbres au niveau de ce deuxième survol : environ 20 mètres. Les faisceaux lumineux en dessous convergeaient sur le sol, baignaient même complètement sa voiture, et la voiture fut donc un instant éclairée par les trois couleurs en même temps, (ce qui est une bonne indication sur le fait que ces lumières ne semblaient pas ou peu miscibles entre elles). Ce témoin ne ressentit aucune des émotions enregistrées par M.D.

Son cerveau ne fut traversé apparemment par aucune pensée particulière, l'impression de M.D est que son ami fut survolé « par accident » : il n'était pas concerné par les intentions du phénomène. Ce précieux témoin n'a pas été encore interrogé, mais la suite des événements donne pour l'instant du crédit aux impressions de M.D.

Les 6 amis retrouvent vite les 25 autres personnes avec lesquelles ils ont rendez-vous. Apparemment, aucune d'entre elles n'a quoi que ce soit à dire sur ce qui s'est passé.

Ont-ils vu des choses ? Le saura-t-on jamais ? Ce qui est certain, c'est que tous se retrouvent, normalement pour ainsi dire. M.D. va réellement sortir de son brouillard mental que vers 9 h un quart. Mais pourquoi, pourquoi n'a-t-il pas eu l'idée de s'arrêter, se reproche-t-il en lui-même, pour mieux observer le phénomène. Vers midi, tous les participants à ce rendez-vous de chasse prendront une collation apportée par un traiteur. Les conversations iront bon train sur les sujets habituels, personne n'évoquera la vision du matin. Sur le moment, tout se passe comme si les témoins avaient oublié ce qu'ils ont vu, et de cela, parmi bien d'autres choses, notre témoin n'est pas encore revenu.

Ainsi va se dérouler la journée du 10 janvier, pour la suite des événements : une partie de chasse entre amis, comme bien d'autres fois par le passé.

Pendant de nombreux jours, plus personne ne parlera de ce qu'il a vu, parmi les 5 témoins recensés. Encore à ce jour, 18 avril 1998, au moment où j'écris ce rapport après avoir longuement auditionné le témoin, ces témoins n'ont pas eu le désir ou l'opportunité de se rencontrer à nouveau pour évoquer ce qu'ils ont vu.

M.D. a mis près de un mois avant de ressentir l'impérieux désir d'essayer de comprendre ce qui lui est arrivé. Avant d'évoquer cette importante question, il nous faut nous arrêter sur un autre aspect du phénomène, précisément lié au paramètre « temps ». C'est que les conséquences du phénomène perdurent, malgré le temps qui passe.

Tout d'abord, dans les jours qui ont suivi le 10 janvier, sans pouvoir situer exactement de date, M.D. a ressenti de profondes irritations aux yeux. Il a eu une sensation de brûlure, très invalidante. Il a consulté un praticien. Cet ophtalmo lui a explicitement dit qu'il avait été brûlé aux yeux. Devant l'insistance des questions du praticien, M.D., n'osant dévoiler l'origine de sa lésion devant une autorité médicale, a évoqué la proximité d'un appareil rayonnant dans son travail. Le praticien lui aurait chaudement recommandé de dire à son patron de ne plus l'exposer à de telles radiations. M.D. aurait alors suggéré qu'il ne travaille plus, et que le « bombardement » dont il a été l'objet aurait une autre source. Voyant que le praticien commençait à le regarder d'une drôle de manière, M.D. n'aurait pas insisté pour essayer de convaincre son interlocuteur. Lui, ce qu'il voulait, c'est guérir. Un traitement à base de collyre à la cortisone lui a été délivré. Mais, même aujourd'hui, quand M.D se trouve en rupture de médicaments, il ressent encore des effets douloureux au niveau de ses yeux. Par contre, sa vision ne semble pas avoir été affectée par le rayonnement. Rendons hommage à ce praticien, tout de même, qui, à la demande de M.D., a bien voulu signer une attestation médicale, dont le libellé est une confirmation crédible des affirmations de notre témoin, quant à ses lésions.

L'attestation rédigée par un ophtalmologiste, à la demande de "M.D.". L'identité du médecin est facilement lisible sur le document original surchargé

Un autre effet physique s'est produit : une sorte de tache brune est apparue en même temps que la brûlure aux yeux, en haut de la pommette gauche. (M.D. a tout de suite pensé que s'il n'avait pas passé sa tête penchée vers l'extérieur de la portière pour mieux voir « la chose », il n'aurait pas été brûlé. Il pense fermement qu'il a été le seul à subir ces dommages parce que les autres personnes ont bénéficié de l'effet « cage de Faraday » des véhicules). Cette tache n'a pas apporté de souffrance ou de gêne au témoin, et elle se résorbe lentement. J'ai pu moi-même constater la présence de cette tache, encore bien visible, et d'une étendue d'environ une dizaine de cm2.

Les effets physiques se sont lentement accompagné d'autres conséquences qui troublent profondément notre témoin. Ces conséquences sont d'ordre psychologique et intellectuel.

Conséquences d'ordre psychologique :

Le témoin s'est décrit comme étant initialement un homme très simple et discret. Peu bavard, il est d'un naturel un peu solitaire, et ne se sent pas un grand besoin de communiquer. Pourtant, depuis qu'il a subi ce phénomène, d'après les réactions de sa famille, en particulier de son fils, ceux-ci le trouvent beaucoup plus enclin à discuter, extérioriser ses idées et impressions, à tel point que son fils, ayant comme du mal à reconnaître son père dans ces moments là, le rabroue gentiment.

Conséquences d'ordre intellectuel :

M.D. me dit ne pas comprendre ce qui lui arrive. Il me le dit au bout d'un très long moment d'hésitation ; c'est quelque chose qui déstabilise cet homme pétri de rationalité et de certitudes techniques. Me regardant avec une espèce d'angoisse au cœur, M.D. me déclare : « ILS sont impolis mais pas trop méchants ». Cette phrase s'éclaire lorsque M.D. me fait l'honneur de me dévoiler certains aspects de ces manifestations très particulières. En effet, par moment, à n'importe quel moment, des pensées lui viennent, des pensées qui ne sont pas sa pensée, cela vient n'importe quand, principalement le jour... « Peut-être au rythme des approches ou de l'éloignement de la chose » qu'il a vue, et qui, d'une certaine manière, « demeure en contact avec lui ». Cette chose qui, selon lui, « n'est venue de nulle part et qui retourne au néant », comme elle est venue, et comme elle le décide, selon des lois qui nous sont incompréhensibles. Cela fait comme des « infos flash de télévision », cela vient sans prévenir, cela s'en va comme ça. Ces idées sont de tous ordres ; des messages sur l'avenir de l'humanité - pas très réjouissant ; « une catastrophe nous menacerait, la rencontre avec un gros astéroïde peut-être », des bribes d'informations scientifiques : « Connaissez-vous les tachyons » ?, me dit mon interlocuteur. « Je n'ai jamais entendu parler de cela, je n'ai même pas eu l'idée d'aller regarder dans une encyclopédie pour voir si ça existe ». Je lui réponds que je suis loin d'être un spécialiste, mais qu'il me semble me souvenir, au minimum, que les tachyons sont des particules subatomiques mises assez récemment en évidence dans les cyclotrons. Mais je ne me souviens pas de leurs caractéristiques précises.

« Eh bien, me dit-il, il semblerait que les tachyons, ce serait des particules, effectivement, mais dont une caractéristique essentielle est qu'elles sont capables de se mouvoir à une vitesse supérieure à celle de la lumière »... Autre exemple : « L'univers serait vraiment habité en toute chose par une logique binaire. Chacune régie par le plus ou le moins. Par exemple, ce que j'ai vu, ce phénomène, je le ressens comme une expression d'une entité négative : lumières froides, tristesse, couleur sombre du vaisseau, silences. » Ce vaisseau justement, « reparlons-en : au moment où il m'a survolé, et où il m'a volé ces trois minutes qui manquent dans mon emploi du temps, dans ma vie, ILS m'ont peut- être implanté une espèce de micro-puce électronique dans le cerveau, dont j'identifie clairement aujourd'hui la fonction. Je viens d'avoir seulement ces derniers jours cette certitude, je cherchais une explication à tout ce qui m'arrive, et c'est la seule qui s'impose à moi. Alors cette fonction, c'est de servir de relais entre eux et moi, c'est un système qui leur permet de m'injecter des pensées qui n'ont jamais été les miennes. Et c'est pour cela que je les trouve... impolis ! Mais pas trop méchants. Parce que s'ils avaient été méchants, ils pouvaient sur l'instant faire tout ce qu'ils voulaient de nous, ils étaient la Force, et ils nous avaient paralysés. Autre chose sur ce vaisseau : dans les pensées et images qui s'imposent à moi, il y a une sorte de « visage », (mais ce n'est pas un visage), qui semble comme incrusté en moi, d'une manière presque obsédante. C'est une forme, une espèce de heaume de chevalier, et je l'ai représentée pour vous. Je vous donne aussi ce dessin, avec les précisions qui s'imposent à moi. Ces entités étaient peut-être dans le vaisseau. Je les vois ainsi. Peut-être aurai-je la force un jour de donner mon accord à des spécialistes en qui j'aurai entière confiance, pour procéder à une régression hypnotique qui pourrait m'aider à retrouver ce que j'ai vécu pendant ces trois minutes. Voyez-vous, pour moi, ces entités cuirassées étaient elles-mêmes dépourvues de pensée, de vie : elles étaient manipulées pour faire un certain travail. Les orbites, je les vois vides. Ce « heaume », je le vois très sombre aussi, comme le reste. Tout est métal, artificiel et sans âme ni conscience.

Ce qui me frappe le plus, c'est cette espèce de rangée de dents. Mais ce ne sont pas des dents. Ce sont des plaques régulièrement séparées par un mince sillon, avec un séparateur horizontal. C'est un appareil, il est très blanc. Un appareil pour communiquer, des sons peut-être, des ondes, je ne sais pas. C'est quelque chose qui peut vibrer pour émettre, pour communiquer. Cette vision de cette rangée largement déployée me met très mal à l'aise, c'est tout ce que je peux dire. J'aurais voulu voir le démarrage de cet engin, la mise en œuvre de sa redoutable puissance, une énergie formidable. »


SUITE