www.priere.org
adapté de ce site spécialisé dans les introductions bibliques, à voir :
http://introbible.free.fr/index.html


Actes des Apôtres :

(présentation détaillée)


puce L'oeuvre historique de Luc

    Le livre des Actes se présente clairement comme une continuation de l'Evangile de Luc dont il forme, en quelque sorte, le deuxième tome. De nombreux indices, tant littéraires que théologiques, militent en faveur d'une unité d'auteur.
    Unique en son genre dans le Nouveau Testament, le livre des Actes s'apparente à une historiographie apologétique, c'est à dire à une manière de raconter l'histoire au service de la défense d'une cause. Il s'agit, pour l'auteur, de présenter les débuts du mouvement religieux chrétien et sa diffusion dans le bassin méditerranéen jusqu'à Rome. Son oeuvre est structurée autour d'étapes importantes (Jérusalem, Antioche, les voyages de Paul en Asie mineure, et enfin Rome), aisni qu'autour de personnages-clé: Etienne, Pierre et Paul.
    C'est l'activité missionnaire de ces personnages qui intéresse particulièrement l'auteur. Il s'attache à nous les montrer à l'oeuvre (notamment à travers de nombreux récits de miracles) et à nous les faire entendre (à travers de multiples discours).
    L'auteur joue sur le contraste entre une jeune Eglise en pleine croissance et la multitude des forces qui tendent à s'y opposer. L'adversité est partout et prend les visages les plus divers. Dans le livre des Actes, les chrétiens ne sont pas encore aux prises avec l'empire romain, et l'administration impériale y est présentée sous un jour plutôt favorable, comme garante de la liberté d'expression des Apôtres. L'hotilité vient principalement du monde juif (Etienne, Pierre et surtout Paul en seront les victimes), mais également du sein même de la jeune Eglise, notamment dans le groupe des "judéo-chrétiens" restés attachés aux prescriptions du judaïsme.
    Théologiquement, l'auteur écrit une véritable "histoire du salut", qui commence par Jérusalem et qui a pour vocation d'englober tout le monde païen. Le véritable héros des Actes, c'est l'Esprit Saint, qui prend toujours l'initiative et force les disciples de Jésus à aller là où il veut.

puce Plan des Actes

A- L'attente  et la venue de l'Esprit Saint (1,1-26)
B- Ministère apostolique à Jérusalem (2,14-8,3)
C- De Jérusalem à Antioche
D- Les trois missions de Paul
E- Paul prisonnier
F- Le voyage à Rome

puce Histoire de la rédaction

Deux textes bien différents
    Le texte du livre des Actes est complexe à établir. En effet, il nous a été conservé à travers deux traditions très différentes:
    Les deux textes peuvent revendiquer la même ancienneté et il est très difficile de dire lequel est antérieur à l'autre. Il peut s'agir d'une double édition du livre des Actes (les scribes de l'antiquité avaient une certaine latitude dans le domaine) ou, autre hypothèse, l'un des deux textes est à l'origine de l'autre. Une analyse fine des deux textes montrent que le texte occidental (le plus long) tend à gloser, c'est à dire à expliquer et commenter le texte alexandrin. Actuellement, de plus en plus de chercheurs considèrent que c'est effectivement le texte alexandrin qui est à l'origine du texte occidental (qui reflète d'ailleurs une théologie un peu plus tardive).
 
Qui est l'auteur des Actes ?
    A cette question, les commentaires des premiers siècles répondaient sans hésiter: l'auteur des Actes est le même que celui de l'évangile, à savoir Luc, le médecin collaborateur de Paul mentionné en Col 4,14 ; Phm 24; 2Tm 4,11. Cette identification se basait sur ce que l'on appelle "les sections en nous", c'est à dire les passages rédigés à la première personne du pluriel (16,10-17 ; 20,5-15 ; 21,1-18 ; 27,1-28,16). Comme il s'agit alors de récits de voyage, on a attribué ces sections à un compagnon de Paul impliqué dans ces déplacements, et, par extension, on lui a attribué le reste de l'oeuvre qui n'est pas rédigée à la première personne du pluriel.
    A l'examen du contenu du livre, il apparaît que l'auteur doit plutôt être un chrétien de la troisième génération, dont la théologie est élaborée après quelques décennies de christianisme. Elle s'apparente sur certains points avec celle des épîtres pastorales. De plus, l'auteur connaît l'évangile de Marc ainsi que la prise de Jérusalem en 70. Le dialogue entre Juifs et Chrétiens s'est envenimé, et l'expression "les Juifs" fréquente dans les Actes suggère que l'auteur considère que les Chrétiens ne sont plus une branche du judaïsme, mais une entité autonome. Par ailleurs, le "Paul" des Actes est très différent de l'apôtre tel qu'il se révèle dans ses lettres. Cela rend difficile l'hypothèse d'un auteur proche de Paul.
    Une rédaction peu de temps après celle de l'Evangile (qui en constitue le premier tome), vers 80-90, est donc probable. Dans la mesure où l'auteur ignore visiblement la correspondance attribuée à Paul, il est difficile de dater plus tardivement les Actes, car ces lettres ont été ultérieurement largement diffusées dans les communautés chrétiennes.
 
Quelles sont ses sources ?
    Dès 1906, l'exégète von Harnack a proposé une hypothèse selon laquelle l'auteur des Actes aurait puisé non seulement dans des traditions locales qu'il aurait recueillies au cours de ses voyages, mais aussi à trois sources écrites. Harnack a ainsi distigué trois documents:
    Ces travaux ont été régulièrements repris et critiqués, sans qu'aucune reconstitution de ces sources hypothétiques ne parvienne à entraîner l'adhésion de la critique. Quelles que puissent être ces sources, elles ont été réécrites par Luc.
    L'énigme des "sections en nous" n'est pas encore résolue. Ces sections débutent et se terminent abruptement, sans ces habiles transitions que Luc sait générer. Luc a-t-il eu accès à une recension de voyage par un compagnon de Paul ? Ou a-t-il rédigé artificiellement ces sections à la première personne du pluriel pour rendre plus vivant son récit et en quelque sorte l'authentifier, comme l'ont fait bien des écrivains comme Homère ou Flavius Josèphe ? Quoi qu'il en soit, l'auteur des Actes s'inscrit dans la tradition paulinienne et entend le montrer.
 

puce Un texte représentatif : le séjour de Paul à Ephèse (Ac 19)

 1 Tandis qu'Apollos était à Corinthe, Paul, après avoir traversé le haut-pays, arriva à Éphèse. Il y trouva quelques disciples 2 et leur dit : " Avez-vous reçu l'Esprit Saint quand vous avez embrassé la foi ? " Ils lui répondirent : " Mais nous n'avons même pas entendu dire qu'il y a un Esprit Saint. " 3 Et lui : " Quel baptême avez-vous donc reçu ? " - " Le baptême de Jean ", répondirent-ils. 4 Paul dit alors : " Jean a baptisé d'un baptême de repentance, en disant au peuple de croire en celui qui viendrait après lui, c'est-à-dire en Jésus. " 5 À ces mots, ils se firent baptiser au nom du Seigneur Jésus ; 6 et quand Paul leur eut imposé les mains, l'Esprit Saint vint sur eux, et ils se mirent à parler en langues et à prophétiser. 7 Ces hommes étaient en tout une douzaine.
8 Paul se rendit à la synagogue et, pendant trois mois, y parla avec assurance. Il entretenait ses auditeurs du Royaume de Dieu et cherchait à les persuader. 9 Certains cependant, endurcis et incrédules, décriaient la Voie devant l'assistance. Il rompit alors avec eux et prit à part les disciples. Chaque jour, il les entretenait dans l'école de Tyrannos. 10 Il en fut ainsi deux années durant, en sorte que tous les habitants de l'Asie, Juifs et Grecs, purent entendre la parole du Seigneur.
11 Dieu opérait par les mains de Paul des miracles peu banals, 12 à tel point qu'il suffisait d'appliquer sur les malades des mouchoirs ou des linges qui avaient touché son corps : alors les maladies les quittaient et les esprits mauvais s'en allaient.
13 Or quelques exorcistes juifs ambulants s'essayèrent à prononcer, eux aussi, le nom du Seigneur Jésus sur ceux qui avaient des esprits mauvais. Ils disaient : " Je vous adjure par ce Jésus que Paul proclame. " 14 Il y avait sept fils de Scéva, un grand prêtre juif, qui agissaient de la sorte. 15 Mais l'esprit mauvais leur répliqua : " Jésus, je le connais, et Paul, je sais qui c'est. Mais vous autres, qui êtes-vous ? " 16 Et se jetant sur eux, l'homme possédé de l'esprit mauvais les maîtrisa les uns et les autres et les malmena si bien que c'est nus et couverts de blessures qu'ils s'échappèrent de cette maison. 17 Tous les habitants d'Éphèse, Juifs et Grecs, surent la chose. La crainte alors s'empara de tous et le nom du Seigneur Jésus fut glorifié. 18 Beaucoup de ceux qui étaient devenus croyants venaient faire leurs aveux et dévoiler leurs pratiques. 19 Bon nombre de ceux qui s'étaient adonnés à la magie apportaient leurs livres et les brûlaient en présence de tous. On en estima la valeur : cela faisait cinquante mille pièces d'argent. 20 Ainsi la parole du Seigneur croissait et s'affermissait puissamment.
21 Après ces événements, Paul forma le projet de traverser la Macédoine et l'Achaïe pour gagner Jérusalem. " Après avoir été là, disait-il, il me faut voir également Rome. " 22 Il envoya alors en Macédoine deux de ses auxiliaires, Timothée et Éraste ; pour lui, il resta quelque temps encore en Asie.
23 Vers ce temps-là, un tumulte assez grave se produisit à propos de la Voie. 24 Un certain Démétrius, qui était orfèvre et fabriquait des temples d'Artémis en argent, procurait ainsi aux artisans beaucoup de travail. 25 Il les réunit, ainsi que les ouvriers des métiers similaires, et leur dit : " Mes amis, c'est à cette industrie, vous le savez, que nous devons notre bien-être. 26 Or, vous le voyez et l'entendez dire, non seulement à Éphèse, mais dans presque toute l'Asie, ce Paul, par ses raisons, a entraîné à sa suite une foule considérable, en affirmant qu'ils ne sont pas dieux, ceux qui sont sortis de la main des hommes. 27 Cela risque non seulement de jeter le discrédit sur notre profession, mais encore de faire compter pour rien le sanctuaire même de la grande déesse Artémis, pour finir par dépouiller de son prestige celle que révèrent toute l'Asie et le monde entier. " 28 À ces mots, remplis de colère, ils se mirent à crier : " Grande est l'Artémis des Éphésiens ! " 29 Le désordre gagna la ville entière. On se précipita en masse au théâtre, y entraînant les Macédoniens Gaïus et Aristarque, compagnons de voyage de Paul.
30 Paul, lui, voulait se présenter devant l'assemblée du peuple, mais les disciples l'en empêchèrent. 31 Quelques Asiarques même, qui l'avaient en amitié, le firent instamment prier de ne pas s'exposer en allant au théâtre. 32 Les uns criaient une chose, les autres une autre. L'assemblée était en pleine confusion, et la plupart ne savaient même pas pourquoi on s'était réuni. 33 Des gens de la foule persuadèrent Alexandre, que les Juifs poussaient en avant. Alexandre, ayant fait signe de la main, voulait s'expliquer devant le peuple. 34 Mais quand on eut reconnu que c'était un Juif, tous se mirent à crier d'une seule voix, pendant près de deux heures : " Grande est l'Artémis des Éphésiens ! "
35 Enfin le chancelier calma la foule et dit : " Éphésiens, quel homme au monde ignore que la ville d'Éphèse est la gardienne du temple de la grande Artémis et de sa statue tombée du ciel ? 36 Cela étant donc sans conteste, il faut vous tenir tranquilles et ne rien faire d'inconsidéré. 37 Vous avez amené ces hommes : ils ne sont coupables ni de sacrilège ni de blasphème envers notre déesse. 38 Que si Démétrius et les artisans qui sont avec lui ont des griefs contre quelqu'un, il y a des audiences, il y a des proconsuls : qu'ils portent plainte. 39 Et si vous avez quelque autre affaire à débattre, on la résoudra dans l'assemblée régulière. 40 Aussi bien risquons-nous d'être accusés de sédition pour ce qui s'est passé aujourd'hui, vu qu'il n'existe aucun motif qui nous permette de justifier cet attroupement. " Et sur ces mots, il congédia l'assemblée.

adapté plus précisément de cette page http://introbible.free.fr/p2ac.html

fermez cette fenêtre pour revenir sur la page précédente