www.priere.org
adapté de ce site spécialisé dans les introductions bibliques, à voir :
http://introbible.free.fr/index.html


Livre de la Genèse :

(présentation détaillée)


puceLe livre des commencements

    La Genèse est un des livres les plus connus de l'Ancien Testament. Premier livre de la Bible, il s'ouvre sur les majestueux récits de création du monde, avant d'enchaîner sur l'histoire des Patriarches les plus célèbres : Abraham, Isaac, Jacob, Joseph... Il est aussi le premier livre de la section de la Torah ou Pentateuque.
 

pucePlan et résumé

I- Les origines du monde (1-11)
1) La création (1-5)
  • Premier récit de création (1,1-2,4a)
    Dieu crée l'univers en modelant le chaos et achève son oeuvre de création par l'homme. Le septième jour devient le jour de repos de l'oeuvre créatrice, expliquant ainsi le repos du Sabbat.
  • Deuxième récit de création (2,4b-25)
    Dieu, connu sous son nom de "Yahvé" façonne l'homme (Adam) et l'installe dans le jardin d'Éden, puis, à sa demande, lui façonne une compagne (Eve).
  • Le récit de la chute (3)
    Texte très célèbre qui raconte comment le Serpent réussit à tromper Adam et Eve et à entraîner leur expulsion hors du jardin d'Eden.
  • La descendance d'Adam et Eve : Caïn et Abel, Seth (4)
    avec le récit du premier meurtre, puis de l'expansion de la civilisation humaine sur la terre.
  • La généalogie d'Adam et ses descendants (5)
2) Le déluge (6-9,17)
  • Suite à la perversion de l'humanité, Dieu châtie la terre en provoquant une gigantesque inondation. Seul Noé et les siens, les hommes justes de la terre, vont échapper à la catastrophe en construisant un vaisseau-refuge (l'Arche de Noé). Après le déluge, Dieu conclut une alliance avec Noé dans laquelle il s'engage à ne plus jamais recommencer un pareil châtiment. Le signe de cette alliance sera l'arc-en-ciel.
     
3) La descendance de Noé jusqu'à Abraham (9,18-11,32)
  • Les fils de Noé, la malédiction de Canaan (9,18-29)
  • L'origine des nations de la terre (10)
  • L'histoire de la tour de Babel et la confusion des langues (11,1-9)
  • Les ancêtres d'Abraham (11,10-26)
  • La famille d'Abraham: sa femme Sara, son frère Nahor, son neveu Lot (11,27-32)
II- L'histoire des Patriarches (12-50)
A) Abraham (12-25,18)
  • Vocation d'Abraham (12,1-13,18)
    Abraham, venant de Mésopotamie, arrive en Canaan (le futur territoire d'Israël) puis se déplace jusqu'en Égypte. Suite à des difficultés relationnelles, il se sépare de son neveu Lot qui ira de son côté s'installer au sud de la Mer Morte.
  • La guerre des quatre rois (14)
    Abraham intervient dans une opération militaire et y rencontre le mystérieux personnage Mélkisédech, à la fois roi et prêtre, qui le bénit et le reconnaît comme vassal.
  • L'alliance avec Dieu (15)
    Le Seigneur conclut une alliance avec Abraham et lui promet une descendance qui possédera le pays de Canaan (car, à ce jour, le patriarche n'a toujours pas d'héritier, sa femme étant stérile).
  • La naissance d'Ismaël (16)
    Ismaël est le premier fils d'Abraham. Sa mère n'est pas la femme d'Abraham mais une servante de ce dernier (Agar). Ismaël deviendra le père des Arabes du désert.
  • Instauration de la circoncision (17)
    La circoncision devient le signe de l'Alliance que Dieu renouvelle avec Abraham en lui promettant à nouveau un héritier issu de sa femme Sara.
  • La rencontre à Mambré (18-19)
    A l'étape de Mambré, Abraham reçoit trois mystérieux visiteurs dans lesquels la tradition reconnaît l'intervention de Dieu lui-même. Le Seigneur annonce la futur naissance d'Isaac et son projet de détruire la ville de Sodome en raison de son péché. Malgré le marchandage d'Abraham, le Seigneur persiste dans son projet de destruction. Le neveu d'Abraham, Lot, qui habitait Sodome, est prévenu à temps et parvient à s'échapper, ainsi que ses deux filles qui deviendront les mères de deux peuples voisins d'Israël : Moab et Ammon.
  • La naissance d'Isaac (20-21)
    Abraham a enfin l'héritier promis. Sous la pression de sa femme, il chasse sa servante Agar et son premier-né Ismaël. Abraham conclut une alliance politique avec le roi Abimèlek à Bersabée.
  • Le sacrifice d'Isaac (22,1-19)
    Texte complexe, où Dieu met à l'épreuve la foi d'Abraham en lui demandant de sacrifier Isaac! Heureusement, Dieu intervient à temps et détourne la main du patriarche au moment où il allait exécuter son fils. Le but de ce texte est de montrer que l'époque des sacrifices humains est désormais révolue et que le sacrifice animal reste seul autorisé par Yahvé.
  • La descendance de Nahor, le frère d'Abraham (22,20-24)
  • La mort de Sara (23)
    Abraham fait l'acquisition d'une terre pour ensevelir son épouse, trace possible d'une évolution du nomadisme vers un début de sédentarisation.
  • Le mariage d'Isaac (24)
    Isaac épouse Rébécca, une proche parente puisqu'elle est de la famille de Nahor.
  • La mort d'Abraham (25,1-18)
    Après la mort de Sara, Abraham prend une autre épouse, Qetoura. Celle-ci lui donne une nombreuse descendance. Abraham meurt à 175 ans, léguant tous ses biens à Isaac.  Le récit décrit également la descendance de son fils Ismaël ainsi que la mort de ce dernier, terminant ainsi le cycle d'Abraham.
B) Isaac et Jacob (25,19-36,43)
  • Naissance d'Esaü et de Jacob et leur rivalité (25,19-34)
    Les premiers-nés d'Isaac sont des jumeaux et dès le début de leur histoire s'installe une terrible rivalité entre eux. L'enjeu est de savoir qui sera l'ainé et donc l'héritier. Par la naissance, l'ainé est Esaü, car il est sorti le premier du sein maternel. Mais Esaü vend son droit d'aînesse à son frère en échange du fameux plat de lentilles...
  • Déplacements d'Isaac (26)
    Isaac reçoit la visite de Dieu qui lui confirme la promesse faite à son père Abraham. Isaac conclut une alliance politique avec Abimèlek, pendant qu'Esaü prend des épouses parmi les Hittites.
  • Jacob usurpe la bénédiction paternelle (27,1-28,9)
    Profitant du fait que son père est devenu aveugle avec le grand âge, Jacob se fait passer pour son frère Esaü et soutire à son père la bénédiction qui est le privilège de l'aîné. Jacob s'éloigne alors de son frère en allant rejoindre Laban, le fils de Nahor.
  • Le songe de Jacob (28,10-22)
    Dans un songe, à Bethel, le Seigneur apparaît à Jacob et lui renouvelle la promesse.
  • Jacob chez Laban et son double mariage (29-30)
    Jacob s'éprend de la fille cadette de Laban, Rachel et la demande en mariage. Mais son futur beau-père réussit à le forcer à épouser d'abord l'ainée Léa. Léa enfante Ruben, l'aîné des fils de Jacob, puis Siméon, Lévi et Juda. Rachel étant alors stérile, elle offre à son mari sa servante Bilha qui lui donne deux fils, Dan et Nephtali. Rachel poursuit sa manoeuvre en donnant à son mari une autre servante, Zilpa, qui lui enfante Gad et Aser. La rivalité entre les deux soeurs monte en puissance. Léa enfante à nouveau Issachar et Zabulon, ainsi qu'une fille, Dina. Enfin, Rachel réussit à enfanter Joseph. Par ruse, Jacob s'approprie les grandes richesses de Laban.
  • Fuite de Jacob (31-32,22)
    Redoutant le courroux de son beau-père, Jacob prend la fuite, mais Laban le rattrape et finit par conclure un pacte avec lui. Jacob essaye alors de préparer une autre rencontre qu'il redoute, celle avec son frère Esaü qu'il a dépossédé de tous ses droits...
  • La lutte avec Dieu (32,23-33)
    Texte très complexe qui décrit la lutte de Jacob avec un personnage mystérieux, tantôt interprété comme Dieu lui-même, tantôt figuré comme un ange. Ce combat est l'occasion d'une nouvelle bénédiction en faveur du patriarche.
  • La rencontre avec Esaü (33,1-17)
  • La vengeance de Dina (33,18-34,31)
    Dina, la fille de Léa et Jacob, est violée par un Hiwwite du nom de Sichem. Ce dernier s'éprend de sa victime et essaye de négocier un mariage avec Jacob, mais, par ruse, les frères de Léa  massacrent toute la famille de Sichem.
  • Jacob à Béthel (35,1-15)
    Dieu apparaît à Jacob et change son nom en Israël.
  • De la naissance de Benjamin à la mort d'Isaac (35,16-29)
    Rachel enfante une dernière fois le douzième (et dernier) fils de Jacob, Benjamin. Elle meurt à issue de l'accouchement.  Isaac meurt à l'âge de 180 ans. Désormais, Jacob/Israël est le père de douze clans:
    Fils de Léa
    Fils de Rachel
    Fils de Bilha
    Fils de Zilpa
    Ruben
    Siméon
    Lévi
    Juda
    Issachar
    Zabulon
    Joseph
    Benjamin
    Dan
    Nephtali
    Gad
    Aser
  • Descendance d'Esaü, les clans d'Edom (36)
C) Joseph (37-50)
L'histoire de Joseph apparaît comme un récit beaucoup plus continu que les multiples traditions concernant les autres patriarches, à tel point que l'on parle parfois du "Livre de Joseph" pour désigner cette dernière section de la Genèse. Il est très possible que cette histoire de Joseph ait fait l'objet d'une édition autonome et n'ait été que tardivement rajoutée au livre de la Genèse.
  • Joseph vendu par ses frères (37)
    Joseph est le fils préféré de Jacob, ce qui suscite la jalousie de ses frères. Ceux-ci projettent de l'assassiner, mais se ravisent au dernier moment et vendent leur frère comme esclave à une caravane en route pour l'Égypte. Ils font croire à leur père que leur frère est mort accidentellement dans le désert.
  • Juda et Tamar (38)
    Juda, un des fils de Jacob, a une nombreuse descendance. Mais son fils aîné meurt sans avoir eu d'enfant. Sa femme, Tamar, va obtenir de son beau-père des jumeaux en se faisant passer pour une prostituée. Mis devant le fait accompli, Juda est obligé de reconnaître ces enfants comme étant de lui. Encore une naissance "irrégulière" au sein de cette famille à problèmes...
  • Joseph et Putiphar (39)
    Arrivé esclave en Égypte, Joseph devient l'intendant efficace d'un homme riche. mais la femme de ce dernier le convoite. Devant la résistance de Joseph qui ne veut pas trahir son maître, elle l'accuse de viol et le fait emprisonner.
  • Joseph à la cour d'Égypte (40-41)
    En prison, Joseph fait la connaissance de hauts fonctionnaires de Pharaon qui sont également tombés en disgrâce. Interprète des songes, il annonce à l'un d'eux qu'il va revenir en faveur à la cour. Lorsque cela se produit, ce fonctionnaire fait libérer Joseph qui devient l'interprète des songes de Pharaon. De succès en succès, Joseph devient l'intendant de tout le royaume et le sauve de la famine en annonçant bien à l'avance une période de sécheresse.
  • Voyages des frères de Joseph en Égypte (42-45)
    La famine frappe toute la région, et les frères de Joseph sont contraints de venir mendier de la nourriture en Égypte. Joseph commence par se jouer d'eux, car ils ne le reconnaissent pas. mais finalement, ému par son jeune frère Benjamin, Joseph se fait connaître de ses frères et leur pardonne leur trahison.
  • Jacob descend en Égypte (46-47,27)
    Apprenant que son fils qu'il croyait mort est toujours vivant, Jacob descend en Égypte pour le rencontrer et y demeure. Par son habileté, Joseph amasse des richesses considérables pour le compte de Pharaon en dépossédant les propriétaires légitimes de la terre d'Égypte.
  • Bénédiction des fils de Joseph (47,27-48,22)
    Les deux fils de Joseph, Ephraïm et Manassé, sont bénis par leur grand-père Jacob qui ainsi les reconnaît comme sa descendance. Ce récit permet d'expliquer pourquoi les deux clans ont le même rang que les fils de Jacob, et ainsi pourquoi le clan cadet a supplanté le clan aîné.
  • Bénédictions de Jacob (49,1-28)
    Sur le point de mourir, Jacob bénit tous ses fils et prononce à leur sujet des sentences prophétiques annonçant l'avenir de leurs clans.
  • Mort de Jacob (49,29-50,14)
  • Épilogue (50,15-26)

puceHistoire de la rédaction: la question du Pentateuque

puceUn texte représentatif : Gn 1,1-2,4a

 
Texte
Commentaire
1,1 Au commencement, Dieu créa le ciel et la terre. L'ouverture de la Bible est un récit de création. En fait, la Genèse commence par deux récits de création. Le premier, présenté ici, évoque la création de l'ensemble du cosmos, alors que le second se centre davantage sur la création de l'homme. Le premier verset donne déjà l'ensemble du résultat. Le couple de termes terre/ciel indique l'ensemble du cosmos, le monde des hommes (la terre) et le monde de Dieu et des créatures non humaines (le ciel). Il s'agit bien ici d'un commencement absolu de l'histoire, comme l'indique l'expression "Au commencement" (en hébreu bereshit, littéralement : en-tête)
1,2 Or la terre était vide et vague, les ténèbres couvraient l'abîme, un vent de Dieu tournoyait sur les eaux. Les termes traduits ici par "vide et vague" sont tohû et bohû. Ils désignent aussi bien le "vide" que le "chaos". La création va donc consister à combler ce vide et à ordonner le chaos. Les eaux représentent assez souvent dans ces récits de création des forces hostiles au projet créateur. Dans les mythes cananéens ou babyloniens, la mer est souvent divinisée (sous les noms de Yam ou Tiamat) et représente des divinités hostiles à l'humanité ou aux dieux bénéfiques.
1,3 Dieu dit : Que la lumière soit et la lumière fut. 4 Dieu vit que la lumière était bonne, et Dieu sépara la lumière et les ténèbres. 5 Dieu appela la lumière jour et les ténèbres nuit . Il y eut un soir et il y eut un matin : premier jour. La création est divisée en sept étapes, le chiffre sept symbolisant la totalité d'un cycle (comme les sept jours de la semaine). Dieu crée en employant plusieurs verbes:
  • Créer (bara') au sens de faire surgir de l'être là où il n'y en avait pas.
  • Dire, car donner un nom fait venir à l'être
  • Séparer, c'est à dire mettre de l'ordre dans le chaos
  • Faire, au sens de façonner, modeler, mettre en forme
On notera que seule la lumière (bonne) est une création de Dieu. Les ténèbres n'en sont que le contre-point. 
1,6 Dieu dit : Qu'il y ait un firmament au milieu des eaux et qu'il sépare les eaux d'avec les eaux et il en fut ainsi. 7 Dieu fit le firmament, qui sépara les eaux qui sont sous le firmament d'avec les eaux qui sont au-dessus du firmament, 8 et Dieu appela le firmament ciel . Il y eut un soir et il y eut un matin : deuxième jour. Le firmament est une sorte de voûte solide qui, dans la représentation des Anciens, séparait l'eau d'en haut (qui retombe sous forme de pluie par les ouvertures de la voûte) et l'eau dans bas qui forme les mers. Il existe également un grand océan souterrain, l'abîme, d'où sortent les sources des fleuves.
1,9 Dieu dit : Que les eaux qui sont sous le ciel s'amassent en une seule masse et qu'apparaisse le continent et il en fut ainsi. 10 Dieu appela le continent terre et la masse des eaux mers, et Dieu vit que cela était bon. La création se poursuit par une séparation de la terre (au sens de continent) et de la mer. Parce qu'elle est le reliquat des eaux chaotiques primordiales, les Hébreux considéreront toujours la mer avec suspicion. Un refrain va désormais scander le récit de création: l'affirmation que tout ce travail de Dieu est bon.
1,11 Dieu dit : Que la terre verdisse de verdure : des herbes portant semence et des arbres fruitiers donnant sur la terre selon leur espèce des fruits contenant leur semence et il en fut ainsi. 12 La terre produisit de la verdure : des herbes portant semence selon leur espèce, des arbres donnant selon leur espèce des fruits contenant leur semence, et Dieu vit que cela était bon. 13 Il y eut un soir et il y eut un matin : troisième jour. Le troisième jour se termine avec l'émergence de la végétation sur le continent désormais séparé de la mer. 
1,14 Dieu dit : Qu'il y ait des luminaires au firmament du ciel pour séparer le jour et la nuit; qu'ils servent de signes, tant pour les fêtes que pour les jours et les années; 15 qu'ils soient des luminaires au firmament du ciel pour éclairer la terre et il en fut ainsi. 16 Dieu fit les deux luminaires majeurs : le grand luminaire comme puissance du jour et le petit luminaire comme puissance de la nuit, et les étoiles. 17 Dieu les plaça au firmament du ciel pour éclairer la terre, 18 pour commander au jour et à la nuit, pour séparer la lumière et les ténèbres, et Dieu vit que cela était bon. 19 Il y eut un soir et il y eut un matin : quatrième jour. Beaucoup de nations de l'Ancien Orient (et notamment les Babyloniens chez qui les Israélites seront en exil) adoraient les astres comme des divinités. Le récit de création prend beaucoup de distance par rapport à cette idolâtrie. Le soleil et la lune (le grand et le petit luminaire) ne sont même pas nommés par leurs noms afin d'éviter toute confusion. Les astres (soleil, lune, planètes, étoiles) ne sont pas des dieux. Dans ce récit, ils ont une double fonction utilitaire: servir de lampadaires et de chronomètres! On notera que les astres n'apparaissent qu'au quatrième jour, toujours afin d'éviter de leur donner une importance suspecte...
1,20 Dieu dit : Que les eaux grouillent d'un grouillement d'êtres vivants et que des oiseaux volent au-dessus de la terre contre le firmament du ciel et il en fut ainsi. 21 Dieu créa les grands serpents de mer et tous les êtres vivants qui glissent et qui grouillent dans les eaux selon leur espèce, et toute la gent ailée selon son espèce, et Dieu vit que cela était bon. 22 Dieu les bénit et dit : Soyez féconds, multipliez, emplissez l'eau des mers, et que les oiseaux multiplient sur la terre. 23 Il y eut un soir et il y eut un matin : cinquième jour. Après la végétation, le règne animal est mis en place, en commençant par les créatures marines. Les monstres marins du verset 21 appartiennent à beaucoup de légendes des peuples voisins d'Israël (Le Léviathan de la Bible est un proche parent du Lotan cananéen par ex.).
Les êtres vivants, contrairement aux objets inanimés, font l'objet d'une bénédiction divine.
1,24 Dieu dit : Que la terre produise des êtres vivants selon leur espèce : bestiaux, bestioles, bêtes sauvages selon leur espèce et il en fut ainsi. 25 Dieu fit les bêtes sauvages selon leur espèce, les bestiaux selon leur espèce et toutes les bestioles du sol selon leur espèce, et Dieu vit que cela était bon. Le règne animal est complété par les animaux terrestres. Il est artificiellement divisé en "bestioles" (tout ce qui rampe ou glisse, lézards, serpents, petits animaux, insectes...), "bestiaux" (les herbivores) et "bêtes sauvages" (les fauves). 
1,26 Dieu dit : Faisons l'homme à notre image, comme notre ressemblance, et qu'ils dominent sur les poissons de la mer, les oiseaux du ciel, les bestiaux, toutes les bêtes sauvages et toutes les bestioles qui rampent sur la terre. 27 Dieu créa l'homme à son image, à l'image de Dieu il le créa, homme et femme il les créa. 28 Dieu les bénit et leur dit : Soyez féconds, multipliez, emplissez la terre et soumettez-la; dominez sur les poissons de la mer, les oiseaux du ciel et tous les animaux qui rampent sur la terre. 29 Dieu dit : Je vous donne toutes les herbes portant semence, qui sont sur toute la surface de la terre, et tous les arbres qui ont des fruits portant semence : ce sera votre nourriture. 30 À toutes les bêtes sauvages, à tous les oiseaux du ciel, à tout ce qui rampe sur la terre et qui est animé de vie, je donne pour nourriture toute la verdure des plantes et il en fut ainsi. 31 Dieu vit tout ce qu'il avait fait : cela était très bon. Il y eut un soir et il y eut un matin : sixième jour. Dernière étape, la plus importante: la création de l'homme. Pour ce récit, l'homme n'est pas une composante parmi d'autres du cosmos. Il est l'achèvement de la création, ce que Dieu a créé de plus beau et auquel il soumet l'ensemble.
Contrairement au second récit de création, l'homme et la femme sont ici créés dans le même mouvement, avec une stricte parité. 
Le verset 27 revêt une importance capitale en affirmant que l'homme est créé à l'image de Dieu. Il ne s'agit pas ici d'une simple ressemblance physique. L'homme est présente comme une créature intelligente, libre et responsable, exerçant (au nom de Dieu) la domination sur l'ensemble de la création.
On notera que toutes les créatures vivantes sont strictement herbivores, ce qui exclue du monde créé toute violence prédatrice. Ce n'est qu'ultérieurement que cette violence fera irruption dans le monde.
Le verset 31 conclut l'ensemble de la création par une satisfaction sans ambiguïté: tout cela est très bon.
2,1 Ainsi furent achevés le ciel et la terre, avec toute leur armée. 2 Dieu conclut au septième jour l'ouvrage qu'il avait fait et, au septième jour, il chôma, après tout l'ouvrage qu'il avait fait. 3 Dieu bénit le septième jour et le sanctifia, car il avait chômé après tout son ouvrage de création. 4 Telle fut l'histoire du ciel et de la terre, quand ils furent créés  Le septième jour, appelé à durer éternellement, est celui du "repos" de Dieu. L'oeuvre créatrice est achevée et remise entre les mains de l'homme. Le septième jour de la semaine commémorera désormais la création en devenant un jour de repos, le jour du Shabbat.

adapté plus précisément de cette page http://introbible.free.fr/p2gn.html

fermez cette fenêtre pour revenir sur la page précédente