www.priere.org
adapté de ce site spécialisé dans les introductions bibliques, à voir :
http://introbible.free.fr/index.html


Evangile de Luc :

(présentation détaillée)


lunettes Les évangiles synoptiques




puce Présentation

    L'évangile de Luc se présente comme le premier tome d'une oeuvre en deux volumes (le second est le livre des Actes des Apôtres). Dans son prologue, l'évangéliste se présente comme un historien (selon les normes de l'Antiquité) qui a mené une soigneuse enquête et recueilli témoignages et documents.
    L'évangile de Luc est fréquemment decrit comme l'évangile du salut et de la miséricorde. Jésus y est d'abord présenté comme le sauveur, le nouvel Adam venu restaurer le lien altéré entre l'homme et Dieu. Les pécheurs sont présentés comme les bien-aimés de Dieu et la mission de Jésus leur est prioritairement destinée. Les scènes de pardon et de conversion abondent (7,36-50; 19,1-10; 23,34; 23,39-43...).
    Jésus y est montré plein de douceur et de tendresse pour les pauvres et les faibles. Il est toujours à la recherche de la brebis égarée ou du fils perdu. Son regard pardonne et relève l'homme abattu. Ce qui ne l'empêche pas de montrer une grande sévérité envers les orgueilleux et les hypocrites (6,24-25 ou 16,19-21 par ex.)
    L'évangile de Luc est aussi l'évangile de l'exigence. Le renoncement pour suivre Jésus doit être absolu (14,25-33). Jésus vit une vie de prière et de pauvreté et invite ses disciples à le suivre sur cette voie. Devenir disciple implique d'adhérer à une éthique forte. Une des insistance porte sur l'utilisation des biens matériels et la prise de distance avec les attachements affectifs et familiaux.
    L'évangile de Luc s'adresse aux nations païennes et sa conception du salut est véritablement universelle. Si Jésus est bien le Messie d'Israël, sa révélation concerne tous les hommes (2,30 car mes yeux ont vu ton salut, 31 que tu as préparé à la face de tous les peuples, 32 lumière pour éclairer les nations et gloire de ton peuple Israël) Luc insiste sur l'importance et la variété des foules qui s'attachent à Jésus (8,1-3 par ex.).
 

pucePlan

Prologue 1,1-4

Évangile de l'enfance

Préparation du ministère de Jésus
Ministère de Jésus en Galilée
La montée à Jérusalem


Ministère de Jésus à Jérusalem


La Passion


Après la Résurrection

puceHistoire de la rédaction

L'auteur

    Contrairement aux autres synoptiques, la tradition attribue tardivement le troisième évangile à Luc. Il faut attendre la fin du second siècle pour trouver cette attribution chez St Irénée puis dans le canon (liste des livres reconnus comme inspirés) de Muratori. A partir de là, il deviendra classique de considérer que l'auteur de l'évangile est Luc, le médecin, collaborateur de Paul (Col 4,14; 2Tm 4,11; Phm 24).
    Peu d'éléments dans le texte de l'évangile permettent de confirmer cette position. L'auteur décrit certes la maladie avec précision, mais pas plus que ce que l'on est en droit d'attendre d'un auteur grec ou latin cultivé. Les contacts avec la théologie paulinienne sont rares, et il n'est pas sûr que l'auteur connaisse les grands écrits de Paul.
    L'auteur est certainement un familier des Écritures. Il connaît bien la version grecque de la Septante et il sait en manier la langue. Il connaît également la liturgie de la synagogue, mais semble moins précis quand il aborde la liturgie juive plus ancienne. Son grec comporte un certain nombre de sémitismes, même s'il cherche à les éviter lorsqu'il retravaille le texte de Marc. Plusieurs commentaires voient volontiers dans Luc un païen qui s'est d'abord rapproché du monde juif (comme "craignant Dieu" par ex.) avant de découvrir le christianisme.

Lieu et date de composition

    L'auteur connaît mal la géographie de la Palestine et il semble possible d'éliminer une composition de l'évangile dans ce cadre. Suivant les époques, on a proposé Ephèse, Antioche, la Macédoine ou Rome comme lieu de composition de l'ensemble Evangile-Actes.
    Luc utilise Marc et donc est composé ultérieurement. Luc connaît aussi la prise de Jérusalem de 70. Il prend également ses distances avec l'idée d'un retour du Christ imminent. Il ne semble pas destiner son écrit à des communautés en proie à la persécution. La fourchette 80-85 pourrait dès lors bien convenir pour la rédaction de cet évangile.

La communauté de destination

    Elle est très difficile à cerner: l'auteur peut s'adresser aussi bien à des Chrétiens de Méditerranée orientale qu'à des lecteurs plus éloignés désireux de mieux connaître les fondements du christianisme. Ses destinataires sont manifestement de culture et de langue grecque, et l'évangéliste s'efforce d'adapter le texte qu'il a reçu à un public ignorant les usages palestiniens.
 

puceUn texte représentatif : Luc 15 (les paraboles de la miséricorde)

15,1 Cependant tous les publicains et les pécheurs s'approchaient de lui pour l'entendre. 2 Et les Pharisiens et les scribes de murmurer : " Cet homme, disaient-ils, fait bon accueil aux pécheurs et mange avec eux ! " 3 Il leur dit alors cette parabole :

4 " Lequel d'entre vous, s'il a cent brebis et vient à en perdre une, n'abandonne les quatre-vingt-dix-neuf autres dans le désert pour s'en aller après celle qui est perdue, jusqu'à ce qu'il l'ait retrouvée ? 5 Et, quand il l'a retrouvée, il la met, tout joyeux, sur ses épaules 6 et, de retour chez lui, il assemble amis et voisins et leur dit : "Réjouissez-vous avec moi, car je l'ai retrouvée, ma brebis qui était perdue ! " 7 C'est ainsi, je vous le dis, qu'il y aura plus de joie dans le ciel pour un seul pécheur qui se repent que pour quatre-vingt-dix-neuf justes, qui n'ont pas besoin de repentir.

8 " Ou bien, quelle est la femme qui, si elle a dix drachmes et vient à en perdre une, n'allume une lampe, ne balaie la maison et ne cherche avec soin, jusqu'à ce qu'elle l'ait retrouvée ? 9 Et, quand elle l'a retrouvée, elle assemble amies et voisines et leur dit : "Réjouissez-vous avec moi, car je l'ai retrouvée, la drachme que j'avais perdue ! " 10 C'est ainsi, je vous le dis, qu'il naît de la joie devant les anges de Dieu pour un seul pécheur qui se repent. "

11 Il dit encore : " Un homme avait deux fils. 12 Le plus jeune dit à son père : "Père, donne-moi la part de fortune qui me revient. " Et le père leur partagea son bien. 13 Peu de jours après, rassemblant tout son avoir, le plus jeune fils partit pour un pays lointain et y dissipa son bien en vivant dans l'inconduite. 14 " Quand il eut tout dépensé, une famine sévère survint en cette contrée et il commença à sentir la privation. 15 Il alla se mettre au service d'un des habitants de cette contrée, qui l'envoya dans ses champs garder les cochons. 16 Il aurait bien voulu se remplir le ventre des caroubes que mangeaient les cochons, mais personne ne lui en donnait. 17 Rentrant alors en lui-même, il se dit : "Combien de mercenaires de mon père ont du pain en surabondance, et moi je suis ici à périr de faim ! 18 Je veux partir, aller vers mon père et lui dire : Père j'ai péché contre le Ciel et envers toi ; 19 je ne mérite plus d'être appelé ton fils, traite-moi comme l'un de tes mercenaires. " 20 Il partit donc et s'en alla vers son père. " Tandis qu'il était encore loin, son père l'aperçut et fut pris de pitié ; il courut se jeter à son cou et l'embrassa tendrement. 21 Le fils alors lui dit : "Père, j'ai péché contre le Ciel et envers toi, je ne mérite plus d'être appelé ton fils. " 22 Mais le père dit à ses serviteurs : "Vite, apportez la plus belle robe et l'en revêtez, mettez-lui un anneau au doigt et des chaussures aux pieds. 23 Amenez le veau gras, tuez-le, mangeons et festoyons, 24 car mon fils que voilà était mort et il est revenu à la vie ; il était perdu et il est retrouvé ! " Et ils se mirent à festoyer. 25 " Son fils aîné était aux champs. Quand, à son retour, il fut près de la maison, il entendit de la musique et des danses. 26 Appelant un des serviteurs, il s'enquérait de ce que cela pouvait bien être. 27 Celui-ci lui dit : "C'est ton frère qui est arrivé, et ton père a tué le veau gras, parce qu'il l'a recouvré en bonne santé. " 28 Il se mit alors en colère, et il refusait d'entrer. Son père sortit l'en prier. 29 Mais il répondit à son père : "Voilà tant d'années que je te sers, sans avoir jamais transgressé un seul de tes ordres, et jamais tu ne m'as donné un chevreau, à moi, pour festoyer avec mes amis ; 30 et puis ton fils que voici revient-il, après avoir dévoré ton bien avec des prostituées, tu fais tuer pour lui le veau gras ! " 31 " Mais le père lui dit : "Toi, mon enfant, tu es toujours avec moi, et tout ce qui est à moi est à toi. 32 Mais il fallait bien festoyer et se réjouir, puisque ton frère que voilà était mort et il est revenu à la vie ; il était perdu et il est retrouvé ! "

adapté plus précisément de cette page http://introbible.free.fr/p2lc.html

fermez cette fenêtre pour revenir sur la page précédente