page précédente : commentaire global
Site optimisé pour résolution 800x600, cliquez sur le lien ci-après pour connaître la résolution de votre écran   >>>
La résolution de mon moniteur est de :
Si votre résolution n'est pas de 800x600, il vous est conseillé de cliquer ici pour visualiser une page plus adaptée esthétiquement.
www.priere.org



(FIN)

PRECISION : Vous pouvez lire le commentaire biblique de 2 manières : 1) vous lisez de façon linéaire, en lisant cette page, puis une fois arrivé en bas vous cliquez sur le lien 'suivant' pour aller à la page suivante, etc... 2) Vous allez à la page que vous désirez tout de suite en utilisant les liens proposés ci-dessous et naviguez grâce aux liens que vous trouverez au début de chaque page.

 
 TABLE DES MATIERES
DES 3 PAGES DU COMMENTAIRE :
  1. Introduction au livre de l'exode
  2. Introduction du passage
  3. Le texte biblique
  4. Une erreur à éviter
  5. Commentaire globale
         (=l'idée force)
PAGE 2:



  1. Commentaire détaillé
PAGE 3 :


  1. courts commentaires patristiques sur le passage
  2. Un commentaire d'Origène






accueil
















Annuaire chrétien
( + services gratuits )


















Présentation
de
la Bible














appuyez sur 'stop' pour arrêter la musique
















cliquez le lien désiré dans la banderole ci-dessous
Présentation
d'un

livre biblique : LA GENESE : 1) (intro, Adam et Eve)      2) (de Caïn à Noé)      3) (les patriarches)
















Extraits
de
documents
de la
Tradition


















Extraits
de
'Dieu appelle'
(vol 1 et 2)


















Contactez-moi


















Espace
partage

















RETOUR
VERS
LE HAUT


A) COURTS COMMENTAIRES DE *PERES DE L'EGLISE :

I) VUE GENERALE DU TEXTE :

Le nom Amalec signifie "un peuple pécheur". Amalec a refusé le passage aux Israélites et devait donc être conquis par le croix du Christ. (St Augustin)
Quand les yeux se lèvent en pensée et que les mains se lèvent pour agir, alors nos ennemis sont conquis. (Origène)
Comment donc s'armer contre le méchant ? Il faut faire comme Moïse. (St Grégoire de Naziance)
Moïse accomplit son oeuvre de façon réfléchie et dans la vertu. (St Ambroise)
La Pierre qui supporta Moïse était le Christ. (Justin le Martyr)
Pourquoi Moïse pria-t-il assis, alors que l'on devrait prier à genoux ou prostré ? (Tertullien)
Moïse est le prototype ; Christ est la vérité. (St Jean Chrysostome)
Le signe de la croix doit se voir partout. (Maxime de Turin)
Ce passage préfigure la médiation du Christ. (St Grégoire le Grand)
La bataille dura jusqu'au soir, or le Christ mourut le soir. (Justin le Martyr)

II) VERSET 17, 8 (Alors survinrent les Amalécites) :

St AugustinST AUGUSTIN :
Amalec signifie "peuple pécheur" : il n'y a pas de vice à laquelle la loi divine résiste plus qu'à l'orgueil. Cet esprit imbibé d'orgueil devient ainsi un obstacle aux choses d'en haut et un canal pour les choses d'en bas. Par là, il accroît son pouvoir de domination, à moins que l'on évite ses pièges secrets en prenant un chemin différent. Si cet esprit fait ouvertement rage à travers un peuple pécheur, il est comme Amalek. Par son opposition, il nous refuse l'accès au pays de la promesse. Il doit alors être vaincu par la croix du Christ, qui était préfigurée par les mains tendues de Moïse.
"La Trinité"

III) VERSET 17, 11 (Moïse élevait les mains) :

OrigèneORIGENE :
Lever les mains en signe de sacrifice : en effet, de cette manière, alors que les yeux s'élèvent par la pensée et la contemplation, et, que les mains se lèvent pour agir, élevant l'âme, tout comme Moïse leva les mains, on peut donc dire : "Que mes mains s'élèvent comme l'offrande du soir" (Psaume 141, 2). Ainsi, les Amalécites et tous les ennemis invisibles seront défaits, et la pensée israélite en nous prévaudra.
"Commentaire sur l'Evangile de Jean"
St Grégoire de NazianceST GREGOIRE DE NAZIANCE :
Comment conquérir le Mauvais : dans ma lutte, cependant, je ne sais absolument pas quelle ligne d'action adopter, quelle alliance conclure, quel mot de sagesse prononcer, quelle grâce imaginer, quelle panoplie revêtir pour m'armer contre les ruses du méchant (cf. Ephésiens 6, 11). Ce que Moïse fit, c'est conquérir le mauvais en étendant les mains sur la colline, afin que la croix, ainsi préfigurée et représentée, puisse prévaloir.
"Discours"

IV) VERSET 17, 12 (Les mains de Moïse devinrent lourdes) :

St Ambroise de MilanST AMBROISE :
La victoire par le courage : Moïse montra du courage, quand ses mains se firent si lourdes que Josué le fils de Noun eut peine à les soutenir. C'est pourquoi le peuple a vaincu alors qu'il accomplissait des oeuvres, non pas avec insouciance, mais avec grande considération et vertu - non pas avec une âme défaillante ou une inclination vacillante, mais avec la constance d'un esprit ferme.
"Lettre 7"
St Justin le MartyrST JUSTIN LE MARTYR :
Moïse représenta la croix : en vérité, ce ne fut pas par la prière de Moïse que son peuple vainquit, mais, bien, parce que, pendant que le nom de Jésus était engagé dans la bataille, Moïse fit le signe de la croix. Qui parmi vous ignore que la prière qui plaît le plus à Dieu est celle qui est fait dans les larmes et les supplications ? Mais, à cette occasion, Moïse (ou quiconque après lui) ne pria pas ainsi ; il s'assit sur une pierre. Et j'ai démontré que même la pierre symbolise le Christ.
"Dialogue avec Tryphon"
TertullienTERTULLIEN :
Pourquoi Moïse s'assit pour prier : mais, pour en venir à Moïse, pourquoi, je me demande, a-t-il simplement prié assis les mains tendues, au moment où Josué combattait Amalec, alors que, dans des circonstances aussi critiques, il eût été certainement préférable qu'il exécutât sa prière à genoux, se battant la poitrine, face contre terre, sinon que c'était bien là, où le nom du Seigneur Jésus constituait le thème du discours, que la figure de la croix était également nécessaire, cette figure de la croix par laquelle Jésus remporta la victoire (Colossiens 2, 14-15) ?
"Réponse aux juifs"
St Jean ChrysostomeST JEAN CHRYSOSTOME :
Comparaison entre Moïse et le Christ : voyez comment le prototype nous a été donné par Moïse. Mais, la vérité nous est parvenue par Jésus.
En plus, sur le Mont Sinaï, quand les Amalécites firent la guerre aux Hébreux, les mains de Moïse furent soutenues par Aaron et Hur, debout de chaque côté de Moïse. Mais, le Christ, lors de sa venue, par sa propre puissance, étendit lui-même les mains sur la croix. Voyez-vous comment le prototype nous "a été donné" et comment la vérité "est venue" (Jean 1, 17) ?
"Homélies sur l'Evangile de Jean"
St Maxime de TurinST MAXIME DE TURIN :
C'est souvent que nous voyons la Croix : Quand les mains de Moïse étaient levées, Amalec était vaincu ; quand les mains de Moïse s'abaissaient légèrement, Amalec reprenait des forces.
La vergue des bateaux, ainsi que son extrémité, se déplace sous l'apparence de notre croix. Les oiseaux, eux aussi, quand ils sont portés par les airs et qu'ils volent imitent la croix avec leurs ailes déployées. Les trophées eux-mêmes sont des croix, tout comme sont ornées les victoires de nos triomphes. Ces trophées et ces victoires, nous ne devrions pas les avoir seulement sur nos fronts, mais aussi dans nos âmes, afin qu'ainsi armés, nous piétinions la vipère et le serpent, en Christ Jésus, à qui soit la gloire, pour les siècles des siècles.
"Sermon 45"
St Grégoire le GrandST GREGOIRE LE GRAND :
Moïse et la Pierre symbolisent la Loi et le Christ : Quand Moïse s'assit sur la pierre , cela préfigurait la loi reposant sur l'Eglise. Mais, cette loi avait les mains lourdes, parce qu'elle ne traitait pas avec miséricorde ceux qui étaient pécheurs, mais elle les traitait avec une extrême dureté. "Aaron" signifie "montagne de force", et Hur signifie "feu". A qui se réfère l'expression "montagne de force" ? Notre Rédempteur, dont le prophète dit : "il arrivera dans les derniers jours que la montagne de la maison du Seigneur soit établie comme la plus haute des montagnes" (Isaïe, 2, 2). Et qui est préfiguré par le mot "feu", si ce n'est l'Esprit Saint, dont le Rédempteur dit : "Je suis venu allumer un feu sur la terre" (Luc 12, 49) ? Aaron et Hur soutiennent les mains lourdes de Moïse, les rendant ainsi plus légères. De même, le "Médiateur entre Dieu et les hommes", qui est venu avec le feu du Saint Esprit, a révélé que les commandements pesants de la loi, impossibles à porter si on les interprète littéralement, deviennent plus supportables si on les comprend spirituellement. Quand il remplaça le fardeau de la loi des commandements par la force qui se trouve dans la confession de la foi, c'est comme s'il avait, en quelque sorte, allégé les mains de Moïse.
"Homélie"
St Justin le MartyrST JUSTIN LE MARTYR :
Sur la Croix jusqu'au soir : De plus, c'est à la manière du signe qu'il signifie que le prophète Moïse resta dans la position d'une croix jusqu'au soir, ses mains soutenues par Aaron et Hur. En effet, le Seigneur, aussi, resta sur la croix jusqu'au soir, quand il fut enterré. Ensuite, il ressuscita des morts le troisième jour.
"Dialogue avec Tryphon"




Origène

B) COMMENTAIRE *D'ORIGENE :

Origène




I) MOÏSE APPELLE JESUS :

La guerre étant donc imminente, voyons ce qu'ordonne Moïse : "il dit à Jésus (= Josué) : Choisis des hommes et sors demain combattre Amalec". Jusqu'ici le nom de Jésus n'avait été mentionné nulle part. Voici que pour la première fois le nom resplendissant de Jésus apparaît dans toute sa splendeur ; c'est dans ce passage que pour la première fois Moïse appelle Jésus, la Loi invoque le Christ, pour qu'il choisisse "des hommes forts" tirés du peuple. Il était impossible pour Moïse de choisir, seul Jésus peut choisir des hommes forts, n'a-t-il pas dit : "Ce n'est pas vous qui m'avez choisi, c'est moi qui vous ai choisi" (Jean 15, 16). En effet, il est le chef des élus, le prince des hommes forts, c'est lui qui combat Amalek. C'est lui qui "entre dans la maison du fort, lie le fort et emporte ses biens" (Matthieu 12, 29).

II) AU SOMMET DE LA COLLINE :

"Quand Moïse tenait la main levée, Israël était le plus fort", Moïse élève les mains, il ne les tend pas. Mais, Jésus qui, exalté sur la croix, allait étreindre de ses bras toute la terre, déclare : "J'étendis les mains vers un peuple incrédule et rebelle." Moïse élève donc les mains ; et, tandis qu'il les levait, Amalec était vaincu.

III) ELEVER LES MAINS :

Elever les mains, c'est élever les oeuvres et les actions vers Dieu, c'est avoir des actions non pas ravalées et gisantes à terre, mais agréables à Dieu et dressées vers le ciel. Elève donc les mains, en effet, celui qui "se fait un trésor dans le ciel", "là où est son trésor" (Mt 6, 20-21), c'est là aussi qu'est son oeil, et là, ses mains.
Elève les mains aussi, car l'auteur déclare :"Que s'élèvent mes mains comme l'offrande du soir" (Ps 140, 2). Si donc nos actions s'élèvent et ne sont plus sur terre, Amalec est vaincu. De plus, l'Apôtre prescrit d''élever des mains, sans colère ni dispute' (1 Tim 2, 8). A d'autres, il était dit : "Redressez les mains qui tombent, les genoux qui fléchissent, et pour vos pieds, faites des pistes droites" (Pr 4, 26). Si donc le peuple garde la Loi, Moïse élève les mains, l'ennemi est vaincu ; s'il ne garde pas la Loi, Amalec l'emporte. Et comme "notre combat est contre les principautés, les puissances, les régisseurs de ce monde d ténèbres" (Ep 6, 12), si tu veux vaincre, si tu veux gagner, élève tes mains, élève tes actions, que ta cité ne soit pas sur la terre, mais comme a dit l'Apôtre : "Marchant sur la terre, nous avons une cité dans les cieux" (Ph 3, 19-20). Ainsi, pourras-tu triompher du peuple qui t'est hostile, Amalec, et mériter qu'on dise aussi à ton propos : "De sa main cachée, le Seigneur triomphait d'Amalec" (Ex 17, 16).
Elève, toi aussi, les mains vers Dieu, mets en pratique le commandement de l'Apôtre : "Priez sans cesse" (1 Th 5, 17). Alors, s'accomplira ce qui est écrit : "Comme le veau broute l'herbe verte dans les champs, ce peuple va brouter le peuple qui est sur la terre" (Nb 22, 4). Ce qui veut dire, comme nous l'avons appris des Anciens, que le peuple de Dieu comptait moins sur la main et les armes que sur la voix et la langue : c'est en répandant sa prière devant Dieu qu'il terrassait ses ennemis. Ainsi donc fais de même, si tu veux triompher de tes ennemis, élève tes actions, crie vers Dieu, comme dit l'Apôtre : "Soyez assidus à la prière, y redoublant de vigilance" (Col 4, 2). Voilà le combat du chrétien qui défait l'ennemi.
Je crois aussi que cette figure de Moïse symbolise deux peuples : l'un est un peuple venu des nations : il élève les mains de Moïse et les dresse, c'est à dire il porte bien haut tout ce qu'a écrit Moïse, il l'interprète de façon sublime, et par là remporte la victoire. L'autre est celui qui n'élève pas les mains de Moïse, ne les soulève pas loin de la terre, n'envisage chez lui rien d'élevé ni de subtil : il est vaincu et terrassé par ses adversaires.

"Homélies sur l'Exode"


Pour savoir comment chercher un passage dans la Bible → cliquez ici

(si vous avez netscape et internet explorer, visualisez cette page, ainsi que les autres pages du site, avec internet explorer pour une présentation optimale)