www.priere.orgPage précédente



(3èmeCOMMENTAIRE)
PRECISION : Vous pouvez lire le commentaire biblique de 2 manières : 1) vous lisez de façon linéaire, en lisant cette page, puis en bas vous cliquez sur le lien 'suivant', etc... 2) Vous allez à la page que vous désirez tout de suite avec les liens ci-dessous et naviguez grâce aux liens au début de chaque page.
TABLE DES MATIERES DES 3 PAGES DU COMMENTAIRE :
PAGE 1 :
  1. Introduction au livre de Zacharie
    (ATTENTION ! Cliquez à droite sur ce lien, vous verrez le menu de l'introduction apparaître, il se peut que vous deviez remonter un peu dans la page pour voir le menu)
  2. Introduction du passage
  3. Le texte biblique
  4. Commentaire globale (= les idées forces)
PAGE 2 :



  1. Commentaire détaillé



  1. courts commentaires patristiques sur le passage


cliquez ici pour avoir une présentation de la règle de prière de ce site s'inspirant de la Liturgie des Heures
accueil































































Annuaire chrétien
( + services gratuits )

































































Présentation
de
la Bible


































































cliquez le lien désiré dans la banderole ci-dessous
Présentation d'un
livre biblique : LA GENESE : 1) (intro, Adam et Eve)      2) (de Caïn à Noé)      3) (les patriarches)

































































appuyez sur 'stop' pour arrêter la musique































































Extraits de documents de la Tradition




























































Extraits
de
'Dieu appelle'
(vol 1 et 2)



































































Contactez-moi


































































Espace
partage

































































Méthode
de
lecture biblique



















































































RETOUR
VERS
LE HAUT


INTRODUCTION AU LIVRE DE ZACHARIE :






Représentation des 12 prophètes. Abbaye de Citeaux, XIIe siècle
1) Introduction aux 12 Prophètes et à la prophétie :


Avant de s'intéresser plus particulièrement au livre de Zacharie, il n'est pas inutile de se rappeler que ce livre s'insère dans ce qu'on a coutume d'appeler les 12 Prophètes ou encore les Petits Prophètes.
Père de l'Eglise
Par rapport à de nombreux autres livres des Ecritures, les Petits Prophètes n'occupent pas de nos jours une grande place, que ce soit dans les homélies ou dans les catéchèses. Mais, il faut savoir que cela n'a pas toujours été le cas. Les auteurs du Nouveau Testament, eux, avaient bien vu l'importance que ces prophètes pouvaient revêtir quand il s'agissait de rechercher des oracles prophétiques concernant le Messie. C'est ainsi qu'il a été donné une place de choix à un grand nombre de ces 12 prophètes, et ce, dans des passages clé du Nouveau Testament. Mais que dire des Pères de l'Eglise, qui leur accordèrent un rôle encore plus décisif dans leur exégèse des Ecritures, arguant que ces livres prophétiques désignaient Jésus Christ comme le Messie promis.

Aussi, de ce qui vient d'être dit, peut-on logiquement en déduire que le nom de Petits Prophètes n'a bien sûr pas une connotation qualitative, il ne se réfère pas non plus à une quelconque hiérarchie parmi les prophètes de l'Ancien Testament. En fait, l'expression Petits Prophètes ne reflète que la longueur des livres. Comme tous les écrits des prophètes, ceux-ci appartiennent au canon officiel et témoignent de l'institution d'une Parole de Dieu dont le but est d'établir la communication entre Dieu et son peuple pour consoler ou, à l'inverse, pour réprimander. Les prophètes recevaient ces oracles sous forme de rêves, de visions, d'extases ou bien encore à travers des événements concrets. A leur tour, ils transmettaient ces oracles, mais en utilisant, cette fois, des sermons, des écrits, ou en ayant recours à des actes symboliques. Quand ils parlaient sur des sujets moraux, ils délivraient leurs messages toujours en rapport avec la loi mosaïque et les infidélités du peuple à son égard. Le souci premier était de revigorer l'Alliance entre Dieu et son peuple quand celle-ci battait de l'aile.
Chez les prophètes, et plus particulièrement les Petits Prophètes, on trouve aussi de fréquentes références au Messie promis, qui devait venir soumettre les nations, établir la justice et faire entrer tous les peuples dans l'Alliance après avoir jugé leurs actions.

En ce qui concerne les révélations prophétiques proprement dites, on doit signaler qu'elles ne suivent aucun ordre chronologique strict. Elles n'adoptent pas non plus une perspective historique à proprement parler. Une seule et même prophétie peut fort bien contenir des prédictions à court terme et à long terme. De nombreux exégètes ont d'ailleurs fait remarquer à juste titre qu'une prophétie à court terme pouvait également servir à annoncer des événements plus lointains. Ainsi, la même prophétie peut potentiellement s'appliquer à une situation contemporaine du prophète ou à une situation plus éloignée dans l'avenir. Quoiqu'il en soit, il demeure que le ministère principal du prophète était bien de ramener les Hébreux à leur Dieu (cf. Zacharie 1, 4).

L'importance du livre :
Zacharie est le onzième des 12 Prophètes. Ce livre de Zacharie, Luther l'appelait la quintessence des prophètes. Tout en admettant un peu d'exagération dans cette affirmation, il faut reconnaître que Zacharie est un élément charnière entre le passé et l'avenir, dans la mesure où il offre plus d'un lien avec les prophéties des prophètes antérieurs et qu'il annonce, dans un même temps, les thèmes du Nouveau Testament comme nul autre - il est d'ailleurs le plus cité des Petits Prophètes dans le Nouveau Testament lui-même. Cette présence de Zacharie dans le Nouveau Testament associé au fait que ce livre est l'un des plus longs des Petits Prophètes explique pour une grande part pourquoi les Pères de l'Eglise en ont tiré un matériel si abondant dans leurs écrits.
Aggée et Zacharie :
Aggée
Zacharie
Ces deux prophètes sont souvent comparés pour la simple raison que leurs prophéties concernent la même époque et abordent les mêmes thèmes. Mais, c'est précisément de cette comparaison qu'apparaît la spécificité de Zacharie. En effet, tandis que le livre d'Aggée tourne quasi exclusivement autour du thème de la reconstruction du Temple à Jérusalem après l'Exil, le livre de Zacharie, bien qu'il vise aussi à encourager cette reconstruction, embrasse une perspective plus large. Il est d'ailleurs à noter que même les prophéties de Zacharie portant sur la reconstruction du Temple couvrent une période plus vaste que chez Aggée.

En conclusion, on pourrait dire que chez Zacharie, les encouragements à rebâtir le Temple prirent une tournure davantage apocalyptique, contrairement à Aggée, qui se contenta plus de promesses de prospérité matérielle. Les visions apocalyptiques de Zacharie se focalisèrent en fait sur la gloire du Royaume messianique, qui, pour le prophète, ne devait pas tarder à arriver.

Zacharie
Dans cette section, nous nous attacherons seulement à identifier Zacharie lui-même. Son rapport à la composition du livre (a-t-il écrit tout ou partie du livre, etc...) sera traité dans la section consacrée à la composition du livre.

Notre connaissance de la vie de Zacharie se limite à peu de chose. Tout comme Jérémie et Ezékiel, il n'était pas seulement prophète, il était également prêtre, ce qui explique son insistance sur le rôle du temple et son souci de pureté de la Terre Sainte (Za 2, 16 ; 5, 1-4 ; 5, 5-11). Mais ce prêtre est un authentique prophète. Comme ses prédécesseurs, il lance des appels à la conversion (Za 1, 3-6 ; 7, 4-14 ; 8, 16-17) et se relie à eux par certains emprunts littéraires, tels Amos 7 pour les visions ; Ezékiel 40, 3-4 pour l'ange mesureur ; Ezékiel 2, 9-10 pour le rouleau qui vole.

Zacharie, fils de Bérékia (1 : 1.7), naquit à Babylone. Son grand-père Iddo (Esdras 5, 1 ; 6, 14), chef d'une famille lévite (Néhémie 12, 4), était parmi les prisonniers ramenés de l'exil sous la conduite de Zorobabel et de Josué (cf. Néhémie 12, 16). Zacharie perdit sans doute son père au cours de son enfance, et fut confié au chef de la tribu puis conduit à Jérusalem dès son jeune âge. Zacharie était peut-être encore vers les années 500 le chef de la famille sacerdotale de Iddo (Néhémie 12, 16).
Le nom du prophète signifie : l'Eternel se souvient ; il était courant dans l'Ancien Testament où il est mentionné vingt-huit fois. L'auteur revint sans doute d'exil avec ses grands-parents en 537 av. JC et grandit dans la ville (Jérusalem) démantelée à l'époque où l'on posait les fondements du second Temple dont la construction avait été interrompue. En 520, en compagnie du prophète Aggée, il essaya d'inciter les quelques Juifs revenus de la captivité à reprendre le travail. Il continua son ministère bien après Aggée. Il est fort possible, du fait de son jeune âge au début de son ministère (Za 2, 4), qu'il ait même poursuivi ses activités de prophète durant le règne d'Artaxerxès 1er (465-424 av. JC).
Sa mission, comme celle d'autres prophètes, semble avoir été contestée (Za 2, 13.15 ; 4, 9 ; 6, 15). La tradition en a fait un martyr (Mt 23, 35), mais à la faveur d'une confusion avec un autre Zacharie assassiné sur l'ordre du roi Joas (2 Chroniques 24, 20-22).

L'exil :
L'exil vers Babylonele message de Zacharie ne peut se comprendre qu'en référence à cet événement de l'histoire d'Israël que l'on nomme communément l'exil.
L'exil est en fait la période qui coïncide avec la captivité à Babylone (587-538 av. JC). La prise de Jérusalem et la destruction du premier Temple (celui construit par Salomon) ont en effet marqué un tournant dans l'histoire du peuple hébreu. Les Juifs déportés à Babylone représentaient l'élite de la population, ses classes dirigeantes (notables, hauts fonctionnaires) et ses ouvriers spécialisés (artisans). Il ne restait dans le pays d'Israël qu'un petit peuple rural, dont les Lamentations de Jérémie expriment la détresse. Les déportés peu à peu s'installèrent et s'organisèrent. Ils devinrent fermiers, propriétaires ou fonctionnaires et arrivèrent à une certaine aisance et même à des situations enviables, ainsi qu'en témoignent les documents babyloniens. Leur sentiment religieux s'approfondit et s'épura : le malheur national fit réfléchir.
En 539, la capitale Babylone succomba sous les coups des Perses. Cyrus II le Grand, nouveau maître de l'Orient et habile politique, concéda aux peuples asservis une certaine autonomie. Aux Juifs déportés, il accorda dès 538, par l'édit dit 'de 538', la faculté de rentrer en Palestine et d'y relever le Temple. Un premier convoi devait prendre aussitôt le départ.
Le retour d'exil et le message de Zacharie :
Quand les Juifs revisitèrent leur histoire pendant l'exil, elle leur sembla être une longue spirale les entraînant vers le bas. De façon répétée, ils avaient opposé à l'amour de Dieu une mauvaise volonté caractérisée, en désobéissant à sa loi, en adorant les idoles. Finalement, après des siècles de prophéties les menaçant de châtiment, la punition arriva. Jérusalem fut rasée par les Babyloniens. Les survivants furent déportés, chaînes aux pieds, vers 'l'autre extrémité du monde'.
Les Hébreux n'avaient pas seulement perdu une bataille, ils avaient visiblement perdu leur place dans le coeur de Dieu, et leur avenir, qui leur avait semblé assuré par leur position de peuple élu, s'était soudainement assombri.
Mais l'espoir d'un nouveau départ se fit jour quand l'empereur Perse Cyrus accéda au pouvoir. Il offrit en effet aux Juifs la possibilité de retourner dans leur pays et de reconstruire le Temple. Certains saisirent l'occasion. Ils se mirent en route vers une patrie que la plupart n'avaient jamais vue (ce voyage est décrit dans les premiers chapitres du livre d'Esdras). Ils ne voulurent pas se contenter de reconstruire ; ils espéraient échapper d'une manière ou d'une autre à cette spirale qui les avaient attirés vers le bas. Dans ce désir de briser cette spirale, véritable tendance à s'opposer à Dieu qui avait miné leur nation dès le commencement, ils virent une espérance derrière laquelle ils reconnurent la main de Dieu en personne. Mais voilà qu'à peine arrivés, ils trouvèrent la désolation. Leur ville, autrefois splendide, n'était plus qu'une ville fantôme. Tout ce qui avait de la valeur avait été détruit. Des champs fertiles étaient envahis de mauvaises herbes. Le pays était quasiment dépeuplé.

Aggée exhortant à reconstruire le
Temple

Le petit groupe de retour d'exil construisit un autel sur les ruines du Temple. Mais, il ne leur fallut pas longtemps avant d'être découragés à la perspective de reconstruire le Temple pour de bon. Ils avaient déjà eu assez de soucis pour trouver de quoi s'abriter et de quoi tirer leur subsistance de cette terre. Alors, quand leurs voisins non-juifs s'opposèrent à la reconstruction du temple, les anciens exilés s'empressèrent d'abandonner. Leur espoir d'un nouveau départ flamboyant s'évanouit. Le Temple resta donc dans un état pitoyable pendant près de 20 ans, jusqu'au moment où les prophètes Aggée et Zacharie donnèrent une nouvelle impulsion. Ces prophètes comprirent qu'aussi longtemps que le Temple resterait en ruines, le caractère distinctif du peuple d'Israël en tant que peuple de Dieu serait lui aussi comme un tas de ruines. Leurs paroles pressantes furent ce qui poussa les Juifs à s'organiser en vue de la reconstruction.
Zacharie exhortant à reconstruire le Temple
Le livre de Zacharie est finalement un témoignage écrit de cette période critique centrée sur la reconstruction du Temple. Son premier message écrit suivit de deux mois environ la pose des fondations du Temple. Le Temple devait être achevé 4 ans plus tard, en partie grâce aux encouragements de Zacharie.

En définitive, le peuple n'était rentré d'exil que pour se retrouver face à un travail énorme : reconstruire un pays. Et comme il dut de surcroît affronter les nouveaux habitants qui s'étaient installés après la déportation des Juifs, il n'est pas surprenant que des prophètes, tel Aggée, devant cette situation, éprouvèrent le besoin de prodiguer des encouragements au peuple, afin que celui-ci se remît à l'ouvrage pour rebâtir le temple ; Zacharie fit de même, bien qu'il ne tardât pas à se situer dans une perspective plus large, comme cela a été dit plus haut. En effet, devant cette démotivation bien compréhensible, Zacharie comprit qu'il fallait réaffirmer que les temps nouveaux étaient proches en adoptant une vue plus universelle et en utilisant un style plus apocalyptique, d'où les nombreuses visions présentes dans son livre. Cet élargissement de la perspective vers une nouvelle ère où la domination des nations toucheraient à sa fin, où le jugement finirait par s'abattre sur Babylone, symbole de cette domination païenne, avait été rendu d'autant plus nécessaire que le jugement final annoncé par Aggée n'était pas advenu aussi vite qu'on le pensait.

Deux parties ; un, deux ou trois Zacharie ?
Le livre de Zacharie se compose de deux parties distinctes :
  1. chapitres 1-8
  2. chapitres 9-14
Problématique :
Seul le premier ouvrage (chap 1-8) est attribué par les tenants de la thèse des deux, voire trois, Zacharie au prophète nommé Zacharie - celui qui est mentionné en Esdras 5 : 1 ; 6 : 14 - Cf. 3) Qui est Zacharie ? plus haut. Le second ouvrage (chap 9-14), lui, serait plus tardif, il serait en fait l'oeuvre d'un anonyme (Deutéro-Zacharie). Cette seconde collection du Deutéro-Zacharie aurait été secondairement rattachée à la première collection (certains spécialistes, pour les chap 12-14, parlent même d'un troisième anonyme, Trito-Zacharie - voir plus bas). De très nombreuses différences caractériseraient les deux parties, tant dans le style que dans les thèmes traités. Le second Zacharie (Deutéro-Zacharie) s'apparente, il est vrai, plus au genre littéraire apocalyptique et se rapproche par certains aspects des apocalypses d'Isaïe. Aussi, à l'inverse des chapitres 1-8, qui sont porteurs d'espoir, les chapitres 9-14 se focalisent-ils plutôt sur des aspects négatifs tels que les mauvais chefs du peuple responsables de l'état du pays ; de plus, il n'est fait aucune référence à la reconstruction du Temple.

Les 8 premiers chapitres :
Intéressons-nous maintenant aux huit premiers chapitres : après une introduction datée d'octobre-novembre 520, deux mois après la première prophétie d'Aggée, le livre rapporte des visions du prophète datée de février 519 (1, 7-6, 8). Les chapitres 7 et 8, quant à eux, trouvent leur origine dans des événements de novembre 518.
Cet ensemble des 8 premiers chapitres bien daté et de pensée homogène est certainement authentique ; il porte cependant les marques d'une révision, faite par le prophète lui-même ou par ses disciples. Par exemple, les annonces universalistes de 8, 20-23 ont été ajoutées après 8, 18-19, qui est une conclusion.

Les chapitres 9-14 (le Deutéro-Zacharie) :
Si nous passons à la deuxième partie, voilà ce que l'on peut dire : la deuxième partie, chap 9-14, qui s'ouvre d'ailleurs par un nouveau titre - 9, 1 - est tout autre. Les pièces sont sans date et anonymes. Il n'est plus question ni de Zacharie, ni de Josué, ni de Zorobabel, ni de la construction du Temple, l'auteur se projette plus loin dans le temps. Quant au style, il est différent et fait un fréquent usage des livres antérieurs, surtout Jérémie et Ezéchiel. Il constituerait une sorte d'anthologie de textes choisis. L'horizon historique ne serait plus le même : ainsi, si l'on accepte la possibilité d'un Deutéro-Zacharie ayant vécu, non plus pendant la période post-exilique, mais pendant la période de l'après Alexandre le Grand, Assur et l'Egypte seraient, respectivement, des références au royaume des Séleucides et à la période ptolémaïque. On pourrait même considérer que parfois Assur et l'Egypte viennent comme les noms symboliques de tous les opposants à Israël. En fait, selon les adeptes des deux Zacharie, il serait difficile d'établir une fourchette historique plus précise que 500-200 av. JC pour ce qui est des événements cités dans ces chapitres (chap 9-14) - voir ci-dessous pour une possible datation de certains faits historiques.

Alexandre le Grand
En dépit des difficultés qu'il y a à situer avec précision les chap 9-14 sur un plan historique, certains exégètes soutenant la théorie de l'existence d'un Deutéro-Zacharie avancent l'hypothèse que ces chapitres auraient très vraisemblablement été composés dans les dernières décennies du IVe siècle av. J.C, après la conquête d'Alexandre (alors que les chapitres 1 à 8 datent du retour de l'exil, soit le VIe siècle av. JC). Cette appréciation des faits historiques (cf. Alexandre le Grand) en rapport avec la composition des chap 9-14 expliquerait, entre autres, la référence à la Grèce en Zacharie 9 : 13, qui autrement semble être en complète contradiction avec l'époque du prophète Zacharie, qui, rappelons-le, vécut alors que la Perse était la puissance dominante (chap 1-8).

Un Trito-Zacharie ?!
De plus, malgré les efforts récemment renouvelés pour prouver l'unité de ces chapitres (chap 9-14), il faudrait finalement admettre, toujours selon les tenants de la thèse d'une composition multiple, que ces chapitres sont bel et bien disparates. On distingue deux sections introduites chacune par un titre, chap 9-11 et chap 12-14 ; le première est presque entièrement en vers, la seconde est presque entièrement en prose. On peut, par conséquent, parler d'un Deutéro-Zacharie et d'un Trito-Zacharie (= un troisième auteur) ! En fait, ces deux collections de chapitres seraient elles-mêmes composites. La première utiliserait peut-être d'anciens morceaux poétiques, préexiliques, et se référerait à des faits d'histoire qu'il est difficile de préciser (l'application de 9, 1-8 à la conquête d'Alexandre resterait la plus vraisemblable). La seconde section, chap 12-14, décrit en termes d'apocalypse les épreuves et les gloires de la Jérusalem des derniers temps. Mais l'eschatologie n'est pas absente de la première section (chap 9-11) non plus et certains thèmes se retrouvent dans les deux sections, ainsi celui des pasteurs du peuple, 10, 2-3 ; 11, 4-14 ; 13, 7-9.

Et s'il n'y avait en définitive qu'un seul auteur :
Comme nous venons de la voir, la situation est pour le moins confuse pour ce qui est de savoir "qui a réellement écrit quoi" dans le livre attribué par la tradition au prophète Zacharie. L'histoire des interprétations quant à l'auteur des différents chapitres montre que les savants sont partagés sur le sujet. En raison de la grande variété des dates proposées pour les différentes parties des chap 9-14, aucune des solutions avancées ne peut être acceptée en toute confiance.
Il serait utile, à ce moment de l'argumentation, de souligner que les rabbins n'ont jamais mis en doute l'authenticité des 6 derniers chapitres. Certes, certains passages paraissent obscurs ; des déplacements secondaires (ex : Za 13, 7-9) et des gloses occasionnelles ont peut-être été faits. Cependant, il faut le dire haut et fort, un document 'obscur' n'est pas nécessairement un document anachronique ou corrompu.
Rappelons que deux arguments principaux sont généralement avancés contre l'unité d'auteur. En premier lieu, le ton des chapitres 1-8 différerait de celui des chap 9-11 et 12-14 (thèmes, style différent, etc...). En second lieu, le passage 9, 1-8.13 se réfère aux grecs, qui n'ont eu un rôle à jouer qu'après l'époque de Zacharie.
Les défenseurs de la tradition concernant l'authenticité de Zacharie répondent que ce changement de style, de langue et de forme peut très bien s'expliquer de deux façons :
- Quand l'écrivain rédigea les chap 9-14 la situation avait changé radicalement par rapport à celle de l'an 520 av. JC. D'autre part, Zacharie était plus âgé. Son message fut donc adapté à une nouvelle génération.
- Les visions possèdent nécessairement une structure différente de celle des prophéties orales.
Certains pensent d'ailleurs que Zacharie aurait prophétisé à trois époques différentes et aurait, en outre, édité ses propres compositions. La littérature, comme la musique, peut revêtir des aspects multiples et jaillir cependant du même esprit. Au sein d'un seul ouvrage, on peut introduire diverses formes pour exprimer les traits complexes de l'oeuvre et créer dans un même temps des liens profonds qui donnent à l'ensemble une unité.
Ces liens ne manquent pas dans Zacharie, par exemple :
  • on rencontre dans les deux parties du livre une expression littéralement les allants et venants, 7 :14 ; 9 : 8 ; reprise seulement dans Ezéchiel 35 : 7.
  • La formule dit l'Eternel (/le Seigneur) se retrouve tout au long du livre ; elle apparaît dans 10 : 12 ; 12 : 1.4 ; 13 : 2.7.8, aussi bien que dans toute la première division.
  • Les yeux de l'Eternel (/du Seigneur) apparaît dans 4 : 10 ; 9 : 8 ; 12 : 4.
  • L'Eternel (/le Seigneur) des armées, en tant que titre de la divinité, apparaît dans 1 : 6.12 ; 2 : 9 ; 9 : 15 ; 10 : 3 ; 13 : 2.
  • Le verbe actif yasab (= demeurer) est employé dans 2 : 4 ; 7 : 7 ; 12 : 6 ; 14 : 10 à la forme passive, emploi peu commun par ailleurs.
  • Nulle part dans les deux parties, il n'est fait mention d'un souverain terrestre autre que le Messie.
Ainsi que ces citations du livre de Zacharie le montrent, il y a effectivement des liens entre les deux sections du livre (chap 1-8 et chap 9-14). Citons encore le retour de la nation en 2 : 6.10 et 10 : 6 et suivants. N'oublions pas non plus que le livre dans son ensemble a bien un thème commun : une nouvelle ère qui se caractérisera par la bénédiction du Seigneur. En effet, il y a bien un message qui traverse tout le livre : l'espérance d'un avenir glorieux qui attend le peuple de Dieu. Cette espérance prend la forme d'un encouragement à rebâtir le Temple dans les huit premiers chapitres. Dans les chapitres 9 à 14, l'encouragement se fera plus universel, il sera nourri par l'attente de la délivrance finale, qui devra se produire à la fin des temps. Cette délivrance sera amenée par le messie.
        Toujours à l'appui de la thèse de l'auteur unique, on peut ajouter qu'à la lecture du livre de Zacharie, il n'est pas difficile de s'apercevoir qu'un des éléments de continuité du livre est produit par l'habitude d'insérer de nombreuses citations d'autres livres de l'Ancien Testament, et ce, quelle que soit la partie du livre. Qui plus est, les images suggestives, les idées dominantes, les mots particuliers, semblent effectivement provenir d'un seul et même écrivain. L'unité est donc plus profonde qu'il n'y paraît à première vue. Ces exemples ne sont pas des preuves en eux-mêmes mais nous invitent à accepter raisonnablement l'existence d'un auteur unique attestée par les manuscrits. L'absence de tout accord entre les critiques montre bien la difficulté de fournir une autre solution satisfaisante.
En résumé, L'unité du livre de Zacharie ne peut certes pas être prouvée de manière définitive, mais cela constituerait une erreur de la rejeter trop facilement et rapidement.

Zacharie, jeune
Reste à expliquer la deuxième objection que l'on avance pour justifier l'existence de plusieurs auteurs (le Deutéro, voire Trito, Zacharie) : la référence aux grecs, notamment en 9 : 1-8.13. A ceci, on peut répondre que certains prophètes ont exercé leur ministère sur une longue période (Jérémie exerça le sien pendant 40 ans), or, il se trouve que Zacharie débuta son ministère assez jeune (Zacharie 2, 4) - Cf. 3) Qui est Zacharie ? plus haut. Il se peut donc fort bien que Zacharie ait assisté à la montée en puissance des Grecs, qui commença à se manifester en 480 av. JC par la défaite qu'ils infligèrent aux Perses dans la tentative de ces derniers d'envahir la Grèce.
Enfin, rappelons tout de même que les critiques modernes ont la fâcheuse tendance à postuler que la prédiction prophétique n'est pas possible, mais, pourquoi Dieu ne pourrait-il donc pas communiquer à son prophète des visions concernant l'avenir d'un peuple émergent (les Grecs) ?

En conclusion :
Quoiqu'il en soit, nous pouvons dire que les messages que le prophète délivrait au peuple dépendaient, comme tout sermon, de la situation particulière où il se trouvait. Sauf par inférence, ces situations nous sont maintenant inconnues. Les compilateurs du Canon ont toutefois considéré de telles paroles comme d'authentiques paroles de Dieu ; ils sentaient, en effet, que ces messages pouvaient aisément s'appliquer à un public plus large, et aux besoins nouveaux d'une communauté de croyants. En d'autres termes, le message du livre de Zacharie peut nous rejoindre aujourd'hui au-delà d'un contexte historique qui nous est devenu plus ou moins obscur.
Introduction :
Ce qui frappe de prime abord en lisant le livre de Zacharie, c'est son style vif, caractérisé par l'emploi d'images saisissantes. Par exemple, à la différence des prophètes d'avant l'exil qui voyaient Dieu personnellement à l'oeuvre dans l'histoire, Zacharie multiplie les intermédiaires au service du Seigneur (anges, cavaliers, ministres, etc..), ce qui ne manque pas d'accentuer l'aspect "fantastique". Par la même occasion, son message prend ainsi en compte la perception d'une certaine distance entre Dieu et le monde (image de la majesté de Dieu), tout en affirmant la solidité du lien qui unit Dieu à ses fidèles.
Ensuite, si l'on se concentre sur la thématique proprement dite, comme nous l'avons déjà dit plus haut dans la section consacrée au contexte historique, Zacharie, dans son livre, nous prend à témoin pour nous faire ressentir l'espérance de la petite communauté juive de retour d'exil. Dans un deuxième temps, la pensée du prophète s'élargit pour embrasser le monde entier. Ainsi l'espérance d'un nouveau départ à Jérusalem pour la petite communauté devient une espérance universelle pour un monde nouveau. Il faut également noter que dans ces prophéties en rapport avec un monde nouveau viennent se greffer des messages concernant un messie, un roi d'amour et de justice, qui sera envoyé par Dieu. Cette insistance sur ce messie de Dieu explique d'ailleurs la présence assez importante de citations de Zacharie dans le Nouveau Testament. Les chrétiens, en effet, ne manquèrent pas d'associer ce messie à Jésus.
A la lumière de ce qui vient d'être dit, on comprend aisément pourquoi le livre de Zacharie est souvent appelé le livre de l'espérance.
Message général du livre / plan général :
La volonté de Dieu s'accomplit. C'est le fondement du message de Zacharie. Dieu, le Seigneur des armées des anges, possède le contrôle absolu de la vie et de l'histoire. Symboles, visions, images permettent à Zacharie de proclamer, avec la plus grande énergie, que nul n'a rien à craindre s'il fait la volonté de Dieu qui tient tout en mains. Le Messie viendra une première fois dans la faiblesse, puis en Juge souverain.
En définitive, le livre insiste sur la souveraineté de Dieu dans l'histoire, souveraineté qui s'exerce sur les peuples et les nations, au passé, au présent et au futur.
 PLAN GENERAL 
  1. Introduction (1, 1-6)
  2. Série de huit visions (1, 7 à 6, 15)
  3. Oracles divers (7, 1 à 14, 21)
Liste des thèmes abordés dans le livre :

le Temple de Salomon
  1. LE TEMPLE : Comme Aggée, Zacharie se préoccupe de la reconstruction du Temple. Mais il fait une part plus large à la restauration nationale et à ses exigences de pureté et de moralité, et l'attente eschatologique est plus pressante. Sous forme de récits de visions, le prophète fait comprendre que la reconstruction du temple ainsi que le rétablissement de Jérusalem dans son rôle central marquent l'entrée dans un temps nouveau. Pour inaugurer ce temps, Dieu choisit le gouverneur Zorobabel et le grand-prêtre Josué. Zacharie en profite pour rappeler le rôle de purification de l'exil, même si la conversion de tous reste encore à réaliser. Au passage, il juge sévèrement ceux qui ne font pas bon accueil aux exilés revenus en Juda (voir 4) le contexte historique). En refusant de leur restituer leurs biens, ils vont attirer sur eux un terrible jugement (5, 1-4). Parallèlement, l'espérance d'Israël va de plus en plus se concentrer sur l'attente du moment où Dieu régnera sur la terre entière. Ainsi, le rétablissement du peuple sur sa terre et dans son intégrité est la première étape, mais ensuite, c'est l'intégration des païens qui marque l'achèvement du projet de Dieu sur toute la création. Mais cet universalisme reste toutefois exclusivement centré sur Jérusalem. Les païens sont en fait invités à devenir Juifs, à adopter la loi juive.
Le monde nouveau
  1. LE MONDE NOUVEAU : Pour le juif pieux, le retour de l'exil et la chute de Babylone, vaincue par les Perses, ne pouvait que signifier la défaite imminente des oppresseurs païens et la venue du jour du Seigneur. Il était donc impératif qu'en préparation de ces événements, le Temple du Seigneur soit rebâti, afin que, selon les prédictions d'Isaïe et d'Ezéchiel, le Seigneur retrouve son trône royal prêt à l'accueillir lors de son retour à Sion. De là, il exécuterait ses desseins sur le monde (Is 52, 7-10 ; Ez 43, 4-5). Aussi, l'espoir indestructible du peuple d'Israël écrasé par le poids du malheur traverse-t-il tout le livre, cet espoir d'un peuple qui croit avec force que le salut du monde finira par arriver par son intermédiaire, lui, l'instrument choisi de Dieu.
Le changement de coeur
  1. LE CHANGEMENT DE COEUR : Zacharie, bien qu'il mît l'accent sur la reconstruction du Temple, n'était pas d'abord intéressé par le bâtiment en tant que tel. Derrière la reconstruction de cet édifice, il visait à raviver la relation entre Dieu et son peuple, cette relation, dont le Temple n'était en réalité que le symbole. Dès ses premières paroles, Zacharie avertit son peuple de ne pas ressembler à ses ancêtres. A quoi un temple leur avait-il servi ? Un nouveau départ pour qu'il soit réel nécessitait un changement de coeur. Revenez à moi, déclare le Dieu Tout-Puissant, et je reviendrai à vous (Za 1, 3).



Le messie












Le messie












Le messie












Le messie












Le messie












Le messie
  1. LE MESSIE / LE NOUVEAU TESTAMENT :
    - En guise d'introduction, on peut dire qu'il y a à l'évidence un fort courant messianique dans ce livre, surtout dans la deuxième partie (chap 9-14).
    Ce courant trouve son origine en partie dans le contexte historique de l'époque (Cf. 4) Le contexte historique plus haut). On peut ajouter à ce sujet que le retour d'exil combiné à la présence du gouverneur Zorobabel, dont les origines généalogiques remontaient à David lui-même, ne manqua pas de renforcer la conviction chez Zacharie que le roi messianique était au milieu du peuple ; c'est pourquoi le prophète se trouvait plus enclin à penser que le Seigneur interviendrait de manière imminente, qu'il mettrait fin à la domination honnie des oppresseurs païens, qu'il justifierait son peuple élu et qu'il inaugurerait ainsi le Règne messianique.
    En dernier lieu, il convient de souligner que pour le Nouveau Testament, toutes les prophéties du livre de Zacharie ayant trait au messie ont été accomplies en Jésus Christ.
    - Comme il a été dit plus haut, le livre de Zacharie, surtout dans sa deuxième partie, devient plus apocalyptique, laissant espérer un monde nouveau. Mais en même temps, la venue de ce nouveau monde est indissociablement liée à la mission d'un homme choisi par Dieu. Les chapitres 9-14 donne même des traits particuliers à celui qui instaurera le règne de Dieu, en le présentant tour à tour comme un roi humble et victorieux, comme un berger ou comme l'envoyé mis à mort. Les évangélistes ont repris ces traits pour présenter la personne et la mission de Jésus, en particulier dans les récits concernant sa mort (Mt 21, 4-5 ; Mt 26, 31 ; Mc 14, 27 ; Jn 19, 37).
    - Si l'on se penche plus avant sur ce messianisme du livre de Zacharie, on ne tarde pas à voir qu'il est eschatologique. En effet, la venu du messie marque l'entrée dans le temps de la fin. Mais le rôle du messie reste encore très limité chez Zacharie. C'est le Seigneur Dieu qui accomplit tout : il réduit les ennemis à l'impuissance et assure le retour des dispersés et la réunification du peuple divisé. Le dessein de Dieu passe cependant par une figure mystérieuse, à la fois roi pacifique, bon pasteur et transpercé. L'action de ce messie est essentiellement interne : sa présence et sa destinée doivent entraîner une conversion du peuple. C'est la raison pour laquelle la reconstruction du Temple et la restauration nationale ouvrent nécessairement chez Zacharie sur une ère messianique. Mais c'est le Seigneur Dieu qui se charge du reste du monde.
    Avec cette utilisation du messie en rapport avec la fin des temps, on comprend mieux pourquoi Zacharie a servi de base à plusieurs textes de l'Apocalypse qui décrivent l'oeuvre du Messie, mais cette oeuvre, dans l'Apocalypse, a une portée plus importante et plus universelle.
    - Un messie à plusieurs visages :
    • Le roi-messie (9, 9-10). Il réalise l'attente et l'idéal prophétique des "pauvres du Seigneur". Par son programme de pacification, qui dans ce passage se fait plus universel, et par l'extension de son royaume, il élève encore l'idéal royal représenté par David et Salomon.
      Il est utile de rappeler que le roi-messie n'a rien à voir avec le concept de roi comme on l'entend en ce monde. Il est, comme il vient d'être dit, le roi "des pauvres du Seigneur". Le roi-messie est donc un roi humble, même si sa mission est ambitieuse (programme de pacification, extension de son royaume au monde entier, introduction d'un monde nouveau, etc...). C'est bien cette image de roi-messie humble que le Christ reprendra à son compte quand il entrera à Jérusalem le dimanche des rameaux assis sur un âne (Za 9, 9 // Mc 11, 1-10), l'âne étant ici un symbole de paix et d'humilité.
    • Le bon berger (Za 11, 4-17 ; 13, 7-9). Il se relie moins à l'idéologie royale qu'au modèle du Berger, représenté par le Seigneur lui-même en Ezéchiel 34, 11-22.31.
    • Le transpercé (Za 12, 9-14). Cette figure mystérieuse rappelle le Serviteur souffrant (Is 53). Comme pour le Serviteur, le sacrifice du Transpercé est source de transformation des coeurs (Za 12, 10), de purification (Za 13, 1). Le lien avec l'antique figure royale est rappelée par de discrètes allusions à la dynastie davidique (Za 12, 7-8.10.12 ; 13, 1). Cependant la gloire messianique fait place au dépouillement et à l'échec, source de salut. Cette figure du Transpercé, du messie pauvre et humilié, explique l'utilisation qu'en font les évangélistes pour présenter le rôle et la personne de Jésus, spécialement dans sa passion (Jn 2, 16 ; Mt 21, 4-5 et Jn 12, 15 ; Mc 14, 27 et Mt 26, 31 ; Mt 27, 9-10 ; Jn 10, 12 ; 19, 37).
    - L'action du messie d'un point du vue 'chronologique' dans le livre de Zacharie : dans un premier temps (Za 9, 1-8), l'intervention puissante de Dieu est mise en relief, elle est ensuite suivie de la venue du messie pauvre (Za 9, 9-10). Aussi, la réalisation messianique (confiée dans la suite du texte à un bon berger) se heurte-t-elle à des difficultés telles que la communauté s'en va à la dérive. Le rejet du bon berger par ses propres sujets et la conduite éhontée du mauvais berger signifie l'échec de l'oeuvre entreprise (Za 9, 11 à 11-17). Comment ici ne pas penser au rejet du Christ par les siens ? Le parallèle entre le rejet du Seigneur et de son messie dans Zacharie et le rejet de Jésus est saisissant. En effet, le Christ devait être trahi par Judas pour 30 pièces d'argent (Mt 26, 14-16), tout comme le Seigneur reçoit de son peuple infidèle la somme dérisoire de 30 sicles d'argent en remerciement de ses services en Za 11, 12.

    La dernière partie du livre (Za 12, 1 - 14, 21), pour sa part, présente un retour victorieux de la grâce : le sacrifice d'un personnage mystérieux, le Transpercé, introduit un esprit nouveau (Za 12, 1 - 13, 1) qui permet l'instauration d'une nouvelle Alliance (Za 13, 2-9). Elle touchera tous les peuples, appelés à rejoindre une communauté entièrement consacrée au Seigneur (chap 14).
    - La postérité de ce livre est évidente dans le Nouveau Testament, non seulement parce que les évangélistes se sont volontiers référés à Zacharie pour éclairer la passion du Christ, mais également parce que ce prophète de l'Ancien Testament a servi de base à plusieurs textes de l'Apocalypse qui décrivent l'oeuvre du Messie une fois arrivée à son terme. Ainsi, on peut affirmer à bon droit que Zacharie, comme d'autres prophètes post-exiliques, a préparé l'émergence de la littérature apocalyptique, dont le plus bel exemple est précisément l'Apocalypse, dernier livre du Nouveau Testament.
    Voici d'ailleurs, à l'appui de ce qui vient d'être dit, quelques références bibliques tirées et de Zacharie et de l'Apocalypse :
    Za 1, 8 // Ap, 6, 4-5 ; Za 1, 18-19.21 // Ap 17, 3.16 ; Za 3, 4 // Ap 7, 14 ; Za 3, 9 // 5, 6 ; Za 4, 2 // Ap 1, 12 et 11, 4 ; Za 6, 2-3 // Ap 6, 2 ; Za 6, 11 et 9, 16 // Ap 6, 2 ; Za 12, 10 // Ap 1, 7 ; Za 14, 7 // Za 14, 7 // Ap 21, 23.25 ; Za 14, 8 // Ap 22, 1 ; et enfin, Za 14, 11 // Ap 22, 3.
    - En conclusion de cette section consacrée au Messie et au Nouveau Testament, il ressort que la prédilection des auteurs du Nouveau Testament, notamment des évangélistes, pour le livre de Zacharie est surtout due au messianisme fortement présent dans le livre, ceci est d'autant plus vrai que le messie y est la plupart du temps décrit sous des traits humbles facilitant ainsi son identification avec les pauvres.

  PLAN DETAILLE 

PREMIERE PARTIE
  1. APPEL A LA CONVERSION (1, 1-6)

  2. SERIE DE HUIT VISIONS
    • Les cavaliers (1, 7-15) et ajout de deux oracles (1, 16-17)
    • Les cornes et les forgerons (2, 1-4)
    • L'arpenteur (2, 5-9) et deux appels aux exilés (2, 10-17)
    • Le vêtement du grand-prêtre Josué (3, 1-10)
    • Le chandelier et les deux oliviers (4, 1-14)
    • Le rouleau volant (5, 1-4)
    • La femme dans la mesure (5, 5-11)
    • Les chars (6, 1-8) + Josué couronné (6, 9-15)

  3. APPENDICES SUR LE JEÛNE ET LE SALUT MESSIANIQUE (7-8)
DEUXIEME PARTIE
  • La nouvelle terre (9, 1-8)
  • Le messie (9, 9-10)
  • La restauration d'Israël (9, 11-17)
  • Le Seigneur dispensateur de la pluie et le thème de l'idolâtrie (10, 1-3)
  • Perspective de retour pour Israël (10, 3 - 11, 3)
  • Les deux pasteurs (11, 4-17)
  • Restauration de Jérusalem (12, 1-8)
  • La lamentation sur le transpercé (12, 9-14)
  • La purification du pays (13, 1-6)
  • Le pasteur frappé et le troupeau éprouvé (13, 7-9)
  • Le combat de la fin des temps (14, 1-21)

La plupart des gens trouvent Zacharie difficile à comprendre. Tout au long du livre, vous trouverez des références à des personnes et à des événements qu'il n'est pas aisé d'interpréter.
Voici un plan de lecture visant à faciliter la découverte de ce livre :
pour faciliter la lecture de Zacharie, on peut diviser le livre en 3 parties de lecture :
  1. les 6 premiers chapitres offrent 8 visions symboliques, qui avaient pour but d'encourager les constructeurs du Temple. Elles ne sont finalement pas trop difficiles à comprendre si vous ne vous précipitez pas pour les lire toutes en d'un coup, au lieu de cela, contentez-vous de ne lire qu'une vision à la fois. Elles insistent principalement sur le fait que Dieu est à nouveau au travail. Il a l'intention de vivre avec son peuple à Jérusalem. Il le protégera de ses ennemis, le purifiera de ses péchés et en bannira le mal.
  2. Les chapitre 7-8 traitent de la qualité de vie dont Dieu veut faire bénéficier son peuple. Ces chapitres contiennent beaucoup de promesses visant à encourager Israël.
  3. Les 6 derniers chapitres sont littéralement remplis de références pour le moins déconcertantes. Ces références abordent le thème des luttes qu'Israël doit endurer pour se conformer à la volonté de Dieu. Vous y trouverez des prophéties où se côtoient des prédictions de souffrances terribles et des prédictions de victoire définitive et absolue. Ces chapitres, aussi complexes soient-ils, ont aidé les auteurs des évangiles à comprendre les souffrances de Jésus, ainsi que sa mort et sa résurrection. Ces auteurs ont cité ces chapitres lorsqu'ils écrivirent à propos des jours derniers. Le livre de l'Apocalypse, qui traite du but final de l'histoire, s'est aussi inspiré de ces prédictions de Zacharie.
LE BUT FINAL DE L'HISTOIRE : Jésus, le messie souffrant, sauve l'humanité

Introduction
au
passage commenté :

Comme il a déjà été dit dans l'introduction au livre de Zacharie, la majeure partie de la première section du livre (chap 1-8) se compose de 8 visions. Bien que ces visions n'occupent pas la totalité des huit premiers chapitres, - elles couvrent le passage qui va du chapitre 1, verset 7 au chapitre 6, verset 15 - elles n'en restent pas moins l'élément déterminant de la première section. Elles interviennent juste après l'appel à la conversion des 6 premiers versets du livre, versets que l'on considère traditionnellement comme l'introduction au reste de l'oeuvre.
Rappelons que ces visions sont datées de février 519 av. JC, alors que l'introduction, composées des 6 premiers versets, est datée d'octobre-novembre 520.

Ces visions se seraient produites sur la durée d'une seule nuit. Elles se combinent avec des oracles plus classiques, tels qu'on les voit habituellement chez les prophètes. Elles cherchent toutes à convaincre le peuple que l'ère messianique est proche.
Le texte que nous allons lire s'insère dans cet ensemble de 8 visions. Il correspond en fait à la quatrième vision et à la plus grande partie de la cinquième vision. Pour mieux situer ce passage qui va être lu et commenté, il serait bon de le replacer dans son contexte ; la meilleure façon d'y parvenir est, me semble-t-il, un résumé des visions elles-mêmes.

Les 8 visions résumées :
Vision 1 (1, 7-15 + 16-17) : des cavaliers montent des chevaux de différentes couleurs, près d'une futaie. Ils rendent le jugement des nations : c'est Dieu qui monte le cheval de tête - le zèle divin pour la reconstruction de Sion est ainsi illustré. Israël connaîtra une triple consolation : reconstruction du temple, Jérusalem rebâtie et prospérité de la région.
Vision 2 (2, 1-4) : Quatre cornes ont dispersé Jérusalem. Elles représentent quatre royaumes (l'Assyrie, Babylone, l'Egypte et l'empire médo-perse). Tous quatre tomberont pour avoir détruit Jérusalem.
Vision 3 (2, 5-9 + 10-17) : Un jeune homme tient un cordeau et mesure Jérusalem. Celle-ci est en sécurité : le jeune homme, qui prend des mesures pour reconstruire les murs, doit s'arrêter. En effet, Dieu lui-même sera pour la ville une muraille de feu qui la protégera.
Vision 4 (3, 1-10) : Josué, le grand-prêtre, est en haillons devant le Seigneur. Il ne peut pas se tenir ainsi devant Dieu. Satan l'accuse. Mais Dieu réduit Satan au silence : il revêt lui-même Josué d'habits de fête. Dans ce passage (3, 8), le Messie à venir est appelé le Germe.
Vision 5 (4, 1-14) : Deux oliviers alimentent en huile un vase portant sept lampes, le tout situé sur la partie supérieure d'un chandelier en or. Israël, en fait, sera comme le chandelier d'or du Temple, comme un candélabre d'où la lumière divine brille dans ce monde de ténèbres.
Le personnage principal n'est plus le grand-prêtre Josué, mais le gouverneur Zorobabel. Le versé-clé (4, 6b - non commenté dans le commentaire) de cette vision est sans aucun doute celui-ci : "Ce n'est ni par la puissance ni par la force, mais c'est par mon Esprit, dit le Seigneur."
Vision 6 (5, 1-4) : Un rouleau qui vole. Ce rouleau est une proclamation publique : les péchés d'Israël seront punis. Ainsi, même dans la communauté reconstruite, le péché reste un problème à traiter. Cela dit, la proclamation et l'aveu des péchés devront tout de même, à terme, aboutir à la la purification d'Israël et donc à la suppression de sa culpabilité, seule voie pour remplir la mission du chandelier d'or (i.e. la diffusion de la lumière dans les ténèbres).
Vision 7 (5, 5-11) : Un épha volant. Une fois ouvert, l'épha (panier servant d'unité de mesure) révèle les péchés de la nation. Ces péchés sont ôtés lorsque deux femmes aux ailes de cigogne emportent l'épha. Cette vision montre la présence du péché dans la communauté, mais aussi le pardon de Dieu, qui peut l'ôter.
Vision 8 (6, 1-8 + 9-15) : Quatre chars entre deux montagnes d'airain. Cette vision rappelle que la volonté de Dieu s'accomplit jusque dans le contrôle qu'exerce le Seigneur sur les nations. Les montagnes représentent la puissance des décrets de Dieu, et les chariots les moyens divins par lesquels il accomplit ses desseins. Cette vision s'achève sur le couronnement symbolique de Josué et sur un autre oracle concernant le Germe (6, 9-15).

REM : il est à signaler qu'il y a d'autres visions dans le livre de Zacharie, notamment dans la deuxième partie (chap 9-14). Ces visions sont importantes elles aussi, car, comme il a déjà été dit dans l'introduction au livre de Zacharie, elles représentent le Messie à venir comme le Bon Berger, le Roi-Messie et le Transpercé.

LE TEXTE






le grand-prêtre Josué portant des habits sales



Quatrième vision :
le grand prêtre Josué

3 1 Puis le Seigneur me fit voir Josué, le grand prêtre, debout devant l'ange du Seigneur: or le Satan se tenait à sa droite pour l'accuser. 2 L'ange du Seigneur dit au Satan: "Que le Seigneur te réduise au silence, Satan ; oui, que le Seigneur te réduise au silence, lui qui a choisi Jérusalem. Quant à cet homme-là, n'est-il pas un tison arraché au feu ?" 3 Josué, debout devant l'ange, portait des habits sales.

4 L'ange reprit et dit à ceux qui se tenaient devant lui: "Enlevez-lui ses habits sales." Puis il dit à Josué : "Vois, je t'ai débarrassé de ton péché et on te revêtira d'habits de fête." 5 Et il reprit: "Qu'on mette sur sa tête un turban propre." Ils lui posèrent sur la tête le turban propre et lui mirent les habits. Et l'ange du Seigneur se tenait là. 6 Alors l'ange du Seigneur fit à Josué cette déclaration :

7 "Ainsi parle le Seigneur le tout-puissant :
Si tu marches dans mes chemins,
si tu gardes mes commandements,
toi-même, tu gouverneras ma maison,
tu veilleras aussi sur mes parvis,
et je te ferai accéder au rang de ceux qui se tiennent ici."

Dieu va faire venir son serviteur "Germe"
8 Ecoute, Josué, grand prêtre, toi et tes collègues qui siègent devant toi-car ces hommes constituent un présage : Voici que je fais venir mon serviteur "Germe".

9 En effet, voici la pierre que je remets à Josué.
Sept yeux surmontent cette pierre unique.
Moi-même, je vais graver son inscription
-oracle du Seigneur le tout-puissant-
et je vais éliminer le péché de ce pays-en un seul jour.

10 En ce jour-là
-oracle du Seigneur le tout-puissant-
vous vous inviterez mutuellement
sous la vigne et sous le figuier.



le chandelier

Cinquième vision :
chandelier et oliviers

4 1 L'ange qui me parlait revint m'éveiller comme un homme qu'on doit tirer de son sommeil. 2 Il me demanda: "Que vois-tu ?" Je répondis: "J'ai une vision : c'est un chandelier tout en or, muni d'un réservoir à la partie supérieure et, tout en haut, de sept lampes et de sept becs pour ces lampes ; 3 à ses côtés, deux oliviers, l'un à droite du réservoir et l'autre à gauche."

4 Je repris et demandai à l'ange qui me parlait : "Qu'est-ce que cela représente, mon Seigneur ?" 5 L'ange qui me parlait me répondit: "Ne sais-tu pas ce que cela représente ?" Et je dis: "Non, mon Seigneur." 6a Il reprit et me dit :... Rem

10b "Ces sept lampes représentent les yeux du Seigneur ; ils inspectent toute la terre." 11 Je repris alors et lui demandai : "Que représentent ces deux oliviers à droite et à gauche du chandelier ?" 12 Je repris une seconde fois et lui demandai : "Que représentent ces deux branches d'olivier qui, par le moyen de deux conduits en or, déversent leur huile dorée ?" 13 Il me dit : "Ne sais-tu pas ce qu'ils représentent ?" Je répondis : "Non, mon Seigneur." 14 Il me dit alors :

"Ce sont les deux hommes désignés pour l'huile,
ceux qui se tiennent devant le Maître de toute la terre."


Lecture de l'office des lectures du dimanche de
la 12e semaine du Temps Ordinaire

Zacharie 3, 1 à 4, 14

Rem : Les versets 6b-10a, concernant Zorobabel, interrompent la réponse annoncée au v.6a. Ils ont été reportés dans la traduction utilisée ici (TOB) après le v. 14, c'est pour cette raison qu'ils ne figurent pas dans le passage commenté.

Commentaire global
(les idées forces) :

En premier lieu, il convient de spécifier ici que le commentaire qui va suivre (le commentaire global comme le commentaire détaillé) s'inspire de la méthode de lecture biblique présentée dans le cadre de la règle de prière exposée sur ce site (voir 'Accueil' pour la règle de prière). Si vous désirez plus de renseignements sur cette méthode de lecture biblique, rendez-vous, ci-contre dans la colonne de gauche, au lien vers le document Word 97 : 'Méthode de lecture biblique'.
Chapitre 3 :
Ce chapitre insiste sur l'idée que Dieu agit.
Il agit toujours discrètement dans un premier temps, dans l'inconscient de l'être humain, dans le tréfonds de son coeur, et ce, par respect de sa liberté, de ses réticences, etc... (cf. l'action de Dieu dans la partie de notre être qui a soif de Lui comparée à Josué, le tison qui attise le feu).
Dieu, donc, agit discrètement, mais efficacement, malgré les hostilités extérieures et les réticences intérieures (cf. Satan réduit au silence). Dieu, par sa grâce, à la fois respectueuse et agissante, nous transforme en être religieux, ce qui ici rime avec joyeux (cf. Josué revêtu de l'habit de prêtre, comparé ici à un habit de fête). Nous devons compter sur Dieu tout en comprenant et respectant sa façon d'agir (= la grâce) : Dieu agit en douceur et avec miséricorde, puisqu'il tient compte de nos lenteurs, mais, c'est précisément parce qu'il respecte notre liberté qu'il peut travailler en nous et ainsi nous transformer de l'intérieur, en profondeur, comme le levain dans la pâte (Mt 13, 33). Au début, ce n'est pas visible, cela se passe dans l'inconscient, puis après ce temps de gestation, surgit soudainement l'exaucement de la prière quand les temps sont mûrs (= quand les obstacles ont été vaincus dans le respect des libertés de chacun) (cf. versets 9-10 + Marc 4, 2-20.26-34).

Chapitre 4 :

Nous devons prendre conscience de la réalité spirituelle, de l'action secrète de la grâce en nous et dans le monde, nous devons sortir de notre sommeil (versets 1-5).
Dieu est agissant en ce monde, il est le chandelier, la lumière du monde. Les lumières ou lampes signifient la présence de Dieu dans ce monde affecté par les ténèbres. Mais, Dieu se fait présent par nous, par son Eglise (cf. le réservoir du chandelier + les sept becs alimentant les sept lampes de Dieu). Le réservoir est à la fois l'ensemble des chrétiens en ce monde et la partie en nous qui par sa foi et son action rend présente la lumière de Dieu en ce monde ; ce réservoir permet à l'action de Dieu de se manifester tout comme la lampe peut briller grâce à l'huile du réservoir. Ce réservoir (ou ces becs), qui permet à Dieu d'intervenir ici-bas par notre intermédiaire, est alimenté et entretenu par les deux oliviers représentant Josué (= le prêtre, donc la prière) et Zorobabel (= le gouverneur, donc l'action, qui doit toujours être soumise à la grâce et être soutenue par la prière).

Pour savoir comment chercher un passage dans la Bible → cliquez ici lien vers le commentaire détaillé

(si vous avez netscape et internet explorer, visualisez cette page, ainsi que les autres pages du site, avec internet explorer pour une présentation optimale)