Cléo château

Un dernier été en Algérie

 

 

« Si l’hôtesse savait qu’elle interrompt l’épisode d’un feuilleton que tu visionnes toutes les fois que tu voyages, elle ne te tendrait pas le plateau repas ».

A bord du vol Paris-Constantine, une Française revisite son passé, sa rencontre avec le peuple de la jeune République Algérienne Démocratique et Populaire :

Fatma, l’employée-courage descendue de sa montagne kabyle pour gagner sa vie dans la capitale  Sised, le respectable épicier qui offre le café les jours où la pluie d’été contrarie les moissonsJeddy, le patriarche d’une mechta au doux parfum de terre à blé  Nanna la bonne femme que toutes les brus aimeraient avoir pour belle-mèreL’Aroussa, la mariée de l’an passé dont le mari s’est expatrié après ses nocesSi Ahmed, le vieux guide aveugle… Hadja, la complice de sa grande fille divorcée et tant d’autres personnages attachants.

Ses séjours réguliers parmi « les gens du bled » - ceux qui l’aiment au point de lui donner un prénom arabe - pourraient être éternellement doux si une soudaine montée de l’intégrisme religieux ne polluait pas les esprits.

De la Casbah d’Alger - berceau de son premier sommeil algérien - aux dunes d’ El Oued, en passant par la Bouna des Annabis et les hautes plaines de Constantine, les jours passés auprès de la population algérienne ont gravé en son cœur une marque indélébile.

Ce récit témoigne de la rencontre entre une native de la banlieue parisienne et un pays : l’Algérie. De la période post-indépendance aux années de guerre civile, l’auteur nous convie à une balade à la fois poétique et lucide au cœur de la société algérienne.