Les copains d'Oran

Directement liés au cercle Psichari, ou en dehors, j’ai toujours fait partie de bandes de copains comme cela ne m’est plus jamais arrivé à mon retour en métropole. Je vais évoquer tous les noms qui me reviennent à l’esprit en espérant qu’ils auront l’occasion de lire cette page et qu’ils me donneront des nouvelles pour compléter ces souvenirs. Il y avait la bande que j’appellerai Jean RIERA. Jean était mon meilleur copain de l’époque fin du Lycée, Je crois savoir qu’il est dentiste à St Cannat, quelque part dans les Bouches du Rhône. j’avais eu de ses nouvelles mais comme je n’écrivais pas beaucoup et que mon épouse, nordiste pur sang, est quelque peu allergique à tout ce qui se situe en dessous de la Somme, nous n’avons pas eu l’occasion de nous rencontrer et nous nous sommes reperdus. C’est chez toi, Jean, que nous faisions nos séances de bachotage en ayant parfois un regard un peu distrait vers l’autre côté de la rue Michelet où deux jeunes filles faisaient de même.... Nous avons alors pensé qu’il valait mieux se réunir à certains moments, car les échanges à travers la rue n’étaient pas faciles. Il me semble que tu étais très épris de l’une des deux, Hélène ... J’aimais beaucoup venir chez toi, avenue Loubet, on y était toujours très bien accueilli par ta maman et par une vieille nourrice me semble-t-il. Il y avait un piano mécanique qui me plaisait beaucoup et nous échangions nos disques 45 tours. Nous étions fans tous deux de « Guitar Boogie » J’ai conservé ce 45 tours pendant très longtemps et je ne m’en suis séparé qu’il y a quelques années car je n’avais plus de tourne disque adéquat depuis longtemps et il fallait bien épurer les stocks !
Je crois que j’étais un peu un intrus dans cette bande qui, je m’en rends compte en écrivant ces lignes, était surtout composée de familles de médecins et de pharmaciens, voire de colons. Tu étais toi même fils de médecin et vous aviez une petite propriété dans les environs. J’ai encore souvenir que tu m’aies emmené la visiter dans la « Frégate familiale ».
On y retrouvait donc Alain MALMEJAC (famille de médecin également), notre condisciple en 1°C , qui avait une soeur dont j’ai été un peu amoureux en secret, mais je n’avais aucun intérêt à ses yeux. Patrice MAREGIANO, fils de pharmacien, que j’ai eu l’occasion de retrouver un jour à Lille au restaurant universitaire de la Catho. Pourquoi n’avons nous pas fait ce qu’il fallait pour tisser de nouveaux liens, je l’ignore, mais j’étais en passe de me fiancer et je ne devais pas avoir tous mes esprits. Son frère Yves, est membre de l'association A.L.L.O. et ne manque aucun des rasemblements annuels, pas plus que son ami Henri SARRAMEGNA, autre fils de pharmacien dont le frère, Philippe, faisait partie de notre bande.
Pendant longtemps j'ai recherché désespérément le prénom de Philippe, et pourtant la pharmacie de maman était au bout de la rue Lamartine à deux pas de chez moi et nous avons passé pas mal de temps ensemble. Aujourd'hui nous avons renoué contact et échangeons quelques Mèls.
Le colon de la bande: Jean BEDEL (*voir lien*)Je ne me souviens même plus où était la ferme familiale, et pourtant nous y avons fait une expédition avec mon frère dans les dernières années de notre séjour. Mon frangin, grand amateur de cinéma en 16 mm voulait faire un grand reportage sur la vie dans l’oranais afin d’en garder des souvenirs avant de rentrer en métropole, et il était intéressé par la vie dans une ferme et la façon de se défendre des possibles attaques fellaghas. Je raconterai plus loin ce qu’il est advenu de ce film.
Tous ceux que je viens de citer se retrouvent sur la photo de 1° C Et puis dans cette bande, il y avait aussi d’autres copains dont j’ai oublié les noms et en particulier un chef scout de la troupe du P. Giraudet, qui habitait à l’angle de l’avenue Loubet et de la rue de la vieille mosquée. C’est grâce à lui que je suis parti camper une année avec la troupe à Prades. J’avais été embauché comme assistant intendant. Etait-ce l'un des frères FUMAROLI ?
Je suis passé à PRADES dans les années 90 et je suis allé en reconnaissance sur notre lieu de camp. Il était occupé par un autre camp scout, à croire qu’il ne sert qu’à cela. Mais l’abbaye st Michel de Cuxha en ruine à l’époque de notre séjour était restaurée. On peut la visiter.
Merci à A.L.L.O. qui m'a permis de mettre un nom sur le visage de notre professeur de Français-Latin: M. COIRAULT
(Note additive du 03/06/99)



 
29
30
Fima
32
Benillouz
34
Astruc
P Long
 
20
Chiche
22
Tordjman
24
Faessel
26
J Bedel
28
 
Ramadour
11
P Maregiano
13
A Malméjac
15
C Campos
17
Dran
19
J Riera
JC Pillon
3
Parienté
Coirault
6
E Menneteau
Ph Sarramegna
9
 



Toujours sur la photo de cette classe de 1° C1 je reconnais quelques têtes. Que l’on ne m’en veuille pas trop si j’ai mélangé quelques noms et ne les ai pas attribué aux bonnes têtes ! Il y a tout de même presque 45 ans de cela !
Au premier rang Georges PARIENTÉ, P. MENNETEAU
Merci à André MEUNIER retrouvé en cette fin de siècle, qui a correctement identifié Pierre MENNETEAU. J'avais d'abord écrit MELENOTTE: Existe-t-il un MELENOTTE ? Je ne saurais le dire, c'est pourtant le nom qui s'était spontanément imposé à mon esprit quand j'avais retrouvé la photo....!! Puis dernièrement j'ai trouvé trace dans un document, du nom de MENELOTTE, avec une inversion de syllabe: où est la vérité ?
au second rang CAMPOS , fils de prof d’Anglais, mère anglaise, parfaitement bilingue, très smart et toujours 1° de la classe sans donner l’apparence de faire un effort !
et au dernier rang Paul LONG et à côté de lui ASTRUC mais je n’en suis plus sûr.
Et maintenant, ôtez moi d’un doute, qui est le premier en bas à l’extrême droite ? à côté de Philippe SARRAMEGNA ? Je m'étais mis en tête pendant longtemps qu’il s’agissait de Jean-Pierre Elkabach. Je suis bien à peu près certain d’avoir été en classe avec lui pendant quelques années mais je ne me souviens plus quand exactement, et à force de regarder cette photo j’avais fini par me convaincre qu’il était là avec beaucoup plus de cheveux qu’aujourd’hui bien sûr ? J'ai eu un démenti formel venant d'un ami et condisciple de ALLO. Mais je lance un appel à celui qui pourra me montrer une photo de classe avec le fameux J-P Elkabach !
Cet appel a bien évidemment été entendu et ceux que ça intéresse peuvent trouver la photo de notre ami JPE sur le site ALLO année 53-54 classe de Seconde. (adresse directe: http://lamoriciere.free.fr/Photos/ferro2x-53-54.html

J’ai fait partie d’une autre bande qui ne se retrouve jamais sur aucune photo de classe et aujourd’hui je ne comprends plus très bien les raisons de notre rassemblement. Il y avait d’abord Jacques GOVIN fils du directeur des VAN. Nos deux familles étaient très liées et cette première liaison est assez logique. C’est avec Jacques que je faisais en particulier du vélo. Nous allions souvent ensemble à la plage ou à la piscine, nous faisions également des sorties au cinéma.
le 3° membre de la bande était Henri BRENOT, fils du président du tribunal administratif, né à Constantine, fils unique arrivé tardivement, il obtenait tout ce qu’il voulait de ses parents et c’est lui en particulier qui nous convoyait dans la 4 CV qui était a sa disposition plus qu’à celle de son père. Nous en avons fait des virées ensemble vers les plages à l’ouest d’Oran. On était un peu fous et nous étions devenus à force d’entraînement maîtres dans l’art de changer une roue de 4 CV sans utiliser le cric et en un temps record.
Nous avons également passé quelques dimanches à jouer aux cartes en sirotant du Grand Marnier ou du Cointreau !
Henri, décédé en 2001 a été longtemps secrétaire adjoint de A.L.L.O. , l'Association des anciens du Lycée Lamoricière.
Le dernier du quatuor c’est Bernard PELLEGRIN. Nous nous sommes revus dans la banlieue parisienne au Vésinet en 1964 ou 65. Tu es venu prendre l’apéro chez mes parents lors d’un de mes passages. Tu avais deux enfants me semble-t-il et s’il n’y en avait qu’un, il tenait bien la place de deux tellement il était turbulent. Qu’es-tu devenu depuis ? On m'a dit que tu résiderais aujourd'hui dans la région de Montpellier.
Le seul dont je n’ai pas perdu la trace, c’est Jacques. Et pour cause, il vit actuellement à VALLAURIS avec ma soeur !


En cette fin d'année 99, je viens d'avoir des nouvelles de Bernard PELLEGRIN, émigré au Canada depuis 1979, il vit actuellement à Montréal où il est chef d'entreprise. C'est un homonyme également ancien du Lycée Lamoricière qui habite à Montpellier.
Consultez le Livre d'Or

Retour au début.
Vous avez été intéressé !
Vous pouvez peut-être m'aider !
en m'apportant des documents ou des anecdotes

Ecrivez moi:
jcpillon@nordnet.fr