Nous connaissons tous le square Gandolphe dont une photo figure dans l'Album. (cliquer pour voir la photo) mais peut-être ignorons nous l'origine de son nom.

Ce square qui, sur la photo, est au premier plan et jouxte le square Garbé, se situait au bord du Boulevard Magenta, sur l'arrière de la cathédrale, il fut baptisé Gaston-Yves GANDOLPHE en 1947 en souvenir du Président des Jeunesses Radicales et Radicales socialistes, mort accidentellement au Cap Falcon.


Portrait extrait de la photo de sa classe de seconde A du Lycée Lamoricière année 45-46

Nous sommes le samedi 22 juin 1946, Gaston Gandolphe prend le volant d'une voiture avec sa soeur Maryse et trois amis, Gérard Schneider et les cousines de ce dernier Simone et Ginette Muller.Ils prennent la direction du Cap Falcon
Au moment de la baignade, Gérard et Ginette restent allongés sur le sable, le dos tournés à la mer. A peine entrés dans l'eau, Gaston, Maryse et Simone tombent dans un "trou" comme il y en avait à cet endroit. Gaston et Maryse reprennent pied facilement et se dirigent vers la plage lorsque Maryse s'aperçoit que Simone ne les suit pas et se trouve en difficuté.
Elle prévient son frère qui immédiatement rebrousse chemin et va au secours de la jeune fille. Maryse regagne le bord car la mer est mauvaise et elle craint d'être entraînée à son tour par le courant. Elle assiste aux efforts désespérés de son frère pour sauver leur amie.
Gérard Schneider se jette à l'eau à son tour mais il ne réussit pas à atteindre la jeune fille. De son côté Maryse va à la rencontre de son frère qui revient complètement épuisé et elle est sur le point de l'atteidre lorsqu'une lame la prend et la roule. Lorsqu'elle se relève, son frère a disoaru, sans doute emporté par la lame qui vient de déferler.

De son côté, Gérard Schneider regagne la plage, à bout de force, soutenu par Maryse et un autre baigneur. Il tombe évanoui sur le sable.
Un attroupement se forme et l'on retire de l'eau le corps inanimé de Simone MULLER. Malgré les soins prodigués par le docteur SIAU les efforts sont inutiles, la mort ayant déjà fait son oeuvre.

Malgré les recherches, le corps de Gaston Gandolphe ne devait pas être retrouvé.
Renseignements provenant du journal "Le Radical" du 29 juin 1946, organe officiel de la fédération de l'Oranie.

Gaston était le fils du Président de la Fédération Républicaine Radicale et Radicale-Socialiste. Ses obséques ont été célébrées le samedi 29 Juin 1946 à 11 heures en la carhédrale d'Oran, en présence d'une foule considérable parmi laquelle figuraient de nombreuses personnalités, dont le préfet M. Pompéi et Me, de nombreux conseillers généraux, le maire de l'époque M. Casimir et la presque totalité du conseil municipal, ainsi que différentes autorités civiles et militaires, le censeur du Lycée Lamoricière: M Maurin qui prit la parole au cours de la cérémonir, précédant les discours de M. Benguigui, présidentdes Jeunesses Radicales et M. Jeanmot, président administratif de la Fédération.

C'est un an après, le 22 juin à 9 heures qu'une plaque fut officiellement posée au "square Gaston Yves Gandolphe."


***********


Quant au square Garbé situé devant le Palais de justice, il porte de nom du vicomte Charles Théodore Garbé, né en 1814, avocat de son état, qui fut Maire d'Oran et premier préfet d'Oran. (Voir Personnalités) Il décéda en 1868 à l'hopital militaire des suites d'une maladie probablement contractée dans un dispensaire indigène qu'il avait créé à Mers el Kébir pour tenter de combattre une épidémie de typhus.