L'histoire au XXI° Siècle



J'histoire se retrouve aujourd'hui sur les niombreux sites qui ont éclos ces dix dernières années sur le Net (je parle en Avril 2007) et dans ceux qui verront encore le jour dans les années qui viennent mais elle se trouve aussi dans un certain nombre de manifestations.
Certaines sont politiques et si je les respecte, je m'abstiendrai d'en parler pour rester fidèle à l'idéologie de ce site. D'autres plus populaires méritent qu'on en parle, et d'autres enfin ne sont que des témoignages de ce que vivent encore aujourd'hui certains PN.
C'est la raison pour laquelle cette page dépassera le contenu habituel réservé aux oranais pour s'ouvrir à des sujets qui touchent tous les "rapatriés"


Je citerai en prmier lieu le magnifique film réalisé par notre ami Gilles PEREZ pour la chaine de Télé FR3. Le DVD qu'il en avait fait avec "Treize au sud" est maintenant épuisé, mais il est désormais commercialisé par la chaine dans les FNAC ou Virgin. Il y a un supplément de 42 minutes pas sur le film mais sur les à côtés comme les musiciens etc...



En second lieu, il y a des vénérations anciennes qui n'ont pas disparues mais bien au contraire perdurent encore aujourd'hui: je pense bien sûr au traditionnel pélerinage à Santa Cruz, cette manifestation typiquement oranaise qui se continue encore aujourd'hui à Nîmes au fil des ans. C'est assez extraordinaire, près de 50 ans après. Je lui ai consacré un chapitre spécial dans ce site et il suffit de s'y reporter pour en comprendre toute l'importance.





Il existe aussi des "groupes constitués" ou des "personnalités" qui sont devenus chercheurs et documentalistes et sont à même de vous pournir presque tout ce que vous pouvez imaginer sur l'histoire de l'Algérie. Parmi eux je n'en citerai que deus, pardon pour les autres, mais si je commence je crains d'en oublier et de faire des mécontents:
Le premier a créé un site de documentation: l'entrepôt...
il s'agit de Bertrand BOURET à Toulouse - profburp@wanadoo.fr

Le second n'a pas ouvert de site, à ma connaissance, mais "dirige" une équipe de chercheurs et vous pouvez tout lui demander: c'est Guy MONTANER montanerguy@yahoo.fr qui avec ses amis participe activement aux activités de l'AOBR, Association des Oranais des Bouches du Rhône, très active dans la culrure du souvenir.

En voici un exemple qui n'a rien d'Oranais:

voici donc la bannière de Notre Dame d'Afrique qui trônera désormais en la Basilique du Sacré-Coeur , sur le Prado , à Marseille. Bénie à l'occasion de la messe du 26 mars dernier, par le Chanoine Aquilina, d'Alger qui fêtera, et nous serons là ,ses 70 ans de Sacerdoce ! Il y avait à ses côtés Monseigneur Ellul, originaire de Bône. Alors que cette bénédiction devait être exécutée par lui, goupillon en main, il s'est dirigé vers son viel ami et c'est lui qui a insisté pourque notre Chanoine Algérois bénisse sa Vierge ! moments d'émotions ! je peux vous assurer que tous les deux sont d'ardents défenseurs de notre cause. Pour les Oranais c'est Henri Mongrenier, que nous appelons "Monseigneur" dans l'intimité , qui nous représentait à cet instant Sur la Photo,j'accompagne notre vice-présidente de la Maison des Rapatriés, secrétaire de l'AOBR, Jocelyne Quessada .
Guy Montaner




On ne peut pas refaire l'histoire .... mais on peut trouver parfois des propos très étonnants, venant de la bouche d'adversaires d'autrefois, tels ceux tenus par Hocine Aït Ahmed Intervenant dans le numéro de juin 2005 de la revue Ensemble éditée par l’Association Culturelle d’Education Populaire.

Voir l'intégralité de l'article en cliquant "ICI"

N'oubliez pas bien sûr tous les sites qui sont signalés dans la page des liens et si certaines adresses sont devenues obsolètes, n'hésitez pas à m'en informer.



Est-ce un peu d'espoir pour la mémoire ?...

A suivre de près:




Dans notre XXI° siècle, il y a aussi les éternelles tracasseries administratives qui ne sont toujours pas résolues. Pour vous en convaincre ces deux documents qui m'ont été transmis récemment du fait des élections présidentielles de 2007 ! Je vous laisse juges. Faut-il en rire ou en pleurer...!

N° 1




Mais il y a bien plus drôle...


N° 2


et ce n'est pas tout

N° 3





Mais il y a aussi de nos jours des moments plus réjouissants et réconfortants, tel cet article paru dans la presse régionale (probablement le Dauphiné), transmis par René MANCHO.
Une cloche revient d'Algérie, de la région d'Oran pour commémorer l'exil de nombreux habitants de la vallée de Freissinières en 1881 pour rejoindre le petit village des 3 Marabouts créé en 1880 voir document ci après






Et puis ne l'oublions pas il reste un contencieux ou une incompréhension entre les parties, que ce soit PN et gouvernement Algérien, PN et gouvernement français ou encore entre les deux gouvernements.
Pour mieux comprendre la nature du problème je propose ce courrier de M. Camillieri au président Sarkozy, courrier qui a fait le tout du Net en décembre2007 et janvier 2008:

Monsieur le Président de la République
Palais de l'Elysée
rue du faubourg Saint-Honoré
75008 Paris


Le VESINET, le 4 décembre 2007

Monsieur le Président de la République Française


Vous venez de prononcer un discours en Algérie dont le thème principal pourrait être, en vous paraphrasant : "Je suis venu en Algérie pour bâtir (...)"

Depuis plusieurs années je contribue à des projets avec ce pays par le biais de l'entreprise nationale qui m'emploie et je connais l'intérêt stratégique que représente pour notre pays la normalisation des relations avec l'Algérie.

Comme beaucoup de mes compatriotes, j'ai été choqué par votre propos sur la colonisation de l'Algérie et je souhaiterai une clarification de votre part sur la base de cette lettre que je communique à M. MYARD, Député des Yvelines et à des associations représentatives de notre communauté.

En 1832, mes ancêtres, commis épiciers maltais et ouvriers agricoles lombards ont quitté leurs terres natales comme des milliers d'autres européens pour, comme vous le dites si bien, " aller bâtir " en terre d'Afrique un monde nouveau fondé sur des valeurs chrétiennes reprises par la république : " liberté, égalité, fraternité "

Oui, mes ancêtres sont allés participer à la création d'une colonie, européenne avant l'heure, en Algérie. Ils ne sont pas allés faire ce qu'ont fait certains en Afrique dite " noire " c'est à dire coloniser au sens d'exploiter.

Non Monsieur le Président, mes ancêtres et des milliers d'autres ne sont pas allés instaurer en Algérie un : " système colonial (....) profondément injuste, contraire aux trois mots fondateurs de notre République: liberté, égalité, fraternité ". Tout au contraire Ils se sont inscrits, comme leur fidélité à leur idéal l'a prouvé dans le travail réalisé et dans les différents conflits auxquels ils se sont impliqués jusqu'à y laisser une vie ou une jambe, dans la droite ligne de cette règle de vie chrétienne : la charité et l'amour de l'autre. Charité et amour que traduit si mal notre devise : "Liberté, égalité, fraternité ".

Maltais et Lombards, ils ont côtoyé, bien avant la France, le monde de l'Islam et ils connaissaient bien ces hommes et ces femmes car ils travaillaient avec eux du petit matin au soir et parlaient, comme beaucoup d'autres, les dialectes de cette terre.

Non, ils n'ont jamais spolié les paysans algériens de leurs terres. Ces terres, ils les ont légalement acquises petit à petit avec leurs économies faites sur leur travail, un mot qui remplit si souvent votre bouche.

Non ils n'ont jamais : " fait suer le burnous" des ouvriers agricoles, par contre ils ont sué sang et eau pour mettre en valeur les terres qu'ils pouvaient se payer et qui étaient des lieux considérés comme incultes au regard des traditions agraires locales.

Ils ont donné à ce pays le meilleur d'eux même aussi bien par le travail de la terre que par le don qu'il ont fait à ce pays de leurs enfants devenus instituteurs, professeurs, géomètres, maîtres de forges,....

Oui, ils étaient des colons, des ouvreurs de route, des bâtisseurs de ports, de ponts, d'hôpitaux, des perceurs de tunnel, des défricheurs de terres incultes et de marais, des médecins, des découvreurs de maladies tropicales, des agronomes adaptant des plantes aux climats contrastés de cette terre.

Ils ont construit des mosquées et bien oui, des mosquées (dans les départements français 91, 92. 93. 94. 95 déjà) pour que les gens des douars puissent avoir des lieux de prières décents. Ils ont appris à lire et à écrire à des millions d'indigènes (et bien oui, ils n'étaient pas tous arabes ou musulmans, alors on utilisait ce vocable.) Dans quel système éducatif les leaders du FLN et du MNA ont-ils acquis leurs savoirs?
A l'école coranique du coin ou dans les écoles de la République construites par le colon oppresseur des peuples ?
Je regrette que vous ayez oublié de dire l'œuvre Immense accomplie par la France et les populations d'Algérie. Il ne s'agit pas de contester que le système colonial ait généré certaines injustices : mais c'était le fruit d'une époque historique et concernait toutes les grandes nations, Angleterre, Etats-Unis, Espagne..., sans oublier l'empire Chinois et Russe. Oui, en Algérie, la colonisation a sorti des populations entières de la misère où les maintenait la domination turco-islamique. Demandez aux historiens (aux vrais) de vous dire quel était le statut des juifs et des femmes sur cette terre d'Islam. Demandez aux familles de confession juive pourquoi elles ont choisi la nationalité française, demandez aux harkis pourquoi ils ont préféré la France au choix proposé par leurs frères du FLN.

Dans ce domaine, nous n'avons pas à nous repentir ni à recevoir de leçons de justice, et surtout pas de ce paradis démocratique qu'est l'Algérie d'aujourd'hui, où, comme chacun le sait, les droits de l'homme et de la femme sont parfaitement respectés : les chiffres parlent tout seuls : 150 0000 victimes de la situation de terreur générée par les injustices massives - économiques, politiques et sociales - mises en place par le pouvoir algérien depuis 1962. Monsieur le Président, une fois de plus ma communauté, qui a largement contribué à votre élection se sent trahie par son pays et son Président, qui avait dit pourtant les comprendre, tout comme dans le discours de son icône républicaine en 1958. Vous en rappelez-vous ?

Que doit-on faire pour que l'on arrête de salir notre mémoire et notre histoire ? Ne trouvez-vous pas que nous avons assez à faire avec la Ligue des Droits de l'Homme, les partis politiques de gauche et tous les incultes fabriqués par notre système éducatif qui déforment l'Histoire depuis plus de 45 ans ?

Nous avons connu la disparition tragique de nombre des nôtres, été spoliés de nos biens, été jetés hors de notre terre où nos ancêtres étaient venus bâtir un avenir meilleur.

En retenant leur larmes et en dissimulant leur souffrance infinie, nos parents nous ont montré le chemin pour rebâtir par le travail - le travail, ce mot qui vous tient tant à cœur -, un avenir sur une terre totalement inconnue et dans un contexte de rejet permanent. Nous avons vécus dans des taudis, dans des cités, dans des HLM, nous n'avons rien détruit, rien brûlé, nous nous sommes fondus dans cette société pour poursuivre une œuvre commencée par nos ancêtres : se réaliser en donnant le meilleur de nous même aux autres, c'est à dire à nos frères, à notre pays.

Et puis...et puis, votre propos est insultant pour toutes ces générations qui ont œuvré dans le sens que leur indiquait le pouvoir à Paris, européens d'Algérie et Harkis. Pensez vous à tous ces hommes et ces femmes quand vous prononcez vos discours la larme à l'oeil ? Pensez vous un peu à eux quand vous vous aplatissez devant cette réplique de calife turc rançonnant la méditerranée ? Pourquoi un tel traitement de faveur vis à vis de ce pouvoir totalitaire qui a ruiné en moins de 20 ans tout ce qu'avait commencé à mettre en place la République?

Vous avez dit : "Le racisme, l'islamophobie et l'antisémitisme ne s'expliquent pas. Ils se combattent. Et ce qui vaut pour la France vaut partout ailleurs dans le monde". En un autre lieu, vous avez dit aussi : " Quand on explique l'inexplicable, on fini par excuser l'inexcusable. " Que doit-on comprendre ? Les racismes anti-Français d'Algérie, anti-Harkis, anti-Français tout court, anti-culturel, sont-ils aussi condamnables que les autres ? Ou bien sont-ils excusable parce que .... Nous aussi nous avons droit au respect. Et pour mériter ce respect, la nouvelle méthode est-elle celle des banlieues, des marins pécheurs, de M. Bouteflika : menacer, brûler, casser, insulter, cracher sa haine, car cela semble être bien efficace pour eux ! Monsieur le Président, jusqu'où irez-vous pour nous soumettre à leurs caprices ?
Reste-t-il à la France un tant soit peu d'honneur et de respect pour ses compatriotes quand elle traite avec Monsieur Bouteflika ?

Pour bâtir il faut des fondations adaptées au terrain. Notre communauté connaît bien mieux ce terrain que tout les experts, conseillers et autres financiers et ce n'est pas en insultant sa mémoire que vous nous inciterez malgré nos liens étroits avec cette terre, à l'impliquer dans votre projet.

Avez-vous bien lu Albert CAMUS et Charles de FOUCAULT?

Nous n'avons rien fait de "profondément injuste " sur cette terre. Nous avons bâti, nous avons contribué à donner à des hommes des moyens de se faire grandir. C'est pourquoi, nous aussi, qui sommes de cette terre et en sommes fiers, nous demandons que l'Etat nous respecte et que l'on respecte la mémoire de nos aïeux.

Dans l'espoir d'une prise de position plus conforme à vos engagements auprès de nos associations et dans l'attente de votre réponse, je vous prie de croire,

Monsieur le Président, à l'expression de ma haute considération.


Patrice CAMILLIERI
Immigré Italo-Maltais,
Français de la quatrième génération,
Né en terre d'Afrique.


Début Mai 2008: Une lettre ouverte au président de la République avec proposition de signature:
Voir Lettre ouverte
Dans le même esprit et toujours pour illustrer les divergences:




A propos du 26 mars à Alger, un témoignage essentiel sur le massacre de la rue d'Isly:

Voir le document : "26 mars 1962"


Un texte paru dans Pieds Noirs d'Hier et d'Aujourd'hui de mars 2008: "Cri du Coeur"
Pour lire au format pdf, cliquer ici

Un extrait du quotidien algérien "l'Expression" qui ne nous rassure pas sur l'avenir de cette ville que nous avons tant aimée: Voir l'article en version pdf en cliquant sur "Article"

Le Courrier adressé au président algérien, Monsieur BOUTÉFLICA, par M. André SAVELLI, professeur agrégé en histoire au Val de Grâce.
Lire au format pdf.