VI

 

Lexique succinct

des métaphores texavériennes

 

IL Y EUT JADIS LES beau comme de Lautréamont, les images verbales de Reverdy, les recherches d'inspiration de Robert Desnos trouvant ses bottes de sept lieues dans la phrase JE ME VOIS.

Tex Avery, dans la lignée directe de ces immenses poètes (mais il n'eut pas conscience d'en être un), a créé et imposé par son outil habituel le martèlement, la répétition à satiété, une nouvelle forme de

métaphore, à proprement parler hiéroglyphique, où perce son langage inimitable, son espéranto visuel.

Ces images sont passées à ce point dans les moeurs de l'Animation contemporaine qu'elles finissent, employées par des disciples ou des imitateurs, par trahir leur emprunt révèrent ou cynique, comme une forme d'adjectivation, comme un appendice texavérien, un dépôt de brevet.

Effritement

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

      Si vous ne trouvez pas le livre en librairie, ( s'il n'est plus disponible ) ,   vous pouvez me contacter,   je vous indiquerai comment obtenir la suite, ( pour vous personnellement ). Car légalement je ne peux pas publier le livre sur le WEB ( Code de la Propriété Intellectuelle )

 

Page d'accueil

 

 

Sommaire