Site optimisé pour résolution 800x600, cliquez sur le lien ci-après pour connaître la résolution de votre écran   >>>
La résolution de mon moniteur est de :
Si votre résolution n'est pas de 800x600, il vous est conseillé de cliquer ici pour visualiser une page plus adaptée esthétiquement.

      RETOUR
LES 21 CONCILES
OECUMENIQUES
accueil www.priere.org
  accueil  


LE CONCILE DE CONSTANCE

1414-1418
(Un bref résumé)
PLAN DE L'EXPOSE
I) LE CONTEXTE HISTORIQUE

II) LES DECISIONS IMPORTANTES DU CONCILE
1) un nouveau pape est élu
2) les théories conciliaires sont développées
3) condamnation des hérésies prônées par Wycliff et Hus

III) PISTES DE MEDITATION
1) Jésus n'abandonne jamais son église
2) prédestination et liberté
3) Ecritures et Tradition
4) l'Eucharistie



LIENS VERS D'AUTRES RESUMES DE CONCILE :

(Pour l'époque et les thèmes des conciles, cliquez ici)


I) Concile
de
Nicée






II) Concile
de
Constantinople






III) Concile
d'Ephèse





IV) Concile
de
Chalcédoine






V) Concile
de
Constantinople II






VI) Concile
de
Constantinople III






VII) Concile
de
Nicée II






VIII) Concile
de
Constantinople IV






IX) Concile
de
Constance





X) Concile
de
Bâle-Ferrare-Florence





XI) Concile
de
Latran V






XII) Concile
de
Trente






XIII) Concile
de
Vatican I

I) LE CONTEXTE HISTORIQUE :

Le Concile de Constance n'aurait pas pu intervenir à une période plus troublée pour l'Eglise, il fut d'ailleurs convoqué pour cette raison. En fait, ce concile ne fut pas d'abord réuni sur l'ordre d'un pape, et pour cause, à l'époque il y avait jusqu'à trois papes !! C'est ce qu'on a appelé le (Grand) Schisme d'Occident. Ce concile a en réalité été possible du fait de certains cardinaux qui en appelèrent au puissant empereur d'Allemagne, Sigismond, pour que celui-ci organise un concile, dont l'objectif serait de faire cesser ce schisme. L'empereur, trop content de saisir l'occasion de s'immiscer dans le affaires de l'Eglise, s'empressa de réunir le concile à Constance.

II) LES DECISIONS IMPORTANTES DU CONCILE :



1)

l'antipape JeanXXIII en route vers le Concile de Constance
2 des trois papes (l'antipape Jean XXIII et Grégoire XII) démissionnent sous la pression du Concile. Le 3ème pape (Benoît XIII) est déposé par le Concile.
Un nouveau pape est élu : Martin V (il confirmera la quasi totalité des décisions du Concile).

2) Les théories conciliaires sont développées (notamment à travers le décret Sacrosancta). Elles ne seront jamais confirmées par les papes. Ces théories affirmaient que les conciles avaient pleine autorité par eux-mêmes, indépendamment des papes. Leurs décisions l'emportaient même sur celles des papes. Cela plaçait les conciles au-dessus des papes.

3) Condamnation des hérésies prônées par John WycliffJohn Wycliffet Jean Hus :
le premier vécut de 1320 à 1384 et était donc décédé bien avant ce Concile. Quant au second, il fut largement influencé par les idées de Wycliff et vécut de 1369 à 1415, année où il fut 'livré au bras séculier' par les cardinaux du Concile.
Ces deux théologiens s'insurgèrent contre les abus du clergé et de la papauté. Ils défendaient notamment l'idée que l'Ecriture seule suffisait. Au nom de cette idée, ils refusaient la réalité de la présence du Corps et du sang du Christ dans l'Eucharistie. Ils affirmaient aussi que les uniques membres de l'Eglise véritable étaient les 'prédestinés'.
Pour toutes ces raisons, on considère souvent ces deux théologiens comme les précurseurs du protestantisme.

peinture du XVème siècle représentant Jean Hus sur le bûcher

III) PISTES DE MEDITATION DANS LE CADRE DE L'OFFICE DES COMPLIES :

  • Jésus n'abandonne jamais son Eglise, même dans les moments les plus sombres. la transfigurationIl utilise les moyens qu'Il juge nécessaires, compte tenu du contexte, pour la guider par son Esprit.
    Malgré les erreurs prônées par les théories conciliaires, 'du bon' est sorti du Concile par rapport à la situation désastreuse où se trouvait l'Eglise. Ainsi, les trois papes qui déchiraient toute la chrétienté pour le pouvoir furent écartés et un nouveau pape fut élu, ce qui ramena l'ordre dans l'Eglise. Dieu tire le bien du mal, la vérité de l'erreur. Il contrôle l'Histoire (et donc aussi notre histoire personnelle) en dépit des apparences et des obstacles que les hommes suscitent trop souvent par le mauvais usage de leur liberté. On peut par conséquent faire confiance en Dieu.

  • Le Concile par sa condamnation des théories de Wycliff et Hus montre que Dieu n'approuve pas l'idée d'une prédestination où tout est joué d'avance. Notre liberté est respectée. Dieu n'est pas arbitraire, nous avons un rôle à jouer dans notre salut et celui des autres, mais avec la grâce (= la coopération) de Dieu. Nous sommes donc les collaborateurs de Dieu. Quel honneur Dieu nous fait-il !

  • Cette condamnation affirme également que la foi et l'Ecriture ont besoin d'être éclairées par la Tradition. Celle-ci est la garante de l'unité de l'Eglise. On ne peut prétendre être chrétien seul et se faire sa 'petite foi' à la carte. Nous sommes dépendants les uns des autres y compris dans le domaine de la foi. Dépendants non seulement de ceux qui nous sont contemporains mais aussi héritiers de ceux qui nous ont précédé. C'est cela aussi la foi apostolique. Notre foi nous a été donnée par Dieu, mais elle a été mûrie par Dieu en Son Eglise.

  • Le Concile par son soutien à l'Eucharistie réaffirme que Jésus nous est réellement présent aujourd'hui dans ce sacrement : présence réelle mais discrète, à l'image de la présence et de l'action de Jésus dans nos vies. En ce sens, l'Eucharistie est vraiment le sacrement (= le signe) de la présence effective, efficace de Jésus. Quel beau sacrement que celui-ci, qui nous montre que Dieu nous aime au point de se rendre présent et vulnérable entre nos mains. Quelle efficacité et quelle révélation que ce sacrement qui nous fait voir que Jésus agit d'abord en nous, à l'intérieur de nous (quand nous mangeons Jésus, nous "l'incorporons" en nous, nous ne faisons plus qu'un avec lui, il est dans notre sang, il est devenu partie de notre sang. Y-a-t-il une union plus forte que celle-ci ? En fait, nous ne faisons plus qu'un, un peu comme 2 amoureux qui s'unissent dans le sexualité).
    Entre parenthèses, refuser la réalité de la présence du Christ dans l'eucharistie en ne reconnaissant qu'une présence symbolique, c'est nier tout ce qui vient d'être dit ! Ce point de doctrine de la présence réelle (= transsubstantiation) devait d'ailleurs être davantage débattu plus tard au Concile de Trente.


Si vous voulez un résumé beaucoup plus complet de ce Concile, notamment pour ce qui est de ses décisions, de ses décrets et de son déroulement cliquez ici.


RETOUR VERS LE HAUT


(si vous avez netscape et internet explorer, visualisez cette page, ainsi que les autres pages du site, avec internet explorer pour une présentation optimale)