PRIERE D'EGLISE:

LA PRIERE PERSONNELLE PAR LA LITURGIE DES HEURES, LA BIBLE ET LA TRADITION
                      
        www.priere.org


ASTUCE : vous pouvez lire cette page de 2 manières : a) en continu du début à la fin ou b) en utilisant les 'liens dans la page' (colonne de droite) comme base de lecture en allant de lien en lien pour explorer cette page.


version audio


Chapelle Sixtine : mains de Dieu et d'Adam

LA GENESE :



LIENS VERS AUTRES PAGES :






accueil
















Annuaire chrétien
( + services gratuits )

















Présentation de la Bible
















St Jérôme
Commentaires bibliques

















Extraits de documents de la Tradition

















Extraits de
'Dieu appelle'
(vol 1 et 2)

I) INTRODUCTI0N A LA GENESE :

Ce livre est le livre des commencements (ou recommencements) à plus d'un titre, d'où le nom 'Genèse' (=commencement en grec).
Tout d'abord, il est le livre du commencement ou de la Création du monde (chap1-2), ensuite, il nous raconte le commencement ou la renaissance d'une humanité nouvelle et purifiée (chap 6-10) ; ce livre c'est aussi le récit du commencement du monde des nations, des cultures et des langues différentes (chap11), et, enfin, il nous relate le commencement du peuple d'Israël.
La Genèse, c'est aussi le livre des chutes : la chute originelle, du Paradis à ce monde mortel (chap3) ; la chute d'une humanité encore proche de Dieu à une race humaine tellement mauvaise qu'elle justifiera la déluge (chap6-10). Chute encore d'une humanité unie sous une même langue à une humanité divisée, devenue incapable de se comprendre (chap11). Enfin, c'est aussi les multiples petites chutes des patriarches (Abraham et Sarah avec le Pharaon → chap12, l'interprétation de la promesse de Dieu par Sarah et son fruit dévié qu'est Ismaël → chap16. Et que dire de Jacob et de ses nombreuses tromperies : envers son frère Esaü, notamment → chap27; sans oublier Joseph trahi par ses frères et la migration du futur d'Israël de la Terre Promise vers l'Egypte, de la promesse vers les biens de ce monde → chap37 + chap46). Pour un résumé plus détaillé de tous ces événements, voir le résumé par personnage .
Toutes ces chutes amèneront des recommencements--comme il a été dit plus haut--, recommencements devenus possibles grâce à la patience et à la miséricorde de Dieu. C'est aussi cela la Genèse : le livre des recommencements.

Autres précisions avant de terminer cette introduction, le lieu où se déroule la Genèse est principalement : le Moyen et Proche Orient , i.e. Mésopotamie (Iran, Iraq), Israël, Jordanie, Liban et l'Egypte. Quant à l'époque, elle couvre une période allant de 2000avJ.C à 1650avJ.C, pour ce qui est, bien sûr, des récits concernant Abraham et ses descendants, les 11 premiers chapitres (voir III PLAN DU LIVRE, 1ère partie plus bas) ne pouvant pas être datés avec certitude.

II) LA COMPOSITION DU LIVRE :

Il faut le dire clairement, il n'y a aucune indication dans ce livre quant à son auteur.
La tradition en attribuait la rédaction à Moïse. Avec l'approche historico-critique, on a mis à jour le fait que la Genèse était en fait composée de plusieurs courants issus de la tradition juive : on désigne généralement ces courants du nom dont ils se servaient pour appeler Dieu dans la Genèse. Ainsi, nous avons le courant J ou yahviste (de J/Yahvé), le courant E ou élohiste (de Elohim), le courant P ou sacerdotale (parce que marqué par la caste des prêtres de Jérusalem) et enfin le courant D ou deutéronimiste (parce qu'on attribue à ce courant la rédaction du Deutéronome). Cette approche a indéniablement contribué à une meilleure compréhension des mécanismes qui ont conduit à la formation de la Genèse ; toutefois, elle pose autant de problèmes qu'elle prétend en résoudre, notamment par rapport aux prétendus anachronismes de la Genèse. C'est pourquoi aujourd'hui, les exégètes s'intéressent généralement plus au récit lui-même qu'à ses sources.
En résumé, on peut dire que la période finale de rédaction de ce livre est intervenue entre les premiers temps de la monarchie israélienne (i.e. entre 1000 et 800 av J.C) et le VIème siècle avJC (exil et retour de l'exil), ce qui ne veut pas dire que les récits eux-mêmes n'aient pas été bien antérieurs. On se souviendra avec bénéfice que pendant très longtemps les Hébreux ont été un peuple de nomades fortement imprégné de tradition orale. L'ancien Hébreu ne contenait aucune voyelle, les consonnes n'étaient vues que comme des pense-bête lors des récitations orales, elles servaient à mieux mémoriser les récits. Il n'y avait donc pas besoin d'écrire les voyelles dans une civilisation qui se transmettait ses histoires par oral ! L'implication de tout ceci est lourde de conséquences, cela veut tout simplement dire que les récits qui ont été mis par écrit sous leur forme définitive remontent, via la transmission orale, probablement à plusieurs siècles par rapport à la rédaction finale. Dans ces conditions, connaître l'époque de rédaction n'a qu'une importance toute relative, on comprend ainsi mieux que malgré les différents courants qui ont participé à la mise par écrit de la Genèse, ce livre possède une unité interne riche et remarquable.

III) PLAN DU LIVRE :

A) 1ére partie : de la Création à la tour de Babel.

1)La création par Dieu du monde et de ce qui y vit (1-2).

2)arbre mortLa rébellion du genre humain et ses tragiques conséquences (3).

3)le Déluge D'Adam à Noé → le Déluge (4-10).

4)la Tour de BabelLa tour de Babel ou la dispersion des hommes sur la terre (11).

B) 2ème partie : les Patriarches.
1)  
Histoire d'Abraham, d'Isaac et de Jacob ou la nouvelle famille de Dieu (12-36).
2)  
Histoire de Joseph et ses frères, l'installation en Egypte des Hébreux (37-50).


IV) LE MESSAGE :


La Genèse montre Dieu en action. Il est le créateur de notre monde ainsi que de l'humanité entière. Ce qu'il a fait était bon. Mais, il donna aux hommes le libre choix, ces derniers choisirent la désobéissance. La conséquence fut notre éloignement de Dieu, il nous était devenu étranger. La souffrance et la mort firent leur entrée dans le monde.
En fait, on peut rejeter Dieu, mais c'est une folie destructrice. Quiconque se soustrait à l'autorité divine appelle sur lui le mal, le chaos, la ruine et la douleur. Dorénavant, la tragédie du péché est une constante de la vie humaine.

Mais, Dieu n'a pas 'laissé tomber'. Il nous offrit un nouveau départ avec Noé. Ensuite, Il choisit Abraham et ses descendants, et ce fut le point de départ du merveilleux plan qu'Il avait préparé pour le salut de l'humanité, dont l'aboutissement définitif serait la mort et la résurrection de Jésus Christ.

La leçon que nous nous pouvons en tirer au quotidien, c'est que Dieu agit dans l'Histoire, dans notre histoire personnelle. Il le fait maintenant, au coeur des problèmes, des luttes et des incertitudes de la vie. Sa présence est certaine. Les Patriarches le savaient ; la Genèse enseigne qu'il est possible de partager leur assurance.

V) RESUME DE LA GENESE AU TRAVERS DES PERSONNAGES :

Ce type de résumé me semble le plus adapté à ce livre ; la Genèse est, en effet, la plupart du temps, articulé autour de personnages clé. Ceux-ci apparaissent par ordre chronologique dans les résumés.
Pour aller au début des résumés, déroulez la page. Si vous désirez aller directement à tel ou tel personnage, cliquez sur l'icône appropriée dans la colonne de droite ou de gauche.


LIENS DANS LA PAGE :










ADAM
ET
EVE




A)
L'HISTOIRE


B)
SYMBOLIQUE D'ADAM NOTAMMENT DANS LE NOUVEAU TESTAMENT


C)
COMPARAISON ENTRE LA GENESE ET D'AUTRES RECITS DE CREATION


D)
"L'HISTORICITE" D'ADAM










































INTRODUCTION
A
LA GENESE
































COMPOSITION DU LIVRE






Genealogie d'Adam a Noe








CAIN
ET
ABEL


Caïn Abel

A)
L'HISTOIRE


B)
SYMBOLIQUE
DE L'HISTOIRE DE CAIN ET ABEL NOTAMMENT DANS LE NOUVEAU TESTAMENT


C)
LE MYTHE DES 2 FRERES RIVAUX















NOE



A)
L'HISTOIRE


B)
SYMBOLIQUE
DE NOE ET DU DELUGE NOTAMMENT DANS LE NOUVEAU TESTAMENT


C)
COMPARAISON ENTRE LA GENESE ET D'AUTRES
RECITS DE DELUGE


D)
LE DELUGE ET L'ARCHEOLOGIE






Abraham
Introduction
aux
Patriarches

+Isaac
+
Jacob
+
Joseph






contactez -moi








Espace
partage
I) ADAM ET EVE (chap 1-3) :
A) L'histoire :

Adam (= terre rouge, terreux) est selon la Genèse le premier homme, créé de la main même de Dieu, il n'est donc pas né d'une femme. Il engendra le genre humain tout entier, mais, en succombant à la tentation, il le conduisit à la déchéance.
Le livre de la Genèse nous livre 2 récits de la Création d'Adam. Dans le premier, l'homme fut créé après tout le reste. Dans l'autre, il fut créé avant que Dieu ne plantât le jardin d'Eden et qu'Il ne le peuplât d'animaux. Adam, d'ailleurs, se vit confier la tâche de leur trouver un nom.
Adam et Eve furent libres de jouir de tout se qui se trouvait dans le jardin à l'exception du fruit de l'Arbre de la Connaissance du Bien et du Mal, sinon, la mort s'abattrait sur eux. Mais, le serpent, Satan en fait, dit à Eve que, si elle en goûtait, elle ne mourrait certainement pas, bien au contraire, elle obtiendrait la Connaissance pleine et entière, comme Dieu. Eve succomba et entraîna Adam dans sa chute. Quand le soir arriva, Dieu vint voir Adam, qui se cacha, honteux de sa nudité. Dieu lui demanda comment il savait qu'il était nu, puis lui fit comprendre qu'Il savait qu'il avait mangé le fruit défendu. Sur ce, Adam s'empressa d'accuser Eve, qui elle même accusa le serpent.
Pour empêcher Adam et Eve de manger également du fruit de l'Arbre de Vie, et de devenir ainsi immortel, Dieu les chassa de l'Eden et condamna l'homme à un dur labeur pour gagner sa vie (l'homme en réalité était mis en face de son choix et de ses conséquences : mener sa vie en se passant de la présence de Dieu).
Quelques précisions sur Eve. Ce fut donc la première femme, créée par Dieu après qu'il avait plongé Adam dans un profond sommeil, elle fut tirée de la côte d'Adam. Le nom d'Eve lui fut donné par Adam, parce qu'elle était la mère de tous les vivants (havvah = en hébreux 'vie, qui donne la vie').
Adam B) La symbolique d'Adam notamment dans le Nouveau Testament : Jésus, le nouvel Adam
Dans l'Ancien Testament, Adam désigne quelquefois l'homme créé par Dieu, plus communément l'ensemble de la collectivité humaine. Il est l'homme en qui tout homme doit se reconnaître appelé à l'intimité avec Dieu en dépit de son péché.
Dans le Nouveau Testament, l'intérêt se porte sur Adam face à Jésus Christ. Semblables en ce qu'ils ont tous deux une fonction universelle, ils diffèrent de part leur origine, terrestre ou céleste, ainsi que par leur oeuvre, de mort ou de vie. Avec le langage de son époque, St Paul parle d'Adam comme d'une figure (= une préfiguration) du Christ.

C) Comparaison entre la Genèse et d'autres récits de création :

La première chose qui saute aux yeux quand on se lance dans une telle comparaison, c'est la différence de style et de 'grandeur'. En effet, par contraste, les récits sumériens et babyloniens sont crus et nettement polythéistes. Mais rentrons un peu dans les détails.
La Genèse est unique en ce sens qu'elle est le seul récit ancien dans la région qui propose une présentation cohérente de la création en tant que telle. Par opposition, les autres récits se caractérisent par des histoires qui concernent davantage l'origine des dieux que celle de l'univers. Aussi, se focalisent-ils sur la naissance de tel ou tel dieu, l'organisation de l'univers, la création de l'homme et l'établissement de la civilisation en rapport avec ces dieux. Ces récits sont résolument marqués par le polythéisme et les luttes d'influence entre dieux, ce qui ne manque pas de contraster avec la retenue et la dignité du monothéisme du récit biblique.
MardoukPar exemple, le plus connu des récits babylo-sumériens met en scène le dieu Mardouk tuant Tiamat afin d'utiliser ses deux moitiés dans la création du ciel et de la terre. Pour libérer les dieux de leur corvées, il créa l'humanité à partir de l'argile (récit biblique) et du sang du dieu rebelle Kingou (récit biblique) .

D)" L'historicité " d'Adam :

Il n'est évidemment pas question ici de prouver de quelque manière que ce soit l'historicité d'Adam ou d'Eve en tant que tel, ce serait sans nul doute ridicule. Mais, il s'agit plutôt de voir ce que ce mythe du jardin d'Eden et d'Adam cache dans l'inconscient collectif.
Ainsi, quand on se penche sur les grands archétypes universels (chez les Aborigènes d'Australie, les Amérindiens des plaines, les Esquimaux du Grand Nord canadien, les Bantous d'Afrique orientale ou encore les Peuls du Sahel), on est frappé de voir que tout nous ramène à la même matrice : celle des ancêtres communs de l'humanité obligés de quitter leur " jardin d'Eden " et de partir en exode jusque dans les coins les plus reculés de la planète.

A partir de là, il n'est pas idiot de penser que les mythes des origines, dont le plus célèbre est précisément celui de la Genèse, sont en fait la mémoire d'une période beaucoup plus reculée qui pourrait bien remonter jusqu'à au moins -50000 ans. A cette époque, les Homo Sapiens vivaient concentrés, pense-t-on, dans la vallée du rift africain avant leur grande dispersion qui date d'à peu près la même époque. L'homme quitta alors cette région d'origine luxuriante, riche en fruits et en animaux de toutes espèces, ce qui expliquerait facilement qu'elle fut par la suite idéalisée (un vrai petit paradis en quelque sorte), d'autant que certaines des régions vers lesquelles les hommes d'alors migrèrent se révélèrent beaucoup moins hospitalières.

Cette curiosité humaine, cette soif de bouger, d'inconnu, ou, plutôt de découverte (d'aucuns diront de connaissance à tout va... le fruit défendu...?) devaient conduire l'homme à coloniser la terre entière.








PLAN DU LIVRE















































MESSAGE
DU
LIVRE


















































RETOUR
VERS
LE HAUT

Pour savoir comment chercher un passage dans la Bible → cliquez ici lien vers la page sur Cain, Abel et Noé

(si vous avez netscape et internet explorer, visualisez cette page, ainsi que les autres pages du site, avec internet explorer pour une présentation optimale)