RETOUR
LES 21 CONCILES
OECUMENIQUES
accueil www.priere.org
  accueil  


LE CONCILE DE LATRAN V

1512-1517
(Un bref résumé)
PLAN DE L'EXPOSE
I) LE CONTEXTE HISTORIQUE
1) les raisons du concile
2) le concile : une occasion manquée

II) LES DECISIONS IMPORTANTES DU CONCILE

III) PISTES DE MEDITATION
1) Liberté de l'Eglise par rapport au politique
(affranchissement des valeurs du monde)
2) Le pape comme rappel de la dimention verticale de nos vies



LIENS VERS D'AUTRES RESUMES DE CONCILE :

(Pour l'époque et les thèmes des conciles, cliquez ici)


I) Concile
de
Nicée






II) Concile
de
Constantinople






III) Concile
d'Ephèse






IV) Concile
de
Chalcédoine






V) Concile
de
Constantinople II






VI) Concile
de
Constantinople III






VII) Concile
de
Nicée II






VIII) Concile
de
Constantinople IV






IX) Concile
de
Constance






X) Concile
de
Bâle-Ferrare-Florence






XI) Concile
de
Latran V






XII) Concile
de
Trente






XIII) Concile
de
Vatican I



I) LE CONTEXTE HISTORIQUE :



.
1) Les raisons du Concile :

Jules IIJules II convoque ce concile pour enfin résoudre la crise liée aux théories conciliaires qui trouvèrent leur origine dans le Grand Schisme d'Occident. Cette crise avait même entraîné la convocation des deux conciles précédents : le Concile de Constance et le Concile de Bâle-Ferrare-Florence-Rome (voir liens ci-contre). Mais aucun des 2 n'avait véritablement réussi à résoudre le problème de façon satisfaisante. Le Concile de Constance était allé jusqu'à soutenir et développer ces thèses.


.

Léon XAprès la mort de Jules II, Léon X profite de ce concile pour y faire approuver le concordat qu'il avait signé avec François 1er. Par ce document, François 1eril met fin aux guerres françaises en Italie, et, rétablit un certain équilibre en faveur de la papauté suite à la crise qui s'était développée entre la France et la papauté avec l'adoption de la Pragmatique Sanction par Charles VII (règne de 1422 à 1461).

2) Le Concile : une occasion manquée :

Ni Jules II, ni Léon X n'ont su ou voulu saisir l'occasion qui leur était donnée par ce Concile d'entreprendre les réformes nécessaires, elles étaient pourtant vitales au vu des graves crises que l'Eglise avait traversées (schisme d'occident, théories conciliaires, etc...). Au lieu de cela, Léon X se lança dans une politique de grands travaux (réfection de la basilique St Pierre, notamment), ce qui l'obligea à recourir d'une manière excessive aux indulgences pour les financer.
Cette politique devait conduire, la même année, à la publication des Thèses de Luther, véritable point de départ de la réforme protestante.

II) LES DECISIONS IMPORTANTES DU CONCILE :

  1. Condamnation officielle et catégorique des théories conciliaires.

  2. Approbation du concordat signé par Léon X et François 1er.

III) PISTES DE MEDITATION DANS LE CADRE DE L'OFFICE DES COMPLIES:

  • Avec le concordat signé par le pape Léon X, l'Eglise universelle de Rome reprend un droit de regard sur la conduite de l'Eglise en France. Rien que de plus normal, l'Eglise, en effet, se doit d'être affranchie de toute tutelle temporelle politique, elle est au service du Christ, qui a dit mon royaume n'est pas de ce monde. Il est donc normal qu'aucune Eglise locale ou nationale ne soit sous l'autorité d'une puissance temporelle. La papauté est la garante de cette indépendance au service du spirituel, même s'il a fallu des siècles pour que cela soit compris et accepté par les papes eux-mêmes. En fait, couper une église de Rome, c'est lui enlever son caractère catholique ('catholique', soit dit en passant, veut dire : 'universel').
    St Pierre de Rome lors d'une allocution papaleIl est donc très important de garantir à toutes les églises nationales leur caractère indépendant et universel. Qui peut mieux le faire que le successeur de St Pierre, chef de l'Eglise universelle, nommé par le Christ lui-même ? Sinon, l'Eglise de tel ou tel pays ne serait qu'un relais politique d'un état dont les préoccupations sont loin d'être celles du Christ.
    Dans notre vie de tous les jours, c'est un rappel que, à l'image de l'Eglise institution, nous devons être indépendants de toute pression qui serait contraire à notre vocation. Nos valeurs ne doivent pas d'abord se construire par rapport à des opinions politiques ou du monde, mais bien par rapport aux valeurs évangéliques défendues par l'Eglise et son Magistère.

  • La condamnation claire et nette des théories conciliaires n'est pas sans importance, bien au contraire, elle signifie d'abord que l'Eglise est bien plus qu'une institution gouvernée par des hommes au service des hommes, elle est signe de Dieu sur terre, elle est sacrement, lumière des nations (lumen gentium) pour reprendre une expression du Concile Vatican II. Mettre le gouvernement de l'Eglise entre les mains d'un groupe d'hommes (ici les évêques) qui, pour exercer ce pouvoir, se réuniraient en assemblée fait certes penser à une démocratie, mais, cela n'a pas été la volonté de Jésus, qui a nommé, 'unilatéralement', Pierre comme chef de l'Eglise. Par là, il faut comprendre que même si l'Eglise est faite d'hommes et que ceux-ci ont leurs responsabilités dans l'Eglise, il n'en reste pas moins que le chef c'est le Christ ; le pape, en fait, ne signifie pas autre chose que ce rappel :

    "le gouvernement ultime de l'Eglise n'appartient pas aux hommes, mais à un pouvoir extérieur et supérieur, celui de son chef le Seigneur ressuscité qui siège à la droite du Père, pouvoir du Christ signifié et représenté par le pape".

    Plus concrètement, cette décision du Concile est un encouragement à ne pas suivre automatiquement l'opinion dominante, c'est comme un avertissement : les opinions majoritairement acceptées ne sont pas forcément la vérité, telle qu'elle nous a été révélée par le Christ. Cela peut impliquer que nous ayons parfois à 'ramer à contre courant' du fait de notre foi, mais, n'est-ce pas en partie ce que le Christ entendait par

    Celui qui veut me suivre, qu'il prenne sa croix et qu'il me suive ?

    Une autre leçon à tirer de tout ceci c'est qu'il ne faut jamais oublier qu'il doit toujours y avoir une dimension verticale dans nos activités humaines, à l'image du Pape qui rappelle aux évêques en assemblée qu'il y a quelqu'un au-dessus de nos décisions humaines, fussent-elles prises ensemble.

Si vous voulez un résumé beaucoup plus complet du Concile de Latran V, notamment pour ce qui est de ses décisions, de ses décrets et de son déroulement cliquez ici.




(si vous avez netscape et internet explorer, visualisez cette page, ainsi que les autres pages du site, avec internet explorer pour une présentation optimale)