PRIERE D'EGLISE:

LA PRIERE PERSONNELLE PAR LA LITURGIE DES HEURES, LA BIBLE ET LA TRADITION
                      
        www.priere.org
Des mots en bleu dans un texte ? cliquez et vous avez leur définition ! Refermez la 'fenêtre-définition' et vous pouvez continuer votre lecture.

III)











(allez à l'accueil pour découvrir les liens vers les introductions et les commentaires bibliques)









CONTACTEZ-MOI














   
Voici un autre aspect que cette règle met en évidence.
Il faut bien le dire, chez les catholiques, la Bible (s'il y en a une) n'est bien souvent qu'un objet décoratif dans une bibliothèque. Quel dommage ! Les protestants le savent bien, eux : la Bible est constitutive de la vie et de la prière chrétienne. La Bible n'est pas réservée aux religieux, prêtres et que sais-je encore. Si les catholiques lisaient d'avantage leur Bible, ils se détourneraient moins de la vraie foi pour entrer dans les sectes. Certaines sectes utilisent d'ailleurs cette méconnaissance de la Bible pour tromper les gens, nous ne citerons que les Témoins de Jéhovah.
Reprenons, si vous le voulez bien, notre comparaison avec l'amitié humaine. Pour qu'il y ait réelle amitié entre deux êtres, il faut un dialogue où, tour à tour, nous écouterons et nous prendrons la parole. Il en va de même avec Dieu. Il faut d'abord se mettre à son écoute. Or, où écouter Dieu, si ce n'est en premier lieu dans sa Parole (la Bible) ?
La Bible est l'endroit par excellence où Dieu nous parle (avant même la nature et la vie quotidienne qui sont certes aussi des moyens, mais complémentaires, pour Dieu de nous parler).
Nous pouvons ensuite lui parler (le supplier, le remercier, etc…) à partir du texte biblique pour aller vers une prière plus large. Alors seulement, nous pourrons parler d'un dialogue avec Dieu dans la prière.
Au vu de ce qui vient d'être dit, il paraît tout naturel que la Règle de 'Prière d'Eglise' oriente le chrétien vers une lecture régulière, quasi quotidienne, de la Parole de Dieu. De nouveau, le bréviaire semble être l'instrument idéal. D'abord parce qu'il propose une sélection de textes bibliques variés, ceux que l'Eglise met à la disposition des fidèles. Ces textes sont intéressants dans la mesure où ils sont longs, donc plus complets que les lectures des messes. Ils privilégient aussi une lecture plus continue de la Bible. Tout cela contribuera à donner une connaissance plus étendue de la Bible à travers l'office des lectures. Par le bréviaire, le laïc aura conscience qu'il reçoit de l'Eglise, sa Mère, la Parole de Dieu. Il sera, par là, plus enclin à prier en Eglise puisqu'il se mettra au diapason de toute l'Eglise pour écouter la Parole de Dieu.
Signalons aussi que la Règle nous donne, à côté des lectures bibliques du bréviaire, plus précisément de l'office des lectures, un autre cycle de lectures, lui aussi transmis par l'Eglise. Cet autre cycle est celui des messes dominicales. Il est réparti sur 3 ans : A, B et C. Grâce à cet autre cycle de lectures, le laïc pourra lire l'Evangile, qui, sinon, n'aurait pas été lu avec la répartition de l'office des lectures. Cela donnera aussi l'occasion aux fidèles de préparer, et par là, de mieux vivre la messe du dimanche ; encore une occasion supplémentaire de prier en Eglise.
La lecture de la Bible par le bréviaire présente également un autre avantage : celui de lire l'Ecriture avec le respect qui lui est dû. En effet, on ne lit pas les textes sacrés n'importe comment, justement parce qu'ils sont sacrés. Certains passages du livre de l'Exode ( ex 3 : 15 ; ex : 40, etc…) sont d'ailleurs très éclairants à ce sujet. Il faut progressivement entrer dans la prière qui culminera par la lecture divine ( lectio divina), ceci par des 'paliers de décompression' (hymnes, psaumes…) nécessaires pour passer de l'agitation de la vie moderne au silence de la méditation. Ces 'paliers' sont présents dans tous les offices du bréviaire où la Parole est véritablement encadrée, d'une part, par des hymnes et des psaumes, en guise de préparation à la lecture, et, d'autre part, par des répons et des prières qui aident à élargir la lecture aux dimensions de la prière de l'Eglise et de l'humanité toute entière.
Enfin, la lecture des textes proposés par la liturgie permet aux laïcs de participer davantage à la vie de l'Eglise par une plus grande conscience des temps liturgiques (avent, temps de Noël, carême, temps pascal et temps ordinaire), prise de conscience renforcée par les offices, eux-mêmes construits en fonction de l'année liturgique.

                          lien vers 'la présentation de la Bible, l'approche spirituelle'                                 
N.B : Pour en savoir plus sur cette règle, rendez-vous à l'accueil.

(Pour en savoir plus sur les raisons de lire la Bible, cf. ce document Word)