www.priere.org

II) POURQUOI PRIER LA LITURGIE DES HEURES :


Mais pourquoi donc prier la Liturgies des Heures ? Cette question pourrait en effet se comprendre, si l'on porte un regard superficiel sur un office. Tout cela paraît bien compliqué, tous ces éléments qui s'enchaînent. Comment intégrer tout ça dans une prière personnelle et vivante ?
Je me propose de vous fournir 4 raisons :
  1. Tout d'abord, la difficulté qu'il y a à suivre les composantes d'un office de la Liturgie des Heures n'est que passagère ; très vite, l'office deviendra quelque chose de naturel. Cela vous sera d'autant plus facile que le tableau hebdomadaire vous en facilitera grandement l'apprentissage.

  2. Deuxièmement, la Liturgie des Heures est la prière de l'Eglise tout entière. Quand vous priez l'office divin vous priez selon une tradition vieille de plusieurs siècles. Vous profitez en quelque sorte d'une expérience de prière qui s'est construite sur des centaines d'années. le Christ en prièreC'est ainsi qu'en priant les psaumes vous redites et partagez des prières que les prophètes et Jésus lui-même ont dites. Sur vos lèvres passent les mots que Jésus a prononcés et priés, vous êtes ainsi plus près du Seigneur par l'expérience de sa prière. De plus, réciter les psaumes, c'est l'assurance d'avoir une prière qui a été inspirée par l'Esprit Saint, puisque les psaumes, partie intégrante de la Bible, sont inspirés au même titre que le reste des Ecritures. Ajoutons que les psaumes sont composés de prières dont le ton est d'une franchise désarmante, d'une spontanéité qui n'a rien à envier à des prières improvisées. L'avantage que vous trouverez à prier par les psaumes réside précisément dans ce ton. Il n'est par rare que ces prières millénaires traduisent nos propres sentiments au-delà de nos espérances. Pratiquez et vous verrez, pourrais-je dire, paraphrasant la célèbre phrase de Jésus : Venez et voyez (cf. Jn 1, 39). Attention tout de même à cette appropriation, elle doit suivre quelques règles de 'christianisation' (à cet égard, je vous conseille, pour mieux vous approprier les psaumes, de consulter dans l'intégral, la rubrique conseils pour lire la Bible).
    Enfin, en pratiquant l'office divin, vous êtes aussi en communion avec tous les diacres, les prêtres, les religieux et les moines qui pratiquent cette Liturgie (sans compter tous les laïcs qui la pratiquent également).

  3. La troisième raison se trouve dans le fait que par cette prière de l'Eglise qu'est la Liturgie des Heures, vous prendrez l'habitude de prier régulièrement, TOUS LES JOURS. Vous lirez aussi la Bible et découvrirez toute la richesse de la Tradition catholique que constituent les grands écrivains ecclésiastiques, les conciles, etc...
    De plus, vous vivrez plus fortement la liturgie (temps liturgiques, fêtes, etc... éléments qui sont au coeur du bréviaire). Par ce biais, l'année prendra pour vous une coloration véritablement chrétienne. En faisant mémoire des saints, vous ferez également la connaissance de nouveaux amis dans le ciel, vivant ainsi plus intensément la communion des saints.
    Rem : Il est à signaler que cette 3ème raison est développée plus avant dans les petites icônes qui se trouvent dans le texte de présentation de la règle, à la page d'accueil.

  4. Pour conclure, grâce à l'office divin, et c'est une expérience toute personnelle, il y a fort à parier que vous savourerez plus intensément la Bible et toutes les lectures qui sont lues dans le cadre de la règle. En effet, si vous regardez où se situe la Parole de Dieu dans un office, vous remarquerez qu'elle est au milieu, ou plutôt au coeur, de l'office. Et, cette façon de procéder est très biblique. C'est d'ailleurs l'âme et la fonction première de la liturgie que de mettre l'homme en condition pour sa rencontre avec son Seigneur. N'est-ce-pas ce que fait l'office avec ses introductions, ses hymnes, ses psaumes (qui sont déjà Paroles de Dieu), ses antiennes, etc...? Ainsi, tous ces éléments ont pour but premier de jouer un rôle de mise en condition pour la rencontre personnelle (c'est à dire : la lecture de la Parole où Dieu nous parle et la prière spontanée où nous lui répondons, où nous lui parlons).
    Essayez donc de prier et de lire la Bible sans vous mettre en condition, vous verrez qu'il est très difficile de chasser les pensées 'parasites'. En revanche, la mise en condition que vous offre la prière de la Liturgie des Heures dans les offices vous prépare idéalement à cette concentration si nécessaire à la lecture de la Bible (c'est aussi une manière pour nous de montrer à la Parole de Dieu le respect qui lui est dû).
    Faites l'essai de lire la Parole de Dieu dans le cadre d'un office et vous verrez vite la différence ! (attention, peut-être aurez-vous d'abord besoin d'un petit temps d'adaptation à l'office
    divin, notamment dans son apprentissage)
        MOÏSE ET LE
Moïse en adoration devant le buisson ardent
BUISSON ARDENT
    Pour étayer mon point de vue, je voudrais proposer à votre réflexion quelques passages bibliques sur cet aspect de la 'mise en condition' : relisez le passage biblique où Dieu demande à Moïse de se déchausser devant le buisson ardent (Exode 3, 1-6). N'avons-nous pas là une mise en condition pour 'la rencontre coeur à coeur avec Dieu' ? En effet, pour quelle autre raison Dieu demanderait-t-il à Moïse d'enlever ses sandales, si ce n'est pour lui faire témoigner du respect et lui faire prendre conscience du caractère sacré de la rencontre qu'il est en train de vivre ?
    Et que dire de la construction du Tabernacle et du Temple qui reflète un souci constant de mise en condition avant la rencontre dans le Saint des Saints de la Parole de Dieu parle Tabernacle à l'époque de Moïse excellence (i.e. les 10 commandements) entreposée dans l'arche de l'Alliance (cf. Exode 40). Il en va de même des psaumes dits des 'degrés' (Psaumes 120 à 134). Ces psaumes étaient en effet utilisés dans l'Ancien Testament pour préparer les fidèles à leur rencontre avec Dieu dans le Temple. Ces psaumes étaient chantés au fur et à mesure que les fidèles montaient les marches du Temple. Les éléments (et notamment les psaumes) d'un office du bréviaire avant la lecture de la Parole de Dieu ne remplissent-ils pas la même fonction ? Soit dit en passant, nous voyons bien là l'expérience de l'Eglise au sujet de la prière, sa sagesse, qu'elle-même a héritée du peuple juif. Pratiquer la Liturgie des Heures par la lecture du bréviaire, c'est effectivement bénéficier de cette expérience.
    Enfin, cette conclusion ne serait pas tout à fait complète si l'on omettait de parler des éléments de l'office qui suivent cette rencontre personnelle (oraisons, bénédictions, etc... après 'la Parole de Dieu' ou 'les lectures'). Ils jouent le rôle inverse, au sens où ils font transition entre la rencontre la Transfigurationsouvent forte entre le Seigneur et nous, et la vie quotidienne. Par là, nous sommes préparés à reprendre notre place dans la vie ; progressivement, nous sommes ramenés 'les pieds sur terre'. Et c'est précisément parce qu'il y a transition que nous sommes plus disposés à faire le lien entre la prière et la vie. C'est ainsi que la frustration qui peut exister après la prière se fait moins forte, du fait de ce 'palier de décompression' (à l'inverse de Pierre qui lors de la Transfiguration (Marc 9, 2-10) aurait bien voulu prolonger cette rencontre par les 3 tentes qu'il désirait installer. En effet, la descente du Mont Thabor - le Mont Thabor ici = l'intensité de la prière et de la rencontre personnelle avec son Dieu - est toujours difficile !).
Vous pouvez lire aussi avec profit la lettre de Paul VI sur la Liturgie des Heures et ce qu'en dit 'Le Catéchisme de l'Eglise Catholique', pour cela rendez-vous à l'accueil, "Espace Tradition - Textes de la Tradition".