L'ARRIVEE ET LE TRI


voies gaz

" La sélection, le bruit, l’odeur de fumée m’ouvrirent les yeux, je compris que j’étais arrivé à la dernière étape de ma vie ".

Dr Erwin Toffler, arrivé au printemps de 1944, à l'âge de 18 ans.


Sur le million de morts d’Auschwitz, l’immense majorité n’est jamais entrée dans le camp : elle est passée directement des wagons dans les chambres à gaz.

C'est à la descente des wagons que les officiers et les médecins de la SS procédaient à la sélection des déportés en dirigeant ceux qu'ils considéraient comme aptes au travail vers le camp et les autres vers la chambre à gaz.

D'après le témoignage de Rudolf Höss, on dirigeait vers les chambres à gaz 3/4 des personnes déportées.


    " On déchargeait les wagons les uns après les autres. Ayant déposé leurs bagages, les juifs devaient passer devant un médecin SS qui décidait pendant qu’ils marchaient s’ils étaient capables ou non de travailler. Ceux qui étaient reconnus bons pour le travail, étaient immédiatement conduits dans le camp par petits détachements.
Le pourcentage des capables s’élevait en moyenne à 25 ou 30% du convoi, mais il était sujet à de fortes oscillations. Ainsi par exemple, le pourcentage moyen des Juifs grecs capables de travailler ne dépassait pas 15%
 ".

Etaient éliminés dès l'arrivée les enfants au-dessous de quinze ans, les femmes enceintes accompagnées d'enfants et, en général, les hommes et les femmes âgés de plus de cinquante ans.

Donnons l'exemple du convoi N°17 du 10 Août 1942, venant de France : il emmenait 997 déportés raciaux (525 Femmes, 472 hommes), 766 furent immédiatement éliminés (77%). A la libération du camp, de tout le convoi, il ne restait qu'un seul survivant ".


François Bédarida,Le nazisme et le génocide, 1991,
Nathan, page 184.


Georges Wellers a calculé que sur les 61.098 Juifs venus de France entre le 29 Juillet 1942 et le 11 août 1944, 47.976, soit 78,5% furent victimes de la sélection dès leur arrivée.



retour