FLOSSENBÜRG



Le KZ de Flossenbürg est construit à 5 kilomètres de la frontière Tchécoslovaque.
L’emplacement a été choisi à cause du granit qui s’y trouve. Les plans colossaux de construction de Hitler nécessitaient beaucoup de cette pierre. En avril 1938, Himmler avait créé une entreprise, appartenant aux SS et dirigée par eux : la Deutsche Erd und Stein Gesellschaft, DEST, (Société allemande Terre et Pierre), qui achète des carrières à Flossenbürg et à Mauthausen, puis en 1939 à Gross-Rosen en Silésie et Natzwiller en Alsace, en 1942. Les KZ lui offrent une main d’oeuvre servile immédiatement disponible.

« Le camp était entouré de deux enceintes de barbelés doubles électrifiés, avec des poteaux munis de lampes électriques tous les huit mètres. Tous les cinquante mètres étaient placés en hauteur, sur des constructions en pierre, des miradors avec jeux de fenêtres à glissière bien couverts et dotés d’un projecteur, d’une mitrailleuse ou fusil mitrailleur. Une troisième ligne de barbelés, avec blockhaus camouflés et, enfin, une quatrième ligne formée de postes de vigie en bordure des sapins, constituaient l’enceinte gardée. Entre ces lignes de barbelés circulaient des sentinelles. Dans les sapins, le chenil contenait un grand nombre de gros molosses très méchants et parfaitement dressés. De jour, il était absolument impossible de s’évader du camp ; de nuit, c’était la même chose. Les projecteurs constamment allumés balayaient de leurs faisceaux lumineux les lignes entre les barbelés et toutes les demi-heures, les sentinelles s’interpellaient de poste en poste pour s’assurer du bon fonctionnement du service de garde ».

Léon Höbecke, déporté à Flossenbürg.
Cité in Le grand livre des témoins,
p 157, FNDIRP, Ramsay, 1995.




retour suite