Fiche d'exploitation pédagogique

du site internet

Auschwitz


Objectif pédagogique : l'année 1997-1998 a été l'année du procès Papon. Pour un enseignant d'histoire-géographie, il en découle un devoir de mémoire et d'accompagnement de l'actualité du procès. Ce procès a souvent été bien couvert par les médias, mais aussi parfois avec sensationnalisme. L'enseignement d'histoire-géographie doit contribuer à resituer cette actualité judiciaire dans une véritable perspective historique. L'activité proposée s'adresse à une classe de Seconde, même si ce n'est pas le programme. Précisément parce que c'est une classe exempte d'examen, destinée à l'acquisition de méthodes utilisées dans les deux années suivantes, il est utile d'envisager des activités de fond impossibles faute de temps en Première et Terminale. Cette activité vise doublement à l'acquisition du reflexe documentaire par le réseau internet et à accompagner une actualité exceptionnelle.

Cette activité s'insère dans une progression depuis le début de l'année scolaire.

  1. Novembre 1997
  2. : devoir libre de vacances (la note n'est prise en compte que si elle est supérieure à la moyenne trimestrielle : les élèves sont donc incités mais sans obligation) sur le sujet : "Pourquoi est-il utile que la République juge des individus accusés de crimes contre l'humanité même longtemps après les faits ?". Une bibliographie et une suggestion de plan étaient fournies. Le corrigé a donné lieu à un intéressant débat sur la notion d'imprescriptibilité.

  3. Décembre 1997-Mars 1998
  4. : préparation au concours de la Résistance et de la Déportation, sur le thème : les étrangers dans la Résistance. Deux fiches d'orientation bibliographique furent remises aux élèves en décembre et janvier.

  5. Avril 1998
  6. : travail sur le site internet Auschwitz.

  7. Mercredi 27 mai 1998
  8. : visite au Musée de la Résistance nationale à Champigny, avec un questionnaire détaillé de douze pages.

  9. Juin 1998
  10. : organisation d'un débat dans la classe : "Un fonctionnaire ou un citoyen doit-il toujours obéir à son Etat ?".


retour suite