La déportation en Norvège



En 1939, quelques 1.800 Juifs vivaient en Norvège sans être inquiétés, principalement à Oslo et à Trondheim. Ce qui agaçait un petit groupe politique, le « Rassemblement national », d’inspiration nationaliste, pronazie et antisémite, fort de 15.000 membres, et qui avait à sa tête un ancien officier de l’état-major et du ministère de la guerre, Vidkun Quisling.

Quand au printemps 1941, la Norvège fut occupée à la suite d’une invasion éclair, Quisling fut le chef du nouveau gouvernement.

En février 1942 dans la Norvège occupée et sous le contrôle du Reichskommissar Josef Terboven, le chef du petit parti national-socialiste, Vidkun Quisling, est nommé 1er Ministre. Son nom devient synonyme de « collaboration » et il soulève une vague de resistance dans la population. Les Juifs, peu nombreux, 1700 en tout, subissent des lois semblables à celles de Nuremberg, mais dans une atmosphère relativement calme. Les arrestations commencent en septembre et les déportations en novembre. 760 personnes sont déportées mais 900 réussissent, grâce à la Résistance, à se sauver en Suède.



retour