Retour au sommaire   -   Nouveautés - Votre avis
Mes jeux - Mes utilitaires - Des blagues - L'automobile - Musique - Série TV - Liens

 

Aller à...
Menu de la rubrique Musique
   La liste des styles actuels
   Les styles qui me branchent
   Les pochettes des CD THUNDERDOME
   Logos de labels, clubs, groupes...
   Fonds d'écran
   Clubs Hardcore
   DJs Hardcore
   Mes compositions (Ecouter des extraits, télécharger les MP3)
Hardcore



Les styles qui me branchent


Rotterdam Terror Corps Danger Hardcore Team
Rotterdam Terror Corps Danger Hardcore Team


Bon, je ne passerai pas par quatre chemins... Dans cette section, je ne parlerai que de Hardcore, de Gabber ou de Transcore speedée. Vous voilà prévenu.
Le but n'est pas ici d'établir une liste exhaustive des clubs Hardcore/Gabber, ni de vous tenir informé des dernières nouveautés qui sortent, mais juste de faire découvrir ce style de musique à ceux qui ne le connaissent pas ou mal, et auquel on colle beaucoup trop facilement des étiquettes très péjoratives. La mauvaise presse s'en donne d'ailleurs à coeur joie. Les personnes qui n'apprécient pas ce genre de musique prétextent que c'est toujours la même chose ou que ce n'est que du bruit, mais c'est totalement faux ! Il faut parfois prendre le temps d'apprendre à écouter. Et ce sont ces gens là qui en disent du mal. Quand je n'aime pas un style musical, je ne dis pas "c'est nul", je dis "ce n'est pas un style qui me plaît". La tolérance est un état d'esprit qu'on trouve dans la Techno en général. Ce n'est malheureusement pas le cas pour tous les genres.
Pour le décrire rapidement, le style Hardcore fait partie de la branche la plus hard de la Techno, avec de bonnes basses et un tempo très rapide (170-190 BPM en général). Et pour différencier sommairement Hardcore et Gabber, je dirais que ce dernier est encore un cran au-dessus de la Hardcore (on dépasse facilement les 200 BPM (Beats/Minute)). Mais on ne résume pas un style musical en une phrase, alors le mieux c'est de pouvoir l'écouter, ce que je vous souhaite.


Logo ID&T En Hardcore, les productions les plus commerciales, et donc les plus connues sont certainement les "Thunderdome" : compilations éditées par "ID&T". Il faut souligner que ID&T est la référence en matière de Hardcore.

Pour la petite histoire, ID&T est une organisation qui a été créé au printemps 1992 par Irfan Van Ewijk, Duncan Stutterheim et Theo Ielie (d'où le nom).

Une section de ce site est dédiée aux principales pochettes des CD Thunderdome. Logo Thunderdome




Je vous parlais également plus haut de Transcore speedée. Bon, je ne vous cache pas que c'est une expression à moi...
La Transcore est un style plus lent que la Hardcore, mais qui conserve un rythme très prenant grâce à ses basses bien prononcées. Je citerais comme exemple des titres tels que "Funkier", "Lound and Clear", "Lift Off", "Drop Da Funk", "Da Boy is Bangin'" et autres "This is Los Angeles" de "Poogie Bear". Ces titres sont anciens, mais ils représentaient pour moi des musts du style.
J'en viens à mon expression : pourquoi "speedée" ? Je dois vous avouer avoir du mal à me contenter de la vitesse de croisière de la Transcore disons... commerciale. J'ai toujours besoin de vitesse et de bonnes basses bien puissantes (oui, voilà, c'est ça, je suis un abruti). Bref, de la Transcore speedée, c'est tout simplement de la Transcore qu'on écoute à une vitesse accélérée. Le principe est simple, mais cela nécessite quand même une table de mixage. Car accélérer la vitesse du morceau sur une platine augmente également les samples (ou instruments) vers les aigus, car la vitesse et le pitch vont ensemble. Prenez un vinyle 33 tours et écoutez-le en 45 tours, vous verrez qu'il n'y a pas que la vitesse qui change. Imaginons maintenant une platine qui permette de réduire ou d'augmenter la vitesse du vinyle d'environ 8% maximum. Et bien modifions le réglage de manière à obtenir une variation qui puisse atteindre à peu près les 16%. Voilà une chose. Rien que ça, ça permet d'écouter les morceaux avec environ 16% de rapidité en plus. On passe ensuite à la sélection des morceaux tels que ceux cités un peu plus haut, et uniquement sur des vinyles 33 tours... pour pouvoir les écouter en mode 45 tours. Rien que ça, c'est bien aussi. Bon, il ne reste plus qu'à faire un mélange des deux : je passe le 33 tours en 45 tours, et avec en plus environ 16% de rapidité (parfois moins, selon les titres). Evidemment, si on s'arrête là, on a un morceau très speedé, mais horrible à écouter, car le pitch s'est élevé avec la vitesse. C'est là qu'intervient la table de mixage : grâce au "pitch shifter", on va pouvoir désolidariser la vitesse du pitch, et baisser celui-ci (en général, aux alentours de 26%) jusqu'à retrouver les sonorités du morceau telles qu'à la vitesse originale. Et là, on retrouve le morceau avec les sons d'origine, mais beaucoup plus rapide. Toutefois, attention, l'opération ne donne pas de bons résultats avec n'importe quels morceaux.
Mouais... Je ne vous sens pas vraiment convaincu. J'espère en tout cas que tout ce charabia était à peu près clair. Ceux qui n'imaginent pas bien le résultat doivent être sceptiques, mais quand on y goûte, on n'a plus envie de revenir en arrière. L'important, c'est d'écouter ce que l'on aime, et d'être tolérant.

Tiens, j'ajoute ici un petit complément, car je viens de relire le texte un peu plus haut (vous ne le voyez pas mais le temps a passé depuis...) : ce que je faisais à l'époque avec la Transcore (que j'avoue ne plus écouter maintenant, mais que je sais toujours apprécier), je le fais désormais avec la Hardcore (Ha ! Rien de tel qu'un bon morceau Hardcore speedé au-delà de 240 BPM !).


Retour en haut de la page




Retour au sommaire   -   Nouveautés - Votre avis
Mes jeux - Mes utilitaires - Des blagues - L'automobile - Musique - Série TV - Liens