Le RX10

1.   ETUDE du SCHEMA

Les signaux HF captés par l'antenne sont mis en évidence par l'accord de L1. Noter les deux branchements de l'antenne, selon la bande reçue. Transmis à T1, un BF200 monté en base commune,
ils sont amplifiés et, via L2, attaquent le changeur de fréquence. La présence de l'étage HF détermine la grande sensibilité du montage. Dans ces conditions, une portée au sol de 1 km, en 72 MHz,
n'est pas surprenante!

Le changement de fréquence est assuré par l'excellent S042P de Siemens. L'oscillateur interne de ce circuit est ici monté en asymétrique. Nous avons retenu ce montage, choisi par Lextronic,
de manière que les amateurs puissent utiliser les quartz distribués par cette maison. En effet, l'approvisionnement en cristaux est toujours un problème difficile.
Ou bien le fabricant ne veut plus fournir aux amateurs, ou bien ses délais sont très longs ou ses prix sont trop élevés.

L'oscillation s'obtient ici très simplement, sans inductance. Noter la présence éventuelle de C11, permettant un léger décalage de la fréquence du quartz: celle-ci diminue en augmentant C11.
On ne peut pas aller très loin dans cette voie, sans risquer un décrochage de l'oscillateur (<10 pF).

La différence entre la fréquence reçue et celle de l'oscillateur apparaît sur la sortie 2 du S042, et elle est mise en évidence par la résonance de TR1. Le point test A
permet l'observation à l'oscilloscope du 455 kHz ainsi que la mesure de cette fréquence au fréquencemètre numérique.

La Fl 455 kHz traverse alors un filtre céramique Murata, type CF455, de bande passante réduite (  moins de 10 kHz à - 6 dB )
. Ainsi n'entrent dans le MC3357P que les signaux 455 kHz utiles, alors que tous les autres sont fortement atténués.
L'atténuation atteint 50 dB à 10 kHz de la fréquence centrale. Les résistances R6 et R7 assurent l'adaptation d'impédance
à l'entrée et à la sortie. Dans le MC3357P, le signal est amplifié par cinq étages différentiels en cascade dont le gain très
important permet d'avoir une très bonne sensibilité globale: 50 µV suffisent sur l'entrée 5 pour amener la sortie à la saturation.
Les tensions FI ainsi écrêtées sont soumises au démodulateur à coïncidence du 3357. Le montage est asymétrique et requiert
une simple inductance accordée sur 455 kHz: c'est TR2 associée à C16.

. Le signal est amplifié dans le MC3357 par cinq étages différentiels en cascade dont le
gain très important permet d'avoir une très bonne sensibilité globale: 50 µV suffisent sur l'entrée 5 pour amener la sortie à la
saturation. Les tensions FI ainsi écrêtées sont soumises
au démodulateur à coïncidence du 3357. Le montage est asymétrique et requiert une simple inductance accordée sur 455 kHz:
c'est TR2 associée à CI6

Nous avons préféré conserver ce réglage plutôt qu'adopter la solution à filtre céramique plus rigide.
Nous pensons qu'il est ainsi plus facile de bien caler le récepteur. Mais attention! Le réglage en question est très pointu.
Une fraction de tour du noyau de Tr2 produit de gros effets! De plus, il faut que le tandem Tr2/C16 ait une très bonne tenue en
température. Les bobinages Toko sont absolument à prohiber.
Le test de la bombe givrante est catégorique: un coup de givrant et... le signal disparaît !
Nous fournissons un bobinage Tr2 fabriqué avec des ferrites Neosid convenant parfaitement.
Mais attention encore: le condensateur C16 doit être un Styroflex ou un céramique NPO!

Moyennant ces précautions, un signal démodulé de 1 Vcc environ apparaît en sortie 9 du MC3357. R11 et C21 assurent un
filtrage des résidus 455 kHz.

Cette BF est alors appliquée sur l'un des amplis internes du MC3357, qui en contient deux. Les impulsions positives injectées
à l'entrée 12 se retrouvent écrêtées aux niveaux de l'alimentation, mais toujours positives sur la sortie 14.
Attention le transistor interne de cette sortie est à collecteur ouvert. Sa résistance de charge est R13, et elle se trouve dans le décodeur.

Notons pour conclure que le gros avantage du MC3357 est bien de contenir des amplis BF indépendants, ce qui évite toute la partie analogique des anciens décodeurs à transistors.
Le décodeur, associé au MC3357, peut alors être d'une remarquable simplicité. Bien sûr, pour le RX 10, nous n'employons pas l'intégralité du 3357. Outre le deuxième ampli BF non retenu,
toute la partie " second mixer" n'est pas utilisée! Les picots 1, 2, 3,16 ne sont pas connectés. La remarque précédente justifie cependant le choix de ce remarquable circuit de Motorola!

Le décodeur du RX10 est un simple registre à décalage 4 + 4 bits, soit 8 bits: le 4015.

Rappelons que, dans un registre à décalage, tout niveau 1 appliqué à l'entrée DATA (ici D1) passe successivement de basculeur en basculeur, à chaque front montant du signal d'horloge ( CL1/CL2 ).
La technique de décodage de la séquence consiste donc à placer un " 1" en début de séquence, et en début seulement. Ce " 1" passant de sortie en sortie à chaque impulsion de la séquence va créer
sur ces sorties les différents créneaux de voies. Pour obtenir le " 1 " initial, les créneaux d'horloge sont inversés par T2 et intégrés par R14/C18.
Le niveau de D1 n'atteint donc le seuil haut (plus que 1/2 Vcc) que si le condensateur C10 a eu le temps de se recharger suffisamment. Cela ne peut se produire que pendant la période de synchro Tsy.

Le fonctionnement est indépendant du nombre de voies transmises. Ainsi pour un émetteur transmettant quatre voies, celles-ci seront décodées sur les sorties V1 à V4.
Normalement, les émetteurs TF7 décrits dans ces colonnes transmettent sept voies, lesquelles seront disponibles de V1 à V7.
La sortie suivant la dernière voie effective (V5 en 4 voies et V8 en 8 voies) restitue la durée Tsy de synchronisation des séquences.

Terminons en jetant un coup d'oeil vers l'alimentation. Les servos sont évidemment connectés directement à la batterie de 4,8 V. En revanche, une régulation efficace est retenue pour l'électronique.
La tension est stabilisée à 4 V environ, par une zener programmable bufférisée par un transistor AC187 au germanium, permettant d'avoir une chute de tension très faible ( 0.1 V au lieu des 0.6 V
des siliciums )

2. Les circuits imprimés

Ils sont à faire en époxy 15/10, double face,  par méthode photo... ou autre!  
Le plan de masse est gardé intégralement au recto. Il est très simple de ne pas l'insoler et après étamage de détourer les trous de passage avec un foret de 3 mm tenu à la main.
Evidemment, ne pas détourer les trous de masse, répérés par un "*"
Voir rubrique CONSEILS pour la fabrication des circuits imprimés.

3. Liste des composants

1 S042P
1 MC3357P
1 4015
1 BF200
1 BC549
1 AC187
1 TL431
R1 :      470 W
R2 :    8200 W
R3 :      27 k
W
R4 :      100
W
R5 :      100
W
R6 :    2200
W
R7     2200 W
R8 :     47 k
W
R9:    150 k
W
R10:    47 k
W
R11:  2200 W
R12:  100 k
W
R13:    10 k
W
R14:    47 k
W
R15:    100 W
R16:    820 W
R17: 1200 W    
C1 : l5 pF en 72      22 pF en 41
C2 : 0,1µF mc/5
C3 : 0,1µF mc/5
C4 : 0,1µF mc/5
C5 : l2 pF en 72      27 pF en 41  
C6 : 10 µF pt/16V
C7 : 0,1 µF mc/5
C8 : 22nF mc/2,5
C9 : 15pF en 72     18 pF en 41
C10: 22 pF cér./2,5
C11: l à l0 pF cér./5
C12: 10µF pt/16V
C13: 0,1 µF mc/5
C14: 1 µF pt/16V
C15: l0 pF cér./2,5
C16: 220 pF Sty/NPO
C17: 0,1 µF mc/5
C18: 0,1 µF LCC
C19: 0.1 µFmc/5
C20: 1 µF pt/16V
C21 : 47nF mc/5
L1, L2, TR2 : à commander à l'auteur
TR1 : FI Toko 7 x 7, 4102A noir
Filtre 455 kHz : CFW455 F, G ou HT .
Quartz: Lextronic, type FM14SP
Fréquençe au choix,
pour réception 72 ou 41 MHz
Support de quartz ou douilles

N.B.:

cér/5 = céramique au pas de 5 mm
mc/5  = céramique multicouches au
            pas de 5 mm
pt/16V = perle tantale 16V



NB.
Les composants actifs un peu
anciens, sont toujours au
catalogue de :
ELECTRONIQUE-DIFFUSION

                                                                    4   Pose des composants.




    Rappelons qu'il faut détourer les trous de passage des connexions  qui ne vont pas à la masse. 
    Donc celles de la figure qui ne sont pas repérées par "x"
    Commencer la pose en plaçant d'abord tous les composants qui ont au moins un fil à la masse, par exemple, C11, les 0.1 µF de découplage ...
    Terminer par les autres composants, en dernier les composants actifs,  les bobines et le filtre céramique.

   5.   MISE en SERVICE.

    Vérifier très soigneusement.
    Alimenter sous 4V entre +4 V  et masse.
    Verifier la consommation qui doit être de l'ordre de 10 mA max.
    Connecter un oscillo entre le point test C et la masse : On doit   y trouver le souffle caractéristique de la FM, en absence d'émission.
    Régler Tr2 pour un maximum d'amplitude de ce souffle.

    Mettre l'émetteur en fonctionnement à rayonnement réduit, soit  en l'éloignant, soit en remplaçant l'antenne par une ampoule.
    Le souffle devrait être remplacée par la séquence PPM
    Connecter l'oscillo entre A et la masse . Régler les bobines L1,L2   et Tr1 pour un maximum de signal 455 kHz, avec minimum de
    creux et bosses provoqués par la FM.
    Pour observer le signal de sortie en D, il faut, ou brancher le décodeur ou plus simplement, pour l'instant relier le point D au + 4V par
    une résistance de 10 k W. ( R13 )
    On doit y trouver les impulsions de la séquence en forme de signaux carrés.  

                                                                                   6.     Le DECODEUR

          Se reporter à la description commune au MINITEF et RX10 pour la réalisation.