Le codeur TF7N

Le codeur  TF7N  est un codeur performant présentant l'avantage de ne requérir aucun composant difficile à trouver.
Tout y est parfaitement classique et sa réalisation simple et économique. Il s'agit d'un codeur de 3ème génération,
à  7 voies proportionnelles, précédant tout juste les codeurs à micro-contrôleurs que nous connaissons maintenant

1. Le SCHEMA

Un LM3900 fonctionne en générateur d'impulsions de 300 µs. l'ampli III monté en intégrateur génère une dent de scie positive dont la pente dépend de la constante de temps : résistance de l'entrée e+
et C=15 nF. L'ampli II est un comparateur basculant dès que la rampe atteint le potentiel de la sortie du 741/II théoriquement à 0 v (1/2 tension batterie). Le basculement provoque, grâce au monostable
associé avec l'ampli I, l'impulsion de 300 µs, mise en forme par l'ampli IV qui la rend trapézoïdale, afin de supprimer les fronts raides et assurer une transmission HF aussi propre que possible,
par suppression des rayonnements parasites autour de la porteuse.

     Les impulsions provoquent la progression, pas à pas, du compteur 4024, lequel positionne le
multiplexeur 4051 dont les entrées sont ainsi successivement branchées sur les différentes voies
proportionnelles.
Les 7 résistances d'entrée de ce circuit mesurent le potentiel des curseurs des potentiomètres de
manches et déterminent celui de la sortie du 741/II. Ce dernier provoque, par variation de la tension de
référence du comparateur II la hauteur de la rampe et partant la durée de la voie analysée à ce moment
La 8ème impulsion fait passer "23 " à 1 et déclenche le monostable construit avec le 4001, ce qui
bloqueI'intégrateur pendant quelque 7 à 8 ms et donne le temps de synchro " Tsy " séparant les
séquences.

Rappelons les avantages de ce type de codeur:
      - rigoureuse linéarité des durées de voies, neutre automatique avec les entrées du 4051 en l'air,
      - curseur des potentiomètres en milieu de piste, au neutre, d'où possibilité d'inversion du sens
        des voies,
      - réglage de course par la résistance d'entrée du 4051, sans aucune réaction sur le calage du neutre
        de la voie,
      - limitation automatique des durées de fins de course par la saturation contrôlée du 741/II,
      - toute adjonction. de gadgets possibles ultérieurement 

2 .Réalisation du codeur

                                                                              Liste des composants

1     LM3900
1       4024
1       4051
1       4001
2         741 (T05 ou DIL 8 broches)
10     1N4148
1        zener 9,8 V
1        BC549C

1         2200 pF cér.
2               1 nF MkH
1             15 nF MkH
1            0,1 µF MkH
2            0,1 µF cér.
1             22 µF ch. 16V.
2        680 W        
1      1000 W
1      1200 W
2      4700 W
1          15 kW
4          33 kW
1          47 kW
1          68 kW
3          82 kW
1        100 kW
1        220 kW
1        470 kW
1        560 kW       
1        680 kW
1          1 MW
1       1,5 MW
1       2,2 MW
1      48,7 kW 1% 
2      24,3 kW 1 %


2       Aj 10 kW
2       Aj 47 kW
4       Aj 22 kW
3      Aj 100 kW


Divers
1 circuit imprimé
7 connecteurs M et F
2 manches, 2 voies
1 pot rectiligne 47 kW Lin.
2 inverseurs 3 pos,
1 vu-mètre à aiguille

3.  Le circuit imprimé                voir figure  ci-dessous

Attention, ce circuit imprimé n'est sans doute pas à l'échelle si vous l'imprimez !!

     Il s'agit du Cl du TF7.S, coupé en deux, mais portant toutes les résistances de réglage de course des 7 voies,
     ce qui élimine tout Cl et câblage additionnel. Réalisation en époxy de 15/10 par la méthode de votre choix.
     Perçages à 8/10 pour la quasi totalité des trous. A 12/10 cependant pour les passages des ajustables si nécessaire.
     Deux trous non marqués sont à percer selon les besoins de la cause, pour la fixation dans le boîtier de l'émetteur.




4. Pose des composants .
     
Voir la figure  ci dessous.

Les circuits intégrés seront montés sur supports tulipe à souder en premier.
Le travail doit, de toute façon commencer par la mise en place des quelques straps.
Le strap 0V, assez long et passant près des picots du 4051, sera en fil isolé.
Placer ensuite les composants passifs: résistances et condensateurs.
Monter les résistances ajusta- bles, bien enfoncées et bien verticales.
Placer les diodes et le transistor de régulation.
Il est utile de placer les trois picots "Test" t1, pour la sortie du 741/Il, t2, pour le signal Tsy, et S,
pour la sortie du codeur.
Souder les deux fils de l'alimentation et les deux fils du vu-mètre.
Pour les liaisons aux manches on pourra utiliser des connecteurs 3 picots mâles et trois femelles,
de type HE10
Réaliser les 7 petits cordons(5 à 6 cm) de liaison aux potentiomètres et commandes de voies.

5. Essais

Aucun potentiomètre de voie n'est branché.. Prérégler tous les ajustables à mi-course.
Procéder à l'ultime vérification d'usage. Brancher l'oscilloscope entre S et masse.
Relier au 12 V en intercalant un milliampèremètre. Mettre sous tension et vérifier immédiatement que
l'intensité est de l'ordre de 10 mA et que le signal en S existe bien.
Synchroniser convenablement l'oscilloscope et compter les voies pour vérifier que toutes les sept
sont bien présentes. Régler les impulsions inter-voies à 300 µs.
Régler le neutre général à la valeur désirée, soit 1,5 ms, soit 1,65 ms, soit 1,7 ms.
La durée effective d'une voie comprend une impulsion de 300 µs.
Brancher un potentiomètre sur une voie et vérifier son action en plus ou moins, par rapport au neutre.
Noter que, en fin de course du potentiomètre, la limitation automatique de durée survient.

6. Commandes de voies

Les voies 1, 2, 3 et 4 sont normalement reliées aux manches doubles équipés de potentiomètres 5 kW et de course effective, environ. 90 °  
(65° pour le levier et 25° pour le trim ). La résistance d'entrée est alors une 33 kW fixe avec en série, une ajustable de 22 kW .
Les potentiomètres sont à caler pour que, au neutre mécanique, manche et trim, le curseur soit parfaitement au milieu électrique de la piste.
La voie 5 est du type "auxiliaire proportionnel". Elle utilise un potentiomètre à glissière de 10 ou 22 ou 47 kW . Dans ce cas le curseur va
du + au - et la course doit être relativement réduite par une résistance d'entrée plus forte: on montera donc une 82 kW avec une 100 kW Trim-Pot.gif (1967 octets)
ajustable en série.
Les voies 6 et 7 sont du type "auxiliaire tout ou rien", à 3 positions. Elles sont commandées par les inverseurs 7103. 0n passe donc aussi du + au -
et il faut monter les mêmes valeurs de résistances de course. En position médiane l'entrée est en l'air, ce qui donne la valeur du neutre typique.
A l'usage, chaque voie a sa résistance de course accessible. Toutes les voies sont indépendantes à ce niveau et l'action sur le neutre est nulle
Compte tenu de la différence de résistance d'entrée entre les voies 1, 2, 3 et 4 d'une part et 5 6 et 7 d'autre part, il n'est possible d'intervertir le
branchement des organes de commande que dans un
même groupe, pour modification sans grand intérêt d'ailleurs de l'ordre des voies.
Par contre si les potentiomètres ont été bien calés l'inversion du sens d'une voie est immédiat, il suffit de retourner le petit connecteur sur lui même.
Il est possible d'utiliser des manches à trims électriques, Voir le schéma ci-contre.