EVASION de FREQUENCE

          Il arrive de temps en temps que le vol magnifique que vous étiez en train de faire se termine en drame !
Il suffit pour cela qu'un étourdi mette son émetteur en marche, sans vérifier le panneau des fréquences. Si par malheur sa fréquence est la même que celle de l'avion en vol, le brouillage est assuré
et la fin certaine !!

          L'évasion de fréquence prétend, à juste titre, être une parade efficace contre ce genre de mésaventure.

L'avion en vol dispose de deux fréquences de travail, l'une dite normale et l'autre dite de secours.
Si un brouillage se produit sur l'une des fréquences, il commute automatiquement sur l'autre.  Le pilote n'intervient donc  pas à la réception  ... comment pourrait-il le faire d'ailleurs !!

A l'émission, deux solutions :

     -  La plus simple :  Le pilote se rendant compte qu'il a perdu le contact, change de fréquence manuellement.
                                  Pour cela il suffit d'une platine HF simple, à synthèse de fréquence de préférence, ou à deux quartz.

    -  La plus évoluée : L'émetteur du pilote émet simultanément sur les deux fréquences de travail.  Le pilote  n'intervient donc pas du tout : Le changement de fréquence se fait à son insu.
                                  A vrai dire, c'est la seule méthode réellement efficace, car dans le premier cas, le pilote paralysé par la rupture de liaison, ne réagit pas suffisamment vite et le plus souvent, ne
                                  change même pas de fréquence, se demandant ce qui se passe. Hélas, ça va très vite !!                 

              La technologie du SUPERTEF  associé à la platine HF double, la HF10,  permet en accord parfait avec le RX19,  la mise en oeuvre très simple de cette seconde méthode.
Bien entendu, il permet aussi la première si on utilise la platine simple HF9-3.

              A bord du modèle, il n'y a aucune complication apparente : un seul récepteur avec ses câbles de servos, exactement comme avec un récepteur ordinaire.  
Cette simplicité est à comparer avec la complication inquiétante de quelques systèmes proposés par d'autres : Deux récepteurs distincts, un module électronique de commutation, un jeu de cordons
entre le récepteur 1 et le module, un autre pour le récepteur 2 et enfin un troisième entre le module et les servos.  On finit par se demander si tout cela ne va pas à contre-sens de la sécurité, pour lequel
un bon principe s'impose :  plus c'est simple et plus c'est fiable.

              Par ailleurs notons la quasi nécessité qu'il y a à  ajouter au signal transmis une SIGNATURE propriétaire. En effet, il faut absolument interdire à l'émetteur brouilleur de "prendre la main" sur
le brouillé et cela implique l'ajout de ce renseignement supplémentaire. Voir le CODAGE  PPCM utilisé pour le RX19