UN INTERFACE de JOYSTIC SPECIAL SUPERTEF    

LE JOYTEF

Utilisant à l’occasion le logiciel de simulation de vol de modèles d’avions : REAL-FLIGHT , nous  avions d'abord choisi
un boîtier d’émetteur quelconque vide avec connexion directe sur les potentiomètres de manches. Cependant cette solution n’est pas bonne car, d’une part les courses des potentiomètres ne sont que de 90°
ce qui rend la précision de commande moins bonne, mais surtout nous ne pouvions pas disposer des possibilités du SUPERTEF : l’exponentiel, les couplages, mixages …..

Par ailleurs, quant à s’entraîner en chambre quand il pleut ou vente, mieux vaut conserver ses sensations de terrain en utilisant l’émetteur habituel.

Inspiré, nous l’avouons, du " RC2PC " de Patrick TOUZET    ( MRA n° 710 ),    il nous a semblé intéressant de réaliser un montage du même style mais spécial SUPERTEF.

Le JOYTEF s’enfiche à la place de la platine HF normale dont il a exactement les dimensions. Il y prélève son alimentation et le signal de séquence qu’il décode et envoie vers le connecteur de jeux du PC
via un câble plat 10 fils. Nous avons ajouté un plus notable : Les inverseurs des voies 6 et 7 permettent la commande des entrées TOUT ou RIEN sans ajout d’interrupteur.


Le SCHEMA

Avec un µC c’est toujours très simple .

Le 68HC11A1 fonctionne en mode BOOTSTRAP par les lignes PD0 et PD1 tirées au + par R8.
Le programme de fonctionnement peut alors résider dans les 512 octets d’EEPROM. Il y est très à l'aise.

La séquence en sens 0 du SUPERTEF est mise dans le bon sens par T1 ( impulsions positives ) et
surtout ramenée au niveau 0-5V . On l’applique sur les entrées de capture PA0 et PA1 . PA0 capture
les fronts montants et PA1 les descendants. La mesure des temps se fait en régime d’interruption .
Les temps de voies sont ainsi mesurés en cycles du µC ( ½ µs ) . On obtient donc 2 fois la durée µs .
Ainsi 1,5 ms au neutre donne 3000. Cette valeur est divisée par 8 puis on déduit 248 ce qui donne
3000/8 - 248 = 127 , ce qui correspond à la valeur centrale de la fourchette 8 bits ( 0 à 255 )

Les 7 voies sont ainsi codifiées, donnant une valeur de 0 à 255 quand le manche de voie va de mini à
maxi soit de 1000 à 2000 µs. Si cette fourchette est dépassée, le logiciel neutralise le débordement.

Les résultats binaires des 4 premières voies sont transmis à des potentiomètres numériques, petites
merveilles qui font la même chose que le modèle mécanique mais … électroniquement.
Les modèles choisis parce que disponibles et assez bon marché ont une valeur de 100 k W .
Ce sont des AD8400 de ANALOG DEVICES . Ils sont programmés en mode série, type SPI
par une séquence de 10 bits. ( deux 0 et les 8 bits de valeur, MSB en tête ).
Le signal " CS " permet de choisir un AD8400 parmi 4 . C’est le port PC qui gère cet aiguillage.
Les données sont envoyées par PD3 et le signal d’horloge indispensable par PD4.
Cette programmation se fait pendant le temps de synchro de la séquence incidente, donc à chaque
séquence : 50 fois par seconde. C’est dire que la réaction aux manches est sans défaut !

La voie 5 est ignorée, mais les résultats des voies 6 et 7 sont analysés et situés par rapport à deux valeurs correspondant à 1250 et 1750 µs . Si un résultat est ou inférieur à 1250 ou supérieur à 1750
une sortie du port B passe à 1 et rend le transistor T2 …5 conducteur, ce qui met l’entrée tout ou rien du port de jeux à 0.

Cette fonction ne sert  pas beaucoup avec REAL FLIGHT mais d’autres simulateurs ou jeux l’utilisent. Elle sera alors la bienvenue !

Notons que le 68HC11 est alimenté par SUPERTEF,   mais que les AD8400 le sont par le + 5V du PC.

REALISATION

LISTE des COMPOSANTS

1      MC68HC11A1FN programmé par l’auteur
1      78L05
4      AD8400A100 ( RS  283-7905 )
5      NPN SOT23 ( BC549 par ex )

R1 .. R5, R8         15 kW      CMS 1206
R6                       4.7 kW      CMS 1206
R7                        56 kW      CMS 1206
R9                       10 MW      CMS 1206 

C1                        4.7 µF       perle tantale
C2, C3                 0.1 µF       CMS 1206
C4, C5                  27 pF       CMS 1206
C6                      0.47 µF       LCC

1          circuit imprimé ( film disponible )
1          support PLCC 52 br
4          supports DIL 8 br
1          quartz 8 MHz                                                       1          connecteur femelle HE10 2 x 5 pts à sertir
1          connecteur HE10 mâle 2 x 5 pts coudé                 2          mètres de câble plat 10 fils
1          connecteur SUBD 15 pts pour port de jeux

MONTAGE

Un vrai jeu d’enfant pour qui a monté un SUPERTEF !

MISE en SERVICE

Commencer par la traditionnelle revue de détail …. A la loupe de préférence.
Sans mettre les circuits intégrés, enficher la platine et vérifier le + 5V partout où il faut le trouver.
Mettre le 68HC11 en place et vérifier si possible, à l’oscillo, la sortie des signaux CS, Data et clock. S’ils existent c’est que ça marche !
Monter les 4 AD8400 . On peut tester le fonctionnement sans relier au PC : Connecter des résistances de 100 kW entre sorties V1 .. V4 et masse . Amener du +5V sur le picot +5 PC.
En branchant le multimètre ou l’oscillo entre V1 .. V4 et masse, on doit obtenir une tension variant de +2.5V à + 5V par la manœuvre des manches
Mais si vous ne pouvez pas faire tous ces contrôles, passer directement au test PC ! Ca marchera sans nul doute ! ! Pour ce faire il faudra par contre réaliser le câble de liaison .
La Fig donne le brochage du connecteur SUBD 15 pour vous aider dans ce travail.

NB.      Pour la mise sous tension : connecter au PC.
            Mettre celui-ci en marche, PUIS le SUPERTEF.
            Arrêter en coupant SUPERTEF d’abord, PC ensuite ou déconnexion du câble.

joytef-verso.jpg (33170 octets)