Relaxologue.com / Dossiers

QU’EST CE QUE LE STRESS ?

Par Vincent MALET *

 

 

Le stress, tout le monde en parle sans pouvoir en donner, la plupart du temps, une définition précise. Pour vous qui cherchez à comprendre, votre stress, ce sont d’abord probablement des symptômes, des signaux d’alarme qui ont progressivement envahi votre vie quotidienne :

- Des symptômes physiques : fatigue, migraines fréquentes, tension musculaire (nuque, épaules, dos), symptômes dermatologiques (peau sèche, boutons, rougeurs, psoriasis), allergies, troubles digestifs (maux d'estomac, apparition d'ulcère), palpitations, douleurs dans la poitrine.

- Des symptômes émotionnels et psychologiques : irritabilité et mauvaise humeur, état dépressif et morosité, perte de confiance et du respect de soi, sensation d'épuisement, manque d'enthousiasme, sentiment de ne plus être à sa place.

- Des symptômes mentaux : manque de concentration dû à un trop plein de soucis, indécision, troubles de la mémoire, manque de discernement, idées noires, mauvaise image de soi ou de la situation.

- Des symptômes comportementaux : troubles du sommeil, consommation accrue d'alcool ou de tabac pour un soulagement à court terme, baisse du désir sexuel entraînant anxiété, repli sur soi et rejet de toute aide, refus de la compagnie d'amis, famille ou collègues, agitation, impossibilité à se détendre ou à rester tranquille.


Vous reconnaissez certainement quelques uns de ces symptômes, ils sont le résultat de la pression et du rythme de plus en plus infernal imposés par la vie moderne. Et pour vous qui êtes arrivé sur ce site, cette pression ne va pas de soi, vous refusez de la considérer comme normale ou naturelle et vous vous dîtes qu’il y a quelque chose à faire. En effet, vous n’êtes pas obligé de subir passivement, vous pouvez reprendre en main votre vie, comprendre ce qui se passe et agir pour diminuer les tensions. De plus, la traversée de moments difficiles est souvent aussi une opportunité pour réviser votre vision du monde et votre manière de vivre et vous mettre en route vers des changements intérieurs plus profonds.

Pour nous, en effet, il est important de considérer le stress comme une chance, un signal que votre corps vous envoie pour commencer à changer votre façon de vivre. Bien sûr, avant d’envisager des changements en profondeur, il y a pour vous une urgence car tous ces symptômes vous rendent la vie impossible. Il n’est pas question d’ignorer cela mais de vous proposer une approche globale du stress qui fasse le lien entre plusieurs éléments indissociables. C’est ainsi notamment que sont bâtis les stages que nous proposons :

-          comprendre les mécanismes physiologiques et les causes du stress,

-          ressentir le stress sur les plans corporels et émotionnels et prendre en mains les techniques pour le gérer, notamment la relaxation,

-          accepter le stress comme levier pour devenir plus responsable des changements à conduire dans notre vie.

I -   COMPRENDRE

Les mécanismes du stress


Définitions

Comportementalisme :
Le stress est la réponse de l'organisme à tout changement dans l'environnement.

Hans Selye : Psychologue canadien - 1940 :
Le stress est la réponse non spécifique et généralisée de l'organisme à toute demande d’adaptation qui lui est faite :

- non spécifique : ce n'est pas ce qui arrive qui est important, mais la façon dont on le prend,
- généralisée : le stress est une réaction physiologique interne de l'ensemble de l'organisme (enchaînement implacable de sécrétions neuro-hormonales) visant à rétablir l'équilibre du corps (homéostasie) ;


L'enchaînement physiologique du stress

1ère étape : en situation difficile, le système nerveux sympathique s'active ainsi que le cerveau (hypophyse) pour libérer de l'adrénaline (phase d'alerte et de réaction) ; 2 options se présentent, la lutte ou la fuite, en même temps que des symptômes physiques peuvent apparaître : palpitations, transpiration, maux d'estomac, spasmes musculaires, mains et pieds froids.

2ème étape : les glandes surrénales entrent en jeu et sécrètent des corticoïdes (phase de retour au calme) ; dans le même temps, il est possible de faire appel au système nerveux parasympathique qui gère le bien être du corps (repos, digestion, réparation des tissus) ; ce système, contrairement au système nerveux sympathique, ne s'active pas de lui-même, c'est vous qui le déclenchez (respiration, pensée positive, relaxation).

3ème étape : retour à l'équilibre.


Les conséquences du stress

- Stress aigu : les conséquences immédiates peuvent aller jusqu'à l'accident brutal de santé voire la crise cardiaque.

- Stress permanent et répétitif : addition des petites contrariétés quotidiennes et frustrations sournoises qui n'ont l'air de rien mais empoisonnent la vie ; c'est le stress le plus dangereux qui épuise insensiblement, lorsqu'il dure, notre capital d'adaptation.


Le stress en chiffres

- Aux Etats-Unis, le coût annuel du stress est évalué à 200 milliards de dollars (source BIT).

- En France, des études sont en cours, mais on estime déjà que le stress sur le lieu de travail coûte 10 fois plus cher que les conflits sociaux. Chaque année, 30 à 50 % des salariés présentent des pathologies liées au stress (maladies coronariennes, troubles psychologiques, problèmes liés à l'alcool...).


Les causes du stress

A côté des épreuves majeures de la vie, il est des stress que nous pourrions éviter, simplement en faisant un peu attention à nous-mêmes.


Les causes biologiques

Alimentation : l'excès en mauvais sucres ou mauvaises graisses ou bien l'insuffisance en éléments nutritifs essentiels (acides aminés, vitamines, sels minéraux) sont biologiquement source de stress.

Tabac, alcool : détruisent la réserve de vitamines et sels minéraux du corps et stimulent excessivement le système nerveux sympathique.

Café : augmentation instantanée et importante de la sécrétion d'adrénaline.


Les causes psycho-émotionelles

Ce sont les stress les plus répandus et les plus meurtriers.

1. Ce qui vient de l'autre et de mon environnement

- Les choses ne sont pas comme on voudrait qu'elles soient : insatisfaction (de soi, de son travail, de ses relations), culpabilité, déception, contrariété.

- Le sentiment d'être une victime : contrainte, humiliation, tromperie, mépris.

- Le sentiment de ne pas être entendu, compris, respecté.

2. Ce qui vient de moi (les obligations que je m'impose, mes croyances déraisonnables)

- Je dois toujours être à l'heure (ou les autres doivent toujours être à l'heure).

- Je dois rendre visite à ma famille tous les dimanches.

- Je dois toujours répondre "oui" lorsqu'on me demande de travailler davantage ou de rester tard au bureau.

- Je dois avoir un salaire élevé pour pouvoir acheter une grande maison et une belle voiture.

- Je dois bien m'entendre avec tout le monde.

- Je dois toujours être présent pour les autres lorsqu'ils ont besoin d'aide.

Ceci n’est bien entendu qu’une liste indicative et non exhaustive, notre capacité à nous mettre des barrières et à nous imposer des contraintes est sans limites.


Les causes professionnelles

3 événements-stress majeurs : chômage, faillite, contrôle fiscal.

Les stress liés au temps : la pression de la dead-line (apprendre à hiérarchiser), trop de choses à faire (apprendre à déléguer), trop d'interruptions (apprendre à faire respecter son espace temps)

Les stress relationnels : difficultés à demander, à dire non, à donner ou recevoir une critique, peur du conflit, personnalisation du conflit (la critique perçue comme une attaque personnelle).

Les stress de l'organisation : ambiguité ou conflit de rôles, trop ou pas assez de responsabilités.

Les stress liés à l'entreprise : environnement physique pénible, incertitude sur l'avenir, conflit de valeurs entreprise-employé.

II - RESSENTIR ET EXPERIMENTER


Les objectifs de la relaxation

Les techniques de relaxation sont nombreuses et leurs origines culturelles et géographiques, ainsi que leurs spécificités techniques sont très diverses. Mais par delà leurs différences, toutes ces techniques  - sophrologie, training autogène de Schultz, méthode Jacobson, yoga nidra, technique alpha, méthode Vittoz - présentent des points communs essentiels.


1.   La relaxation est une technique corporelle 

- Toutes les méthodes utilisent un vecteur commun, la respiration consciente, essentiellement la respiration ventrale. La raison en est que le système respiratoire est le seul grand système du corps humain qui offre la particularité de pouvoir se piloter en manuel alors qu’il fonctionne habituellement en pilotage automatique. Le passage en manuel, ce que nous appelons la respiration consciente, est la clé de la régulation physiologique et mentale  apportée par la relaxation. En se concentrant sur sa respiration, la personne appaise progressivement son agitation mentale et active le système nerveux parasympathique qui gère la récupération physique et le bien-être corporel.

- Toutes les techniques visent également la stimulation des sensations corporelles. La détente mentale et le relâchement musculaire permettent de redécouvrir le corps à travers des sensations oubliées ou étouffées sous la cuirasse des tensions accumulées.

2.  Les bénéfices physiques immédiats d’une séance 

A travers les vecteurs physiques que sont la respiration et les sensations, la relaxation permet au pratiquant de se retrouver présent à lui-même, incarné dans son corps ici et maintenant. C’est le premier bénéfice exprimé, à l’issue d’une séance, par les personnes surmenées ou agitées et qui ne trouvent jamais le temps de s’occuper d’elles-même.

Presque simultanément, la sensation de bien-être manifestée par la détente est le déclic qui va lancer le processus de motivation nécessaire à la pratique. Rien ne vaut un stage de formation intensif de quelques jours pour produire un concentré de bien-être et de motivation. C’est en quelque sorte la clé qui permet au nouveau pratiquant d’ouvrir une porte, de découvrir un vaste paysage et de ressentir le désir d’aller plus loin.


3. Les bénéfices d’une pratique régulière 

Au delà des bénéfices immédiats, les techniques de relaxation visent toutes d’autres objectifs plus ambitieux qui dessinent ce fameux paysage découvert par le nouveau pratiquant. Mais ils exigent de prendre son temps  et de se mettre en route sur un chemin jalonné d’efforts et d’incertitudes. Comme toutes les techniques, la relaxation passe par une période d’apprentissage qui s’accomode mal des tendances actuelles au zapping et aux résultats presse-bouton immédiats.

Cela passera sans doute par une aide extérieure, des séances accompagnées par un relaxologue ou bien, mieux encore, par une pratique régulière conduite, de manière autonome, par la personne motivée.

Voici quelques uns de ces objectifs, qui dépassent le cadre d’une session de formation et exigent une pratique prolongée.

- Une meilleure santé sur tous les plans est souvent l’objectif premier : dans la plupart des cas, les bénéfices procurés font en effet le lien entre le corps et l’esprit, entre l’état physique et l’état psychologique et émotionnel de la personne. Citons, parmi d’autres objectifs, amélioration du sommeil, recharge en énergie, confiance en soi, travail sur des symptômes tels que troubles digestifs, angoisses ou migraines qui sont souvent liés à des états émotionnels plus ou moins conscients.

-  D’autres axes de travail se situeront plus dans le mental : favoriser l’ouverture intellectuelle, libérer la créativité, développer la mémoire ou la concentration, apprendre à penser de manière positive. Ce dernier thème débouche, à travers les techniques de visualisation en relaxation, sur tout le domaine de la préparation mentale (préparation des sportifs, préparation à l’accouchement ou à tout autre événement important).

- La relaxation est également une des nombreuses techniques supports pour la psychothérapie : elle permet par exemple de travailler sur la relation à l’autre, l’image et l’estime de soi, les processus de deuil, les dépendances ou encore la libération des scénarios et croyances inadaptés. Il va de soi que ce dernier champ dépasse le cadre de la formation pour adultes mais il est important que le formateur puisse faire le lien entre son travail et les besoins parfois plus profonds de ses stagiaires. Surtout lorsqu’il s’agit de formations en développement personnel du type gestion du stress par exemple. 

 
4.  
L’autonomie des stagiaires

Quelle que soit la technique et son cadre d’utilisation, le praticien en relaxation vise le plus souvent l’objectif quasi obsessionnel de l’autonomie des personnes. La réussite d’un stage se juge dans la mise en pratique ultérieure et régulière des outils proposés, même si cela doit passer par une phase intermédiaire d’aide et d’accompagnement par un relaxologue.

Pour beaucoup, la relaxation devient ainsi un art de vivre qui nécessite du temps pour s’installer progressivement. Seule une pratique régulière et autonome permet d’entrer dans un processus durable de développement et de transformation personnels.

* Vincent MALLET est Relaxologue, Sophrologue et Formateur spécialisé dans la gestion du stress en entreprise. Il a publié, aux éditions Retz " Techniques de relaxation en formation ". Il organise régulièrement des stages de formation en grandes écoles (Centrale, Escom), en entreprises ou pour des particuliers.


Retour au Sommaire
Relaxologue.com

www.relaxologue.com