Nos ancêtres et les cartes à jouer  
Est-ce à dire que nos ancêtres étaient des joueurs ?? Non, bien sûr... Mais se rappelle-t-on que, jusqu'en 1966, il existait une régie d'Etat pour la fabrication et la commercialisation des cartes à jouer? Les plus anciens d'entre nous, et maintenant les collectionneurs, se rappellent qu'il y avait un timbre fiscal sur les cartes à jouer et qu'il n'était possible de les acheter que dans des bureaux de tabac, officines d'Etat.  
Grâce (ou à cause...) de cette interdiction propre à la France (qui rappelle la prohibition de l'alcool aux USA..), la contrebande des cartes à jouer était florissante dans les régions frontalières, comme les Longevilles Mont d'Or. Il y avait d'ailleurs, dans ce modeste village frontière, un poste de douanes commandé par un officier (sous-lieutenant) et plusieurs douaniers. On voyait encore (en 1998) le bâtiment qui servait de douanes.Plusieurs jeune fille des Longevilles, ont d'ailleurs épousé des douaniers (voir là la rubrique les "métiers de nos ancêtres").  
Revenons aux cartes à jouer. Elles coûtaient moins cher en Suisse, puiqu'il n'y avait pas de taxe. Il était donc tentant de les "importer"... Par exemple, en revenant de Jougne, le dimanche, après la messe, éventuellement, ou après le marché, dans une grande sacoche de cuir, une besace.. On appelait pour cette raison les habitants des Longevilles les "b'sachards"...