Titre : Mythes & Histoire
 
f
Partie du webset
Partie du webset
Partie du webset
 


L'ancienne gare de Bierne
L'ancienne gare de Bierne : état ancien




L'ancienne gare de Bierne
L'ancienne gare de Bierne : état actuel




Les piles du pont sur lequel passaient les rails
Les piles de l'ancien pont de chemin de fer




Départ de la locomotive
Départ de la dernière locomotive à Bollezeele

 

Le petit train

Au début du vingtième siècle, la voie d'eau dut affronter la concurrence du train à vapeur, plus rapide et moins lié au relief. On envisageait de construire une voie métrique reliant Bergues à Bollezeele.

Le choix s'était porté sur une voie d'un mètre de large parce que le coût de construction se trouvait réduit de près de 50% par rapport à une voie classique d'un mètre quarante, écartement des roues des diligences anglaises, ce qui nous rappelle l'avance prise par la Grande-Bretagne en matière ferroviaire.

Le 24 octobre 1905, le Conseil Général décida la construction par le département des lignes du "groupe nord".

Le 27 juillet 1907, le Président de la République promulgua une loi déclarant d'intérêt public la construction des lignes.

Le 3 août 1914, la ligne Bergues-Bollezeele était ouverte. Elle passait par Bierne, Steene, Pitgam, Drincham, Eringhem et faisait dix-neuf kilomètres.

La gare

La carte postale ci-dessus nous montre la gare de Bierne telle qu'elle se présentait à l'origine. Je la dois à Monsieur Ghislain Vereecke que je remercie vivement.

La petite silhouette blanche devant la porte de droite est Myriam Salomé, épouse de Gérard Aernouts. A l'époque, la famille Salomé habitait en effet la gare.

 La photo a été prise sur l'autre rive, la rive droite, du Bieren Dyck que l'on voit à l'avant-plan. La ligne avait en effet franchi le Bieren Dyck près de l'ancienne ferme Janssen (photo ci-contre) et continuait sur la rive gauche de ce watergang en direction du Grand-Millebrugge où la gare, intacte, existe toujours alors que celle de Bierne a été victime de bombardements. La maison la plus proche du pont rive gauche a donc été construite sur les emprises du chemin de fer. Monsieur Pierre Deblock, qui habite en face m'a précisé qu'il avait dû acheter aux Domaines le coin sud-est de sa propriété où passaient les rails.

La fin du petit train

Comble d'humiliation, c'est sur son concurrent direct, le camion, que la dernière locomotive quitta en 1954 le dépôt de Bollezeele, gare principale, où se situait également l'atelier de réparation. En face de cette gare, l'estaminet de Monsieur et Madame Debaert, porte toujours sur toute la largeur de sa façade l'enseigne "Café de la Gare".

Mais la ligne ne durerait guère qu'un quart de siècle. Pas vraiment rentable parce que nécessitant pour son entretien un grand nombre de cantonniers des voies, pas très rapide, remplacé pour les voyageurs par un service de cars (la fameuse Citroën !), remplacé pour les betteraves et autres pondéreux par le camion, le train fut rapidement dépassé. Si vous voulez en savoir plus sur notre petit train qui allait jusqu'à Saint-Momelin,


Carte du réseau ferré : la ligne Bergues-Bollezeele est encore en pointillés.

rendez-vous sur l'excellent site d'Yser Houck indiqué dans la rubrique des sites apparentés et à qui j'ai emprunté une bonne partie des renseigne- ments donnés ici.

Dans les villages traversés, on continue à parler de la gare. Celle de Bierne (1ère  et 2e photo ci-dessus), depuis longtemps désaffectée, sert maintenant d'habitation. On voit encore les piles du pont qui franchissait le cours inférieur de l'Houtgracht (3ème photo ci-dessus), appelé Bieren Dyck sur la carte IGN. Le remblai de Bierne à Bergues existe encore jusqu'à quelques dizaines de mètres du Nouveau Bierendyck mais le pont sur le Nouveau Bierendyck a disparu. Ne restent le long du Nouveau Bierendyck que les piles d'un petit pont qui franchissait un petit affluent du Nouveau Bierendyck venant de la ferme Duyck (photo page 14).

(Page suivante)

Partie du webset
Vers page précédentef  Vers le haut de la Page  Vers la page suivante