Titre : Mythes & Histoire
 
f
Partie du webset
Partie du webset
Partie du webset
 
Porte de Bierne




Pietonnier




Passerelle




Station pompage

 

Grâce au piétonnier, Bierne retrouve un trajet direct vers Bergues

Sur la carte de Sanderus donnée en page 2 du site de Bierne, la route Bierne-Bergues est encore directe. Elle entre naturellement dans Bergues par l'imposante Porte de Bierne (photo du haut), toujours équipée de son pont-levis, et flanquée d'une ancienne caserne bien plus récente.

On chuchote à Bierne qu'au moment de la construction de la Gare de Bergues, on aurait poussé le maire de Bierne de l'époque à boire plus que de raison, de façon à lui faire signer l'abandon du trajet direct. Depuis, les Biernois gagnaient Bergues en passant par le Pont Tournant, ce qui allongeait leur route de plus de 400 mètres. Des jeunes avaient depuis longtemps raccourci ce trajet en passant, à leurs risques et périls, par la station de pompage de l'Houtgracht (photo du bas).

La municipalité actuelle envisageait depuis longtemps de récupérer son ancienne route. C'est chose faite : un piétonnier (photo 2) permet à nouveau d'entrer à Bergues par la Porte de Bierne. Pour ce faire, il fallait passer le Bierendyck, grossi du Nouveau Bierendyck et du Schelfvliet, juste avant la station de pompage de l'Houtgracht (photo du bas). Une jolie passerelle de bois exotique (photo 3) le franchit d'une seule volée.

La station de pompage de l'Houtgracht

La station de pompage de l'Houtgracht, dont on peut trouver un descriptif précis sur Internet ( en tapant notamment "http://perso.orange.fr.institution wateringuesnpc/index.html) sur le site de l'Institution Interdépartementale des Wateringues, est d'un intérêt crucial pour tout le secteur. Elle évacue en effet l'eau qui arrive de Crochte par la Craenebeke grossie de la Pulferbeke, laquelle se continue dans le Bierendyck, grossi par la Verkeerde Beke en provenance de Socx, puis par le Nouveau Bierendyck. Au niveau du village, ce même Bierendyck reçoit également l'Houtgracht en provenance de Drincham, Pitgam et Steene, ainsi que les eaux de ruissellement de Bierne. S'ajoutent enfin les eaux amenées par le Schelfvliet en provenance de l'Haeghe-Meulen grossi des eaux qui dévalent des hauteurs de Quaedypre.

A partir du moment où le niveau aval est inférieur de 20 cm au niveau amont, l'écoulement gravitaire est possible par le pertuis d'écluse de gauche. Sinon, en fonction des besoins, se mettent en route une, deux ou trois pompes d'un débit unitaire de 2,22 m3/seconde.

Et l'impact du réchauffement climatique...

Jean Schepman, président de l'institution interdépartementale des wateringues, a été interviewé en 2007 par un journaliste du journal 20 minutes concernant la problématique des Wateringues. Voici l'article:

"Le littoral veut rester au sec

Difficile de ne pas se mouiller. Les experts de la direction régionale de l’environnement (Diren) mènent, depuis décembre, une étude sur les risques de submersion marine liés notamment au réchauffement climatique. « Nous mesurons l’altitude de différents points du littoral afin d’évaluer les effets de l’élévation du niveau de la mer », explique Michel Pascal, directeur de la Diren. Premiers concernés ? Les 100 000 hectares de polders du Dunkerquois, qui voient chaque année le niveau des eaux monter de 3 mm. La zone située jusqu’à 3 m sous le niveau de la mer a été asséchée par le passé. Mais aujourd’hui, « les crues décennales se multiplient, explique Jean Schepman, président de l’institution interdépartementale des wateringues. Il nous manque les moyens d’évacuer les eaux en cas d’urgence. Nous nous sentons démunis. » En décembre, 50 millions de m3 d’eau ont été pompés pour être renvoyés vers la mer, un record. Mais cette opération ne peut se faire que si la marée n’est pas trop haute. Et c’est de moins en moins souvent le cas. [...]

http://jeanschepman.over-blog.org/categorie-956813.html

(Page suivante)

Partie du webset
Vers page précédentef  Vers le haut de la Page  Vers la page suivante