Titre : Mythes & Histoire
 
Webset
images/menu_top.jpg
images/menu_bot.jpg
Webset
images/expose_top.gif
UNE NOUVELLE LECTURE DE LA GERMANIA DE TACITE
 

Note :

Quand Tacite évoque les Sarmates et les Parthi pour comparer leur habillement à celui des tribus germaines du nord de la France, il est clair comme le jour qu'il ne pense ni à la Moravie ni à la Hongrie, car en ce cas la comparaison serait une pure sottise.

Texte 4 :

(26) "En ce qui concerne l'agriculture: les villages prennent possession d'une certaine surface de terrain en rapport avec le nombre des travailleurs. La répartition se fait selon le rang des familles. L'ampleur des champs la facilite. Ils mettent tous les ans de nouveaux champs en culture et n'ont jamais pénurie de terre. Aussi ne se soucient-ils pas de rivaliser par leur travail avec la fertilité et l'étendue de leurs sols, de planter de la vigne, de créer des prairies ou d'arroser des jardins. Ils n'attendent de la terre que la moisson. D'où vient aussi qu'ils ne connaissent dans l'année que quelques saisons: l'hiver, le printemps et l'été, pour lesquelles ils disposent d'un nom particulier. En ce qui concerne l'automne, ils n'en connaissent ni le nom ni les fruits.

Note du traducteur :

Il en est toujours ainsi en Flandre française où notre dialecte flamand ne comporte toujours pas de terme signifiant automne.

Texte 5 :

Après ces considérations, Tacite (28) commence à décrire les différentes tribus ou peuples. Il fait d'abord remarquer qu'il n'est pas toujours possible de dire avec certitude d'où tel ou tel peuple est venu. De notre côté nous devons ajouter que quand Tacite parle de "peuple", nous ne devons pas trop vite imaginer un peuple disposant d'un vaste territoire. Au fil de sa relation, on se rend compte au contraire qu'il énumère des groupes de population relativement petits, fixés la plupart du temps dans une ville ou une localité déterminée. Ainsi, poursuit-il, entre la Forêt Hercynienne (près du Mont des Cats), le Renus (Escaut) et le Moenus (Meuse) habitent les Helvètes (Helfaut), un peu plus loin les Boii (Boeseghem), deux tribus gauloises qui ont occupé ce pays. Le nom de Bohemia y subsiste encore, témoin des temps anciens, bien que les habitants aient changé.

 

Texte 6 :

Il ignore si les Aravisci (Aire-sur-la-Lys) proviennent de la Pannonia (Allemagne) ou constituent une partie des Osi (Ochtezeele), ou inversement, car ils ont encore la même langue, les mêmes lois et les mêmes moeurs. Pour la Mosa-Canche, voir le texte 51.

Puis Tacite part de l'est. Les Trévires (Trèves) et les Nerviens (Bavay) se réclament toujours de leur origine germanique et se distancient même avec quelque insistance des Gaulois. Le long du Renus (Escaut) habitent les Vangiones (Wannehain), les Triboci (Troisvaux) et les Nemeti (Arras). Les Ubii (Aubigny-en-Artois), poursuit Tacite, sont devenus une colonie romaine et préfèrent maintenant s'appeler Aggripinenses-Cologne (29). Ils ont franchi le fleuve et se sont fixés là, sans rougir le moins du monde de leur origine, pour défendre l'empire. Tacite dit en propres termes que les Ubii de Cologne provenaient du nord de la France où César (vers 50 avant Jésus-Christ) a du reste été à plusieurs reprises en contact avec eux. César n'a jamais atteint la région de Cologne.

Texte 7 :

Parmi ces nations (avec Tacite, nous sommes indubitablement dans le nord de la France!), les Bataves (Béthune) se distinguent par leur courage. Ils habitent un territoire pas si étendu sur le littoral mais aussi une île du Renus (Escaut). Ils descendent de la tribu des Chatti (Mont des Cats); ils ont émigré à cause de dissensions internes et sont devenus une partie de l'empire romain. Ils ont l'honneur et le privilège d'une ancienne alliance avec les Romains - notez bien que c'était déjà le cas sous Jules César! - Ils ne subissent pas la honte des autres tribus qui furent vaincues et soumises. Libres de charges et d'impôts, ils se mettent à la disposition des Romains pour le service militaire. Le peuple des Mattiaci (lire: Wattiaci, Watten) jouit du même statut; leur territoire se trouve sur la côte (en l'occurrence du Flevum ou Almere). Pour le reste, ils sont identiques aux Bataves, quoique leur pays et leur climat les dotent de plus de bravoure encore. Il est particulièrement frappant que Tacite ici - et ailleurs aussi dans la GERMANIA - ne nomme ni les Morini (Thérouanne) ni les Menapii (Cassel), si bien qu'à partir des tribus qu'il nomme ou ne nomme pas, on peut déterminer avec assez de précision ce que l'on considérait de son temps comme faisant partie de la Gaule ou de la Germanie. Cela correspond en général précisément à ce que César avait ou non conquis vers 50 avant Jésus-Christ.

Webset
Vers page précédentef  Vers le haut de la Page  Vers la page suivante