Titre : Mythes & Histoire
 
Webset
images/menu_top.jpg
images/menu_bot.jpg
Webset
images/expose_top.gif
UNE NOUVELLE LECTURE DE LA GERMANIA DE TACITE
 

Texte l2

En ce point de la Germania (37), tout près de l'OCEAN (lire: de l'Océan Atlantique), habitent les CIMBRI (Simencourt), qui ne forment plus actuellement qu'un petit peuple mais grand en renom. Il subsiste encore d'imposants vestiges de cette tribu comme des campements et des villes dont l'étendue témoigne encore de nos jours de sa grandeur passée. Notre ville (Rome) était dans la 640e année de son existence quand pour la première fois la renommée et les armes des Cimbri percèrent jusqu'à nous.

Tacite calcule que c'était il y a environ 210 ans. Il énumère également les campagnes infructueuses de César, de Drusus, de Tibère, de Néron, de Varus et de Germanicus contre les Germains, échecs qu'il attribue pour une bonne part aux Cimbres. Dans le "De bello Gallico" de César, les Cimbres jouent un rôle important, si bien que leur localisation dans le nord de l'Allemagne ou selon certains au Danemark constitue la énième farce historique, puisque César n'est jamais allé si haut pas plus qu'aucun autre Romain après lui. César dit bien qu'ils étaient Germains d'origine et qu'ils avaient envahi la Gaule mais il les met à plusieurs reprises en relation avec sa lutte contre les TEUTONS (Thiembronne) et les Nervii (Bavay) si bien que leur présence en France est attestée longtemps avant Jésus-Christ.

Les Cimbres et les Teutons n'ont guère laissé de vestiges toponymiques, ce qui s'explique, vu que Tacite affirme que, de son temps, ces tribus avaient pratiquement disparu ou s'étaient fondues dans de nouvelles dont les noms prévaudraient dans la toponymie. On peut supposer un lien avec les Cimbres dans: Simencourt; Simencordel, hameau de la commune de Beaumetz-les-Loges; Siracourt près de St Pol; et Simberg, hameau dépendant de Wierre-Effroy. Sont probablement dérivés des Teutons les toponymes: Thiembronne; Doudeauville dont la forme ancienne est Tutioville; Todincthun, hameau d'Audincthun; Toutendal ou Totendal, hameau de la commune d'Alette; Tatinghem près de Saint-Omer. On trouve un exemple encore plus net dans le Mont des Teutins situé sur le territoire de la commune de Rinxent près de Marquise.

Maintenant, dit Tacite (38), il me faut parler des Suevi (près de Courtrai) qui ne constituent pas un peuple unique comme les Chatti (Mont des Cats) et les Tencteri (Tangry). Ils occupent la majeure partie de la Germania, et sont subdivisés en diverses tribus dotées de noms différents, bien qu'ils portent le nom général de Suevi. Leurs us et coutumes les différencient des autres tribus. Un nombre incalculable de fois, César mentionne les Suevi à qui il se heurta EN FRANCE.

 

Texte 13

Les toponymes Swevegem et Swevezeele dans les parages de Courtrai et de Bruges constituent, il n'y a guère de doute à ce sujet, des vestiges du nom des Suevi. Le peuple le plus ancien et le plus noble des Suevi (39) serait celui des SEMNONI (Sempy), un peuple étrange aux rites cruels. César les appelle Sénons et selon ses données cette tribu se trouvait tout près du territoire conquis par lui dans le nord de la France. Tacite dit que les Semnoni (Sempy) habitaient bien 100 "pagi" (il veut naturellement dire villages) et que, par leur nombre, ils sont les plus puissants des Suevi.

Texte 14

Les LANGOBARDI (Lompret) par contre doivent leur renommée à leur petit nombre. Entourés de nombreuses tribus puissantes ils ont gardé leur indépendance les armes à la main. Puis viennent les REUDIGNES (Ruitz), les Aviones (Avion), les Anglii (Englos), les Varinni (Warneton), les Eudoses (Houdain, 2 x), les SUARDONES (Sequedin), et les Nuithones (Noeux, 2 x), qui sont protégés par des rivières et des bois. Ces tribus ne diffèrent en rien des autres, st ce n'est par leur culte à Nerthus, c'est-à-dire à la Terre-Mère, dont ils pensent qu'elle réside parmi les tribus et se préoccupe des hommes. Sur une île de l'Océan il y a un bois sacré où l'on dit que la déesse habite un chariot bâché. Son culte est entouré de grandes festivités et de rites mystérieux, entre autres l'immersion du chariot dans un lac. Cette partie des Suevi (41) s'étend jusqu'aux confins de la Germania.

Texte 15

Plus près de nous, "pour suivre maintenant le Danuvius comme nous venons de le faire pour le Renus" on trouve la ville des Hermunduri (Hermelinghen) qui non contente de faire du commerce sur la côte est aussi la plus brillante colonie de la province de Raetia. On trouve chez les Hermunduri la source de l'Albis (Aa), fleuve jadis bien connu et célèbre dont on n'entend plus guère parler (et pour cause: l'ALBIS (Aa) était fréquemment nommée dans les guerres contre les Germains qui n'avaient plus lieu à l'époque de Tacite) (42). Près des HERMUNDURI (Hermelinghen) vivent les NARISTI (Nabringhen) puis les MARCOMANNI (Marconne) et les QUADI (Quiestède). Les Marcomanni sont les plus importants en gloire et en puissance; ils ont conquis leur pays sur les BOII (Boëseghem). Les Naristi et les Quadi ne leur cèdent en rien. Cette région est en quelque sorte le "pignon" de la Germania de ce côté du DANUVIUS (Aisne). Les Marcomanni et les Quadi ont conservé jusqu'à ce jour leurs rois, dont l'autorité repose sur celle des Romains. Le détail de la source de l'Albis, l'Aa française, s'applique à merveille sur place.

Webset
Vers page précédentef  Vers le haut de la Page  Vers la page suivante