Titre : Mythes & Histoire
 
Webset
images/menu_top.jpg
images/menu_bot.jpg
Webset
images/expose_top.gif
UNE NOUVELLE LECTURE DE LA GERMANIA DE TACITE
 

Texte l6

Dans le dos des Marcomanni et des Quadi (43) habitent les MARSIGNI (Marchiennes 2 x), les COTINI (Cantaing-sur-l'Escaut), les OSI (Ochtezeele) et les BURI (Buire-au-Bois). Les Marsigni appartiennent par leur langue et leurs moeurs aux Suevi. Les COTINI (Cantaing-sur-l'Escaut) parlent le gaulois, et les OSI (Ochtezeele) prouvent par leur langue "pannonienne" (c'est-à-dire germanique) qu'ils sont des Germains, ainsi que par leur tribut (Il est clair que Tacite se trouve ici SUR LA FRONTIERE LINGUISTIQUE). Une partie de leur tribut leur est imposée par les QUADI (Quiestède), une autre partie par les SARMATI (Sermaise et autres). Ils ont même des mines de fer, ce qui ne fait qu'ajouter à leur infamie, dit Tacite. Ces tribus n'habitent pas les plaines mais les pentes et les sommets des monts. Car une chaîne de monts (collines) divise le pays des SUEVI en deux. Au-delà habitent un grand nombre de tribus, dont les LYGII (Ligny-Thilloy) constituent la plus grande, parce qu'elle occupe plusieurs localités. On doit nommer comme étant les principales: les HARIES (Harnes), les HELVECONES (Haillicourt), les MANIMI (Manin), les HALISII (Halluin) et les NAHARVALES (Neuvireuil). Chez les Naharvales il y a un bois sacré, centre d'une autre religion (Tacite veut vraisemblablement parler ici du sanctuaire de FANFANA, (Fampoux, près d'Arras). Les HARIES sont d'une nature sauvage et redoutés au combat. Porteurs de boucliers noirs et le corps peint, ils choisissent de préférence des nuits noires pour se battre et inspirent la terreur par leur seul aspect.

Texte 17

Plus loin que les LYGII (Ligny-Thilloy) (44) vivent les Gothones (Gouzeaucourt) plus à l'étroit que les autres tribus germaniques mais en liberté sous leurs propres rois. Plus loin encore de l'Océan sont établis les RUGII (Rougefay) et les LEMONII (Limont-Fontaine). La caractéristique de ces tribus c'est qu'elles portent des boucliers ronds et des épées courtes et qu'elles obéissent à des rois. Puis vient la cité des SUIONES (Souich ou Souchez) DANS L'OCEAN MEME, qui, en plus de leurs guerriers et de leurs armes, sont également célèbres pour leur flotte. Leurs vaisseaux comportent un bordage relevé à l'avant comme à l'arrière. Ils n'ont ni voiles fixes ni tolets fixes pour les avirons mais tout est déplaçable si bien qu'ils peuvent manoeuvrer dans tous les sens. Leurs armes ne sont pas à la disposition de chacun, comme chez les autres Germains, mais enfermées sous bonne garde. En effet, ils n'ont pas à craindre de sitôt une invasion ennemie venue de la mer et en cas de dispute, il est impossible d'en venir aux armes.

 

Derrière les SUIONES (45) s'étend une autre mer, dormante et presque immobile dont on croit qu'elle entoure et enferme le monde, vu que les dernières lueurs du soleil couchant y restent jusqu'à l'aurore, si vives même qu'elles rendent invisibles les étoiles. On dit aussi qu'on y entend le bruit que fait le soleil en sortant des flots et qu'on voit ses cheveux et l'éclat de son visage ce qui ajoute encore à la crédibilité de cette affirmation. C'est jusque là, ET CELA EST SUR, dit Tacite en bon prédécesseur de tous les péremptoires, et seulement jusque là que la terre s'étend!

Texte 18

A droite la mer des SUEVI atteint la côte des AESTII (Estreux avec diverses variantes), qui présentent l'apparence et les moeurs des Suevi mais par leur langue se rapprochent davantage des Bretons (Sans le dire expressément, Tacite veut manifestement parler du saxon; il ne pouvait pas le dire du reste parce que ni le concept ni le terme n'existaient encore. Le mot Saxones n'apparaît dans aucune de ses oeuvres, pas plus que chez César). Les Aestii vénèrent la Déesse-mère. Comme emblème de leur religion ils portent des représentations de hérissons. L'emploi du fer y est rare; les bâtons y sont courants. Ils cultivent des céréales et d'autres plantes avec plus de persévérance que n'en comporte la paresse habituelle chez les Germains (merci, Tacite!). Mais ils pratiquent également la pêche en mer et recueillent l'ambre, qu'ils appellent "glaesum" (en néerlandais glas = verre). Ils ne lui avaient jamais attribué aucune valeur avant que la coquetterie des Romains n'ait attiré leur attention sur ce produit et qu'ils n'aient été stupéfaits de s'en voir offrir de l'argent. Il s'agit de sève des arbres, dit Tacite avec juste raison, quoiqu'il pense que ce sont de mystérieux oiseaux qui l'apportent et l'abandonnent dans les arbres. A côté des SUIONES (Souich ou Souchez), vivent les SITONES (Cysoing). Ils sont gouvernés par une femme, ce que Tacite considère même comme une dégénérescence de la servitude! (Rome était une société exclusivement masculine). Il se demande encore (46) s'il doit ranger les PEUCINI (Puissieux près d'Arras) les VENETHI (Vendegies, 2 x) et les Fenni (Feignies près d'Avesnes-sur-Helpe) parmi les Germains ou parmi les Sarmati (Marne, Aisne, Oise). Certains appellent les Peucini (Puissieux) BASTARNAE (Hébuterne et/ou Basseux). Les trois localités sont toutes proches les unes des autres. I1 rapporte quelques particularités de ces tribus. Puis il clôt sa "Germania" sur un curieux récit à propos des HELI,USII (Esquelbecq, en 1100 Hicclesbecke) et des OXIONES (Oxelaëre et Ochtezeele) au sujet desquels on raconte qu'ils ont une tête humaine et un corps de bête; la chose n'étant pas prouvée, il préfère ne pas se prononcer à ce sujet.

Webset
Vers page précédentef  Vers le haut de la Page  Vers la page suivante