Titre : Mythes & Histoire
 
Webset
images/menu_top.jpg
images/menu_bot.jpg
Webset
images/expose_top.gif
INTRODUCTION DE "DEPLACEMENTS HISTORIQUES"

 

A elle seule, la pierre votive du palais de Barberousse (1155) renvoie la Nimègue carolingienne au royaume des fables : "En l'an 1155 après que le Salut eut été donné au monde, l'empereur Frédéric, ami de la paix, a rétabli dans une splendeur égale à sa splendeur passée, l'ancien édifice de Neomagus qui avait été brisé, ruiné et réduit à néant. Son fondateur semble être Jules [César] qui ne ressemblait pas au restaurateur de la paix qu'est Frédéric." Se voulant l'émule de Charlemagne, Barberousse n'aurait pas manqué de souligner qu'il restaurait son château, si ç'avait été le cas !


 

1. Carolingienne, Nimègue ? Premiers doutes

En 1946, à peine nommé fonctionnaire scientifique aux archives de la ville de Nimègue, je me jetai avec une juvénile ardeur dans l'étude de l'histoire de la ville… Un certain nombre de données historiques généralement admises ne tardèrent pas à m'apparaître suspectes : le palais carolingien que Charlemagne aurait construit, qui aurait servi de résidence aux Carolingiens, aux Empereurs et aux Rois allemands et qu'on supposait rebâti en l'an 1155 par l'Empereur Frédéric Barberousse, après sa destruction et une période d'abandon, nourrissait tout spécialement mes soupçons. En apparence, la présentation des faits que je viens d'évoquer semblait acceptable ; il est vrai que la ruine de la résidence entre 1046 et 1155 ouvrait une lacune dans le récit, mais la restauration par l'Empereur Barberousse paraissait la combler raisonnablement.

Le ver du doute se mit à me ronger parce que l'expansion de la ville ne m'apparaissait pas satisfaisante pour l'esprit. En effet, si le palais s'était trouvé sur le Valkhof depuis l'an 777, ce que tout le monde a admis, comment échapper aux questions suivantes ?

  1. Pourquoi ce palais n'est-il pas le noyau central de la ville, ce qui est le cas pour toutes les autres résidences carolingiennes ?
  2. Pourquoi la ville et le lieu de résidence ne se sont-ils jamais intégrés l'un à l'autre ? Pourtant la cour, les ministériaux et les domestiques se groupaient de préférence autour du palais et les relations tissées entre ville et résidence auraient dû favoriser la convergence et la fusion de leurs plans respectifs.
  3. Au beau milieu du Valkhof, qu'on prétend être un domaine impérial doté d'un palais, selon toute vraisemblance strictement fermés au public, voilà que nous rencontrons la première église et le premier cimetière de Nimègue !
  4. Il s'ensuit qu'il convient peut-être d'assigner aux relations entre la vieille ville sur la rive basse du Waal et la butte du Valkhof une chronologie toute différente. L'ensemble a en outre une allure typiquement allemande et pas du tout carolingienne. Je concède que je ne produisais pas là l'ombre d'un véritable argument historique, mais ces questions ouvraient sérieusement la voie au doute. Je poursuivis donc mes investigations.

(Page suivante)

Webset
Vers page précédentef  Vers le haut de la Page  Vers la page suivante