Titre : Mythes & Histoire
 
Webset
images/menu_top.jpg
images/menu_bot.jpg
Webset
images/expose_top.gif
INTRODUCTION DE "DEPLACEMENTS HISTORIQUES"
 

Pour corser le tout, c'était bien ma veine d'avoir à poser cette question à une ville qui était mon employeur, ce qui n'avait rien pour agrémenter la chose ! Un groupe d'habitants de Nimègue, un tout petit groupe d'ailleurs, car la question laissait de glace la majeure partie de la population, se sentit touché au cœur, surtout quand une partie de la presse se mit à faire des plaisanteries déplacées, où je n'avais aucune part, mais qui ne manquèrent pas de me retomber sur le dos. Les historiens, commotionnés dès le premier jour, refusèrent avec une incroyable véhémence ne fût-ce que la simple idée d'une possible erreur, tant et si bien que la question que j'avais posée en toute sérénité et quiétude en fut d'emblée empoisonnée, parce qu'on ne tarda pas à en faire une affaire de prestige. Divers spécialistes et profanes, tentés au départ par une discussion sérieuse, en furent retenus par la grossièreté des attaques dont j'étais l'objet mais aussi par le visible malaise que soulevaient tous ceux qui se risquaient à parler de moi avec bienveillance ou à me suivre sur le chemin du doute. Un seul professeur de l'Université de Nimègue, un esprit critique, m'incita avec insistance à poursuivre mes recherches et à ne pas m'en laisser détourner par les aboiements (je cite!). C'est avec plaisir que je mentionne ce fait, d'une part parce qu'on continue à raconter, au mépris de la vérité, que toute l'Université de Nimègue s'est dressée contre moi comme un seul homme, mais aussi parce que ce soutien moral m'a été d'un grand secours au cours de cette période difficile.

J'avais l'intention de poursuivre paisiblement mes recherches : dans un premier temps je creuserais mes doutes et ensuite seulement je proposerais les corrections que j'estimerais nécessaires à l'histoire traditionnelle. Hélas! Traqué par une hargneuse critique, et rendu quelque peu fébrile par l'interdiction d'écrire que l'autorité municipale de Nimègue, me brandissait sur la tête (je partis tout juste à temps pour y échapper), je rédigeai un livre intitulé :

 

" Het mysterie van de Keizer Karel-stad " (le mystère de la ville de l'Empereur Charlemagne). L'ouvrage était prématuré et se ressentait des circonstances trop pénibles de sa rédaction. Sur ces entrefaites, je reçus en avril 1957 ma nomination d'archiviste régional dans l'ouest du Brabant Septentrional, si bien que je pouvais secouer de mes pieds la poussière de Nimègue ; je pris donc mon bourdon pour une contrée plus calme, mon bissac gonflé par le dossier. Cet ouvrage de 1958 était gâté par une erreur fondamentale : je nourrissais alors l'illusion de pouvoir faire la lumière sur le mythe de Nimègue en m'en tenant à ce seul problème. Je m'étais avisé dès le début que, si la tradition de la Nimègue carolingienne était fausse, c'était presque automatiquement toute la nef historique néerlandaise d'avant le Xe siècle qui passerait en cale sèche pour une fondamentale révision, parce que tout se trouve inextricablement lié. En 1958, je reculais encore devant cette totale remise en question parce que l'état d'avancement de mes recherches ne me la permettait pas. Mais c'était bien ce qui expliquait la violence des réactions, les spécialistes voyant mieux que moi encore tout ce que cela entraînait...

4. Le problème des mythes néerlandais est d’ordre
   géographique.

Après des années de recherches dans les sources anciennes et de voyages d'étude dans ce Nord de la France à qui, à mon sens, appartient en toute vérité la poussière des mythes historiques, j'avais enfin rassemblé suffisamment d'éléments pour pouvoir démêler l'écheveau des mythes et de leurs conséquences. C'est en France que des collègues archivistes me fournirent l'expression consacrée qui désigne cette sorte de mythes. On y parle de "déplacements historiques". Ce sont les seuls termes adéquats, puisque l'histoire reste fondamentalement la même et qu'on se contente d'affirmer que certains faits ont été détournés de leur localisation véritable.

(Page suivante)

Webset
Vers page précédentef  Vers le haut de la Page  Vers la page suivante