Titre : Mythes & Histoire
 
Webset
images/menu_top.jpg
images/menu_bot.jpg
Webset
images/expose_top.gif
INTRODUCTION DE "DEPLACEMENTS HISTORIQUES"
 
  • Wijk bij Duurstede s'appelait d'abord tout simplement Wijk. Ce n'est qu'au XVè siècle qu'on y ajouta "bij Duurstede" (lez Duurstede ).
  • Duurstede était à l'origine le nom d'un château et non celui de l'agglomération auquel on ne l'ajouta que par extrapolation.
  • En dépit de tout ceci, l'idée naquit beaucoup plus tard que Wijk bij Duurstede était l'ancienne Dorestad.
  • Les fouilles récentes à Wijk bij Duurstede procédaient d'une interprétation préconçue. En fait, elles ne peuvent se prétendre fouilles de Dorestadum.
  • Les indications qui permettent de situer correctement Dorestadum sont surabondantes.
  • La plupart des erreurs et les erreurs les plus graves découlent d'une conception erronée du "Renus".
  • Les "Bouches du Renus" auxquelles se rattachent tant de données historiques sont très clairement situées face à la pointe sud-est de l'Angleterre par les auteurs de l'Antiquité et du Haut Moyen-Age.
  • On se contente d'ignorer carrément les transgressions dunkerquiennes (invasions marines périodiques et de longue durée qui se situent entre le IIIe et le Xe siècle), ou de les camoufler quand elles s'opposent à certaines conceptions historiques.
  • Les noms de Trajectum pour Utrecht et Noviomagus pour Nimègue ne sont que de tardives latinisations de chancellerie de toponymes autochtones, si bien qu'il est injustifiable de les faire remonter de douze siècles jusqu'au premier siècle de notre ère.
  • Les attaques des Normands contre Trajectum, Dorestadum et Noviomagus n'ont été situées aux Pays-Bas que parce qu'on y avait à tort situé ces toponymes. Par contre les sources ne fournissent aucune indication qui permette d'affirmer que les Normands aient réellement mis le pied aux Pays-Bas.
  • Les premiers chroniqueurs néerlandais ne soufflent mot des assertions dont l'aspect mythique se trouve dénoncé ici, ce qui prouve à l'évidence que ces traditions n'existaient pas encore de leur temps.
  • Par contre, il est aisé de repérer avec exactitude l'apparition des mythes dans les

 

textes et de situer avec assez de précision l'époque de leur élaboration.

8. Intrication des mythes néerlandais.

Pour être tout à fait clair, je dois souligner que ces questions ont déjà été traitées à fond en 1965/66 : l'ensemble des mythes historiques constitue un problème compliqué qui requiert la plus grande vigilance car tout ce qu'on nous a transmis nous semblait irréfutable. C'est pas à pas qu'on commencera à y voir clair ; il ne s'agit pas d'un mythe qui se serait abattu tout d'un coup sur les Pays-Bas, mais d'une légende lentement et graduellement élaborée, parfois à partir de déductions tirées de déductions, la plupart du temps issue de quelques erreurs primaires poussées systématiquement jusqu'à leurs ultimes implications et conséquences.

La matière est répartie en onze chapitres qui constituent chacun un tout cohérent. Qu'on veuille bien mettre provisoirement de côté, à la lecture d'un chapitre, les déductions et implications, voire les objections en apparence insurmontables, que le développement normal de l'exposé amènera tout naturellement à traiter plus loin. La rectification des faits n'est pas l'élément essentiel de cet ouvrage. Il est bien plus important et, bien sûr, bien plus difficile, de retourner comme un gant la façon de penser l'image historique des Pays-Bas qui a eu cours pendant des siècles, ou, pour mieux dire, il est indispensable de l'oublier tout à fait. Si on ne le fait pas, on reste prisonnier du cercle vicieux invétéré : ce n'est pas d'aujourd'hui en effet qu'on émet des doutes sur tel ou tel point de l'histoire admise, mais comme toutes les données s'étayent et se confirment l'une l'autre, le doute sur un point donné ne trouvait pas à s'enraciner. La lumière ne peut venir que d'une étude qui les embrasse toutes.

9. L’église et le cimetière anciens du Valkhof excluent une résidence carolingienne à Nimègue.

En fait, c'est mon Saint Patron, Albert Le Grand, qui m'a mis sur la piste des mythes néerlandais. Il ne s'agit ni d'un miracle, ni d'une inspiration que

(Page suivante)

Webset
Vers page précédentef  Vers le haut de la Page  Vers la page suivante