Titre : Mythes & Histoire
 
Webset
images/menu_top.jpg
images/menu_bot.jpg
Webset
images/expose_top.gif

L'OEUVRE

 
images/deplacementshist.jpg
 

En 1946, Albert DELAHAYE (Klimmen 1915 - † 1987) est promu archiviste-adjoint de la ville de Nimègue. Aussitôt, il se lance à corps perdu dans l'histoire de la ville. Son secondaire chez les Pères Montfortains de Schimmert, d'origine française, lui a donné une solide connaissance de la langue de Molière. Aussi, sans s'en tenir à l'édition allemande des sources anciennes, les fameux MONUMENTA HISTORIAE GERMANICA, consulte-t-il également ses homologues françaises. Et voilà que tout à coup, il s'aperçoit que le même raid normand est attribué par les Allemands à Nimègue, par les Français à Noyon, villes toutes deux appelées Noviomagus dans les textes anciens en latin !

Au terme d'une étude exhaustive, Delahaye découvre que, jusqu'au XIIe siècle où apparaît pour Nimègue la latinisation de chancellerie en Noviomagus, tous les événements attribués à Nimègue concernent en fait Noyon.

Du fait des intrications et corrélations, c'est quasiment toute l'histoire des Pays-Bas au cours du premier millénaire de notre ère qui se trouve remise en question. Et il faut toute l'énergie et la puissance de travail de Delahaye pour s'atteler à la tâche de la rendre à la Flandre et au Nord de la France : la résidence carolingienne de Noviomagus réintègre Noyon ; Eginhard, notamment, précisant : "Noviomagus, sur la rivière Vahalis, qui arrose l'île des Bataves au sud", l'île des Bataves s'avère être, entre autres, le pays de Béthune, et le fameux soulèvement conté par Tacite se déroule entre Cologne et la côte flamande et picarde ( ce que l'archéologie confirme du reste, cf. HISTOIRE DE LA PICARDIE par Fossier, page 67 – Editions Privat - ) ; toutes les sources anciennes, Table de Peutinger, Ptolémée, Géographe de Ravenne, etc., viennent corroborer ces restitutions. Delahaye remarque également que la plupart des auteurs anciens appellent nord ce qui est notre ouest, ce qui oblige à les relire dans cette optique, que l'hydronyme R(h)enus ne désigne presque jamais le Rhin mais un complexe de cours d'eau, très tôt reliés qui jouxte la

Page suivante

Webset
Bouton Page précédente  Bouton Page vers le haut  Bouton Page suivante