Titre : Mythes & Histoire
 
Webset
Webset
Webset
Webset
Webset
AVIS DU TRADUCTEUR AUX LECTEURS

Image d'un livre

 

Jan Gerhardus Ottema

Jan Gerhardus Ottema (1804-1879), docteur ès lettres avec une thèse sur l'Antigone de Sophocle. C'est à lui que nous devons la publication de l'Oera Linda-boek.

 

sceau de Staveren d'un vaisseau frison

Représentation sur un sceau de Staveren d'un vaisseau frison doté d'un gaillard d'avant et d'un gaillard d'arrière, donné par Ottema pour illustrer une tactique navale de Friso.

 

SE PROCURER L'OUVRAGE

L'Oera Linda-boek (I.S.B.N. : 978-2-9531219-1-9) compte 214 p. A4, sur chaque page : fac-similé, transcription dans notre alphabet, traduction française, notes)
Prix 30 €.
Port 5 €.
Le chèque est à envoyer à :
Jacques Fermaut
13, rue de l'Eglise
59380 BIERNE



LA SUBMERSION DE L'ALDLAND EN - 2193

Je dois à Monsieur Pascal Flament la très intéressante remarque suivante : "Dans l'Oera Linda Boek, la date de - 2193 pour la submersion de l'Aldland me paraît tout à fait correcte scientifiquement parlant. Avec un simple logiciel de calcul d'éphémérides, on peut  visualiser  l'emplacement des astres en - 2193. On remarque un alignement des planètes du système solaire (sauf Neptune), ainsi que de la Lune, des étoiles Aldébaran et Antarès. Il est scientifiquement démontré qu'un tel alignement de planètes peut provoquer des catastrophes naturelles (par exemple, le simple alignement de Jupiter et Saturne avec le Soleil en 2003 a provoqué une nette augmentation de l'intensité des activités du Soleil, une éruption solaire record a même été constatée, qui, par chance, s'est produite du côté opposé à la Terre). Il y eut également un alignement de planètes en - 1193, mais moins important que celui de - 2193 et la Terre n'y figurait pas. Je reste donc de l'avis de l'OLB.
Ce qui me surprend est que l'alignement des planètes en - 2193 s'est déroulé dans la période du Jol. Cette période était peut-être célébrée par nos ancêtres en souvenir des cataclysmes de cette époque (ou plutôt du fait d'y avoir survécu)."









Impact de l'astéroïde Burckle en 2193 avant Jésus-Christ

Impact de l'astéroïde Burckle en 2193 avant Jésus-Christ. (Source : Internet) L'axe de rotation de la terre en fut déplacé. De gigantesques tsunamis, tremblements de terre et éruptions volcaniques détruisirent de brillantes civilisations. L'Oera Linda Boek en donne la meilleure description.

 



Impact de l'astéroïde Burckle en 2193 avant Jésus-Christ.

La confédération frisonne. Page titre de l'ouvrage. On constate son immense étendue.

 

La naissance à une même époque historique de tous ces écrits doit bien être le résultat d'un même phénomène, à savoir le "Romantisme constructif", sinon "agressif", qui, d'autre part, a fait naître le style néo-gothique. Premiers de la série, les poèmes d'Ossian, apparurent dès la fin du dix-huitième siècle, et justement en Ecosse, la patrie de Walter Scott et du style néo-gothique ; plus tard, en Bretagne, le Barzaz Breiz, après que Chateaubriand eut saturé toute la Bretagne savante de son Romantisme ; et l'VVra Linda Chronique surgit durant l'âge d'or du style néo-gothique aux Pays-Bas.

Aucun de ces produits historiques ne peut être considéré, à notre avis, comme une réelle falsification, faite avec préméditation, comme, par exemple, la fameuse chronique hollandaise de Klaas Kolijn ; ou bien la prétendue vieille chronique bas-saxonne "That thusendigste Jär", une curiosité littéraire du vingtième siècle de Gerben Colmjon, descendant de l'archiviste du même nom, qui s'était penché sur l'VVra Linda Chronique au siècle dernier.

Ne doit-on pas plutôt voir dans toutes ces chroniques une continuation de la tradition humaniste, qui survit jusqu'au commencement du dix-huitième siècle pour atteindre un certain regain à l'époque du Romantisme au début du dix-neuvième. Cependant, ce phénomène se produit uniquement chez les nationalités devenues minoritaires, symptôme remarquable d'un nationalisme moderne, qui mériterait, de nos jours, d'être étudié attentivement. » (p. 9-10)

On peut se demander comment il se fait que les Bretons se soient bien gardés de jeter leur Barzaz Breiz et les Finnois leur Kalevala aux orties, etc., alors que les Frisons ont rivalisé d’ingéniosité pour vouer leur Oera Linda boek aux gémonies. Heemstra désigne comme initiateur de cette attitude Ubbo Emmius (1547-1625), ancien recteur de l’université de Groningue, qui, dans sa Rerum Frisicarum Historia, par fondamentalisme calviniste et non par esprit critique, rejeta en bloc tous les vieux écrits frisons(2). Dieu a bien béni sa postérité !

Selon Heemstra, l’Oera Linda-boek est né au XVIIe siècle au château de Ter Horne à Beetgum près de Leeuwarde, dans l’entourage d’un Suédois, le comte Carlson, dont la bibliothèque de plus de 20.000 volumes offrait les sources. L’objectif du cercle plus ou moins frisiomane de Ter Horne n’était pas de falsifier mais de restaurer la protohistoire frisonne dans toute sa pureté. Si ce travail sur sources exigea une large collaboration, c’est le seul Hessel Vegelin, d’ascendance suisse, qui en assura la rédaction définitive.

Pour appuyer ses prétentions à la noblesse, Augustinus Lycklama (1670-1744) modifia plus tard le titre de la chronique de VVRALDA BOK en VVRALINDA BOK (« Livre de la Translindanie, patrie des Lycklama » p. 15). Il ajouta la préface où Liko évoque Lyckle, l’ancêtre des Lycklama, et confia le remaniement de l’ouvrage à Albertus Hublingh, qui aurait introduit Adela en hommage à l’épouse de son bienfaiteur, Sarah Adel van Haren née van Huls.

« Enfin, en l'année 1776, l'existence de l'VVra Linda Bok est attestée, indirectement, dans les archives de la ville d'Enkhuizen dans la Frise de l'Ouest. C'est ce que nous apprend la reconstitution, opérée depuis peu, de la série des derniers propriétaires de ce document, qui fut, pendant tout le dix-neuvième siècle en la possession d'une famille du nom de "Over de Linden". » (p. 17)

L’exemplaire actuel aurait été réalisé et retouché par L.P.C. van den Bergh, depuis 1865 Directeur général des archives de l’Etat, personnage féru de littérature populaire et de mythologie…

Le château de Pierrefonds de Viollet-le-Duc est-il un faux ? Non, bien sûr ! L’Oera Linda-boek ne l’est sans doute pas davantage.

L’approche d’Heemstra présente entre autres l’intérêt d’apporter une réponse aux questions posées par Los. Est-il besoin de préciser qu’en dépit de sa vraisemblance, elle ne fait pas l’unanimité ?

Décidément, l’Oera Linda-boek n’a sans doute pas fini de faire couler des flots d’encre …

Jacques Fermaut

1 C’est Ottema qui imposa ce titre et cette graphie. En néerlandais on écrit boek (lire oura lineda bouc !), graphie que j’utiliserai dorénavant.

2 Outre le Tractatus Alvini (XVe siècle) et une impressionnante série de textes juridiques allant du XIIIe au XVIe siècle, la Frise compte en effet, aux XVIe et XVIIe siècles, toute une brochette d’historiens ou chroniqueurs considérés comme plus ou moins fantaisistes : Petrus Suffridus, Occo Scarlensis qui aurait prêté son prénom à l’Okke de l’exorde, Bernardus Furmerius, Martinus Hamconius, Pierius Winsemius, Ubbo Emmius, Hendrik Soeteboom, Adam Westerman, Henricus Schotanus, Christianus Schotanus, Johan van Nijenborgh, Worp van Thabor, Cappidus Stauriensis, Andreas Cornelius, etc.

L'ouvrage tout à fait remarquable du polytechnicien Jean Deruelle, De la préhistoire à l'Atlantique des mégalithes, Les leçons du Radiocarbone (1990 - Editions France-Empire, ISBN : 2 7048 0639 X) constitue à mon sens, à l'insu de l'auteur qui ignorait tout du manuscrit frison, une clé de l'Oera Linda Boek. Il rend très invraisemblable que l'Oera Linda Boek, même retouché et remanié, puisse être un faux pur et simple : l'Oera Linda Boek repose très certainement sur une tradition vraie, d'une vénérable antiquité.

 

Enfin la clé de l'Oera Linda Boek

La réception de l’Oera Linda Boek a connu en 2010 un tournant décisif. Le Sud-Africain Alewyn J. Raubenheimer a en effet fait paraître un remarquable ouvrage qui périme tout ce qui l’a précédé : SURVIVORS OF THE GREAT TSUNAMI, The course of Eurasia after the night of Wednesday 21 October 2193 BC (ISBN 978-1451527742). Rappelons que – 2193, année de l’engloutissement de l’Altland (la vieille terre), est la date de référence de l’Oera Linda Boek.

Qualifiant l’Oera Linda Boek de Pierre de Rosette de l’Europe, il prouve tant à partir de tous les textes anciens qu’à partir de toutes les sciences modernes (archéologie, paléoclimatologie, génétique, linguistique, océanographie, etc.), que tout ce que rapporte le manuscrit sur une confédération frisonne plus vaste que l’Europe (voir ci-contre) et ayant des colonies jusqu’en Inde est d’une parfaite exactitude.

Tout comme l’ouvrage de Deruelle, il établit la fausseté du mythe de l’origine tout-orientale de la civilisation. C’est bien la confédération frisonne (Deruelle aurait dit atlante) qui inventa l’acier au carbone, le char de combat, la charge de cavalerie, la navigation au long cours, l’astronomie et les mathématiques. C’est bien elle qui donna à l’humanité l’alphabet, les chiffres improprement appelés indo-arabes (voir page 2), la démocratie, la libre entreprise et le monothéisme. C’est bien elle qui tenta, il y a plusieurs millénaires, de contrôler les armes et de préserver la nature. C’est bien elle qui institua une justice égale pour tous, l’interdiction de l’esclavage, les droits de l’homme et une harmonieuse complémentarité entre l’homme et la femme.

Deruelle avait déjà prouvé que tout était d’une parfaite exactitude dans ce que Platon, rapportant les paroles admiratives de prêtres égyptiens, nous apprenait sur les Atlantes dans son Critias et son Timée.

Raubenheimer brosse un tableau parfaitement convaincant et illustré de nombreuses cartes de cette confédération frisonne à laquelle l’humanité doit tant, ainsi que des catastrophes, notamment naturelles, qui entraînèrent son déclin. Il ajoute ainsi à l’histoire de l’Europe un prestigieux chapitre et rend à l’Oera Linda Boek une légitimité que le criticisme du XIXe siècle et le fondamentalisme calviniste des pense-petit de Frise néerlandaise et des Pays-Bas lui déniaient.

Le polytechnicien Deruelle n’était pas historien. Raubenheimer est un ancien ingénieur des mines. Tous deux confirment ce que ce site ne cesse d’affirmer : le formatage, la prétention et la collégialité universitaires peuvent être de sérieux obstacles sur le chemin de la vérité. Ils nous rappellent que, sans renoncer à l’esprit critique, il faut commencer par prendre au sérieux et par entendre ce que dit un texte pour en juger.

L’ouvrage de Raubenheimer réhabilite enfin le pauvre Ottema, seul à avoir vu juste, mais tellement hué, vilipendé et ridiculisé qu’il finit par se suicider.

Bouton Page précédente  Bouton Page vers le haut  Bouton Page suivante