Titre : Mythes & Histoire
 
images/protect.gif
images/menu_top.jpg
images/menu_bot.jpg
images/protect.gif
images/expose_top.gif

Le terrier de Bierne - 1567 - p. 11


 

ff Joos VAN HONDEGHEEM, Heinderijck MATHEUS et autres (on a ajouté au-dessus : modo maître Jacques VAN CAPPELE acheteur par décision de justice) via Pauwels SARESONE

10 schellings par an sur une pièce de terre que l’on appelle tHooghestick59 et qui s’étend au sud jusqu’à la terre d’Andries VANDER CLIJTE, et au nord contre de Wulfmeet60 et la terre de la Table des pauvres de Coudekerque, jouxtant avec son côté est la terre du nouveau cloître (den nieuwen clooster) hors de Bergues, et avec son côté ouest la terre de Joos et des siens susdits.

gg Le nouveau cloître hors de Bergues via Jan VANDEN NOORTHOUTE

3 schellings 6 deniers ob.61 sur une pièce de terre de cinq quartiers un peu plus ou moins, s’étendant sud et nord, et jouxtant par son côté ouest la terre de Joos VAN HONDEGHEEM, Heinderyck MATHEUS et autres, et par son côté est la terre de Joris RAPE le vieux.

hh Passchier WEINSSOONE, du fait de son épouse (on a ajouté au-dessus : modo gentilhomme Jan WEINSSOONE) via Vincent DIEMAER

2 schellings par an sur une demi-mesure de terre, dans le coin nord-ouest de cinq mesures ou à peu près appelé jadis den Claverbelck62, la demi-mesure susdite s’étendant à l’est, et jouxtant par son côté sud la terre de Passchier susdit, l’extrémité ouest jouxtant la route, le côté nord jouxtant la terre de l’hôpital des der Magdaleenen hors de Bergues appelée tMyllevelt63.

jj Le même Passchier que ci-dessus via Vincent DIEMAER

10 deniers ob.64 par an sur une pièce de terre appelée ‘tNoordervelt65 d’une superficie d’environ quatre mesures, et le Passchier susdit a ses terres tout autour, et au coin sud-est se trouve une mare appelée den Neckerpit66 et cette même terre se trouve au nord-ouest de la ferme.

kk Le même Passchier que ci-dessus via Vincent DIEMAERE

10 schellings par an sur trois quartiers de terre dans un champ plus grand, s’étendant au sud jusqu’aux terres de Jacob LAMMINS le vieux, et [jusqu'à la terre de] la Table des pauvres de Bierne67, l’extrémité nord et le côté est jouxtant le même Jacob LAMMINS , et touchant par son côté ouest la terre de Passchier WEINSSOONE et de Jacob LAMMINS susdit.

Texte original :

ff Joos VAN HONDEGHEEM, Heinderijck MATHEUS ende andere (hierboven staat: modo mr. Jacques VAN CAPPELE cooper by decrete) over Pauwels SARESONE x s. siaers vp een stick landts dat men heet tHooghestick ende strect zuyt totten het lande van Andries VANDER CLIJTE ende noort ieghens de Wulfmeet ende sdischs landt van Coudekercke, zydende metter oostzyde ieghens tlandt vanden nieuwen clooster buuten Berghen ende de westzyde ieghens Joos cum suis voorseyt.

gg Den nieuwen cloostere buuten Berghen over Jan VANDEN NOORTHOUTE iij s. vj d. ob. vp een stick landts van vyf vierendeel lytel min of meer, streckende zuut ende noort ende metter westzyde ieghens tlandt van Joos VAN HONDEGHEEM, Heinderyck MATHEUS ende andere, an de oostzyde es ghelandt Joris RAPE doude.

hh Passchier WEINSSOONE ad causam uxoris (hierboven staat: modo jonckgheer Jan WEINSSOONE) over Vincent DIEMAERE ij s. siaers vp een half ghemet landts, in den noortwesthouck van vyf ghemeten of daer outrent, van ouden tyden ghenaempt den Claverbelck, strect tvoornomde half ghemet oost ende metter zuutzyde ieghen tlandt van Passchier voorseyt, den westhendt ieghen de straete, zydende metter noortzyde ieghen tlandt vanden hospitale der Magdaleenen buuten Berghen, ghenaempt tMyllevelt.

jj De zelve Passchier als vooren over Vincent DIEMAERE x d. ob. siaers vp een stick landts gheheeten tNoordervelt, groot ontrent den vier ghemeten ende es rontdomme ghelandt Passchier voorseyt ende vp den zuutoosthouck staet een pit, ghenaempt den Neckerpit ende ligghet tzeve landt noortwest vander hofstede.

kk De zelve Passchier als vooren over Vincent DIEMAERE x s. siaers vp drie vierendeel landts in een meerder stick, streckende zuut ieghens de landen van Jacob LAMMINS doude ende den disch van Bieren, de noorthent ende doostzyde de zelve Jacob LAMMINS ende zydende metter westzyde tlandt van Passchier WEINSSOONE ende Jacob LAMMINS voorseyt.


 

Notes

(59) ‘t Hooghe stick signifie littéralement le haut champ, détail intéressant pour le situer.

(60) De Wulfmeet cf. note 57.

(61) Ob.. : il est étonnant qu'aucun chiffre n'accompagne cette abréviation : faut-il suppléer une. Stefaan Riem m'indique que l'obole vaut un demi-denier ou un demi-penning. Il cite un document concernant Oisterwijk : "Qu'il s'agisse de rentes (ou cens) anciennes ou nouvelles, leur valeur se calcule de la même façon : 1 schelling vaut 12 pennings ; 1 denier ou penning vaut 2 oboles ou 4 oorts ; 1 obole vaut 2 oorts." Il me signale enfin un excellent document en néerlandais sur les monnaies de compte à travers les âges :

http://users.skynet.be/egmp/artikels/Rekenmunt.pdf 

(62) Den Claverbelck signifie littéralement prairie enclose au trèfle.

(63) tMyllevelt signifie littéralement la plaine de Mylle ou du mille (pour velt voir note 44). Un rapport avec le Petit MillebruggeMille est un mille, mesure de distance ? Mil ou milie signifient aussi millet : a-t-on un jour pratiqué cette culture ici - j'en doute - et faut-il traduire plaine au millet.

(64) Ob. : cf. note 59.

(65) tNoordervelt signifie littéralement la plaine du nord.

(66) Den Necker pit : littéralement la mare du Necker. (Pit vient sans doute du latin puteus, puits mais désigne souvent une mare, cf. Pitgam). Le Necker – variante : Hecker - était un esprit des eaux, un ondin, ainsi appelé parce qu’il était censé tordre le cou (cou = nek) aux petits enfants qui s’approchaient trop près de l’eau. Par cette histoire dissuasive, les parents tentaient d’épargner la noyade à leur progéniture. En pays de langue picarde, c’était Marie Gro(u)ette qui jouait ce rôle. L’expression flamande crier comme un Necker signifie crier très fort et dans le suraigu. Il existe à Bergues une Neckerstorre ou Tour du Necker contrôlant l’entrée du Bierne Vaert (canal de BierneSanderus -, sans doute l’Houtgracht, qualifié de fluvius navigabilis (cours d’eau navigable) par Sanderus, et appelé, Bieren Dyck par la dernière carte IGN et sur les premiers cadastres) -, ainsi que l’entrée du Scheltvliet dans la ville de Bergues. Cette tour contient une écluse.

Stefaan Riem se rappelle "avoir lu un jour une série d'articles au sujet de certains toponymes dans les "Helleketelbossen" (Bois du chaudron de l'enfer) près de Poperinghe (dans le trimestriel "Aan de Schreve" publié par de "Heemkundige kring" (cercle folklorique) de Poperinghe, probablement dans l'année 29. L'auteur y faisait allusion au diable (noir) et référait à l'anglais "nikker"."

(67) Ici comme ailleurs, à une exception près, le texte donne Bieren, ce qui est effectivement la forme néerlandaise de Bierne. Je doute toutefois que les Biernois de l’époque aient jamais utilisé cette forme, Bierne (à lire, comme les vieux Biernois, Birne avec un i long) étant beaucoup plus habituel dans nos régions. La métathèse en > ne s’y retrouve en effet souvent, par exemple dans Veurne (Furnes - pour Voren, l’île - ? - placée en avant -). A mon sens, Bierne n’a rien à voir avec Bernard (Bern(ard) hem) mais peut-être avec la racine b(e)r que l’on retrouve dans les hydronymes Bresle et Bérésina, dans bron (source), bier (bière), beer (purin), (op)borrelen (sourdre), broek (marais) briel/broel (bas-fonds), breuil, breuvage, etc., tous termes désignant des terrains marécageux ou une eau boueuse ou chargée, allusion possible pour Bierne aux terrains marécageux qui l’entourent.

Ou faut-il plutôt y retrouver une racine du type barm/baerm/berm (talus, berge) délabialisée (cf. breton bern, tas), Bierne étant une légère hauteur entre ce que j’appelle l’ancien « golfe de Bergues », la Gersta, et la dépression du Canal de Steene prolongée vers la mer par celle du Koe Dyck ? Cette dernière explication me semble beaucoup plus plausible. Le Koe Dyck (il y en a trois) occupe en effet une large dépression qui allait du château de Steene à la côte, en passant par Koe Dyck-kerke, qui est devenu Coudekerque. C'est très probablement un vestige du Codanus que Pline situe en Germania. En effet la Germania des Anciens n'était pas l'Allemagne mais essentiellement la Flandre, l'Artois et le Boulonnais (voir la partie historique de ce site qui comporte notamment deux cartes anciennes de Flandre indiquant Mare Germanicum sur la côte - une Mer Germanique borde forcément la Germanie). On comprend du coup pourquoi le château de Steene se situe là, l'actuel (début XVIIe siècle) a probablement été construit par Vigoureux De Raepe en remplacement d'un précédent destiné à contrôler cette profonde indentation marine qui s'enfonce presque jusqu'à la D352 et pouvait servir à des pirates ou autres envahisseurs. Le caractère marin de cette indentation vient d'être démontré par la fouille archéologique du lotissement qu'on vient d'achever à l'entrée de Steene, laquelle a révélé la présence d'une saline. L'existence ancienne de ce château trouve d'ailleurs une certaine confirmation dans le nom même de Steene (steen = château - songez au Gravensteen de Gand), nom qui n'a naturellement pu être donné que bien des siècles avant le XVIIe siècle.

En pays picard, il existe également un certain nombre de Bernes, peut-être de même origine.


images/expose_bot.gif
Vers page précédentef  Vers le haut de la Page  Vers la page suivante