Titre : Mythes & Histoire
 
images/protect.gif
images/menu_top.jpg
images/menu_bot.jpg
images/protect.gif
images/expose_top.gif

Le terrier de Bierne - 1567 - p. 14


 

ss Les mêmes héritiers que précédemment via le Thomaes susdit

2 schellings 2 deniers par an sur deux mesures de terre appelées depuis des temps anciens den Ossebelc82, s’étendant à l’est le long des hoirs susdits, et à l’ouest le long de la terre de Franchois VAN HEYMSDALE, jouxtant avec son côté sud la terre du nouveau cloître et Jacob DE BAVELARE par achat et avec son côté nord la terre de Jacob LAMMINS le vieux du fait de son épouse.

 Ce même assignement doit à l’église susdite 5 schellings et à la chaire83 du lieu 12 deniers par an.

tt Franchoys VAN HEYMSDALE (on a ajouté au-dessus :modo les héritiers de Jan VERTEGANS) via Jan HARYNC (on a ajouté à côté : modo les héritiers VERTEGANS)

5 schellings par an sur deux mesures de terre, s’étendant au sud le long de la terre de la Table des pauvres de Bierne, et au nord le long de la terre des héritiers de Jan VANDER ZWENE, jouxtant avec son côté est la terre des der Madaleene, et avec son côté ouest la terre du nouveau cloître.

vv Le même Franchoys via le Jan HARYNC susdit

3 schellings 4 deniers par an sur cinq quartiers de terre s’étendant à l’est et avec le côté nord contre la terre de Franchoys susdit, et ouest le long de la petite route venant au sud du Halfmijlebrigghe (Petit Millebrugge), et au côté sud Jan STONAERT fils de Jan a ses terres.

xx Le nouveau cloître ( den nyewen cloostre) hors de Bergues via Michiel COOPMAN

18 schellings par an sur une vieille ferme dépourvue d’habitation avec deux mesures de terre un peu plus ou moins, s’étendant à l’est et avec son côté nord contre la terre du cloître susdit, et avec son côté sud contre la terre des héritiers de Jan DE SCOT de Killeem84, et avec son extrémité ouest contre la terre de la ferme du nouveau cloître (nyewen cloostre) susdit et cela depuis des temps anciens Cet assignement ci-dessus ainsi que 28 mesures, Willem VITSE les a jadis transportés et donnés à perpétuité au cloître susdit, avec une de ses filles, qui y était religieuse et professe.

zz Joris VERTEGHANS via Pietre VANDEN BUSSCHE (on a ajouté à côté : les héritiers de Jan VERTEGANS)

3 schellings 8 deniers par an sur deux [mesures ? quartiers ?] et demi(e) de terre ou à peu près s’étendant au sud avec une queue pointue jusqu’à la route, et au nord contre la terre de Jacob LAMMINS du fait de son épouse, jouxtant avec son côté est la terre de la Table des pauvres de Bierne et la terre de Clays PIEL, et avec son côté ouest la route menant du Halfmylebrigghe (Petit Millebrugge) à l’église

(aaa) Jan STONAERT fils de Jan (on a ajouté au-dessus : Jacob VAN CAPPLLE, Jacques DEN BAVELAERE, et au-dessus encore : J... TENMET par achat de maître ...)  via Jan HARYNC et Jan DE BUC

5 schellings par an sur neuf quartiers de terre s’étendant à l’est et avec le côté nord contre la terre de Franchoys VAN HEYMSDALE, et à l’ouest jusqu’à la route qui va du Halfmylebrigghe (Petit Millebrugge) à l’église, jouxtant avec son côté sud la terre du Jan susdit. (suit le texte suivant biffé : ) et cette terre est depuis des temps anciens appelée tKerckhof85.

Le même Jan (on a ajouté au-dessus : Jan STONAERT modo maître Jacob VAN CAPPLE) via Emondt86 DE BYE

14 deniers par an et cinq demis grands quarreaux d’avoine sur 9 quartiers de terre s’étendant à l’est contre la terre du presbytère de Bierne, et à l’ouest contre la terre du Jan susdit, jouxtant avec son côté sud la terre de la Table des pauvres de Bierne et avec son côté nord la terre des enfants de Marten HERMIJS. Et sur cet assignement la cure de Bierne a droit à 5 schellings 11 deniers.

Texte original :

ss De zelve aeldinghen alsvooren over Thomaes voorseyt ij s. ij d. siaers vp twee ghemeten lands, ghenaempt van ouden tyden den Ossebelc, streckende oost jeghen de voorseyde aeldinghen ende west jeghen tlandt van Franchoys VAN HEYMSDALE, zydende metter zuudzyde jeghen tlandt vanden nyewen clooster ende Jacob DE BAVELARE by coope ende de noortzyde jeghen tlandt van Jacob LAMMINS doude ad causam uxoris. Dit zelve assignement ghelt de kercke voorseyt v s. ende de cupe aldaere xij d. siaers.

tt Franchoys VAN HEYMSDALE (hierboven staat: modo daeldinghen Jan VERTEGANS) over Jan HARYNC (hiernaast staat: modo daeldinghen VERTEGANS) v s. siaers vp twee ghemeten lands, streckende zuudt jeghen sdischlandt van Bieren ende noordt jeghen tlandt der aeldinghen Jans VANDER ZWENE, zydende me(t)ter oostzyde jeghen tlandt der Madaleene ende metter westzyde jeghen tlandt vanden nyewen cloostre.

vv De zelve Franchoys over Jan HARYNC voorseyt iij s. iiij d. siaers vp vyf vierendeel lands, streckende oost ende metter noortzyde jeghen tlandt van Franchoys voorseyt ende west jeghen straetkin commende zuudt vander Halfmijlebrigghe ende ande zuudtzyde es ghelandt Jan STONAERT fs. Jans.

xx Den nyewen cloostre buuten Berghen over Michiel COOPMAN xviij s. siaers vp een oude onbehuusde hofsteide met twee ghemeten lands littel min of meer, streckende oost ende metter noortzyde jeghen tvoornomde cloostre landt ende metter zuudtzyde jeghen tlandt vander aeldinghen van Jan DE SCOT te Killeem ende metten westhent jeghen tsteideland vanden nyewen cloostre voorseyt ende dat van ouden tyden. Dit voorghaende assignement metgaders tot xviij ghemeten heift hiere voortyts Willem VITSE vpghedreghen den voornomden cloostre ende ghegheven ten ewighen daghen, met een van zin dochtren, die aldaere binnen religieuse ende profest was.

zz Joris VERTEGHANS over Pietre VANDEN BUSSCHE (hiernaast staat: daeldinghen Jan VERTEGANS) iij s. viij d. siaers vp ij 1/2 lands of daerontrent, streckende zuudt met eenen scerpen steerte totter strate ende noordt jeghen tlandt van Jacob LAMMINS causa uxoris, zydende metter oostzyde jeghen sdischland van Bieren ende tlandts van Clays PIEL ende metter westzyde jeghen de strate commende vander Halfmylebrigghe naer de kercke.

(aaa) Jan STONAERT fs. Jans (hierboven staat: Jacob VAN CAPPLLE, Jacques DEN BAVELAERE, en daarboven: J... TENMET by coope van mr. ...) over Jan HARYNC ende Jan DE BUC v s. siaers vp neghen vierendeel lands streckende oost ende metter noortzyde jeghen tlandt van Franchoys VAN HEYMSDALE ende west totter strate diere loopt vander Halfmylebrigghe naer de kercke, zydende metter zuudzyde jeghen tlandt Jans voorseyt, (hierna komt volgende doorgehaalde tekst:) ende es dit landt van ouden tyden ghenaempt tKerckhof.

De zelve Jan (hierboven staat: Jan STONAERT modo mr. Jacob VAN CAPPLE) over Emondt DE BYE xiiij d. siaers ende vyf halve groote quartieren eyven, vp ix vierendeel lands, streckende oost jeghen de presbyterie landt van Bieren ende west jeghen Jans voorseyde landt, zydende metter zuudzijde jeghen sdischlandt van Bieren ende metter noortzyde jeghen de kinderen van Marten HERMIJS landt. Ende vp dit assignement heift de cure van de Bieren v s. xj d..


 

Notes

(82) Den Ossebelc signifie la prairie à bœufs clôturée.

(83) De cupe : La chaire ou la municipalité ? Cf. note 79.

(84) Killeem : Il s'agit bien sûr du village de Killem. Se gardant pour une fois de donner une étymologie, Gysseling échappe ainsi à sa manie de recourir aux patronymes. Je ne sais donc pas où Jozef van Overstraeten dans DE NEDERLANDEN IN FRANKRIJK (p. 308) a puisé l'étymologie facile et expéditive qu'il propose : "Chillo, patronyme germanique + heim, évidemment reprise par Denise Poulet dans NOMS DE LIEUX DU NORD-PAS-DE-CALAIS (p. 61 et 186). Une fois de plus, la géographie locale impose une explication évidente : kil (apparenté au mot français d'origine néerlandaise quille) signifie chenal, canal étroit entre des bancs, cours d'eau hors digue. Filant en droite ligne vers les Moëres, et le chenal de marée ou Honte qu'on retrouve dans le nom d'Hondschoote (on retrouve le même élément dans le Hondtgracht alias Houtgracht biernois), la Killembeke, d'abord encaissée puis bordée d'une foule de huttes de chasse au canard, est de toute évidence cette kil ou chenal. Killem pourrait donc se traduire par habitat du chenal. La carte de l'inondation allemande de 1944 donnée en page 4 de la partie de ce site dédiée au village de Bierne en est une bonne illustration.

L'utilisation du mot kil pour désigner le lit d'un cours d'eau est notamment illustrée par la carte de Philippus Cluverius (1611 - Collection du Musée du Valkhof, Nimègue), gâtée bien entendu dans ses localisations géographiques par les mythes néerlandais (voir la partie de ce site consacrée à Albert Delahaye), mais qui constitue un éclatant exemple de l'orientation sur l'ouest (son nord est notre ouest : ainsi l'Oceanus Septentrionalis, situé en haut de la carte, baigne en réalité les côtes ouest plus ou moins parallèles au bord supérieur de la carte). Cette carte porte le titre suivant : Naukeurige aftekeninge van de drie killen des Rhyns ; en der volken de welke eertyds daar aan gewoont hebben, ce qui signifie : Reproduction précise des trois cours (killen) du Rhin et des peuples qui ont jadis habité ses rives.

(85) tKerckhof signifie le cimetière. Cette partie du texte ayant été raturée, il faut croire qu'elle était erronée. Stefaan Riem m'écrit que cette notation l'avait d'emblée étonné, "les gens étant enterrés dans, autour ou tout près de l'église". Il s'agissait évidemment pour eux d'être les plus proches du sanctuaire et d'être les mieux placés possible pour le jour de la résurrection des morts. Inutile de dire que les places à l'intérieur de l'église étaient les plus chères et donc réservées aux riches comme on peut encore en juger dans les églises où les pierres tombales se sont conservées (par exemple à Millam). L'inhumation dans l'église a fini par être interdite pour d'évidentes raisons d'hygiène et ... d'odeur. Les pauvres se vengeaient en parlant de rycken stincker : riche puant !

A noter toutefois qu'il pouvait exister, très loin des villages, des cimetières destinés aux morts de maladies très contagieuses comme la peste : ainsi le pestekerkhof (cimetière de la peste) près du Bois de Saint-Acaire côté Winnezeele qui avait donné son nom à un champ de l'ancienne ferme Verstaen. Dans le cas présent, l'absence de qualification du cimetière semble exclure cette hypothèse.

(86) Emondt serait-il une erreur de transcription pour Edmond ? Stefaan Riem me signale que sa transcription a été vérifiée, relue et corrigée plusieurs fois avant publication dans la revue WESTHOEK. Après tout, cette simplification du prénom est tout à fait dans les habitudes du flamand qui a coutume de simplifier les consonnes doubles et de réduire les prénoms à leur plus simple expression : ainsi Mong pour Raymond, Dré pour André, Ber pour Robert ou Albert, etc. !

images/expose_bot.gif
Vers page précédentef  Vers le haut de la Page  Vers la page suivante