Titre : Mythes & Histoire
 
images/protect.gif
images/menu_top.jpg
images/menu_bot.jpg
images/protect.gif
images/expose_top.gif

Le terrier de Bierne - 1567 - p. 21


 

sss Balthen DRUIJS avec ses consorts (on a ajouté au-dessus : modo maître Jacques DE BLONDE du fait de son épouse, maintenant ... (sic) à cause de MONDINIJ) via Stasaert AMELRYCK

3 livres 6 schellings par an sur trois mesures trois quartiers de terre, et avec une excroissance sur le côté ouest, s’étendant sud et nord, l’extrémité sud jouxtant la terre de Jaspar COENE de Lille144 prise par expropriations légales.

ttt Les héritiers de Philips VAN ZUUTPEENE (on a ajouté au-dessus : modo Ghontier THOORENS) via Jan DE MEIJ

5 schellings 4 deniers par an et un grand quarreau145 d’avoine sur deux mesures de terre s’étendant à l’est le long de la Scoebeike146, et à l’ouest avec son côté sud contre la terre des hoirs susdits, jouxtant avec son côté nord la terre de la chapellenie de Socx, le côté sud touchant par une excroissance la terre des héritiers susdits

L’hôpital des Magdaleenen hors de la ville de Bergues doit à la Table des pauvres de Bierne

2 schellings par an sur une pièce de terre appelée den Langhen Strynck147, s’étendant à l’est contre la terre du même hôpital, l’extrémité ouest longeant une petite route, jouxtant avec son côté sud la terre de l’hôpital susdit et le fief de Romaijn DUERNAGHEL, et avec son côté nord le fief de Pieter VANDER NIEUWE. Et l’assignement susdit doit encore à la Table des pauvres de Bierne une demi-rasière148 d’avoine, à l’église de ce village 2 schellings et au presbytère de Bierne deux spynden et demi149 de blé par an

Pitgham150

vvv Gontier MALEBRANT (on a ajouté au-dessus :  modo Olivier SMEECKAERT par achat) via Michiel VANDEN BUSSCHE

6 schellings par an sur une mesure et un huitième de terre s’étendant sud et nord à l’ouest de la maison (à côté en marge : du susdit SMEKAERT) de Gontier susdit, l’extrémité sud et le côté ouest jouxtant le fief des héritiers de Balthen ROBYN (on a ajouté au-dessus : de maître Jacques DE BLONDE), l’extrémité nord touchant au Loowech.

Crochte151

Dans cette paroisse la Table des pauvres de Bierne a à recevoir chaque année 4 livres parisis par an, assises sur quatre mesures et cinquante verges de terre non fieffée de médiocre qualité152 , et l’ensemble avait été acheté au penninck douze153 en l’an mille cinq-cent, et par la suite transféré par Gillis STONAERT à la Table des pauvres susdite en l’an 1531, transfert que les lettres munies de sceau reposant dans le tiroir de l’église mentionnent tout au long.

Texte original :

sss Balthen DRUIJS met zynen meidepleighers (hierboven staat: modo meester Jacques DE BLONDE causa uxoris, nu ... (sic) MONDINIJ causa) over Stasaert AMELRYCK iij £ vj s. siaers vp drie gemeten ende drie vierendeel landts ende vp de westzyde met een hapkin, streckende zuut ende noort, de zuuthendt ieghen tlandt van Jaspar COENE van Rijsele by naerheyden ghenomen.

ttt Daeldijnghen van Philips VAN ZUUTPEENE (hierboven staat: modo Ghontier THOORENS) over Jan DE MEIJ v s. iiij d. siaers ende een groot qwartier eiven vp twee ghemeten landts, streckende oost ieghens de Scoebeike ende west metter zuutzyde ieghen tlandt van daeldijnghen voorseyt, zydende metter noortzyde ieghen tlandt vander capelrie van Socx, de zuutzyde es happende ieghen tlandt vanden voornomde aeldijnghen.

---

Thospitael der Magdaleenen buuten der steide van Berghen ghelt den disch van Bieren ij s.siaers vp een stick landts, ghenaempt den Langhen Strynck, streckende oost ieghen tzelve hospitaellandt, de westhendt ieghen een straetkin, zydende metter zuutzyde ieghen tvoornomde hospitael landt ende tleen van Romaijn DUERNAGHEL ende de noortzyde ieghen tleen van Pieter VANDER NIEUWE ende tvoornomde assignement ghelt noch den disch van Bieren een halve raziere eyven, de kercke aldaer ij s. ende de presbiterie van Bieren tarwen ij1/2 spynden siaers.

Pitgham

vvv Gontier MALEBRANT (hierboven staat: modo Olivier SMEECKAERT by coope) over Michiel VANDEN BUSSCHE vj s. siaers vp een ghemet ende een achtendeel landts, streckende zuut ende noort, bewesten den huuze (hierna in margine: vanden voornomden SMEKAERT) Gontiers voorseyt, de zuuthendt ende westzyde ieghen tleen der aeldynghen van Balthen ROBYN (hierboven staat: van meester Jacques DE BLONDE), de noorthendt ieghen den Loowech<:span>.

Crochte

---

In deize prochie heeft den disch van Bieren iaerlycx ton(t)fanghen üij £ parisis siaers, ligghende vp vier ghemeten ende vichtich roeden landts guijter erve ende was ghecocht den penninc twaelve int jaer duust vyfhondert ende voorts by Gillis STONAERT den voornomden disch ghetransporteert int jaer xxxj, wannof de bezeighelde brieven rusten in de kercke lade int langhe mentioneerende.


 

Notes

(144) Le texte donne la forme flamande de Lille, Rijsele, toujours prononcée Ryssel en flamand.

(145) Qwartier / quarreau : voir note 69, page 12.

(146) Scoebeike : je ne retrouve ce nom sur aucune carte. La seule becque qui figure sur la carte IGN au 1:25.000 s’appelle la Verkeerde Becque, littéralement la Becque à l’envers, peut-être parce que, située dans un vallon très encaissé, elle coulait jadis à l’envers à marée haute. Si Scoebeike pouvait se lire Coebeke, ce serait vraisemblable. (cf. note 109, page 18). Hélas, comme le fait remarquer mon ami Max Deswarte, on note une Schoebeke à Oxelaere qui a donné son nom à l'hôtel de Cassel. Il existe aussi un Schoubrouck à Noordpeene. Dans De NEDERLANDEN IN FRANKRIJK (VAB, Anvers, 1969), Jozef van Overstraeten, note pour Schoubrouck en 1261 la forme Scodbroec qu'il explique par les mots germaniques skaldu = iris des marais + broka = marais, ce qui me paraît extrêmement vraisemblable.

Stefaan Riem me signale que le mot schoen peut s'appliquer à beaucoup de plantes à fleur en forme de chaussure (schoen). Il attire aussi mon attention sur le verbe schoeien dont mon flamand connaît le dérivé verschoeien : remplacer un bas de porte vermoulu. Le verbe schoeien signifie cuveler, étayer avec des planches ou des fascines. Scoebeike pourrait donc se traduire par becque aux fascines.

Comme la Verkeerde Becque semble exclue, je ne vois comme courant d'eau de quelque importance que celui qui longe la route dite jadis de Saint-Omer qui se détachait à droite de la route Bergues-Cassel pour partir en ligne droite vers l'église de Socx.

(147) Den Langhen Strynck signifie littéralement la longue bande étroite (de terrain). Ce strynck est le même mot que le string qui fait fureur de nos jours.

(148) En bière, une demi-rasière de Bergues fait 72 litres. En grain, à la Révolution, 7 décalitres, 205.

(149) Voir note 114 p. 18, deux spynden et demi font 75 litres. Il semble qu’on emploie des mesures différentes pour les différentes céréales.

(150) Pitgham : lui attribuant comme forme la plus ancienne Tidecham (1115) Gysseling recourt une fois de plus à un patronyme pour expliquer ce toponyme : germanique Theudinga des gens de Theudo + hamma "langue de terre se projetant en terrain d'inondation". Pitgam est effectivement, avec Drincham, et Millam, une des langues de terre s'avançant en terrain de transgression. La grande mare (pit en flamand) trônant au milieu du village serait-elle une meilleure explication du premier élément ?

(151) Fort curieusement, quand le sens d'un toponyme crève les yeux, Gysseling, d'habitude si fécond en explications abracadabrantesques, est muet comme la tombe ! Comme je l’ai déjà dit à la note 48, page 8, Crochte signifie de façon certaine éminence en bordure de mer, parfois champ dans les dunes ou simplement éminence - et non crypte comme l'affirme son maire -. C’est la définition qu’en donne VERDAM, lequel signale la variante croft, ce qui est logique : à l’achter (après, derrière) néerlandais (qui prend déjà la forme after dans certains dialectes) correspond l’after anglais. Eh oui ! la beauté (?) cybernétique Lara Croft porte le même nom. Le mot crochte est toujours en usage dans certains dialectes flamands. Il se rencontre en picard sous la forme Crocq ou Croquet et désigne chaque fois une hauteur. Ainsi la colline du Croquet qui domine de toute sa hauteur Blaringhem. Légère éminence prise entre les parenthèses de deux becques dont l’une est la Craenebecque déjà évoquée et l'autre la Pulfer Becque (le terme pulfer désigne un cintre de charpente et s'inspire peut-être de la forme de ce ruisseau), laquelle se jette dans la première à un petit kilomètre en aval du village, Crochte se trouve en terrain non inondable, même en période de transgression, puisque le village atteint les 10 mètres, au bout de ce j’appelle le Golfe de Bergues. Un ami archéologue, Filip De Spriet, m’a affirmé qu’on y marchait littéralement sur des tegulae (tuiles romaines plates à rebord) et des imbrices (tuiles romaines en demi-cercle qui venaient coiffer les joints des tegulae). La voie romaine Cassel – Mardyck n’est pas loin et il n’est pas exclu qu’à l’époque des transgressions on se soit embarqué à Crochte ou près de Crochte pour voguer par la Gersta vers la mer.

Delahaye pense que Crochte s'appelait Cruptorix dans l'Antiquité (voir sur ce site la Germania de Tacite, page 19, n°139)

(152) Guijter erve : cette traduction m'est suggérée par Stefaan Riem que j'avais consulté à ce propos.

(153) Au penninck douze équivaut à peu près à 8,33%.

images/expose_bot.gif
Vers page précédentef  Vers le haut de la Page  Vers la page suivante