Mon tonton PIERRE



J'ai déjà présenté mon Tonton JOSE, celui qui avait fait chavirer le cœur de la demoiselle DEVESA, Charcutière de son état, mon Tonton PACO, l'artiste de la Barrique chez SENECLAUZE, qui lui avait construit sa PASTERA dans sa Salle à manger , et aujourd'hui, CALENDRIER, oblige c'est au tour de mon Tonton PIERRE
Tonton PIERRE, était le second de la fratrie, son aîné JEAN mort quelque part dans les plaines de l'ARGONNE, je ne l'ai jamais connu , et ne sais même pas, ou il repose

. Au lendemain de la guerre, alors qu'il avait été initié au métier de maçon, comment pouvait il en être autrement, son père l'était après avoir été tailleur de pierres à CORBARA, c'est en CORSE, que ses frères eux aussi deviendraient maçons, il avait donc été admis dans notre indispensable et sympathique administration des PTT, Place de la BASTILLE, mais il n'entrait que par derrière puisqu'il exerçait le métier de facteur .

. Chance ou pas tonton PIERRE, par beau, ou mauvais temps, sa Boite à courrier sur le ventre et le sac contenant la réserve, il n'y avait pas encore les Boîtes Relais , slalomait Bd SEGUIN le veinard, il avait hérité du quartier Smart, des commerçants de renom, MONTESINOS, Bijouterie, Joaillerie, TAOUREL, les Arts de la maison, BAILLY, le must de la chaussure les DAMES de France, tout le monde connaît, le GBM, qui n'à jamais acheté une veste, avant de prendre la dernière… ! et même les Kiosques des parcs à huîtres, ONTENIENTE, et SAUVEUR , puis d'autres à j'allais oublier le MARTINEZ ….etc
Tonton PIERRE, était aussi un payeur de l'administration, car il avait aussi une Sacoche en cuir, renforcée de cuivre, et il réglait les mandats, adressés par des tiers à des parents ou commerçants

.. La fameuse Boite à courrier, était uniformément noire, elle était constituée d'une armature en bois recouverte de cuir, cloisonnée, ce qui permettait à tonton PIERRE, de classer son courrier
Les tournées s'étalaient sur l'ensemble de la journée, et je crois qu'il revenait au Centre de Tri pour poursuivre sa distribution .
Mon tonton habitait,- du reste il à toujours habité la,- c'était une ruelle juste à gauche de l'Eglise St LOUIS, on ne pouvait pas l'éviter lorsque l'on allait voir la Vierge bien aimée. Il élevait avec son seul traitement six enfants, mes cousins donc

. PIERRE, avait une passion, commune dans ce quartier, dit de la Marine, c'était la pêche, mais avec un bateau, et luxe suprême, posséder son propre Palangrier ça classait son homme, et cela faisait des envieux,… !
Mon tonton facteur avait son palangrier dans le vieux port, quelque part face à la pêcherie, au ROWING, peut être, je ne sais pas, mais ce qui est sur c'est qu'il fallait déjà payer son anneau sa cotisation, entretenir le bateau, par un grattage annuel, peinture of course, roder les soupapes, du GOYOT, à moins que ce ne soit un COUACH .et à chaque sortie aussi fréquente que possible l'essence, le casse croûte devait être sans doute apporté par des invités, car en l'occurrence il y avait toujours pléthore d'amis dans ces cas la .

. PIERRE, plutôt petit, était animé d'une grande énergie, et debout tenant la barre il cinglait sur les Seccas ( Coins secrets considérés poissonneux ) .il ramenait toujours quelque chose, mais surtout des BEZOUGUES au museau pointu contrairement aux PAGEOTS même variété mais au museau camus? il lui est même arrivé de remonter des Langoustes .
Lorsque la pêche était abondante, et alors que déjà son frère, mon père, était gravement malade, PIERRE apportait ou faisait livrer quelques belles pièces toujours bien accueillies

. Mon oncle m'avait on dit faisait aussi quelquefois de petits travaux de maçonnerie, il n'avait pas perdu la main, et cela s'avérait utile pour son train de vie …. ! entretenir une grande famille, sans sécu, sans alloc..un bateau, et il n'y avait même pas le LOTO, ou le TIERCE .
Vous l'aurez deviné tonton PIERRE, attendait avec impatience la sacro sainte distribution des Calendriers de fin d'année, et la, il était verni, que du beau monde, à solliciter .
C'est à RENNES, même pas au bord de la mer, que repose depuis maintenant une quarantaine d'année ce brave homme, je crois qu'il ne déméritait pas , et que l'on à toujours fait bon accueil à ses Calendriers .

. Les années vécues par mon facteur d'oncle n'avaient rien de commun avec celles que nous connaissons aujourd'hui, un Calendrier vendu, c'était s'assurer un < CHOUYA > de revenus peut être un tout petit petit treizième mois , prolonger l'immense joie de posséder son bateau .
Auriez vous acheté le Calendrier de mon tonton . ?

Roger .