ZORRO au Bd des Chasseurs




J'ai visionné la nuit dernière dans mes rèveries une tranche de vie du Célébrissime Bd des CHASSEURS, et comme je suis partageur de nature j'ai envie de vous en faire profiter .

D'abord cela se passait en 40 au moment précisément ou nous prenions une sacrée culottée dans l'EST le NORD de notre chère Patrie .
Les CINEMAS eux, apres les actuatités de la FOX MOVIETONE ou l'on voyait de superbes jambes féminines défier le ciel dans des mouvements de FRENCH CANCAN - et le non moins célèbre COQ de PATHE GAUMONT, il y avait le tant attendu ZORRO .
ZORRO se déclinait en deux épisodes le premier portait le titre de ZORRO l'homme au FOUET le deuxième c'était le retour de ZORRO .
L'histoire vieille comme le monde c'était bien sur ZORRO et son fidèle INDIEN du Nom de TANTO s'il s'était écrit TONTO cela aurait voulu dire l'IDIOT, bon passons, le méchant lui s'appelait EL LOBO, le Loup ....! il y avait fatalement des COLTS, des WINCHESTERS, et surtout le FOUET

Le FOUET que nous examinions avec beaucoup d'attention était une tresse de cuir qui allait en s'amincissant vers l'extrémité .et comme nous n'avions pas de cuir nous en tressions avec de la ficelle prélevée sur les gros sacs de jute du Père Mathieu, oui notre épicier .
ZORRO signait ses exploits d'un seul coup de fouet en marquant sur la poitrine du méchant son Z légendaire jamais d'épée même mouchetée .nous n'avons jamais hélas été capables d'en faire autant , d'abord parceque c'est impossible et ensuite le Chat de Mme GUTTIEREZ ne se serait pas laissé faire .
Le FOUET pour nous alors servait surtout à nous balancer aux branches des FICUS du Bd et le plus apprécié était celui qui faisait angle avec le futur Bd FRONT de MER car plus touffu, il nous permettait d'avoir les sensations que ressentait ZORRO en grimpant sur les toits des HACIENDAS, et nous les émules de ZORRO nous nous prenions aussi pour TARZAN, mais le vrai celui de Johnny WESSMULER .

Le fouet parfois s'emmellait à quelques balcons, et la ça devenait plus compliqué, car il y avait le choix, celui de perdre son extrémité ou celui d'aller demander à la Madame locataire de le dénouer .
La madame n'était pas toujours coopérative, et non seulement nous ne pouvions récupérer le Fouet en tout ou partie, mais il nous était tout simplement confisqué . AAARRRFFF .
La vengeance ne tardait pas à s'accomplir, comme nos jeux se déroulaient surtout en fin de printemps voire d'été, nous allions à la chasse aux GRILLONS, oui un insecte sauteur de l'ordre des OPTOPTERES . noir et aux vocalises stridentes .
Le Ravin de la MINA, était un vrai Paradis pour ces bruyants cafards c'est ainsi que nous les appelions..... nous avions vite fait d'en ramasser quelques uns que nous mettions dans des boîtes d'allumettes le JOCKEY de la C° CAUSSEMILE à ALGER .
Les boîtes d'allumettes ouvertes étaient balançées par la première ouverture propice à la dispersion de nos grillons, il y avait toujours un vasistas, une fenêtre, une cheminée, et HOP nous prenions nos distances avec notre victime celle qui avait confisqué le beau fouet et .assurée pour quelques jours d'un CONCERT inattendu .
Nous appelions ça la REVANCHE de ZORRO .

Ironie du sort j'ai connu, et fréquenté apres le 8 Novembre 42 vers 43 le Célèbre ZORRO, il était Capitaine dans l'armée US, et avait son Bureau Avenue LOUBET à l'emplacement des Machines à écrire de Mr SHUMACHER, ( pas le Pilote automobile ce dernier n'était même pas programmé )
. ZORRO s'occupait à la C.I.D - ( CRIMINAL INVESTGATION DEPARTMENTAL ) de la coordination avec l'administration judiciaire FRANCAISE des délits provoqués par les G.I,et comme j'étais alors le remplaçant d'un Secrétaire de PARQUET du Tribunal Correctionnel d'ORAN quelque part du côté de CASSINO, j'avais donc un contact quasi permanent avec lui .
Lorsque ZORRO arrivait avec sa JEEP il était entouré d'une véritable horde de FANS comme on dit aujourd'hui, en fait ZORRO de son Nom de Scène s'appelait John CAROL, et c'était un LATINO comme à ARDAILLON je n'avais pas bien appris mes Leçons d'ANGLAIS, c'est le plus simplement du monde que je conversais avec lui en devinez ........ESPINGOUIN . oui notre ESPAGNOL LOCAL .
ZORRO riait aux éclats à l'évocation de notre VENGEANCE, et regrettait ne jamais avoir songé à charger son COLT de quelques GRILLONS, CALIFORNIENS .

Quand vous rencontrerez M° GRILLON ayez une pensée pour ceux qui se sont sacrifiés B des CHASSEURS à ORAN .
Une précision toutefois pour le cas ou vous voudriez reprendre la formule, les GRILLONS s'entretuent, et se mutilent quand ils sont enfermés dans une espace réduit,alors prévoyez LARGE

Roger .


Retour au menu des récits de Roger