Les Avions de Roger
Emule de Dassault ?



Cela se passait autour des années 37 38 39 et peut être 40 aux FALAISES ne cherchez pas c'était la préfiguration du Bd FRONT de MER imaginé par la MAIRIE dirigée par L'ABBE LAMBERT et la réalisation entreprise et menée à bien par Le Maire d'après guerre Mr FOUQUE DU PARC .

Les FALAISES étaient bordées d'un MURET épais constitué de Moellons, un peu en contre bas il y avait un chemin que nous empruntions au risque de nous rompre les os route du Port: c'était un jeu qui avait pour but de mesurer notre audace, et il fallait courir aussi vite que possible pour prouver sa bravoure .
Le Décor étant planté, il faut savoir pour ceux qui l'auraient oublié que nos FALAISES étaient orientées NORD - OUEST, et que la brise ou le vent qui nous parvenait avait au préalable caressé au passage TANGER, GIBRALTAR, et l'ANDALOUSIE d'ou nous étions pour beaucoup d'entre nous originaires, sinon même originaux ....!

Nos AVIONS,
Tout le monde au quatre coins de la PLANETE connaît et sait faire des AVIONS en PAPEL ( c'est en IBERE ) mais moi j'avais imaginé quelque chose de différent, plus solide, plus mieux que mieux quoi .

Les INGREDIENTS:
D'abord nous collectionnions les Boîtes de LAIT en poudre GUIGOZ mais il y avait aussi le CACAO en poudre ESCLA celà faisait parfaitement l'affaire .des FEUILLES de couvertures de cahier BRISTOL de préférence, et des TROMBONNES ( Pas à coulisses ) non de simples TROMBONNES subtilisés à Mme DUCOINDROIT secrétaire J'sais plus ou .
Les OUTILS: les CISEAUX de tailleur de préférence, un MARTEAU et un CLOU .et basta .

La CONSTRUCTION.
Après avoir ouvert la BOITE en ALU IMPERATIVEMENT dans le sens de la hauteur il fallait l'aplanir, découper des Bandes de 3 Cm environ, et de plier ces dernières, toujours dans le sens de la longueur, ce qui donnait des Lés de 20 ou 25 Cm . à l'intérieur de cette gouttière il me fallait introduire un rectangle de BRISTOL au Milieu ( pour les ailes ) et 3 Petits BRISTOL pour la dérive et le Stabilisateur .
Pour éviter une désintégration de l'ensemble je pointais le tout avec quelques coups de MARTEAUX Légers et un CLOU .il suffisait ensuite de développer les AILES, le STABILO, et la DERIVE elle se dressait toute seule .
Au gré de mon imagination, les AILES avant développement étaient taillées en forme ELYPTIQUE AILES de FAUCON, de MOUETTES etc ...pas de MOINEAUX; ils volent mal .bouffent de la M...et le crient sur tous les toits .

Le REGLAGE
Etape importante , nécessitait Lester l'avant de l'AERONEF, et c'est Là que venait se placer le ou les TROMBONNES .qui coulissaient pour trouver le POINT d'EQUILIBRE .
La MISE au point le Terrain vague face au 25 du Bd des CHASSEURS, mais ça vous le savez déjà mais pour ceusses.....qui l'auraient oublié . du reste c'est la que fut construit l'immeuble qui abritait au 1° Etage la Clinique FIESCHI .
L'AVION devait donc à partir d'un lâcher et d'une Légère POUSSETTE aller aussi loin que possible sans Piquer du Nez, sans se Cabrer etc .....

Les EVOLUTIONS
J'attendais donc avec mes petits camarades que j'avais initiés , une journée favorable, pas trop de ZEF d'abord, la Bonne direction OUEST - NORD - OUEST de préférence et les séances commençaient car nous en fabriquions plusieurs, et pour cause, ILS ETAIENT PERDUS . alors pour les voir SPIRALER la dérive était légèrement pliée ainsi que les AILERONS gauchis comme on dit ... en aviation.
Nos petits avions avaient TROIS SOLUTIONS, la Première il filaient droit vers le PORT pour aller se perdre sur les énormes CITERNES d'ESSENCE etc .La DEUXIEME ils revenaient ILLICO au Point de départ, et enfin la TROISIEME le REVE,.SPIRALER dans une ascendance monter très haut et disparaître vers SAINT PIERRE, ou ailleurs, et la nous courions comme des dingues à suivre nos petits ZINCS jusqu'à les perdre, mais c'était tellement BEAU .que cela en valait la peine .
Quelquefois il nous arrivait d'aller trouver la concierge d'un immeuble pour nous autoriser à monter sur la terrasse pour récupérer l'un d'eux, mais c'était rare le NIET pardon FUERA NINO était intimé avec autorité .et nous ne demandions pas notre reste .
Avec la fine fleur du quartier nous étions souvent l'attraction des promeneurs, et comme nous aimions aussi les compliments ( ça n'à pas changé ) nous rivalisions d'astuces, en décorant nos BEBETES . et même en les dotant de roues sous formes de rondelles de BOUCHONS de LIEGE

Comme nous n'étions pas riches entre CARICOS, FOUETS de ZORRO, BILOCHAS, AVIONS nous prenions notre PIED......avant de recevoir ou vous savez celui que vous connaissez .

A plus si je ne vous ai pas trop ennuyés .
Roger .


Retour au menu des récits de Roger