Le BOU YOU YOU

Oui, comme je l'ai dit, c'est en évoquant mon prof d'allemand M. NOUVEN que me revient le souvenir du "Bou you you" d'Hammam Bou Hadjar. Je l'ai vu ce petit train au hasard de nos promenades en famille quelque part du côté de Tafaraoui. Mais je ne m'étais jamais assis dans l'un de ses wagons typiques. Ce que j'en connaissais venait essentiellement des commentaires de M. Nouven prenant à parti l'un ou l'autre de ses élèves empruntant régulièrement cette liaison pour se moquer de ce petit train.
"Il va tellement vite quel'on peut descendre en marche du premier wagon, faire son petit besoin en pleine nature sans se presser et remonter dans la voiture de queue...!"
Alors, ce train que je n'avais jamais utilisé a laissé une empreinte indélébile dans ma mémoire d'enfant et j'ai cherché pendant longtemps à en retrouver la trace sans aucun succès jusqu'à ce que....
C'est une rencontre sur un site Pied Noir qui m'a mis en contact avec un natif d'Hammam Bou Hadjar. Ma question fut immédiate et la réponse ne fut pas moins rapide. Si mon interlocuteur n'a pas connu personnellement ce fameux petit train, car il est né l'année de sa disparition, son papa a écrit un livre sur Hammam Bou Hadjar où il évoque largement ce moyen de transport entre son village et Oran. C'est bien volontiers que je lui cède la parole.




Extrait du livre "Hammam-Bou-Hadjar" de Georges-Emile PAUL, grâce à l'amabilité de son fils Bernard:



Cette photo, malheureusement pas d'une excellente qualité nous donne une idée de la personnalité de notre héros.

Comme beaucoup de nos concitoyens, nous avons eu, nous aussi, l'occasion de voyager, de Hammam-Bou-Hadjar à Oran et vice-versa, à bord de cet étonnant et si populaire "tramway à vapeur" qui quittait le village aux aurores et nous abandonnait, déjà fatigué, quatre heures plus tard en pleine ville, au bout d'un voyage poussif et animé!

Dans les premières années de la ligne, la voie, au village, arrivait tout près de l'église, et le train venait à reculons chercher sa clientèle éparpillée sur les places, face à l'hôtel AMIC.

C'est à cette époque, d'ailleurs, que de joyeux lurons, un jour, se servirent du train pour une farce mémorable: Il y avait alors la fête annuelle et les baraques foraines étaient dressées en bordure de là voie, le bou-you-you les frôlait donc pour venir, comme chaque jour, prendre son chargement de gens et de couffins. Le wagon de queue stoppé presqu'à l'appui d'une baraque de vaisselle, nos farceurs arrimèrent bien l'une à l'autre et... le train s'ébranla ! Fort doucement, comme toujours, mais avec assez de bonne volonté pour faire s'écrouler la baraque, dans un colossal fracas d'assiettes et de soupières! Et comme le forain dormait à l'intérieur, il y eut, dit-on, autant de jurons qu'il y avait de dégâts.

Ah, quelle vie originale que celle de notre bou-you-you!


C'était bien, soulignons-le, un train peu ordinaire, moitié bus, moitié tramway, mais qui ne s'en laissait pas conter, et vous crachait, rageur, une envolée d'escarbilles charbonneuses à vous noircir un ivoirien lorsque le mécano lui chatouillait la vapeur.

Lorsqu'il s'ébranlait, de sa petite gare-refuge, pour une marche arrière de 500 mètres qui amenait la locomotive devant chez Médéric, il chuintait déjà comme un phoque de cent ans. Son coup de sifflet était alors si faible qu'il n'éveillait même pas les clients de l'hôtel. Mais il sortait de sa cheminée une encre en lourdes volutes, comme menaçante, et qui semblait dire: - ça commence à bouillir, et vous allez bien voir!

Les passagers accédaient à l'intérieur des wagons par des marche-pieds si peu accessibles qu'il fallait parfois s'entraider pour les escalader ; et les banquettes étaient si peu confortables qu'il fallait, comme on disait là-bas, avoir le cul tanné pour en user tout le voyage!

Mais quand venait enfin l'ébranlement du convoi, il se lisait partout un petit air de satisfaction: nous voilà partis!

Quelques petits tcheu-tcheu rétifs, puis enfin plus gaillards, qui vous éparpillaient tout aussi bien quelques couffins dans les jambes. C'est que l'hétéroclite voisinait avec le bruyant, car notre bou-you-you ne donnait pas dans l'apartheid, et si sa cargaison humaine comptait moins de chapeaux mous que de turbans, elle se logeait à la même enseigne!

Le premier arrêt se faisait déjà à la gare où attendaient quelques voyageurs, et le train repartait vers Ain-El-Arba avec, ici et là, ces haltes surprises en rase campagne, lorsque le mécanicien apercevait les signaux frénétiques d'un arabe. C'était quelquefois pour monter seulement la fatma, qui, un enfant sur le dos et l'autre au bras, n'était encore qu'à mi-parcours...

Un train, et presque une bonne œuvre !


Les voyageurs s'accommodaient de ces inconvénients et de ces fantaisies. Grâce aux passerelles qui les joignaient, on allait d'un wagon à l'autre, en se protégeant au mieux de ces escarbilles de charbon qui restaient le fléau n°l, et vous encrassaient pour la journée.

Après Saint-Maur et le croisement, où notre bou-you-you laissait monter son jumeau vers Bou-Hadjar le paysage perdait peu à peu de sa platitude. La locomotive exhalait alors de douloureux chuintements, se lançant par à-coups à l'assaut des collines, autant d'Anapurna qu'elle s'efforçait d'escalader avec soumission et héroïsme!

Ah, la bonne, et vieille, et rude machine! Un coup de cul, et, chaque fois, un moins dans le souffle, un long tremblement qui donnait le frisson à tout l'équipage et réduisait l'allure au pas. Mais un jet de vapeur et la belle repartait, comme si son chauffeur l'avait flattée à l'encolure. Parfois, c'était l'arrêt pour de bon, le temps de raviver le foyer. Une partie des voyageurs descendaient se dégourdir les jambes, et si quelques messieurs s'attardaient dans leur petit besoin, ils reprenaient le train en marche, sans courir pour le rattraper.

Quelle aimable monture, docile et flegmatique!...


Franchis ces caps difficiles, le convoi reprenait de la vitesse, assez parfois pour bousculer une vache au passage, se donner une allure d'express du PLM, et lâcher quelques coups de sifflets en bordées afin de bien signaler sa venue et son allure...

Après Arbal, puis Tafaraoui, on le sentait trépignant, pas encore impatient, mais décidé a avaler son parcours et a aller frétiller du wagon au boulevard Magenta. Arrivé là, ayant consciencieusement rempli sa mission et lâché en ville sa cargaison d'ingrats, cette société de bipèdes rouspéteurs et pressés, il accédait enfin, pour quelques heures au moins, à l'indolence et au rêve! ...

Brave et courageux petit train, intrépide bou-you-you!


Il a su, lui, disparaître en beauté, couvert d'hommages et de compliments, sans qu'on ait bien perçu que vieilli, malade, usé, il avait depuis longtemps dépassé l'âge légal de la retraite!

Finalement, ce n'est pas lui qui a disparu!

Non, c'est nous qui, un à un, l'avons quitté, lui laissant moins de recettes que le prix de son charbon, jusqu'à lui préférer ces autocars sournois et caoutchoutés, sans âme ni pudeur, et qui, dans les virages, montrent leur gros derrière comme des nanas qui ne font plus fortune!

Foin de regrets!


Il a eu sa belle mort, notre bou-you-you, à la fonderie plutôt que léché sournoisement par la rouille. On l'a brûlé, comme on a brûlé Jéhanne, ailleurs, pour en faire une sainte! Il a seulement déploré de fondre comme un sucre, et d'en être amer jusqu'au bout de ses bielles!...

(extrait du livre "Hammam-Bou-Hadjar" de Georges-Emile PAUL)


Encore merci à Bernard PAUL pour nous avoir fait profiter de ce texte magnifique.
Adresse d'email : bpaul@mailclub.net




A Oran, la "gare" de départ du Bouyouyou se situait boulevard de Mascara, c'est à dire en pleine ville, et le dimanche il amenait au cinéma les "provinciaux". La ligne fut définitivement fermée en 1949.


Collection de cartes postales de Roger SIMON
Dans l'ouvrage de Jacques Gandini (Oran de ma jeunesse) on trouve une photo du dernier voyage du Bouyouyou, probablement extraite de l'écho d'Oran et d'une qualité médiocre, que je me permet de reproduire néanmoins pour sa valeur documentaire.



Note additionnelle reçue de Eric Strullu le 6/02/2000:

A propos du Bou-you-you, lorsque j'étais à Oran, on m'avait dit que le nom venait du fait que ce train, qui voyageait au pas, s'arrêtait facilement pour prendre des mauresques et leurs coufins le long des voies. Pour signaler leur désir de monter, elles émettaient, lorsqu'elles le voyaient arriver, leurs traditionnels "You-You" qu'elles auraient fait précéder de "Bou" dont la signification m'est inconnue.

Message à
Bernard PAUL
Retour haut de page


Une autre façon de parler du Bou You You: celle de Antoine Carillo.

Lorsqu'on évoque les souvenirs d'Oran, chacun ressent son propre quartier à sa manière nimbé de poésie ou d'amertume mais lorque vous prononcez le nom de Bou-You-You, c'est un sourire ému qui naît sur toutes les lèvres. Le petit train qui joignait la ville à Hammam-bou--Hadjar occupe l'imaginaire des Oranais

Antérieurement à 1960 existait en Oranie, une petit train départemental qui reliait le centre viticole d'Hammam-Bou-Hadjar à la ville d'Oran distante de 70 kms.
Mais il fallait à ce tortillard plus de trois heures pour accomplir son périple. A l'arrivée au coeur d'Oran, vers le Bd Mascara, c'était l'euphorie pour les Oranais qui saluaient, applaudissaient et riaient en même temps, ils appelaient ce train le Bou-You-You. Probablement, cette onomatopée désignait le bouillonnement et le jet de vapeur en même temps que le pénible effort de la locomotive.
Tel qu'il était cependant, les Oranais affectionnaient ce floklorique omnibus. Vers seize heures, il entamait le voyage de retour, remontait le Bd Mascara en soufflant avec peine mais encouragé par les adolescents en délire.
En octobre 1926, même Albert Camus, nouvellement venu d'Alger et élève de l'Ecole Pasteur, partait en courant vers le Bd Mascara tout proche, pour saluer et applaudir le Bou-You-You et applaudir le bouillouillou, en riant aux larmes.
Le train était pris d'assaut tandis qu'un grand nombre de citadins restaient autour conversant avec les voyageurs. On entendait les mille recommandations dans les langues Française, arabe, espagnole. Il y avait des wagons de voyageurs, de marchandises. certains habitués préféraient les wagons avec les portes latérales pour s'étendre et s'assoir sur le plancher pour entamer une partie de cartes.

A Hammam Bou Hadjar, le départ était toujours pénible et la population pouvait continuer à converser avec les voyageurs en marchant à côté du train.
C'était ensuite le train un peu plus rapide à partir d'Aïn-el-Arba. A droite et a gauche c'étaient des vignes bien alignées et des terres sarclées. Le vignoble d'Hammam-Bouadjar était si savamment mis en valeur qu'il produisait, chaque année, plus de cinq cent mille quintaux de vendanges.
Ensuite, dans un changement de décor. A droite et à gauche du train on voyait des céréales. La plaine du Bled-Kerkour formait une cuvette dont le fond était rempli par la Sekha d'Oran. Cette grande plaine était agréablement plantée de céréales. A ce sujet, je me surpris à penser à Dupré de Saint-Maur qui au siècle dernier, voulait faire de ce coin d'Oranie une nouvelle Beauce. Il réussit à produire du blé dur et du blé tendre dit de force qui sont deux excellentes céréales semoulières.
Le voyage continuait avec le passage à Tafaraoui et Arbal, Valmy, La Sénia.

A la suppression de la ligne les Oranais furent très affectés et la ville d'Hammam-bou- Hadjar y perdit son âme. Brave et courageurs petit train, l'intrépide Bou-You-You! Il a su, lui, disparaître en beauté, couvert d'hommages et de compliments, sans qu'on ai bien perçu que vieilli, malade, usé, il avait depuis longtemps dépassé l'âge légal de la retraite.

Le tramway à vapeur sur la route d'Oran à Hammam-bou-Hadjar avait vu le jour au début du siècle. avec fleurs et discours et redingote, pour rejoindre la station thermale de là-bas.
Les débuts furent magnifiques. On rangeait les carrioles le long des fossés pour voir passer ce concurrent redoutable. Dans la campagne c'était la panique à son passage et le cheminot lançait des regards d'envie à ses occupants paresseusement installés sur les banquettes des wagons.
On raconte que le petit train manqua quelquefois des virages, et qu'un vache un jour le fit dérailler; qu'on pouvait descendre en marche pour ramasser des escargots et regagner sa place. La période faste dura jusqu'en 1930 et le 8 juin 1937 le conseil général décida de la suppression du tramway en raison du déficit croissant de la compagnie. ** Les ménagères n'iront plus se ravitaller en poulets et oeufs à son arrivée et les tramways oranais perdent en lui le seul compagnon avec qui ils pouvaient rivaliser.

**j'ignore l'origine des dates citées. Toujours est -il que la ligne du Bou you you fut définitivement fermée en 1949 !




Retour haut de page

L'un des derniers voyages du Bouyouyou