Ste Clotilde



Autrefois





Par la route de la corniche on arrivait d'abord aux "Bains de la Reine" dénommés ainsi par la Reine Jeanne "la folle", fille d'Isabelle "la catholique" et mère de Charles V qui était y soigner sa maladie de peau avec les eaux thermales qui coulaient à 55°C. Avant la conquête espagnole, les indigènes appelaient ces bains "Hamam Sidi Deleion". Dans la première moitié du siècle, bon nombre d'oranais y venaient régulièrement soigner leurs rhumatismes.

Une centaine de mètres plus loin en direction de Mers El Kébir on atteignait la "Grotte de l'Aïdour" dont nous reparlerons, grotte qui était visitable. Elle fut découverte le 5 décembre 1911 par des ouvriers exploitant une carrière, à la suite d'un coup de mine.

C'est en parcourant encore une centaine de mètres que l'on parvient au chemin qui monte vers le village de Ste Clotilde.
Ce village sans prétention, mais charmant fut le lieu de résidence de nombreux oranais dont certains sont très connus comme les docteurs Willhem et Couniot, Baldons l'orthopédiste du Bd Galieni, le colonel François, les Petit, Mendez, Mas, Vaillon, Castagno, Carcassonne, Gilotte , et combien d'autres....

cliquer pour agrandir


Maryse Saurel a un souvenir ému pour Me Pascaly l'institutrice qui s'occupait seule de 5 niveaux de classes dont l'enseignement était régulièrement couronné par l'obtention du Certificat d'Etudes. (Sans critiquer l'enseignement primaire actuel, il faut reconnaître le mérite des anciens !) Elle habitait au dessus de l'école et ne rechignait jamais à aider des enfants, même en été: un vrai sacerdoce !
Le cèlèbre maire d'Oran, M Fouques Duparc est également devenu résidant de Ste Clotilde dans la propriété du colonel François.
A l'origine la route de la corniche longeait vraiment la mer.Ce n'est qu'en 1934 qu'elle fut élargie pour permetre l'installation de nouveaux rails de tramway ce qui exigea parfois la création d'imposants murs de soutènement, pour éviter les glissements de terrain des propriétés situées de l'autre côté.
Et plus tard on creusa le tunnel ce qui fit disparaître à la fois les bains de la reine et la grotte de l'Aïdour. On aménagea le port et la base navale: adieu les cabanons et la plage !


retour page1 vers page 3