Ah le petit vin blanc .

 

 

 

 

La guerre était terminée depuis 2/3 ans, les Cars de la SOTAC étaient toujours des SAURER, des LATIL, des BERLIET bien sur, ils ne carburaient plus au GAZ au BOIS, ne toussaient plus, et montaient le CARACOL aussi vaillamment qu’ils le pouvaient , ça suffisait pour notre plaisir .

 

Nous étions aussi des ZAZOUS attardés, et pour cause nous n’avions pas TF1 ni Antenne 2 ni…etc pour nous informer que Juliette, celle qui s’était fait refaire la première son appendice nasal c’était fini, ou presque .

 

Ca y était l’horizon  était à portée de mano .

 

ALGER, s’était vidé du Gouvernement provisoire de la République,  et avait regagné ses appartements PARISIENS d’où nous viendrait la lumière .

 

Depuis RADIO ALGER, ou RADIO FRANCE , mes souvenirs se perdent ;mais RENE lui, doit savoir: un certain Jack comme un  ….. de nos ministres pardon Ex, très photogénique ,  Jack REDSON pour ne pas le nommer, assisté de Simone GARNIER, mais sans garantie pour cette dernière, animaient une Emission Publique de variétés .

 

Place des VICTOIRES à ORAN, la décentralisation avant l’heure, toujours Up To Date ces PN, le duo déjà cité avec Orchestre musette, une SONO d’enfer nous débitaient les TUBS du moment, et invariablement ça se terminait par Ah le petit vin blanc .

 

Pour être sincère, tout le monde, du plus petit au plus grand, entonnait le Petit vin blanc, mais intérieurement et même extérieurement nous préférions une bonne   PHENIX, mais d’autres penchaient pour une GALIANA .

 

La Place des VICTOIRES, probablement celles acquises jadis, s’avérait bien trop petite, et la foule débordait sur la Rue MIRAUCHAUX, ARAGO, Avenue LOUBET, et la Callé ANCHA, ou rue d’ARZEW .

 

L’après midi Jack REDSON et Simone GARNIER se retrouvaient aux FOLIES BERGERES, pas celles de  PARIS, sans prétention …mais celles de la rue de LOURMEL, du reste il y avait la Célèbre Pâtisserie BANOS, le Parfumeur NIETTO, vente en gros seulement, le Réparateur de Machina à Ecrire, Mr BONJOUR et même 4 Troquets à Kémia, pardon outrage, 4 Brasseries .

 

En ce temps la, faute de WEB, il était impossible de se procurer des places sans une attente interminable, discussions, BROMAS, et autres .

 

Un complice en place et surtout  fidèle Amigo pouvait me procurer 2 entrées et pas trois, et l’imagination aidant, il me suffisait de repérer dans la longue queue qui attendait un hypothétique SESAME une CHICA seule bien sur, pas trop moche de préférence, mais comme elles étaient toutes belles , offrir la seconde

Place en prétextant un vague désistement, et le coup était dans le sac .

 

Aux FOLIES BERGERES, ORANAISES, j’insiste … ! les Orchestres se succédaient, mais le Clou du moment était d’imiter aussi bien que possible Ray VENTURA et ses collégiens , qui lui-même s’inspirait de l’incomparable Xavier KUGAT, et son éternel CHIWAWA .

 

Pour ceux que cela pourrait intéresser mais seulement pour eux, tenter de visionner dans une Cinémapastèque quelconque le Bal des Sirènes avec Esther WILLIAMS, la naïade de service, et ouvrir ses esgourdes avec le Solo de trompette d’Harry JAMES, et si le Solo du Bourdon KORSAKOV ne vous à pas donné la chair de poule je …. !

 

Bon ceci pour vous dire que nous n’étions pas encore au ROCK, pur et Duro comme me le rappelle le jeune RENE , Pfff. et encore moins au RAI, voui, voui il paraît , mais silencio que c’est ORANAIS, et pas davantage au RAP, j’sais pas d’où il vient  celui la  .

 

Ne voulant pas M…. idiot je me suis essayé au RAP, mais en vain mon Généraliste m’à interdit d’en refaire, quant à ma RHUMATO, Ouai, c’est une Fille, elle s’est employée à me remettre l’épaule en place, à soulager mes entorses du genou , et autres bagatelles .

 

Le truc d’alors pour séduire, et plus si possible c’était d’offrir un 78 Tours de chez PATHE, de TINO, MARINELLA était très prisé mais il fallait s’assurer que la belle personne soit équipée du phonographe portable de préférence pour

Les Pic NIQUE des PLANTEURS, qu’elle possède aussi une boîte d’aiguilles

 

Si, et ça arrivait , la personne suspicieuse, déclinait le cadeau, il ne restait plus alors qu’à  se rendre, à l’EDEN CHANSONS,  et à partir des JUK BOX, est ce que c’est comme ça que l’on dit , lui faire écouter toujours du TINO, mais elle

pouvait aussi préférer RINA KETTY . ou Carlos GARDEL, celui la avait la cote, le diable .

 

Le sympathique Mr CANDELA propriétaire des lieux prévenait s’il en était besoin qu’il fallait glisser une pièce ronde et trouée de … ? j’sais plus , de tourner la manivelle, de ne pas plier les tuyaux Caoutchouc, de voir si les écouteurs en bakélite n’étaient pas bouchés etc  .

 

Ouille que ça fait loin tout ca, mais peut être que ça n’à jamais existé, un rêve un ensüno .Hijo .

 

Roger .