Théorie de l'évolution (N°2)

Attention !
Le texte qui va suivre peu vous choquer; âmes sensibles s'abstenir...

Sur la terre était un arbre, et dans celui-ci une chenille et une araignée, dans l'azur s'égaillait une myriade d'insectes aux ailes vibrantes et translucides.
L'arachnide se plaignait à sa compagne rampante :
" En vérité nous voilà bien mal servies, à nous deux, les dieux ont accordé le don discutable de filer une laine gluante et nous voilà narguées par la troupe des élus héritiers sans mérite de la maîtrise du ciel." L'autre tempéra : " Allons, allons, il ne nous est pas interdit de tenter de prendre ces enviés à leur propre jeux... "!..." Pari tenu!..Tope là! " lança l'octopode. Pacte scellé, l'incitatrice ajouta : " Venue de tout en bas, notre victoire n'en sera que plus méritoire!... ". Les deux comparses se séparèrent, méditèrent, puis chacun se mit au travail, arrivées à la même conclusion; elles jouèrent de leur don décrié. L'araignée tissa une large toile entre deux branches bien exposées aux vents,, elle observait du coin de l'oeil, l'étrange comportement de l'autre qui méticuleusement s'enroulait dans son fil. Lorsqu'un ailé se colla à la toile, l'arachnide exulta. Bondit, puis assassina, et dégusta tranquillement le malheureux...un de moins, songea-t-elle...

Jour et nuit, le piège se moucheta, il semblait à la piégeuse que les nargueurs se faisaient moins nombreux. De temps à autre le cocon de la rampante se déformait bruissait, l'autre n'y répondait que d'un haussement cadencé de ses nombreuses épaules, celles-ci s'alourdissaient par avance du manteau de la gloire, je vais être le maître des cieux, sussurrait la bouche avide entre deux repas conquérants... Obèse et acide, elle était devenue. Lorsque le cocon éclata, la rampante s'extirpa...transformée, dans son dos deux chiffons humides se déployèrent au soleil, et se relevèrent en arc en ciel. Dans un souffle et sans commentaire elle s'envola, monta, monta, les autres créatures volantes s'exaltèrent d'admiration. L'enthousiasme d'un oiseau passant par là était plus dicté par la gourmandise; mais, moins rapide que le magnifique, il dût se faire une raison et rabattre son appétît sur un mets moins virevoltant...Justement là en bas, cet énorme insecte au milieu de sa toile de lumière ferait sans doute largement l'affaire, en guise de repas.

En tout il y à deux comportements possibles, constructifs ou destructifs, si ce dernier donne des satisfactions rapides, il s'avère à longue échéance rarement payant...

Docteur Delirium Tremens en colaboration avec le docteur DARWIND

Josselin MILLECAMPS (c) 1996 Cerf-volant Club MIZTRAL