LA VIEILLE EGLISE

                                                                 

**********************************************************

                                                                                           

La  riante  rivière  de  la  Souchez  qui  traverse  le  village  du  même  nom  prend  sa  source  en  deux  vallées: celle  de  Carency  et  celle  d'Ablain.                                                     

Est-ce  cette  particularité  géographique  où  est-ce  un  sentiment  particulier  aux  gens  d'ici,  mais  les  amitiés entre  les  deux  villages  de  Carency  et  d'Ablain  sont  de  tradition  alors  que  les  inimitiés  avec  Souchez sont légendaires.                                                                                                                                                           

******************************

                                        En  Carency  était  un  château.  L'habitation  avait  plutôt  l'air  d'une  ferme  que  d'un vrai  château  mais,  avec  ses  épaisses  murailles  de  pierre  et  son  donjon,  il  servait  souvent  d'abri  aux paysans  lorsque  la  région  n'était  pas  sûre.  Les  seigneurs  de  Carency  étaient  puissants  puisque  " de BOURBON "  et  reçus  en  tant  que  tels  à  la  Cour  et  aux  tournois.  On  cite  encore  la  joute  de   Pierre  de Bourbon,  seigneur  de  Carency  à  l'occasion  du  mariage  de  Charles  le  Téméraire  à  Bruges  en  1468.           

Nombre  de  ces  seigneurs  servirent  l'Etat  et  le  Roi  de  France  après  avoir  servi  ceux  du  Duc  de Bourgogne. Plus  tard,  en  1702,  la  terre  de  Carency  passa  par  le  mariage  aux  Montmorency,  un  nom tout aussi  illustre  au  vu  de  l'histoire  de  la  France. 

Dans  les  dernières  années  du  XV éme  siècle  ou  les  premières  du  siècle  suivant,  il  advint  que  Charles de Bourbon-Carency  fut  appelé  par  son  roi,  Louis XII,  pour  soutenir  ses  prétentions  sur  le  Milanais. L'Italie était  loin  et  la  guerre,  devoir  de  vassal.  Dans  le  château  de  Carency,  Catherine  d'Allègre,  son  épouse attendit  le  retour  de  son  seigneur  et  mari,  consacrant  ses  journées  à  l'administration  du  domaine  et à l'éducation  de  leurs quatre  enfants.                                                                                                        

Parmi  ceux-ci,  Loyse  était  sans  doute  la  plus  belle.  Elle  ravissait ses  parents  et  les  visiteurs  par  un visage  toujours  agréable  et  souriant  et  un  charme  naturel  que  relevait  un  esprit  si  fin  qu'on  se  répétait ses  paroles  dans  tout  le  voisinage.                   

Ses  promenades  et  ses  rêveries  l'amenaient  souvent  à  suivre  le  cours  de  la  rivière  en  songeant  au temps  où  son  père  reviendrait  de  la  guerre  tout  chargé  de  cadeaux.  Elle  était  sa  plus  chère  fille  et savait  pouvoir  compter  sur  une  générosité  jamais  démentie.

Pour  l'accompagner  dans  ses  escapades,  la  mère  de  Loyse  faisait  confiance  à  Jehan.  Jehan  remplissait l'office  de  page  auprès  du  père  de  Loyse.  Il  avait  su  se  faire  apprécier  et  se  faire  aimer  de  toute  la petite  famille  au  sang  si  noble  résidant  à  Carency.  Sa  prestance  impressionnait,  son  esprit  n'avait d'équivalent  que  celui  de  la  damoiselle  avec  qui  il  rivalisait  en  échanges  pétillants. 

Mais  voilà,  Jehan  n'était  pas  de  haut  lignage.  N'eut  été  l'affection  de  Charles  de  Bourbon  et  l'amitié  de la  famille,  rien  ne  prédisposait  le  page  à  partager  l'intimité  des  seigneurs.  L'instruction  qu'il  avait  reçue avec  des  jeunes  princes  avait  avisé  ses  dons,  mais  aussi  ses  rancoeurs

On  ne  sait  comment  cela  arriva,  fut-ce  l'éloignement  de Charles  ou  la  tendresse  de  deux  jeunes  coeurs de  toujours  tendus  l' un  vers  l'autre,  mais  l' irréparable  fut  commis.  L'idylle  à  peine  commencée  fut dénoncée  par  le  village,  le  scandale  éclata  pour  la  plus  grande  honte  des  seigneurs  et  de  tout l'entourage.                                 

Jehan  qui  ne  savait  que  trop  le  châtiment  que  l'on  réservait  aux  suborneurs  de  filles  de  haute  lignée trouva  le  salut  dans  la  fuite,  sachant  qu'à  nul  endroit,  jamais  plus,  il  n'aurait  de  repos.  Certains prétendent  qu'il  s'associa  pendant  quelques  temps  à  une  bande  de  malandrins  qui  parcourait  les campagnes,  puisque,  pris  par  la  justice,  il  expia  sur  une  potence  les  crimes  que  la  vie  lui  avait  fait commettre.                                                    

Loyse  venait  de  faire  une  cruelle  expérience  de  la  vie.  Ses  sens  s'en  trouvèrent  durablement  perturbés. Ni  le  jour,  ni  la  nuit  elle  ne  trouvait  le  repos.  Un  regard  perdu  de  pensées  n'allumait  aucune  vie  dans son  visage.  Une  langueur  de  tous  les  instants  paralysait  ses  actions,  ses  désirs,  son  goût  à  vivre  et  à s'alimenter.  La  peur  s'installait  dans  les  préoccupations  d'Allégre,  sa  mère.  A Carency,  chacun  pensait que Loyse  se  laisserait  mourrir  de  remords,  de  honte,  de  peine.                                                     

Voyant  dépérir  sa  fille,  sa  mère  ne  comptait  plus  que  sur  les  secours  de  la  religion.  Les  moines  de Saint  Eloi,  les  nobles  dames  d'  Etrun  venaient  régulièrement  au  château  dire  des  messes  et  réconforter la  famille  seigneuriale,  sans  qu'une  amélioration  ne  se  dessine  dans  le  comportement  de  Loyse.  Charles s'en  revint  de  guerre.  Tout  son  amour  pour  sa  fille,  toutes  ses  bonnes  paroles,  toutes  ses  convictions n'y firent  rien.  Vint  le  temps  où  l'on  considéra  Loyse  comme  perdue.  

******************************

Dans  le  village  de  Ablain  Saint  Nazaire,  dans  la  vallée  voisine  était  une  chapelle  dédiée  au  bienheureux  évèque  Saint  Nazaire.  Autour  de  cette  dévotion,  pour  quelques  miracles  déjà  attribués  au  saint,  un  hospice  avait  été  élevé.  Hugues d'Ablain  l'avait fondé  en  1270  et  depuis,  les  malades  atteints  de  démence  venaient  y  suivre  une  neuvaine.  Certains  s'en  repartaient  guéris  et  propageaient  assez  loin  les  mérites de  l' eau  de  la  rivière,  porteuse  des  miracles  de  Saint-Nazaire.                                                                       

Par  un  été  torride,  toute  la  famille  de  Charles  de  Bourbon-Carency  s'en  vint  pendant  neuf  jours  de  Carency  en  Ablain.  On  vit  chaque  aube  le  seigneur,  son  épouse  et  les  enfants  franchir  à  pied  le  petit  pont  du  château,   gravir  la  colline  et  redescendre  par  les  champs  vers  l'hospice  d'Ablain.  La  matinée  se  passait  en  prières  et  en  messes  dites  tant  par  les  moines  de  Saint  Eloi  que  par  le  curé  de  Souchez  et  même  l'évèque  de  Saint-Vaast  qui  voulait  obliger  le  puissant  seigneur.                                                           

Vers  midi  une  collation  était  apportée  du  château  où  l'on  était  reçu  par  la  famille  d'Ablain  dont  le  château dressait  sa  masse  sombre  plus  à  l'ouest.  Le  seigneur  du  Carieul  aussi  disputait  l'honneur  d'inviter  les  de  Bourbon  à  sa  table,   les  vêpres  rappelaient  toute  la  seigneurie  à  l'hospice  pour  d'autres  suppliques  au  saint  patron  du  lieu. 

 Au  neuvième  jour,  on  désespérait  de  voir  Loyse  recevoir  la  grâce  du  saint.  On  la  vit  tout  à  coup  s'agiter  sur  son  siège  un  peu  convulsivement,  essuyer  de  lourdes  larmes  silencieuses  puis  s'agenouiller  à  même  le  sol.  Une  longue  priére  parvint  à  franchir  ses  lèvres  qui  caressa  d'un  murmure  toute  l'assistance  étonnée  et  attentive.  Chacun  sut,  avant  même  qu'une  parole  ne  soit  prononcée  par  quelqu'un  d'autre  que  Loyse  était  sauvée. 

 Les  pleurs  de  joie  succédèrent  aux  pleurs  de  peine  pour  toute  la  famille  des  Bourbons.  Il  n'y  eut  pas  d'alléluia  plus  chanté,  plus  entonné  que  celui  qui  résonna  ce  jour-là  dans  la  petite  chapelle  de  Saint-Nazaire.  Il  n 'y  eut  plus  de  jour  que  les  seigneurs  ne  remercient  le ciel  de  ses  bontés.  Dans  les  jours  qui  suivirent,  Loyse  fit  connaitre  sa  décision  de  consacrer  sa  vie  au  service  de  Dieu  en  entrant  au  couvent  et  en  y  prononçant  des  voeux  définitifs. 

******************************

 Si  grand  qu'était  le  renom  du  seigneur  Charles  de  Bourbon  Carency,  il  ne  lui  faisait  pas  oublier  son  devoir  envers  le  saint  à  qui  il  devait  la  guérison  de  sa  fille.  Son  rang  et  sa  fortune  lui  faisaient  un  devoir  de  témoigner  de  façon  éclatante  de  sa  gratitude.  Le  saint  était  honoré  par  une  sobre  chapelle  à  Ablain,  il  fut  décidé  d'élever  une église  qui  lui  serait  consacrée  et  prolongerait,  par delà  les  années,  le  souvenir  du  miracle.         

 Le  choix  de  sire  Charles  se  porta  sur  Jacques  Caron  comme  architecte.  Celui-ci  venait  de  terminer  l'hôtel  de ville  et  le  beffroi  d'Arras  dont  tous  les  connaisseurs  vantaient  la  pureté  des  lignes  et  la  hardiesse  des  formes.    Si  l'architecte  n'avait  fait  que  terminer  le  beffroi,  du  troisième  étage  au  couronnement,  il  sut  y  créer  une  sveltesse  extraordinaire  tout en  ne  copiant  pas  sur  les  formes  d'églises  que  l'on  batissait  ailleurs.  Charles  de  Bourbon  offrit  à  l'homme  de  l'art  de  lui  laisser  toute  latitude  pour  oeuvrer  à  son  idée  et  déployer  toutes  les  facettes  de  son  talent.  Le  prix,  lui  non  plus,  n'entrait  pas  en  ligne  de  compte.  Le  seigneur  était  riche,  il  se  devait  de  le  montrer.                                   

 Jacques  Caron  se  mit  immédiatement  à  l'oeuvre.....                                     

Il  semblerait  que  la  date  de  la  guérison  de  Loyse  soit  1527.  Elle  est  couramment  admise  comme  celle du  début de  construction  de  l'église.     

 

 

L'homme  de  l'art  donna  à  son  ouvrage  de  belles  proportions  et  choisit  de  le  réaliser  dans  le  style flamboyant  tel qu'il  régnait  alors,  dans  une  grande  finesse  d'exécution  et  une  extrême  hardiesse  des formes.  La  voûte  sur  croisée d'ogives  se  surchargeait  et  se  compliquait  de  contre-courbes  surprenantes.

Les  habitants  d'Ablain,  heureux  de  s'associer  à  l'offrande  du  seigneur  et  ceux  de  Carency,  requis  pour la circonstance,  s'occupèrent  du  transport  des  matériaux.  La  tradition  orale  veut  que,  en   un  jour, poussés par l'empressement  de  Charles  de  Bourbon,  ils  amenèrent  six  cents  chariots  de  pierres  sur  les  lieux  de la  construction. On  avait  choisi  la  pierre  blanche  de Pronville,  entre  Arras  et  Cambrai  qui offrait  toutes les qualités  nécessaires  pour une  telle  réalisation. 

Le  travail  avança  rapidement et  les  trois  nefs  de  l'église  s'élevèrent  bientôt  pour  fermer  un  vaste espace. Une  double  rangée  de  colonnes quadrangulaires  s'élançait  vers  le  ciel  pour  soutenir  une  toiture  dont  on crut  que  l'architecte  ne  se  déciderait  jamais à  la  trouver  assez  haute.

On  eut  dit  que  pour  l'église  de Saint-Nazaire,  les  sculpteurs  voulaient  déployer  les  meilleurs  artifices  de leur  art.  Les  pierres  n'étaient  que  moulures et  festons,  les  arcs  doubleaux  soutenaient  des  voûtes  que  l' on  venait  de  loin  prendre  en  exemple  de  classicisme. Les  façades  déployaient  toutes  les  fantaisies  d'une imagination  débordante   comme  on  aimait  en  faire  montre  à l'époque.  A  l'intérieur,  huit  colonnes soutenaient  les  ogives  à  quelque  onze  mètres  de  hauteur.  Les points  de  réunion des  arcs  s'enrichissaient de  médaillons  sculptés.                                                                                       

Le  portail  surtout  témoignait  de  ce  génie  qui  fut  propre  à  l'architecte  Jacques  Caron et  aux  plus  habiles artisans  de  l'époque.  Placé  sur  la  face  méridionale  de  l'église,  il  débordait  de  deux  mètres  vers  la  place. Une  originale  double  porte  gemminée  y  ouvrait  sur  l'intérieur  avec  une  séparation  médiane  par  un  pillier de  grès  comportant  une  niche  soutenant  une  statue  de  saint  Nazaire.  La  voussure  du  portail  constituait le  chef  d'oeuvre de l'église.  Chargée  de  niches  délicatement  fouillées,  elle  supportait  un  feston  de  pierres taillées  à  jour.  Feuilles  de  vigne, ceps,  grappes  de  raisin,  et  feuillage  du  houblon  cultivé  dans  la vallée s'y cotoyaient  sans  surchage.  Des  personnages  recueillis  ou  grimaçants  hantaient  cette  forêt  de  pierre.  Au dessus  de  la  voussure,  un  élégant  épi   sculpté  faisait  fleurir  des  choux  de  pierre  profondément  ciselé. 

Malheureusement,  pour  une  raison  qui  n' est  pas  connue,  l'architecte  abandonna  sans  doute  l'édifice après que  la  nef  seulement  fut  construite.  Le  clocher,  terminé  en  grande  hâte  sur  les  sollicitations  du  seigneur de  Bourbon-Carency  ne  reçut  pas  même  la  facture.  Sa  tour  crénelée  évoquait  davantage  les  églises campagnardes  des  environs  tout  en  ne  contrastant  pas  sur  le  reste  de  l'ouvrage.  

 

 

******************************

La  journée  était  belle,  le  soleil,  au milieu  d' un  ciel  pur,  répandait  sur  la  campagne  des  flots  de  lumière et  de  douce  chaleur,  et  la  nature  réjouie  célébrait  par  mille  concerts,  par  mille  parfums  qui  montaient vers  le  ciel,  la gloire  du  créateur.                                     

Tout  aussi  respirait  la  joie  et  l'animation  dans  le  château  de  Carency,  lorsqu'on  vit parître l'abbé de Saint-Eloi,  la  mitre  en  tête,  la  crosse  d'argent  à  la  main,  et  revêtu  d'une  longue  robe  violette  qui s'harmonisait  avec  sa  barbe  grisonnante.  Près  de  lui  s'alignaient  quelques  moines  vêtus  de  blanc,  et quelques  frères  couverts  de  la  soutane  grise.  Plus  loin  arrivait  l'évêque  d'Arras,  avec  ses  chanoines vénérables.                         

Enfin,  sur  toutes  les  routes,  affluait  le  peuple,  avide  de  ces  fêtes  brillantes,  plein  d'allégresse  et  vêtu  de ses  beaux  habits;  il  hâtait  le  pas  pour  arriver  à  temps  au  nouveau  temple,  et  voir  défiler  la  brillante procession.                                                                 

Alors  on  vit  sortir  par  la  grande  porte  du  château,  franchir  les  ponts-levis,  et s'allonger dans le chemin d'Ablain , nivelè et  préparé  pour  la circonstance,  une  longue  suite  de seigneurs  et  de  nobles  dames,  de  moines  et  de  prêtres,  que  suivaient le vénérable  évêque  philippe  de  Croy  et  les  abbés  de  Saint-Eloi  et  de  Saint-Vaast.

Au  vent  s'agitaient  les  bannières  chargées  d'écussons  aux  vives  couleurs  et  les  étendards  de  la  religion, et  toute  cette  foule  étincelait  d'or  et  de  pierreries.                     

La  noble  procession  fit  par  trois  fois  le  tour  de l'édifice  et  procéda  à  sa  consécration,  par  les  prières  et les  aspersions  ordinaires.  Ce  fut  l'évêque  d'Arras  qui  fit  cette auguste  cérémonie;  l'abbé  de  Saint-Vaast célébra  ensuite  une  messe  pontificale,  et  alla  chercher  dans  son  humble  chapelle  la  statue  de  saint Nazaire,  qu'il déposa  dans  dans  la  niche  qui  lui  avait  été  preparée.                                                                  

Quant  à  la  pauvre  Loyse,  elle  consacra  sa  vie  au  service  de Dieu   et  des  malheureux;  elle  fit  tant  que l'on  oublia  bientôt  sa  faute.  On  ne  vit  plus  en  elle  que  la  pieuse  et  charitable  damoiselle  qui  répendait autour d'elle  le  bonheur ....                                    

On  ne  s'étonnera  pas  que  les  seigneurs  des  environs  se  soient  associés  à  la  joie  et  à  l'offrande  du seigneur  de  Carency.  Robert  et  Huges  de  Meulin,  successivement  gouverneurs  de la  ville  d'Arras, dotèrent  l'église  d'un  somptueux  mobilier.  En  remerciement,  leurs  armoiries  figurèrent  aux  clefs  de  voûte du  choeur.  Il  n'y eut  pas  de  noble  du  voisinage   qui  ne  se  fit  un  devoir  d'apporter  son  présent;  même les  petites  gens  de  la  commune,  si  fières  de  pouvoir  prier  dans  une  telle  basilique  ne  dédaignèrent  pas se  cotiser  pour  l'achat qui  d'une  bannière, qui d'un ciboire, qui d'une  étole.  Le  luxe  de  l'église  devint  renommé  dans  toute  la région.                                                                                        

La  terre  de  saint  Nazaire,  au  cours  du  temps,  ne  resta  pas  aux  seigneurs  de  Carency.  Elle  appartint successivement  aux  Bétencourt,  puis  aux  Lannoy.  L'héritière  du  nom   porta  celui-ci  aux  de  Draeck. 

Reprenant  la  générosité  à  leur  compte,  les seigneurs  de  Draeck  firent  don,  deux  siècles  plus  tard,  d'une magnifique  sonnerie.  Quatre  grosses  cloches  furent  bénies  et  suspendues  le  16  juin  1749  des  noms  de Marie,  Nazare,  Josèphe  et  Silviem.  Un  carillon  de  douze  cloches  pesant  de 36  à  900  livres  venait compléter  un  ensemble  exceptionnel  et  rarissime dans  la  région. 

******************************

                                                                                   

Doté  d'une   telle  église,  d'un  hospice  réputé,  d'un  pélerinage  connu,  la  paroisse  de  Saint-Nazaire s'enrichit,  fut érigée  en  doyenne.  La  foi  attirait  dans ces  lieux  des  milliers  de  pélerins  qui  venaient  offrir leurs  prières,  ce  qu'ils possédaient de plus précieux  en  bijoux  d'or  et  d'argent  et  s'en  retournaient  ensuite après  avoir  édifié  les habitants  par  leur  piété  et  leurs  vertus.                                                                               

Le  doyenné  comportait  aussi  les  paroisses  d'Aix,  Angres,  Bully,  Hersin,  Souchez,  Carency,  Bouvigny, Gouy,  Servins,  et  Sains  en  Gohelle.  A  la  veille  de la révolution,  le  doyen,  Jean-Baptiste  Delangle déclarait  trois  mille  francs  de  revenus  pour  son  église,  mille quatre  cents  francs  pour  lui  même  compte tenu  de  ses  540  communiants.                      

En  1791,  l'administration  centrale  d'Arras  dirigée  par  Le  Bon  désigna  pour l'église  d'Ablain  un  prêtre jureur:  M.  Pierre-André  Chrétien.  Cette  nomination  ne  fut pas du goût  de  tout  le  monde.....  

Le  premier  maire  de  la  commune,  Gislain  Topart,  partisan  du  curé  destitué  s'opposait  fréquemment  au nouveau  prêtre.  En  octobre  1793  dans  l'église  utilisée  comme  lieu de  délibérations,  le  maire  s'opposa violemment  au  prêtre  qu'il  jugeait  excessif.  Il  dit,  entre  autres  choses,  qu'on  ne  devait  plus  aller  à  la messe  d'une " bête  noire  et  farouche ".  Ces  propos  ne  plurent  pas,  ni  à  celui  auquel  ils  s'adressaient,  ni à  ses  partisans.  Trois  des  auditeurs  Noêl  Devillers,  Nicolas  Labalette  et  Antoine  Delattre  montèrent  à la tribune,  en  arrachèrent  l'orateur,  le  maltraitèrent  et  le  chassèrent  de  l'église  après  lui  avoir  déchiré  son écharpe.                                                                               

Tout  le  monde  fut  amené  devant  le  tribunal  de  Le  Bon  le  2  novembre  1793  à  Arras.  Durant  près  de deux  heures  on  discuta  de  cette  affaire.  Le  curé,  pour  sa  part,  rapporta  que  le  maire  avait  traité  tous les  curés  de  " gens  foutres ".  Les  partisans  du  curé  furent  mis  en  état  d'arrestation,  le curé  destitué, envoyé  à  dix  lieues  de  là  et  le conseil  municipal  suspendu. 

Deux  jours  plus  tard,  en  présence  de  Le  Bon,  le  curé  brûla  ses  lettres  de  prêtrise  en espérant  s'attirer les  bonnes  grâces  de l'autorité  administrative  d'Arras.  Le  maire  fut dénoncé  comme  prévaricateur  dans  sa gestion  municipale  par  le  parti  des  condamnés.  Trois officiers  municipaux  provisoires  furent  nommés  pour remettre  de  l'ordre  dans  le village,  faire  les  comptes  du  maire  et  mettre  en  place  une  nouvelle municipalité.                   

De  cette  époque  et  jusqu'à  la  fin  de  la  période  révolutionnaire,  il  n 'y  eut  plus  de  prêtre  pour  dire  la messe  en  l'église  d 'Ablain-Saint-Nazaire.  Le  culte,  lorsqu'il   s'exerçait,  se  faisait  de  manière  cachée,  chez des  particuliers,  souvent  au  château  du  village,  tant  que  cela  fut  possible. 

Ne  trouvant  plus  d'utilité  à  l'église,  vide  d'officiant,  la  nouvelle  municipalité  de 1793  conduite  par  un extrémiste, Jean  Michel  Tourneur  décida  de  la  reconvertir  en  usine à  salpêtre.  Cette  fabrication  étant soit mal  gérée,  soit  peu  rentable,  on  abandonna  bientôt  toute  idée  d'y  faire  quoi  que  ce  soit  et  la  grande église,  vide,  attendit  l'heure de son  destin .....    

 

******************************

La  municipalité  conduite  par  Jean  Michel  Tourneur,  Antoine  Cresson,  Pasquier  Delombre  et  la  famille d'Aix  se  déclara  elle  même  " à  la  hauteur  de  la  Révolution "  et  s'attacha  à  détruire  au  village  tout  ce qui  restait  des  vestiges  de  la  féodalité  et  du  culte  catholique. 

Le  pillage  des  trésors  de  l'église  commença.  Le  20  brumaire  an  II,  sur  réquisition  de  Carrout d'Arras, les "12  cloches,  ferrailles  et  accessoires "  furent  descendues  du  clocher  pour  être  conduites  aux Capucins d'Arras.  Il  reste  le  compte  rendu  des  officiers  municipaux. 

" La  première  datée  de  1749  où  sont  gravés  un  crucifix  et  une  vierge  pesant  environ  900  livres;  la seconde  de  1610,  omnis  spiritus  laudet  dominus  pour  son  altesse  sérénissime,  pesant  180  livres;  la  3 ème  de  1688,  omnis  spiritus  laudet  dominum  par  Pierre  Lambron  de  200  livres;  la  4 ème  de  1688 laudate dominum  de  Calis  de  100  livres;  la  5 ème  de  1746,  in  miséricordia  dominus  in  actum  cantales  pesant  90 livres  environ;  la  6 ème  de  1784,  non  marquée,  pesant  60  livres;  la  7 ème,  laudate  dominum de  caeligo et trois  feuilles  de  laurier  pesant  70  livres;  la  8 ème  de  1688,  sancte  nazare  de  80  livres;  la  9 ème de  1746 sit  nomen domini  bénédictum,  40  livres;  la  10 ème  de  1688,  sancte  nazare  de  39  livres;  la  11 ème  et  la 12 ème  non  marquées  pesant  36  livres  environ " . 

 Plus  tard,  les  autres  objets  du  culte  furent  inventoriés dans  les  armoires  et  transportés  sur  réquisitions:  "  Etant  arrivés  dans  la  sacristie,  nous  avons  trouvé  à  main  droite  dans  plusieurs  armoires,  une  boîte  d'argent  à  saintes  huiles,  une  navette  en  cuivre.  Dans  la  seconde,  un  calice  d'argent  doré  avec  sa  patène,  dans  la  troisième  un  autre  calice  d'argent  aussi  doré  avec  la  patène.  De  là,  nous  avons  fait  ouvrir  aussi  une  garde-robe  à  main  gauche  où  nous  avons  trouvé  un  soleil  d'argent  ainsi  qu'un  ciboire,  ensuite  nous  avons  trouvé  dans  la  dite  sacristie  deux  grands  chandeliers  en  cuivre,  une  croix  aussi  en  cuivre.  De  là,  nous  avons  visité  les  armoires  où  nous  avons  trouvé  plusieurs  ornements  blancs,  rouges  et  noirs  avec  des galons  que  nous  croyons  faux  or  et  argent.  Au  maître  autel,  un  grand  christ  et  six  chandeliers  en  cuivre;  dans  le  choeur,  un  lutrin  en  cuivre;  à  l'autel,  à droite,  nous  avons  trouvé  une  couronne  d'argent,  deux  croix,  deux  chandeliers,  un  christ  en  cuivre,  une  couronne,  un  coeur,  une  croix  d'argent  et  deux  clochettes;  à  l'extrémité  de  l'église,  les  fonts  baptismaux  en  cuivre ". 

 D'autres  réquisitions  furent  faites  à  l'église  qui  aboutirent  au  dépouillement  total  de  l'édifice.  Quand  on  eut  dévalisé  l'église,  on  vendit  les  chapelles  qui  contenaient  aussi  de  grandes  richesses.  Enfin,  on  procéda  à  la  vente  des  chaises, des  croix  du  cimetière,  des  confessionaux  et  des  banquettes  puis  du  presbytère.                       

 L'église  enfin  fut  vendue  pour  la  somme  de  1600  francs  à  la  société  Jacob  dit  Anguin  d'Arras. 

 Le  20  janvier  1800,  les  ouvriers  arrivèrent  pour  commencer  les  travaux  de  démolition  et  récupérer  les  pierres  et  les  plombs.  On  avait  déjà  brisé  une  partie  de  la  galerie  et  des  gothiques  du  portail  lorsque  Bon  Topart,  un  Ablainois,  paya  des  enfants  pour  qu'ils  jettent  des  pierres  aux  ouvriers.  

Les  démolisseurs  une  fois  descendus  du  toit,  furent  alors  chassés  par  des  femmes  armées  de  bâtons  et de  fourches.  Lorsque  les  ouvriers  revinrent  à  la  tâche,  on  leur  paya  des  sommes  importantes  pour  qu'ils aillent  les  dépenser  en  boissons.                                                                                                 

 Les  habitants  se  cotisèrent  derrière  Bon  Topart  et  on  envoya  à  Arras  un  pauvre  habitant  de  la  commune,  Menside  Brismaille  pour  conclure  un  marché  avec  la  société  Jacob.  L'église  fut  donc  rachetée  par  les  cotisans  pour  la  somme  de  3000  francs.                         

L'état  de  l'église  avait  bien  souffert  de  tant  de  vissicitudes.  Il  ne  restait  à  la  sortie  de la  Révolution   qu'un  monument  délabré,  un  cimetière  vide  de  croix,  des  toits  découverts,  la  galerie  brisée  en  plusieurs endroits.  Les  habitants  eurent  quand  même  le  bonheur  de  conserver  la  plus  forte  des  quatres  cloches, Marie,  bénie  le  16  juin  1749  offerte  par  messire  Walérand  de  Draeck,  seigneur  d Ablain  et  demoiselle Marie-Floride de  Draeck.                                                                                                                                     

 Lorsque  l'on  autorisa  de  nouveau  le  culte  en  terre  de  france,  les  sonneurs  sollicitèrent  tant  et  tant  cette  cloche  qu'elle  se  fendit  et  que  le  clocher  devint  muet  pour  un  très  long  temps. Seule l'horloge de l'église fut conservée.  Elle  était  le  seul  moyen  de  connaître   l'heure  pour  la  plupart  des  habitants  du  village  qui  n'en  possédaient  pas  chez  eux.                                                     

L'ancien  curé  du  village,  M . Delangle  revint  d'exil  en  1802.  Aucun  récit,  aucun  écrit  ne  nous  a  fait savoir  comment  il  a  pourvu  aux  premiers  besoins  du  culte. 

 

 

******************************

 

A  la  tempête  de  la  Révolution  succéda  le  calme  du  XIX  ème  siècle......

Les  catholiques  reprirent  possession  de  l 'église.  Ils  étaient  la  large  majorité  du  village .

En  1809,  M. Delangle,  curé  mourut  et  M. Tamboise  fut  nommé  desservant  de  l'église,  sans  vicaire.  C'en était  fini  de  la  célébrité  de  l'église,  des  confortables  situations  de  doyen,  desservant,  vicaire  sur  le budget  paroissial.  L'église  était  devenue  pauvre,  pauvre  comme  avant  que  Loyse  ne  recouvre  la conscience.                                         

Les  curés successifs  tentèrent  de  redonner  à  l'église  un  peu  de  lustre  d'antan.  En  1806,  sous  le ministère de M . Delangle,  il  y  eut  une  plantation  de  croix.  En  1822,  une  souscription  fut  ouverte  pour  le rétablissement  du  calvaire  qui  produit  220 F.  En  1824,  dame  Topart  fit  reconstruire  une  chapelle  à  la place  d'une  ancienne  détruite  à  la  révolution.  La  même  année,  le  Conseil  Municipal  sollicita  un  secours pour  subvenir  aux  grandes  réparations  à  faire  à  l'église,  mais  il  n'obtint  rien  de  l'administration départementale  qui  avait  pourtant  tant  profité  des  richesses  de  l'église.                                    

En  1830,  prélevant  des  fonds  pourtant  fort  nécessaires  aux  finances  communales,  le  maire  fit  effectuer les  réparations  les  plus  urgentes.  En  1836,  on  reconstruisit  le  presbytère.  Un  calvaire  fut  érigé  en  1857 et  les  cloches  furent  refondues  et  bénies  en  1858.    

 Ce  jour-là,  pour  la  première  fois  depuis  1801,  des  cloches  firent  retentir  leurs  échos  joyeux  dans  la  vallée  du  Saint-Nazaire.  On  avait  opté  pour  un  carillon  de  trois  cloches  formant  l'accord  parfait  et  confié  la  réalisation  aux  établissements   Drouot  à  Douai. 

 Les  inscriptions  que  l'on  avait  gravées  sur  les  flancs  rappelaient  les  personnes  généreuses  qui  avaient  participées  à  l'achat .                                                                                                                                              

 Pour  la  grosse  cloche:  je  m'appelle  Marie,  j'ai  pour  parrain  et  marraine  Monsieur  le  Comte  et  Madame  la  Comtesse  Achmet  de  Servins  d'Héricourt.  Augustin  Graès  étant maire  et  M . Detève  étant  curé. 

  Pour  la  moyenne  cloche:  je  m'appelle  Mélanie,  j'ai  pour  parrain  Joseph  Marche  et  pour  marraine  Mélanie  Dambrine.                                                                                         

Pour  la  petite  cloche:  je  m'appelle  Augustine,  j 'ai  pour  parrain  Victor  Letourneur  et  pour  marraine Augustine  Charruey.   

C'est  de  cette  époque,  sous  l'action  du  Comte  d'Héricourt  que  datent  les  tentatives  de  faire  classer  l'église  d'Ablain-Saint-Nazaire  au  titre  des  Monuments  Historiques. 

 Un  dossier  fut  établi  pour  être  présenté  à  la  commission  des  Monuments  Historiques  par  le  Comte.  Comme  en  toutes  choses  administratives,  bien  du  temps  s'écoulait  entre  toutes  les  interventions  et  il  n'y  avait  pas,  au  sein  de  la  docte  assemblée  que  des  favorables. 

 Louis  Ricouart  faisait  écrire  le  10  avril  1890  que M . Loriquet,  rapporteur,  n'avait  pas  cru  devoir  donner  un  avis  favorable  au  projet." L'église  d'Ablain  est  intéressante,  son  portail  est  un  beau  spécimen  du  gothique  du  XV  ème  mais  ces  titres  sont  insuffisants  à  justifier  une  démarche  qui  ne  parait  avoir  aucune  chance  d'aboutir,  ou,  si  elle aboutissait  contre  toute  attente,  serait  de  nature  à  détourner  la  commune  de  son  rôle  de  gardienne,  sans  assurer  l'église  d'Ablain  des  secours  de  l'Etat.

 Le  26  juin  1891,  ayant  reçu  quelques  assurances,  le  conseil  municipal  conduit  par  M . Garès,  maire  et  le  conseil  de  fabrique  de  l'église  conduit  par M . Depret  demandaient  de  nouveau  le  classement  de  l'édifice. La  façade  méridionale  fut alors  inscrite  sur  la  liste  des  immeubles  à  classer  par  le  ministère.  Les  choses  traînant, M. le  Baron  Cavoi  signalait  en  février  1905  le  mauvais  état  du  portail  et  les  infiltrations  d'eau  qui  provoquaient  l'effritement  de  la  pierre  en  ces  endroits.                                             

 On  ne  peut  oublier  d'évoquer  ici  le  rôle  d'un  curé  extraordinaire:  M. Pingrenon.  Muni  des  encouragements  de  la  Société  Française  et  de  cotisations  personnelles  de  membres  de  la  Commission  Départementale  des  Antiquités, celui-ci  commença  l'oeuvre  de  préservation  de  l'église. 

 Il  fit  tout  d'abord  gratter  les  murs  et  la  voûte  que  l'on  avait  malencontreusement  peints  au  XVI  éme  siècle. Ce  premier  travail  donna  déjà  un  beau  résultat.  L'autel  et  son  retable  furent  enlevés,  dégageant  les  fenêtres  du  choeur  qui  reçurent  de  nouveaux  vitraux.  La  toiture  de  la  sacristie,  adossée  à  la  nef  de  droite  fuyait.  Elle fut  refaite  en  plomb  et  la  baie  qu'elle  obstruait  libérée.  Les  autres  fenêtres  furent  restaurées,  les  meneaux  rétablis. Des  fonts  baptismaux  furent  placés  à  l'extrémité  de  la  nef  de  gauche. 

 Les  Ablainois  ne  restaient  pas  indifférents  à  tous  ces  travaux.  Ils  souscrivaient  auprès  du  curé  ou  offraient  des  vitraux.  Avec  ces  subsides, la  façade  méridionale  fut  restaurée  presqu'en  entier,  les  murs  minés  de  salpêtre  retrouvèrent  une  nouvelle  jeunesse.

 Malheureusement,  le  maire  de  l'époque,  M. Letourneur,  prit  ombrage  de  la  trop  grande  réussite  de  son  curé  et  de  ses  multiples  connaissances  à  l'extérieur  du  village.  Une  longue  querelle   s'installa  entre  les  deux  personnes  pour  de  futiles  dépenses  ou  la  décision  de  nommer  le  sonneur  du  village.  De  rocambolesques  épisodes  parsemèrent  les  dernières  années  de  sacerdoce  du  prêtre,  l'un  et  l'autre  s'interpelant  par  lettre  ou  voie  d'affichage,  prenant  constamment  la  population  à  témoin.

  Le  départ  du  prêtre  dans  une  autre  commune  mettra  fin  à  la  querelle,  mais  l'église  d'Ablain  perdra  un  de  ses  meilleurs  défenseurs.

******************************

En  1889,  M . Joseph  Delwail  prit  la  succession  de M. Jean-Baptiste Caron, lui même successeur de  M . Victrice  Pingrenom,  curé  d'Ablain-Saint-Nazaire.

M . Delwail  était  un  fin  lettré,  amateur  d'architecture.  Il  sut  se  concilier  les  bonnes  grâces  du  maire  en place, M . Garès.  On  a  vu  qu'en  1891,  un  sérieux  dossier  était  établi  pour  faire  classer  l'église.  M. Delwail  écrivit  pour  la  circonstance  un  mémoire  qui  prit  la  forme  d'un  livre  qui  fit  beaucoup  pour  faire connaître  à  l'extérieur   l'histoire  de  l'église  d'Ablain-Saint-Nazaire.

 A  la  disparition  de  l'abbé  Delwail,  l'église  n'était  toujours  pas  classée  et  plus  grave  nécessitait d'importants  travaux.  Les  municipalités  successives  se  désintéressaient  de  son  état.

M . Lavoine  rendit  compte  le  8  octobre  1908  d'une  excursion  faite  avec  M. Souillard  à  Ablain : " Nous  sommes  à  Ablain  et  devant  son  église ".

A  l'extérieur,  elle  paraît  en  assez  bon  état,  à  l'exception  de  sa  galerie  ébréchée  et  de  la  dentelle  de  pierre  surmontant  le  portail  et  déjà  en  partie  écroulée  en  1857,  rien  ne  fait  soupçonner  la  ruine  qui  menace  l'intérieur.

Des  mousses  d'un vert  foncé,  indices  d'infiltrations  anciennes,  tapissent  hideusement  les  murs  des  basses  nefs  et  d'une  partie  du  choeur.  L'énorme  pilier  de  la  deuxième  travée  du  côté  droit,  également  rongé,  est  tout  effrité;  il  suffit  du  bout  de  la  canne  pour  en  faire  tomber  les  débris;  les  pierres  de  la  voûte  commencent  à  se  désagréger  et  certaines  sont  sorties  de  plusieurs  centimètres.

Si  l'on  jette  les  yeux  du  côté  gauche,  on  ne  peut  que  faire  les  mêmes  constatations  et  c'est  encore  le  pilier  de  la  première  travée  qui  est  le  plus  profondément  atteint.

Nous  n'avons  pu  recueillir sur  place  que  quelques  indications;  mais,  mis  au  courant  de  notre  visite,  M.  le  Dr  Duquesnoy,  maire  actuel,  est  venu  aimablement  nous  renseigner  sur  la  situation  de  son  église.

Il  nous  a  tout  d'abord  appris  la  bonne  nouvelle  du  classement  définitif  du  monument,  classement  qui  avait  fait,  il  y  a  59  ans,  l'objet  d'un  voeu  du  Conseil  Général.  Puis  il  nous  a  donné  quelques  détails  sur  les  premiers  travaux  de  sécurité  publique  qu'il  a  fait  faire  à  l'intérieur  dès  son  arrivée  à  la  Mairie.

Une  visite  générale  de  l'église  a  été  faite  par  M.  Perrin,  entrepreneur  à  Lens.  L'étançonnement  des  piliers  et  voûtes  s'imposait,  de  même  qu'il  fallait  latter  de  planches  et  cercler  de  fer  le  pilier  droit  dont  l'écroulement  n'était  qu'une  question  de  jours.  Il  fallait,  de  plus,  empêcher  l'eau  de  continuer  son  oeuvre  de  dévastation.

La  réunion  du  Conseil  Municipal  était  d'urgence  et  M.  le  Dr  Duquesnoy  sut  obtenir  ce  que  l'inertie  coupable  de  son  prédécesseur  n'essaya  même  pas  malgré  les  sollicitations  de  la  commission  et  la  campagne  de  presse  menée  à  Béthune  par  notre  aimable  collègue  M.  Mayeur.  Le  geste  demandé  par  le  directeur  des  Beaux-Arts  était  une  simple  délibération  demandant  le  classement.

La  nouvelle  municipalité  ne  disposait  que  d'une  somme  de  200 F  inscrite  au  budget.  Mais,  devant  l'insécurité  du  monument,  elle  n'hésita  pas  à  faire  entreprendre  ces  travaux  dont  le  coût  lui  occasionna  un  déficit  sérieux.

Voici  donc,  après  plus  d'un  demi-siècle,  cette  remarquable  église  placée  sous  la  sauvegarde  de  l'Etat.

Le  Conseil  Général  émit,  dès  1849  un  voeu  de  classement.  La  commission  naissante  devait  déjà  lutter  contre  l'indifférence  de  la  municipalité  et  M. Epellet,  architecte  départemental  et  d'Héricourt,  propriétaire  du  Carieul,  voisin  de  l'église  d'Ablain  furent  chargés  de  surveiller  l'envoi  des  pièces  demandées  par  la  Direction  des  Beaux-Arts.  Quatre  ans  après,  malgré  leur  zèle,  ces  mandataires  n'avaient  pas  encore  obtenu  les  documents  et  la  commission,  pour  alléger  les  frais,  confiait  à  l'habile  crayon  de  Léon  Gaucherel  le  dessin  de  l'église  et,  de  plus,  décidait  la  rédaction  par  M. A.d'Héricourt  de  la  notice  insérée  dans  le  tome  1er  de  la  "Statistique  Départementale".

En  1855,  les  plans  et  pièces  nécessaires  avaient  été  dressés  à  titre  gracieux  par  M. Epellet  et,  seule,  l'abondance  des  travaux  en  discussion  sur  nos  monuments  du  Pas-de-Calais  avait  pu  retarder  le  dépôt  du rapport.  L'envoi  des  plans  par  l'administration  n'eut  lieu  qu'en  1857.  M. d'Héricourt  fut  chargé  de  faire  de  nouvelles  démarches  et  l'écroulement  en  cette  même  année  d'une  partie  de  la  belle  galerie  fut  signalée  au  préfet.

A  cette  époque,  les  meneaux  des  fenêtres,  la  décoration  intérieure  et  surtout  le  portail  était  à  refaire. Un  vandale  avait  badigeonné  les  fines  sculptures  des  voussures  de  ce  dernier  et  rempli   les  ciselures  de l'artiste  avec  de  l'argile  pour  obtenir  une  teinte  uniforme!!...                                                      

Une  souscription  publique  fut  provoquée  par  M . d'Héricourt  et  la  Société  Française  d'Archéologie,  de  son  côté  s'inscrivait  pour  une  somme  de  200 F.  L'ensemble  des  travaux  à  faire  était  estimé  à  7  ou  8000 F.

 C'était  déjà  une  forte  somme  à  trouver,  mais  un  actif  et  zélé  desservant  qui  devait  se  vouer  22  ans  durant  à  son  église,  l'abbé  Pingrenon,  arrivé  à  Ablain  en  1860,  se  mit  à  l'oeuvre  et  en  2  ans  fit  exécuter  pour  10 000 F  de  travaux.  Guidé  par  le  chanoine  Van  Drival,  il  dégagea  l'abside  d'un  retable  sans  valeur  qui  l'obstruait,  fit  réparer  les  fenêtres  du  choeur  dont  les meneaux  furent  restitués  avec  de  la  pierre  de  Bouvignies.  La  Société  Française  pour  la conservation  des  monuments  envoya  une  nouvelle allocation  de  300F  et  la  Commission  une  somme  de  200F  produit  d'une  collecte  entre  ses  membres.

 Le  zèle  des  uns  et  la  générosité  des  autres  avait  donc  remis  l'édifice  en  bon  état  de  conservation.  Il  restait  à  la  municipalité  la  tâche  de  veiller  à  l'entretien  des  toits  et  de  leurs  chénaux.  La  situation  actuelle  accuse  lamentablement  l'apathie  des  municipalités  succéssives  et  surtout  la dernière...Avec  quelques  soudures  faites  à  propos,  elle  eut  évité  une  dépense  d'au  moins  10 000 F  à  la  Direction  des  Beaux- Arts,  qui  ne  saurait  s'en  tenir  à  un  simple  décret  de  classement.  Nous  espérons  qu'on  y  donnera  suite  par  des  travaux  immédiats  et  urgents . La  commission  les  réclame  avec  insistance ".                                                                                                                                           ( séance  du  8  octobre  1908 )                        

   

 

******************************

 

Il  est  probable  que  les  Beaux-Arts  n'eurent  jamais  le  temps  d'effectuer  le  moindre  travail  sur  les bâtiments  de   l'église  d'Ablain-Saint-Nazaire.

Alors  survint  la  grande  guerre,  celle  de  1914 -1918,  qui  devait  bouleverser  le  monde.

 Nous  sommes  le  5  octobre  1914.  Camille  Dépret,  un  frêle  garçon  de  15  ans,  se  lève  de  bonne  heure.  Avec  sa  famille,  il  doit  se  préparer  pour  la  messe.  Comme  chaque  année  à  la  mémoire  des  défunts  de  sa  parenté,  un  office  est  célébré  qu'il  ne  peut  manquer.  L'inquiétude  est  au  coeur  de  tous.

 La  veille,  en  grimpant  au  haut  du  clocher,  tout  proche  de  sa  maison  à  la  toucher,  il  a  pu  apercevoir  la  lueur  des  explosions  d'obus  vers  Lens  où  combattaient  Français  et  Allemands.

 Pour  l'heure,  tout  semble  calme  et  il  n'a  aucune  raison  de  s'alarmer  davantage  que  pour  être  ponctuel  et  bien  brosser  ses  cheveux.  En  cette  heure  matinale,  l'église  est  peu  garnie  lorsqu'après  avoir  sonné  la  cloche,  l'abbé  Warendeuf  commence  sa  célébration.  Seules  quelques  réponses  ont  pu  être  échangées  que  le  silence  du  recueillement  est  interrompu  par  le  claquement  de  la  porte  et  des  bruits  de  crosses  que  l'on  heurte  brutalement. Deux  Bavarois  solidement  armés  manifestent  leur  présence.  Ils  bloquent  toute  tentative  de  sortie,  rien  que  par  leur  attitude   déterminée.  Dès  la  fin  de  l'office,  ils  emmenèrent  tout  le  monde  sous  bonne  garde.

 Sans  que  les  Ablainois  s'en  soient  rendu  compte,  le  village  avait  été  occupé  pendant  la  nuit  jusqu'à  ses  confins  vers  Gouy.  La  sonnerie  de  la  cloche  avait  été  interprétée  comme  un  signal  de  l'avance  des  troupes.

 Enfermé  avec  deux   autres  hommes  au  dessus  du  poste  allemand  improvisé  en  face  de  l'église,  le  jeune  Dépret  prend  son  mal  en  patience.  Les  femmes  ont  été  libérées  dès  les  premiers  instants,  le  curé  séparé  des  hommes  et  transféré  en  un lieu  inconnu.  De toutes  façons,  les  contacts  oraux  avec  les  autorités  allemandes  se  heurtent  à  la  barrière  de  la  langue  que  pas un  des  trois  Ablainois  ne  parle.

 Les  Bavarois  n'ont  pas  pu  dépasser  la  limite  du  village.  Leur  progression  a  été  stoppée  par  les  troupes  françaises  installées  sur  les  premières  collines  de  l'Artois.  Le  site  de  Lorette  constitue  un  objectif  stratégique  qui  commande  toute  la  plaine  de  Lens  et  ses  riches  mines  de  charbon.  Les  Allemands  veulent  s'y  maintenir  à  tout  prix,  les  français  le  reconquérir  à  toutes  forces.

 Le  poste  allemand  est  bientôt  transformé  en  poste  de  secours  où  les  soldats  viennent  panser  leurs  blessures  avant  d'être  évacués  vers  l'arrière.  En  ce  lieu,  ce  ne  sont  que  cris  de  douleurs  et  râles  de  mourrants.

 Les  français  installent  bientôt  des  batteries  pointées  sur  Lorette  et  sur  le  clocher  de  l'église  qui  peut  servir  d'observatoire.  Miné  par  une  dysenterie,  Camille  observe  par  une  étroite  lucarne  les  tranchées   qui  montent  vers  Lorette  et  les  superstructures  de  l'église.

Sous  la  mitraille  française,  les  pierres  s'écornent,  la  dentelle  de  sculpture  se  désagrège.  Le  jour,  la  nuit,  on  fusille  le  chef  d'oeuvre  de  Jacques  Caron  et  l'honneur  des  Ablainois.  Le  clocher  s'est  ouvert  sous  un  obus.  Les  cloches  deviennent  visibles  de  l'extérieur  comme  si  on  avait  opéré  l'église  d'une  mauvaise maladie.  Le  long  des  heures,  le  bronze  des  cloches  résonne  lugubrement  son  agonie.  Tout  à  coup,  comme  on  rend  l'âme  après  avoir  trop  lutté,  le  clocher  laissa  s'effondrer  ses  cloches  sur  les  gravas  de  son desastre . Quatre  siècles  de  gloire  s'achevèrent......

 Grace  à  un  officier  prussien  qui  le  prend  en  affection,  le  jeune  Camille  est  rendu  à  sa  mère.  Il  doit  pourtant  se  cacher  des  autorités  d'occupation.  Le  5  janvier  1915,  les  habitants  de  la  localité  sont  rassemblés  sur  la  place  de  l'église.  Les  bombardements  ont  déjà  fait  beaucoup  de victimes  parmi  la  population  civile,  leur  évacuation  est  décidée.  Par  charrettes  ils  sont  dirigés  vers  la  gare  la  plus  proche  et  emmenés  en  train  vers  la  Belgique  et  la  Suisse.  L'Allemagne  n'avait  que  faire  de  bouches  inutiles  à  nourrir.

 

 

*******************************

 

Au  printemps  1915,  les  Français  reprirent  l'offensive  pour  tenter  de  repousser  le  front  allemand  plus  à  l'Est.

 L'armée  de  Foch  réunit  sept  corps  d'armée  et  trois  divisions  qui  se  répartissent  sur  un  front  de  30  km.  Des  milliers  d'hommes  de  toutes  nationalités  attaquent  à  l'aube  du  9  mai  1915.  Le  13  mai,  Carency  au  sud  est  repris  dans  la  nuit.  Les communiqués  officiels  annoncent  que  " Nous  avons  tout  Carency  et  tout  Ablain  sauf  quelques  maisons ".  Sous  l'euphémisme  se  cache  le  fait  que  les  français  sont  bloqués  dans  le  cimetière  d'Ablain,  non  celui  de  l'église,  mais  le  nouveau,  situé  à  plus  de  cent  mètres  vers  Carency.  Le  cimetière  de  Dorgelès,  celui  où  il  s'était  écrié:" on  fusille  les  morts !".

 Derrière  les  termes  aseptisés  du  communiqué  officiel,  on  devine  à  peine  l'horreur  des  combats  pour  reconquérir  l'église.

 " Le  soir  tombe,  mais  la  nuit  ne  nous  arrêtera  pas.  Nous  commençons  par  enlever  tout  l'ilot  de  maisons  qui  est  au  sud  de  l'église.  Notre  récolte  de  mitrailleuses  s'augmente.  En  même  temps,  au  delà  des  lisières  d'Ablain,  au  croisement  d'une  route  qui  longe  la  voie  ferrée  Carency-Souchez,  nous  prenons  d'assaut  un  fortin  connu  sous  le  nom  de  "fortin  des  quatre  boqueteaux ".

 Nous  trouvons  là  du  matériel  et  des  approvisionnements.  La  lutte  dure  une  demi-heure  à  coups  de  grenades.  Les  Allemands  se  sentent  perdus  et  ne  résistent  guère.

 Il  reste  à  en  finir  avec  le  village;  la  chose  se  fait  dans  la  matinée  du  29  mai.  Presbytère,  église,  fortement  tenus  encore,  tombent  aux  mains  de  nos  soldats.  Les  allemands  dans  ce  dernier  ilot,  ont  trois  compagnies  qui  se  battent  bien,  mais   moins  bien  que  nos  hommes.  De  cet  effectif  de  plusieurs  centaines  de  soldats,  il  en  reste  vingt  vivants  que  nous  faisons  prisonniers.  Les  autres  sont  tués  à  la baïonette  ou  succombent  sous  les  coups  de  l'artillerie  allemande  qui  exécute  sur  Ablain,  perdu  pour  les  siens,  un  violent  tir  de représailles.  Cette  dernière  partie  du  combat  nous  coûte  plus  cher  que  la  première:  environ  deux  cents  tués  ou  blessés,  la  plupart  atteints  par  les  "marmites ".

 Dans  l'aprés-midi  du  29,  tout  Ablain  est  entre  nos  mains.  Cinq  cents  cadavres  allemands  en  encombrent  les  ruines,  environ  cinq  cents prisonniers  et  quatorze  mitrailleuses  restent  entre  nos  mains.

 Sous  l'image  d'Epinal  de  la  guerre "fraîche  et  joyeuse ", où  les  morts  sont  forcément  de  l'autre  côté  et  les  combats  forcément  des  victoires,  il  faut  chercher  la  souffrance  des  hommes.

  Lorsque  la  bataille  est déclenchée,  le  bombardement,  l'assaut,  la  contre-attaque  représentent  l'effroi  permanent,  la douleur,  la  mort  parfois  la  folie,  en  tous  cas  l'ébranlement  nerveux.  Les artilleries  se  répondent,  les  obus  effectuent  leur  chassé-croisé,  les  150,  les  210  pilonnent  sans  arrêt  les  hommes  qui  prient,  les  hommes  qui  pleurent,  les  hommes  qui  ne voudraient  plus  être  des  hommes  pour  ne  plus  exister  au  milieu  de  ce  monde  atroce  qui  n'est  plus  à  leur  mesure. 

 Dérisoire  dans  sa  concision  le  communiqué  allemand  dira  de  la  bataille  pour  l'église  d'Ablain-Saint-Nazaire:"  Sans  que  l'ennemi  s'en  aperçut,  nous  avons  retiré  de  la  partie  d'Ablain  la  petite  garnison  que  nous  y  avions  et  dont  le  maintien  sur  cette  position  avancée  nous  eut  coûté  des  pertes  inutiles".

 

 

******************************

 

A  la  sortie  de  la  guerre  1914-1918,  les  destructions  étaient  telles  qu'il  apparut  illusoire  de  reconstruire  en  l'état  l'église  d'Ablain-Saint-Nazaire.  Le  coût  en  aurait  été  trop  élevé  pour  les  finances  nationales.  Il  fut  décidé  par  la  commission  des  Monuments  Historiques:  "Tant  par  leur  aspect  que  par  les  souvenirs  qui  s'y attachent,   ces  ruines  émouvantes  doivent  être  simplement  consolidées  et  conservées  comme  témoin  du  vandalisme  allemand".

 Le  classement  de  l'église  en  monument  historique  non  seulement  en  son  temps  n'avait  pu  être  utilisé  comme  un  moyen  de  protéger  l'ouvrage  des  assauts  des  ans,  mais  servait  alors  de  prétexte  commode  pour  ne  pas  investir  les  sommes  indispensables  à  sa  réfection.  L église  n'était  plus  propriété  communale  mais  propriété  d'Etat. 

 En  dédommagement,  la  commune  recevait  une  somme  conséquente  à  charge  pour  elle  de  faire  construire  une  nouvelle  église  dans  le  village.  Celle  ci  fut  inaugurée  en  1932.  

 L'architecte  des  Beaux-Arts  chargé  de  la  consolidation  du  site  après  la  guerre  fit  procéder  au  déblaiement  de  l'édifice,  à  l'étaiement  et  à  la  protection  des  murs  encore  debout.  Ce  déblaiement  permit  de  retrouver  de  nombreux  éléments  d'architecture  intéressants,  comportant  des  sculptures  ou  des  moulures  pouvant  être  remis  en  place  et  constituant  des  témoins  précieux.  La  placette  devant  l'église  fut  dégagée,  plantée  en  herbe  et  bordée  d'ifs.  Une  belle  grille  fermait  l'acces.                                                  

Puis  vint  l'oubli.......

 C'était  il  y  a  70  ans ...  Depuis,  il  y  eu  les  jours,  les  mois,  les  ans.  Gel  après  gel,  saison  après  saison,  le  temps  a  fait  son  oeuvre,  les  pierres  descellent,  tombent.  Les  broussailles  se  sont  élevées  au  point  que  la  vue  de  l'édifice,  pourtant  majestueux,  était  masquée.  Les  arbustes  sont  devenus  arbres  dont  les  racines  descellent  les  pavés  du  terre-plein  et  le  pavement  de  l'église  intérieure.  La  ruine  se  ruine.....        

Les  services  départementaux,  sous  la  responsabilité  de M. de  la  Hautière,  architecte  des  Bâtiments  de  France  doivent  assurer  trimestriellement  l'entretien  courant.  Si  la  conservation  des  murs  eux-mêmes  ne  posa  pas  trop  de  problèmes,  le  terre-plein  de façade  n'est  manifestement  entretenu  par  personne  et  depuis  longtemps.  La  barrière  métallique  qui  fermait  le  passage  a  été  vaincue  par  la  rouille.

 Pire  que  tout,  il  y  a  le  vandalisme.  Si  l'on  peut  excuser  les  graffitis  des  soldats  qui  ont  combattu  et  parfois  donné  leur  vie  pour  reconquérir  les  lieux,  on  ne  peut  que  blâmer  les  dégradations  des  enfants  qui,  jeunesse  après  jeunesse,  ont  gravé  leurs  amours  enfantines  dans  la  pierre  tendre.  Et  il  y  a  les  récupérateurs.  Pour  la  pierre,  pour  le  plomb,  pour  le  plaisir.  Les  plaques  tombales  de  l'église  ont  disparu  l'une  après  l'autre  pour  encombrer  on  ne  sait  quel  grenier.  Quel  intérêt ???                                                                                              

En  novembre  1983,  les  ouvriers  ont  repris  possession  de  l'église .  Sous  la  responsabilité  de  M . Poncelet,  architecte  des  Monuments  Historiques , une tranche de travaux a été entreprise.  L'entreprise  Payeux  a  été  chargée  de  déblayer  l'intérieur  de  l'église  et  les  abords  immédiats,  de  consolider  les  murs,  de  restaurer  les  éléments  ponctuels  tels  le  porche  et  la  petite  porte  murée  du  côté  Nord .

 Des  colonnes  ont  été  partiellement  remontées,  un  travail  de  reconstitution  patiente  entrepris.  Devant  le  portail,  les  bancs  de  pierre  sont  réapparus  sur  lesquels  les  vieux  aimaient  flâner  après  la  messe  avant 1914.  L'arc  double  a  été  consolidé  au  dessus  des  anciennes  portes  geminées.  La  pierre  de  François  Pronier  proclamant  par  delà  le  temps  les  obits  dus  par  l'église  à  sa  mémoire,  a  été  refixée  sur  le  clocher,  face  sud .               

En  décembre  1984,  la  société  locale  Ablain-Nature  proposait  à  ses  adhérents  une  action  bénévole  sur  le site  de  la  vieille  église.  Avec  l'accord  de  M. de  la  Hautière  et  des  directives  précises,  une  équipe  de volontaires  prenait  possession  des  lieux.  Après  une  journée  d'efforts  dans  les  épines,  les  broussailles  et les  intempéries  de  ce  jour-là,  la  vue  sur  le  portail  était  restituée  aux  passants.                                                                       

 

D'autres  actions  de  nettoyage  ont  eu  lieu  sur  le  site,  par  la  même  association,  pour  amener  la  vieille église  dans  l'état  où  l'on  peut  la  voir  aujourd'hui.                                                                                                           

Un  grand  merci  à   l'association: " ABLAIN-NATURE " avec  tous  ses  bénévoles  et  son  président  le Dr Bénabdallah  Malik  qui  depuis  14  ans  assurent  l'entretien  de  ce  site  splendide.  

 

Alors  si  vous  vous  trouvez  dans  le  Pas-de-Calais,  non  loin  de  son  chef  lieu,  un conseil:  le détour s'impose.  

 

ABLAIN-ST-NAZAIRE SE TROUVE A 8 KM DE ARRAS DANS LE PAS DE CALAIS. 

      

Sommaire
éme visiteurs.