Back to index


Contact : Brennus records / Alain ricard / 5 rue de Lixy / 89140 Villethierry - France tel / Fax : 33 3 86 66 51 41

http://www.infomusique.com/brennus - http://www.musearecords.com/ -http ://www.id-net.fr/musea

 Brennus.hardrock@wanadoo.fr

Question n°1 : Jean-Michel, qu'est ce que cela te fait de revoir dans les bacs High Power en version CD ?
Plaisir, bien entendu. Même si High Power appartient au passé et si je sais pertinemment que la réédition du premier album et la sortie de ce live posthume resteront anecdotiques au niveau commercial. Cependant je pense que ceux qui gardent un bon souvenir du groupe seront contents de trouver ces CD.

Question n°2 : Sortir ce live, presque 15 ans après, pourquoi ?
High Power était avant tout un groupe de scéne et aucun des deux disques studio ne rendaient réellement ce que pouvait être le son et l'impact du groupe dans ces instants là. Lors de la réédition, chez Brennus, du premier album, j'eus l'occasion de faire écouter à Alain Ricard un travail que j'avais fait sur des bandes enregistrées en concert. Il a été enthousiasmé par l'énergie et l'ambiance qui s'en dégageait et il a décidé de sortir ce live.
Je pense que cet album, malgré ses imperfections, est le plus proche de ce qu'était réellement High Power.

Question n°3 : Qui plus est, le son de cet album reste très étonnant, surtout si on regarde les dates d'enregistrement, le matériel utilisé ...., Quel était le secret d'High Power pour avoir ce son si puissant et cette unité ?
En grande partie le travail ! Aucun de nous n'était professionnel dans la musique, mais nous répétions beaucoup et nous étions pratiquement toujours ensemble.
Il y avait pourtant fréquemment des conflits au sein du groupe, mais dés qu'il s'agissait de musique, l'objectif était commun : FONCER !
De plus, nous avons eu la chance de travailler avec des professionnels (Dieter Dierks Studios entre autres),et de côtoyer des grands groupes de l'époque, cela aide...

Question n°4 : Les fans du groupe sont déçus (moi le premier) d'apprendre que "Les violons de satan" ne verra pas le jour. Pourquoi ?
Nous avions commencé l'album aux studios Dierks, en coproduction avec eux. Pour des raisons financières, cette coproduction s'est limitée à la prise de son et nous avons été obligés d'attendre trois ans pour pouvoir terminer cet album à Paris, où le mixage a été massacré.
J'aimerai que les "Les violons de satan" ressorte, mais pas sous sa forme actuelle. Je voudrais avoir la possibilité de le remixer intégralement, ce qui pose de nombreux problèmes techniques et financiers. C'est pourquoi, pour l'instant, nous avons préféré inclure au live, trois morceaux pré-mixés par Gerd Rautenbach et dont le son était nettement meilleur que celui de l'album final.

Question n°5 : Ne crois-tu pas que justement, le meilleur hommage que l'on puisse rendre à votre chanteur serait de proposer l'intégralité du répertoire d'High Power en CD, d'autant plus que sur le live, vous nous avez mis l'eau à la bouche ?
Peut-être, mais je crois que ce live est un hommage auquel il aurait été dejà très sensible, ces bandes étaient les bandes live qu'il préfèrait lui aussi...

Question n°6 : Quand tu regardes la carrière du groupe, as-tu des regrets ?
Bien sûr, mais avec le temps ils s'estompent et je ne garde quasimment que les meilleurs moments en mémoire. Nous avons déjà eu beaucoup de chance de vivre ce que nous avons vécu.

Question n°7 : Qu'est ce qui te manque le plus de cette période ?
Patrick...

Question n°8 : High Power avait un son unique, une voix unique, une musique aux ambiances diverses et colorées. Qu'est ce qui vous a manqué pour percer et vous imposer comme leaders de la scêne française ?
Une structure plus professionnelle, surtout au niveau de l'encadrement. C'est ce qui faisait défaut à la plupart des groupes de cette époque, surtout en province.

Question n°9 : Les rééditions française sont nombreuses. Quelles sont tes préfèrées ?
J'ai un peu décroché avec le Hard traditionnel. J'ai écouté la compilation "Révolution Hard Rock", bien sûr, ( nous y figurons), sortie chez AXE KILLER.
Warning, H.Bomb et Vulcain me semblent ceux qui ont le moins mal vieilli. Celà dit, aujourd'hui, j'écoute plus facilement Red Hot et Skunk Anansies que Iron Maiden.

Question n°10 : Quels sont tes projets actuels ?
Parallèlement à une activité d'ingénieur du son et accessoirement de producteur, je joue encore dans plusieurs formations, et essentiellement dans une, ROSEBUD, dont je viens de terminer le premier album. Avant de le distribuer commercialement, nous allons le mettre en disponibilité sur site Internet. Celui-ci est en court d'élaboration.

Question n°11 : Un dernier mot ?
Merci à tous, en espérant que vous preniez plaisir à réécouter High Power après tant d'années.

Jean-Michel
 

Return to the top of the page


lbocquet@nordnet.fr