COMMENTAIRE DE LA PREMIERE LECTURE OU DE L'EVANGILE PREVUS POUR L'EUCHARISTIE DU JOUR (version BJ sur le net)






VENDREDI
OM16V1 - Vendredi 16ème semaine ordinaire impaire
Voir 2ème lecture de ce jour en "O16ME2J2V2"



DU LIVRE DE L'EXODE :


Ex 20:1- Dieu prononça toutes ces paroles, et dit :
Ex 20:2- " Je suis Yahvé, ton Dieu, qui t'ai fait sortir du pays d'Égypte, de la maison de servitude.
Ex 20:3- Tu n'auras pas d'autres dieux devant moi.
Ex 20:4- Tu ne te feras aucune image sculptée, rien qui ressemble à ce qui est dans les cieux, là-haut, ou sur la terre, ici-bas, ou dans les eaux, au-dessous de la terre.
Ex 20:5- Tu ne te prosterneras pas devant ces dieux et tu ne les serviras pas, car moi Yahvé, ton Dieu, je suis un Dieu jaloux qui punis la faute des pères sur les enfants, les petits-enfants et les arrière-petits-enfants pour ceux qui me haïssent,
Ex 20:6- mais qui fais grâce à des milliers pour ceux qui m'aiment et gardent mes commandements.
Ex 20:7- Tu ne prononceras pas le nom de Yahvé ton Dieu à faux, car Yahvé ne laisse pas impuni celui qui prononce son nom à faux.
Ex 20:8- Tu te souviendras du jour du sabbat pour le sanctifier.
Ex 20:9- Pendant six jours tu travailleras et tu feras tout ton ouvrage ;
Ex 20:10- mais le septième jour est un sabbat pour Yahvé ton Dieu. Tu ne feras aucun ouvrage, toi, ni ton fils, ni ta fille, ni ton serviteur, ni ta servante, ni tes bêtes, ni l'étranger qui est dans tes portes.
Ex 20:11- Car en six jours Yahvé a fait le ciel, la terre, la mer et tout ce qu'ils contiennent, mais il s'est reposé le septième jour, c'est pourquoi Yahvé a béni le jour du sabbat et l'a consacré.
Ex 20:12- Honore ton père et ta mère, afin que se prolongent tes jours sur la terre que te donne Yahvé ton Dieu.
Ex 20:13- Tu ne tueras pas.
Ex 20:14- Tu ne commettras pas d'adultère.
Ex 20:15- Tu ne voleras pas.
Ex 20:16- Tu ne porteras pas de témoignage mensonger contre ton prochain.
Ex 20:17- Tu ne convoiteras pas la maison de ton prochain. Tu ne convoiteras pas la femme de ton prochain, ni son serviteur, ni sa servante, ni son bœuf, ni son âne, rien de ce qui est à ton prochain. "


POUR RUMINER LA PAROLE :

1. SITUATION.

Deuxième des 5 premiers livres de l'Ancien Testament rattachés à la tradition de Moïse, le Livre de l'Exode nous relate deux étapes de l'histoire d'Israël : - Les Hébreux esclaves se libèrent de la tutelle de Pharaon (1, 1 - 18, 27), - Le peuple d'Israël au Sinaï (19, 1 - 40, 38).

La 1ère partie nous montre d'abord les dangers que Pharaon fait courir au peuple d'Israël en Egypte (1, 1 - 2, 22), puis nous fait découvrir la nission que Dieu confie à Moise de faire sortir le peuple d'Egypte (2, 23 - 7, 7). Au nom du Seigneur, le Dieu d'Israël, Moïse va infliger les 10 plaies sur l'Egypte (7, 8 - 13, 16) puis conduire le peuple hors d'Egypte, en lui faisant traverser la mer des Roseaux dans laquelle sera détruite l'armée égyptienne (13, 17 - 15, 21).

Dans la 2nde partie, nous verrons comment, ayant ainsi vaincu ce Pharaon et libéré son peuple, Dieu va, au désert du Sinaï, confirmer Moïse comme le chef de son peuple, leur donner une Loi ou règle de vie, établir le signe et le lieu de sa présence au milieu d'eux, et les mettre en route, en dépit de leurs résistances et de leurs révoltes, vers la terre de Canaan (avec toute une série de séquences très détaillées : la conclusion de l'Alliance avec Dieu, qui donne les 10 commandements, les directives de Dieu concernant l'Arche, le culte et le sacerdoce, l'apostasie du peuple et le renouvellement de l'Alliance, la construction de la "Demeure").

Mais, avant tous ces événements si importants, Moïse, serviteur de Dieu, aura anticipé dans sa propre histoire le déplacement du peuple, depuis l'Egypte jusqu'au Sinaï (chapitres 2 - 4). L'Exode (la sortie d'Egypte) va révéler Moïse grand serviteur de Dieu et le modèle à imiter pour les grandes figures bibliques qui le suivront : Josué, Jérémie, le 2nd Prophète Isaïe, et, pour nous, Jésus, qui nous sera présenté, entre autres figures, comme "le nouveau Moïse". Partageant la souffrance du peuple, Moïse est en même temps proche de Dieu, et, par sa médiation, arrivera à maintenir le peuple en bons termes avec Yahvé son Dieu.



Suite à la libération du Peuple d'Israël de l'esclavage Egyptien, libération dont le Seigneur a été l'acteur principal (Exode, 1, 1 - 15, 21), le peuple, après le passage de la Mer des Roseaux et la destruction de l'armée de Pharaon, a progressé en direction de la Montagne du Sinaï, pour rejoindre l'endroit d'où le Seigneur Dieu avait appelé et envoyé Moïse le chercher en Egypte (Exode, 15, 22 - 18, 27).

Et cette première marche dans le désert ne s'est pas déroulée sans incidents. A trois reprises, le peuple a été mis à l'épreuve et a murmuré contre Moïse : aux eaux amères de Mara que Moïse a purifiées (15, 22 - 27), puis lorsque la faim se fit sentir et que Dieu leur envoya une volée de cailles et leur fit découvrir la manne (16, 1 - 26), enfin, lorsque la soif à son tour se fit sentir et que Moïse dut faire jaillir de l'eau d'un rocher
(17, 1 - 7).

Là- dessus, il leur a fallu combattre victorieusemenrt le peuple des Amalécites, grâce à l'intercession de Moïse qui tenait ses bras levés (17, 8 - 15), combat qui fut suivi de la réunion de Moïse avec les siens lors de la rencontre de son beau-père, Jethro, tout près de la montagne du Sinaï.

Ainsi se termine la première grande partie de ce Livre de l'Exode (1, 1 - 18, 27). La seconde grande partie, toute entière centrée sur le Sinaï, nous conduira jusqu'à la fin du Livre (19, 10 - 40, 36)

Immédiatement, Moïse est monté vers Dieu, qui va lui proposer de conclure une alliance avec le peuple. C'est alors que le Seigneur se manifeste dans une théophanie terrible et fulgurante, avant de réinviter Moïse à gravir de nouveau la montagne pour recevoir les commandements et sceller l'alliance avec Dieu (19, 1 - 25).


2. MESSAGE.

Notre page nous rapporte la promulgation des 10 commandements que Dieu donne à Moïse, pour fixer le fondement des relations de l'homme à Dieu, ainsi que des hommes entre eux, mais, selon une réciprocité qui, du même coup, invite chacun et chacune à se considérer lui-même, à partir de la façon selon laquelle il regarde ainsi les autres.

On a pu dire que ces 10 commandements sont la condition fondamentale de toute relation d'amour et de respect. On ne voit pas, en effet, comment l'on pourrait aimer Dieu et ses frères en vérité sans observer ces préceptes universels et inamovibles.

C'est bien Dieu lui-même, en effet, qui, après s'être présenté et défini, déclare ces 10 "Paroles" éthiques ou ces 10 Commandements : il en fait pour nous la condition nécessaire de notre rencontre avec lui, le Dieu de notre salut.


3. DECOUVERTES.

Le "Décalogue" peut également se lire en Deutéronome, 5, 6 - 11, avec toutefois de très légères différences concernant, d'une part, les raisons de l'obligation du sabbat, et, d'autre part, la place prioritaire donnée à la femme et aux voisins, placés avant la maison au 10ème commandement.

La numérotation de ces 10 commandements varie également encore de nos jours selon les différentes traditions écclésiales : selon les Grecs, les Anglicans et les Protestants, il y a 2 commandements concernant les faux cultes à éviter. En revanche, les Catholiques et les Luthériens ne voient là qu'un seul commandement, mais ils divisent le 10ème commandement en deux. Cela ne change guère l'impact permanent de ces 10 Paroles de Dieu à Moïse, qui nous sont toujours adressées de façon constante.

Dès le début de cette proclamation, Dieu s'affirme on ne peut plus fortement comme le seul Dieu d'Israël, puisqu'il a vaincu le faux "dieu" que se prétendait être le Pharaon d'Egypte. Il est désormais l'unique et incontournable Seigneur et Dieu de cette descendance d'Abraham avec laquelle il va, une fois de plus, renouveler son Alliance.

Dieu interdit absolument toute image de lui que l'on serait tenté de lui faire, et donc tout culte rendu à une image (de lui ou d'une autre "fausse" divinité). Cette interdiction absolue de tout dessin ou sculpture est contraire à la pratique de toutes les autres religions du Moyen Orient. Il est significatif, à ce sujet, qu'on n'a, à ce jour, trouvé aucune image représentant Yavhé, le Dieu d'Israël, dans les fouilles archéologiques qui ont été effectuées depuis plus d'un siècle dans cette région.

Dans ces 10 commandements, Dieu s'engage avec Israël de façon passionnée, et c'est pour cela qu'il exige que tout péché touchant en particulier au caractère unique de sa relation avec le peuple (le culte à lui rendre à lui seul) soit puni. Le "péché", dans la Bible, indique à la fois l'acte interdit et les conséquences qui en découlent. Donc, le peuple sera puni s'il rejette Dieu, et l'objet de sa compassion miséricordieuse permanente, s'il reste en relation positive et fidèle avec lui. On a remarqué que Dieu se comporte ici comme un suzerain plein de bonté, qui propose tout ce qu'il peut apporter à son peuple, à la seule condition que ce dernier accepte l'offre qui lui est faite.

Les commandements concernant le faux usage du serment (au nom de Dieu) dans les procès, concernant le respect dû aux parents, l'interdiction de tuer ou de voler quoi que ce soit à son prochain, sont bien connus, et d'une portée générale qui dépasse les confins d'Israël. En revanche, le commandement concernant le repos du sabbat est tout-à-fait particulier à Israël : il faut mettre ce jour à part des 6 autres, et cela se fonde sur une interprétation du rythme du temps, lié à la présentation de la création du monde en 6 jours.



4. PROLONGEMENT.

Nous savons que Jésus, interrogé sur ce qu'il considérait être "le plus grand commandement", a, de fait, résumé le Décalogue dans les deux phrases bibliques qu'il a reprises et mises bout à bout, celle du Deutéronome, 6, 3 : "Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton coeur, de toute ton âme et de toute ta pensée", et celle du Lévitique, 19, 18 : "Tu aimeras ton prochain comme toi-même" (Matthieu, 22, 34 - 40).

Paul, à deux reprises, a montré que l'amour du prochain, tel qu'exprimé dans la phrase du Lévique citée ci-dessus, accomplit toute la Loi (GaIates, 5, 14 et Romains, 13, 8 - 10) :

Rm 13:8- N'ayez de dettes envers personne, sinon celle de l'amour mutuel. Car celui qui aime autrui a de ce fait accompli la loi.
Rm 13:9- En effet, le précepte: Tu ne commettras pas d'adultère, tu ne tueras pas, tu ne voleras pas, tu ne convoiteras pas, et tous les autres se résument en cette formule: Tu aimeras ton prochain comme toi-même.
Rm 13:10- La charité ne fait point de tort au prochain. La charité est donc la Loi dans sa plénitude.

On comprend, dès lors, que Jésus, selon ce que nous en rapporte l'Evangile de Jean, nous résume, de façon plus concentrée encore, tout le Décalogue, sous la forme du commandement de l'amour fraternel : "Je vous donne un commandement nouveau : aimez-vous le uns les autres comme je vous ai aimés" (Jean, 13, 34), se faisant ainsi la source d'un amour à recevoir et à prolonger entre frères, amour qui vient du Père (Jean, 15, 9 - 17). Et, comme aimer Dieu, c'est s'ouvrir totalement, dans la foi, avec l'aide de l'Esprit Saint, à tout ce qu'il nous offre dans son appel à communier totalement à sa vie, recevoir l'amour qui vient de lui est bien un acte de foi. Si bien que Paul a raison de conclure dans sa lettre aux Galates : pour celui qui est en Jésus-Christ, (n'est efficace que) "la foi agissant par l'amour" (Galates, 5, 6).

N'oublions jamais que l'intiative de Dieu, qui agit gracieusement à notre égard, est première : c'est parce qu'il est le "Dieu qui a fait sortir son peuple d'Egypte", qu'il lui offre d'aller plus loin dans sa relation avec lui, en lui proposant son alliance. Il en est toujours ainsi avec nous, par Jésus, dans l'Esprit : relire 1 Jean, 4, 10 - 16.



Seigneur Jésus,
face à ces commandements fondamentaux, qui jalonnent nécessairement toute attitude possible d'amour véritable,
tu nous as précisé que tu n'étais pas "venu les abolir mais les accomplir",
en en soulignant l'exigence fondamentale qui doit s'inscrire au plus profond de nos coeurs,
et c'est au nom de cette exigence d'accueil et de dépassement,
que tu as refusé toutes les interprétations qui mettent la Loi
au-dessus de l'authenticité de nos relations à Dieu ou à nos frères et soeurs :
approfondis en moi cette foi qui veut toujours accueillir davantage tout ce qui vient de Dieu, par toi, dans l'Esprit Saint,
et le traduire en attitudes de vérité, miséricorde, amour et pardon,
selon ce que Dieu nous a révélé de lui-même, par ta mission et ton engagement jusqu'à la mort de la croix,
à savoir qu'il est Vérité, Amour, Lumière et Vie éternelle. AMEN.

25.07.2003.


Retour à la Page d'accueil